Pédophilie : fantasme ou vice ?

lundi 19 août 2013 à 17h00min

« Ça n’arrive pas qu’aux autres », dit-on. De plus en plus récurrente, la pédophilie semble s’imposer comme un phénomène social. En tout cas, les faits de pédophilie ne souffrent pas de débats.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Marcel Philipe Marion, le « nassara » pédophile, comme l’a surnommé un média de la place, a écopé d’une peine de 4 ans de prison ferme pour acte de sodomie sur des enfants âgés de 4 à 14 ans. Les raisons de ses actes ignobles ne sont pas connues du grand public puisque le procès n’était pas public. Pourquoi Marion se la coulait-il douce avec de petits garçons ? Etait-ce uniquement pour satisfaire un fantasme ? Difficile de répondre. I.O, qui se disait agent d’une société de la place s’est rendu coupable des mêmes faits avec sa propre fille âgée de 12 ans. Il a abusé d’elle sous le prétexte qu’il ne peut résister à la présence d’une femme ! Que dire de ce fondateur d’un centre de formation de football, qui ne trouvait pas mieux comme partenaires sexuels ces pensionnaires ?

Au Cameroun, Caroline, une militante des droits de l’Homme, manque de mots pour expliquer le phénomène dont « les raisons, selon elle, sont à rechercher dans le mysticisme ou les sectes occultes ». Comme une mode, il est aujourd’hui difficile d’avoir la moindre confiance à certains membres de la famille, encore moins aux femmes ou hommes de ménage. « Il est aujourd’hui très difficile de laisser ses enfants avec des domestiques  », dit-elle. Ajoutant que des centaines d’enfants ont été violés par des adultes, voire souvent par leurs propres parents.

Convaincue qu’il s’agit, à son avis, d’une secte, les auteurs de ces actes sont avides d’argent et/ou de pouvoirs occultes. Ces actes aussi pernicieux, traumatisent sans conteste les victimes qui traîneront toute leur vie des séquelles. Il arrive alors, soutient la militante de défense des droits de l’Homme, « de comprendre ces filles qui s’adonnent à la prostitution puisqu’elles sont persuadées que l’espoir en une vie meilleure n’est qu’un leurre  ». Heureusement, que des structures et autres organisations de la société civile existent et leur viennent en aide à travers leur réinsertion sociale. Le phénomène prend de plus en plus de l’ampleur, tant sur le plan national qu’international qu’il devient difficile de le circonscrire. Avec le « mariage pour tous  » en France, la possibilité de légalisation de l’inceste en Suisse…dont nos pays africains ne sont épargnés, et qui ne tarderont pas à frapper à nos portes, l’espoir d’y venir à bout est bien mince. Surtout que ces autres nouveaux phénomènes sont à craindre sous nos cieux.

*Nassara : un blanc en langue locale mooré !

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 août 2013 à 07:09, par Manitu
    En réponse à : Pédophilie : fantasme ou vice ?

    On condamne à 4 ans pour acte de sodomie sur des enfants de 4 ans ? Dans quel monde vit-on ? Je n’ai pas lu le code pénal mais je croyais que viol (pour un adulte) c’est 20 ans au moins. Alors je m’attend bien à 25-30 ans pour pédophilie.
    Qq1 peut-il m’éclairer SVP ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2013 à 09:20, par Cheicklamenace
    En réponse à : Pédophilie : fantasme ou vice ?

    Madame kindo, le problème de pédophilie ne sera pas résolu en renvoyant la faute a l occident. La pédophilie existe bien et belle dans toute les société et depuis belle lurette. C’est pas une secte, ni un sortilège jeté par je ne sais quel marabout. C’est un vice ignoble a condamné avec la plus haute sévérité .

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2013 à 10:04, par Armand
    En réponse à : Pédophilie : fantasme ou vice ?

    Cher journaliste, quelles sont vos qualifications ?
    Il n’ya pas plus de pédophilie. Seulement qu’on en parle de plus en plus. On lève le voile sur un problème qui a toujours existé et cela donne l’impression d’en avoir plus.Cela n’a aucun lien avec une secte.
    Pourrez vous prendre plus de temps pour écrire des articles de meilleure qualité svp ?

    Répondre à ce message

    • Le 20 août 2013 à 14:46, par Pierre
      En réponse à : Pédophilie : fantasme ou vice ?

      Armand, vous, vous racontez des clous, moi je suis né, il y a plus de cinquante ans et je ne connaissais pas du tout ce phénomène, c’est dans les années 80 qu’on a entendu parler de pédophilie, donc arrêtez de raconter n’importe quoi à la journaliste. Vous croyez qu’être spécialiste de la pédophilie on a besoin d’avoir des qualifications particulières ? Vous me décevez.

      Répondre à ce message

  • Le 20 août 2013 à 14:16, par Yann
    En réponse à : Pédophilie : fantasme ou vice ?

    quel est le lien entre la pédophilie et "le mariage pour tous" ? je ne vois pas

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2014 à 18:13, par 1citoyen
    En réponse à : Pédophilie : fantasme ou vice ?

    C’est une malédiction, nous avons donné dos à Dieu. nOUS VERRONS PIRE QUE ça. Ce sont des signes de la fin du monde même si elle ne nous trouvera pas. Chacun sera responsable devant Dieu de ses actes. Commencons l’effort par nos foyers.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2014 à 09:15, par Juliette
    En réponse à : Pédophilie : fantasme ou vice ?

    creuver tous bande de pédophiles dégueulasses !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés