Crise universitaire : Le front de résistance citoyenne dénonce la mauvaise gouvernance

lundi 19 août 2013 à 22h30min

Des responsables du Front de résistance citoyenne (un regroupement de 23 organisations de la société civile actives sur les questions de gouvernance et de consolidation de la démocratie au Burkina Faso) ont animé ce lundi 19 août 2013 à Ouagadougou un point de presse. Au menu de cette rencontre avec les journalistes : la crise universitaire et la liberté de manifestation au Burkina.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise universitaire : Le front de résistance citoyenne dénonce la mauvaise gouvernance

Dans sa déclaration liminaire lue par le Professeur Luc Marius Ibriga, le Front a exprimé son inquiétude face à ce qu’il a qualifié de « méthodes expéditives et musclées des autorités universitaires dans la gestion des conflits avec la communauté estudiantine ». Pour les conférenciers, l’argument des contraintes budgétaires invoqué pour justifier le déguerpissement des étudiants est plus que révoltant dans un pays « où le gaspillage des ressources publiques est devenu une pratique courante des dirigeants ». Et de poursuivre dans leur analyse de la situation : « Au-delà des autorités universitaires, c’est la responsabilité des plus hautes autorités de ce pays qui est ici engagée. Cette crise n’est que la manifestation tangible de l’insouciance du gouvernement face aux problèmes des jeunes en général et des étudiants en particulier au moment où ceux-ci par manque de travail se voient obligés de préparer les concours (…) Comment comprendre leur entêtement à installer le Sénat, dont la mise en place induirait des coûts financiers faramineux, alors que nos universités sont incapables de faire face à leurs missions et leurs responsabilités ? Comment un pays qui prétend à « l’émergence » peut-il se permettre d’affamer et d’expulser les étudiants des cités universitaires en pleine période des concours de la fonction publique et de sacrifier ainsi sa jeunesse, celle-là même qui est censée être l’élite de demain ? ».

Sentences après constats

Au terme de ses analyses, le Front de résistance citoyenne s’est prononcé par rapport à un certain nombre de faits.

Ainsi, « Le Front :
- Dénonce la mauvaise gouvernance de nos universités qui dénote d’un mépris total des autorités de la 4e République vis-à-vis de l’éducation de notre jeunesse ;
- Dénonce l’usage disproportionné de la violence par les forces de l’ordre contre les manifestants ;
- Exige du gouvernement le rétablissement immédiat des œuvres universitaires de vacances acquises par les syndicats d’étudiants en 2002 auprès du MERSS et la mise en liberté immédiate de tous les étudiants arrêtés ;
- Apporte son soutien indéfectible aux étudiants et leur témoigne de sa solidarité ;
- Encourage les étudiants à poursuivre par voies pacifiques leur combat noble pour les conditions d’études décentes, mais aussi pour la défense des idéaux démocratiques ;
- Appelle l’ensemble du peuple burkinabè à soutenir les luttes légitimes des étudiants pour une éducation de qualité, à la hauteur de nos ambitions pour un Burkina meilleur ;
- Interpelle le Conseil constitutionnel sur son rôle de gardien de la Constitution et des libertés publiques et l’invite à censurer les dispositions liberticide car l’Etat de droit n’est pas l’Etat de n’importe quel droit ».

La loi n°026-2008/AN incriminée

Parlant de dispositions liberticides, les conférenciers ont indexé la loi n°026-2008/AN du 8 mai 2008, en vertu de laquelle les étudiants arrêtés sont poursuivis. Et n’eût été l’exception d’inconstitutionnalité soulevé par leurs avocats, ces étudiants auraient été purement et simplement condamnés, selon Luc Marius Ibriga. « Aujourd’hui, ce sont les étudiants qui sont concernés. Demain, ça peut être nous ou d’autres acteurs, tant que cette loi n’est pas abrogée », fait remarquer le Prof de droit de l’université de Ouagadougou. D’où l’interpellation du Conseil constitutionnel pour que ladite loi soit abrogée afin que les citoyens puissent jouir librement de leurs droits de manifester sur la voie publique. Car cette loi du 8 mai 2008, rappellent les conférenciers, porte atteinte par ses dispositions vagues et ambiguës au droit constitutionnel de manifester reconnu par l’article 7 de la Constitution et inscrit à l’article 21 du Pacte international sur les droits civils et politiques.

Ils précisent : « Les articles 14 et 15 de cette loi constituent des mesures fortement dissuasives à l’organisation de toute manifestation. Ces deux dispositions sont libellées de manière fort imprécise alors qu’il est bien connu que pour éviter tout risque d’arbitraire, les dispositions législatives relatives à la définition des infractions doivent être plus claires et les plus précises possibles. Plus spécifiquement, l’article 15 mérite d’être plus indexé en ce qu’il viole le principe constitutionnel de la présomption d’innocence reconnu par l’article 4 de la Constitution, l’article 11-1 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et l’article 7-1 de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples ».

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Encadré

Les dispositions des articles 14 et 15 de la loi du 8 mai 2008

Article 14 : Lorsque du fait d’une manifestation licite, illicite ou légalement interdite par l’autorité de police administrative, des actes de vandalismes ont été commis, seront punis :

1) d’un emprisonnement de trois à cinq ans et d’amende d’un million cinq cent mille ( 1 500 000) à trois millions (3 000 000) de francs CFA les instigateurs et les organisateurs de cette manifestation qui n’auront pas donné l’ordre de dislocation dès qu’ils auront eu connaissance de ces violences ou voies de fait, destructions ou dégradations ;

2) d’un emprisonnement d’un à trois ans et d’une amende de cent mille (100 000) à un million (1 000 000) de francs CFA, les personnes qui auront continué de participer activement à cette manifestation, après le commencement et en connaissance des violences, voies de fait, destructions ou dégradations.

Article 15 : En cas de difficulté à imputer un fait à un ou des auteurs clairement identifiés ou quand bien même le ou les auteurs seraient identifiés, la responsabilité pénale de chaque membre du groupe peut être retenue, chacun étant alors considéré comme co-auteur de l’infraction.

GBB

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 août 2013 à 23:09, par le pooré
    En réponse à : Crise universitaire : Le front de résistance citoyenne dénonce la mauvaise gouvernance

    quand des pseudo intellos veulent se faire voir, je comprends pourquoi on préfère manger le porc au four que de se présenter à l’agrégation, tellement ils connaissent la défaite, et après on vient rabattre les oreilles des étudiants, constitutionnaliste mon œil, au BF il y’en a deux LOADA et SOMA, le reste on est ensemble, montrez nous vos papiers sinon arrêter de mentir

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2013 à 10:51, par Duolo
    En réponse à : Crise universitaire : Le front de résistance citoyenne dénonce la mauvaise gouvernance

    Mr Pooré, tu es vraiment minable car l’intello n’est pas celui qui a réussi à un concours d’agrégation en Droit ou autres. Mais plutôt celui là qui est capable de faire des analyses pertinentes comme celles-ci pour faire avancer la société en général et la démocratie en particulier. Même si tu n’aimes pas les dirigeants de ce front citoyen, évites de dire de telles âneries qui dénotent d’une aigreur sans fondement envers de personnes dont la moralité ne souffre d’aucun doute. Enfin, saches qu’il y a des gens comme moi qui avons de l’admiration pour les dirigeants des OSC en général au Burkina car ils se battent nuit et jour pour la démocratie et la liberté des citoyens malgré les agissements de gens fascistes comme toi Pooré ou le CDP à qui tu ressemble curieusement dans tes réactions. Pour preuve, en 27 ans de pouvoir, les étudiants qui ne représentent même pas 1% de notre population de 14 millions d’habitants ne disposent pas encore des services sociaux de base comme le logement et même le manger. Pire, le CDP le parti au pouvoir depuis 27 ans veut mettre en place un SENAT très onéreux pour le contribuable Burkinabè. Ce n’est pas triste et piteux ça pour un pays qui se veut émergeant, Mr Pooré ? Enfin, peux-tu me dire quel rapport il y a entre cette réalité relatée par le front citoyen et ta réaction ? Evitons l’animosité verbale envers autrui sur l’internet. A bon attendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2013 à 10:53, par Bandjougou
    En réponse à : Crise universitaire : Le front de résistance citoyenne dénonce la mauvaise gouvernance

    Merci pour cette bravoure car un pays se construit ainsi il faut dénoncer les mauvais actes .Merci

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2013 à 12:47, par konzoé nifou
    En réponse à : Crise universitaire : Le front de résistance citoyenne dénonce la mauvaise gouvernance

    L’heure n’est plus aux conférences de presse les gars ! Vous avez déjà fait une déclaration sur les mêmes faits . Pourquoi vous tournez en rond ...? Descendez dans l’arène , i.e. sur le terrain ! Il n’y a pas de front qui vaille sur le net, dans les journaux etc. Allons sur le terrain !

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2013 à 10:48, par Sankara
    En réponse à : Crise universitaire : Le front de résistance citoyenne dénonce la mauvaise gouvernance

    La meilleur façon de répondre à Pooré ou poreux là , c’est de continuer nos différentes analyses sans faire attention à lui.
    Le genre Pooré aboie, la caravane passe !!!!!

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2013 à 11:12, par ngaw
    En réponse à : Crise universitaire : Le front de résistance citoyenne dénonce la mauvaise gouvernance

    La carence intellectuelle, les intérêts égoïstes, "la politique du ventre"( J F BAYART), le manque de vision et d’engagement pour le bien commun font que certaines personne ne font plus d’analyse et tombe dans la médiocrité et la prostitution intellectuelle. Aucune société ne peut progresser sans contradiction, sans le débat dans l’espace public, sans une société civile active. c’est ainsi que les problèmes communs ou propre à une catégories sociale déterminée sont inscrites sur l’agenda politique et transformés en politique publiques pour la bonne marche de la société. Il ne sert à rien de couper le doit, soit -il ou non tordu de celui qui indexe une injustice. quel que soit notre engagement, travaillons pour la justice, l’équité, bref pour le bien commun. J’ai été étudiant de L.M. Ibriga et de A. Loada et je suis fière de l’avoir été. Le Pr Soma que j’admire beaucoup l’ a surement été aussi. et je suis certain qu’il l’est autant que moi . le pooré , ne vous en prenez pas à ceux qui valent beaucoup dans ce pays et qui font beaucoup pour lui.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés