Lettre ouverte au Président du Faso : « Dans quel état souhaiteriez-vous laisser ce pays ? »

vendredi 9 août 2013 à 21h07min

Dans cette lettre ouverte au président du Faso, Daouda Ouédraogo, étudiant en Master 2 à la Faculté de Droit de l’Université Jean MOULIN Lyon 3 (France), revient sur les propos du chef de l’Etat au cours de l’entretien accordé le 5 août à nos confrères de la RTB.

Lettre ouverte au Président du Faso : « Dans quel état souhaiteriez-vous laisser ce pays ? »

Monsieur le Président,

Quelques jours après voir accordé un entretien à des journalistes à l’occasion du 50ème anniversaire de la Télévision nationale, permettez moi de vous adresser à travers cette lettre mes sentiments en tant que citoyen burkinabè.

De prime abord, sur l’opportunité de cet entretien télévisé, laissez-moi vous dire qu’il était des plus attendus, moins parce qu’il avait lieu à l’occasion des 50 ans de la Télévision nationale, mais parce qu’il devait vous permettre de vous exprimer sur la situation politique et socio-économique du pays.

En effet, fidèle à vos habitudes, vous aviez jusqu’à cet entretien, gardé un silence assourdissant sur la situation du pays alors qu’un peu partout, de nombreuses manifestations populaires avaient eu lieu pour vous dissuader d’aller au bout de la réforme politique et institutionnelle devant conduire à la mise en place du Sénat.

Je tiens à vous préciser que cette lettre n’a pas pour but de revenir sur l’inopportunité et l’inutilité du Sénat puisque cela a déjà été largement démontré par des observateurs plus avisés que moi. Cette lettre a simplement pour but de vous démontrer l’incohérence de votre position sur la question du Sénat en rapport avec le respect de la Constitution dont vous êtes le garant et le danger que cette incohérence fait courir à notre pays si fragile.

Il a donc fallu attendre le 5 août pour que finalement vous vous exprimiez face au peuple burkinabè sur la question du Sénat. Si je n’ignore pas les propos que vous aviez tenus le 30 juillet dernier lors de votre visite en République de Côte d’Ivoire à l’occasion de la 3ème Conférence au sommet du Traité d’Amitié et de Coopération ivoiro-burkinabè, ceux ci n’ont pas pour moi la même valeur que ceux tenus au Burkina Faso. Mais pour en dire un mot, outre le fait que ces propos caractérisent un manque de considération pour le peuple burkinabè qui vous a élu, puisqu’ils ont été tenus à l’étranger, ils sont absolument scandaleux.
En effet, à l’endroit des milliers de burkinabè qui se sont massivement mobilisés pour manifester leur opposition à la mise en place du Sénat, vous leur répondez qu’ « en France comme en Amérique, jamais une marche n’a changé une loi ». En dehors de l’incongruité de cette comparaison, elle témoigne d’une connaissance pour le moins approximative de l’histoire politique de ces pays. Faut-il vous rappeler que l’abrogation des lois ségrégationnistes aux Etats Unis dans les années 1960 est le résultat des marches et manifestations des populations noires américaines qui en étaient les victimes ? Plus proche de nous en 2006, souvenez-vous de l’ancien Président français Jacques Chirac qui, sous la pression populaire, a dû retirer la loi établissant le Contrat Premier Embauche ; loi qui avait pourtant été votée par le Parlement et validée par le Conseil Constitutionnel français.

Faut-il enfin vous rappeler que le 3 janvier 1966, c’est le soulèvement du peuple burkinabè qui a été à l’origine de non pas le retrait d’une « simple » loi mais de la chute de tout un régime, celui du Président Maurice YAMEOGO ? Et si après ces contre arguments, vous persistez à faire de ces pays vos références en matière d’application des lois et plus globalement de pratiques démocratiques, je vous invite dans ce cas à aller au bout de votre logique. Vous a-t-il échappé qu’aux Etats Unis comme en France, depuis que celle-ci est devenue une république, jamais un homme n’est resté au pouvoir pendant 26 ans ?

Pour revenir à votre entretien télévisé du 5 août, j’ai été effaré par la rapidité avec laquelle vous avez balayé la question du Sénat. Ce n’est peut-être pas de votre faute puisque ce n’est pas vous qui posiez les questions. Mais au-delà du niveau absolument affligeant des journalistes qui n’ont pas du tout été à la hauteur de l’entretien, c’est surtout l’imprécision, le flou, voir la vacuité de vos réponses qui m’ont le plus marqué. Par exemple, à la question de savoir ce que vous répondez à l’opposition qui vous prête l’intention de vouloir utiliser le Sénat aux fins de pouvoir vous présenter à l’élection présidentielle de 2015, vous dites : « ...En principe, le temps des polémiques est passé, parce que comme nous le savons aujourd’hui nous sommes au terme bientôt de la mise en place du Sénat. Nous pouvons surtout saluer la grande responsabilité des électeurs pour les mandats au niveau des collectivités territoriales. Maintenant, il est certain que là..., toujours depuis que je suis Président, on me prête telle intention, on me prête telle intention. Je pense que ce qui est certain, c’est que moi je suis là pour le Burkina Faso. Je pense que de ma position, ce qui est important, c’est de veiller à ce que nous puissions respecter ensemble la constitution du Burkina car c’est cela qui est avant tout le ciment de nos engagements divers pour la politique et pour ce pays-là. Autrement dit, je peux passer tous les jours à parler de on me prête ceci, on me prête cela. Mais je pense que le plus grave ce n’est pas de m’accuser de vouloir utiliser le Sénat pour ceci ou pour cela puisqu’on m’accuse même d’avoir amené le pays en retard depuis que je suis Président ; vous voyez... Alors que je pense avoir apporté plus d’eau potable, plus d’écoles, plus de santé, plus de liberté ; vous voyez. Donc, c’est un débat qui, pour moi, n’a pas beaucoup d’intérêt. Je crois que nous sommes là pour le Burkina et je crois que j’ai les mêmes droits que tout le monde ».

Monsieur le Président, sauf votre respect, ces propos sont totalement indignes d’un responsable politique de votre niveau. Comment pouvez, sur une question aussi cruciale qui a mobilisé tant de Burkinabè, dire qu’elle est sans intérêt ? Comment pouvez-vous, après avoir tenu des propos aussi flous, être étonné que l’on vous prête certaines intentions ?

Sans vouloir vous faire un procès d’intention, je demeure convaincu (jusqu’à ce que vos actes me donnent tort) à l’instar de millions de burkinabè, que le but ultime de la création du Sénat n’est rien d’autre que de vous donner la majorité parlementaire qualifiée qui modifiera l’article 37 afin de vous permettre de vous représenter en 2015. Sinon, expliquez-moi pourquoi mettre en place le Senat à seulement 2 ans de l’élection présidentielle, alors que pas plus tard qu’en 2002, la Chambre des Représentants, institution similaire avait été supprimée aux motifs qu’elle était source de lenteur législative et que son fonctionnement était couteux pour un pays aussi pauvre que le nôtre. Voulez-vous me dire que les raisons qui ont prévalu à la suppression de la Chambre des Représentants en 2002 ont par miracle disparu en 2013 ?

Ainsi, vous vous apprêtez à engloutir des dizaines de milliards de francs dans une institution dont l’utilité pour la consolidation de notre « démocratie » est plus que douteuse. Cela, alors que des millions de burkinabè ne mangent pas à leur faim et n’arrivent pas à se soigner correctement. Comment pouvez-vous dilapider l’argent du contribuable burkinabè alors que des milliers d’étudiants ont été jetés à la rue au motif que le Centre National des Œuvres Universitaires (CENOU) n’avait pas les moyens pour les héberger pendant les vacances ? Comment pouvez-vous, vous qui être le chantre de l’émergence, rester insensible au sort de ces millions de diplômés sans emploi ? Dans un pays aussi pauvre que le nôtre où le moindre centime devrait être utilisé à bon escient, comment pouvez-vous ne pas punir sévèrement la corruption des plus hautes autorités de l’Etat comme l’était Monsieur Ousmane GUIRO ? Autant de problèmes qui attestent que les propos que vous avez tenus lors de ce fameux entretien télévisé étaient très loin de la réalité que vit l’écrasante majorité des Burkinabè.

S’il serait certainement malhonnête de prétendre que vous n’avez rien fait de positif pour ce pays depuis que vous êtes Président, il serait en revanche objectivement honnête de dire que vous auriez pu mieux faire en 26 ans de pouvoir.

Comme vous le savez très bien, l’article 36 de la Constitution dispose que « Le Président du Faso....veille au respect de la Constitution ». Si cette disposition ne souffre d’aucune ambiguïté, je crains que cela ne soit pas le cas pour vous. En effet, l’instabilité constitutionnelle que connaît notre pays et qui s’est manifestée ces dernières années par des révisions constitutionnelles aussi opportunistes les unes que les autres, notamment sur la durée et le nombre de mandat présidentiel possible est en réalité la preuve d’un déficit démocratique.

En effet, si la Constitution est comme vous le dites si bien le ciment de nos engagements divers pour la politique et le Burkina, ce ciment peut-il tenir si la Constitution est chaque fois modifiée pour satisfaire les désirs des uns et des autres ? Assurément non et vous le savez très bien. Que vous modifiez l’article 37 pour vous présenter en 2015 ou pas m’importe finalement très peu car tôt ou tard, vous serez amené à quitter le pouvoir parce que si les hommes échouent à le faire, la nature elle, ne pourra échouer. De ce fait, la véritable question est de savoir dans quel état souhaiteriez-vous laisser ce pays ?

Pour terminer Monsieur le Président, sachez que vous avez maintenant une responsabilité historique de ne pas mettre le pays dans une situation regrettable. Nul n’étant indispensable et irremplaçable, si vous choisissez de vous retirer en 2015 conformément aux dispositions constitutionnelles, ce sera l’occasion de prendre une retraite bien méritée et peut être de vous réconcilier avec une bonne partie du peuple burkinabè qui n’a toujours pas oublié les conditions dans lesquelles vous êtes venu au pouvoir.

Bien cordialement,

Lyon, le 8 août 2013

Daouda OUEDRAOGO
Etudiant en Droit/ Université Jean MOULIN Lyon 3 (France)

P.-S.

Messages

  • Je croyais que j’étais le seul a être un anti-senat extrémiste. Pendant que j’imaginais la suppression de l’assemblée Nationale car 100% des projets de loi du Gouvernement passent, ils créent un machin de Sénat . C’est dans cette perspective que je me tais pour ne pas dire les choses sans respecter nos grand frères et nos tontons. Mr OUEDRAOGO, vous êtes tellement énervés que vous manquez du respect au Président du Faso dans vos propos. Je vous comprend car c’est lui même qui aura cherché ces injures en narguant sa propre population. Je m’arrête là pour ne pas emboiter votre pas.

    • vous étes les mêmes dit ce que tu veux et qu’on quitte la,ce qui est sur l’armé est derrière le president et qoui encore

    • Ce ne sont pas des injures mais plutôt une vérité clairement dite et sans tabous. Espérons qu’il comprenne aussi...

    • SALUT petit GEANT d’esprit et d’intégrité !! KADDAFFFIII et MOUBARAT en avaient de plus organisées mais où sont-ils ??? LE PRESIDENT du CNR en avait remercié TRENTE-DEUX (32) OFFICIERS ; on en fera PLUS PLUS et PLUS . Reveille toi pauvre d’esprit . ON UTILISE LES SOUS de l’OR du Peuple burkinabè pour corrompre les OFFICIERS déjà pourris . Bonne réception si vous en avez les facultés !!!

    • je suis d’accord,ce pti geant d’esprit merite pas vraiment sa nationalité

  • bien dit mon frère.vivement que
    BLAISE vous entende

  • Belle analyse ; blaise doit partir en 2015 pour ne pas mettre en danger la paix sociale dans notre très cher patrie

  • Tout mes felicition très courageux bravo merci

  • Je n’ en reviens pas. C’est le grand Paul Ismael- la qui a tourney des juges revolutionnaires et des syndicalistes excites comme Salif Kabore qui fait cette pietre prestation iic avec Inouusa Kinda ? Bien entendu, Inoussa Kinda ne m’ a jamais impressionne, mais que Paul Ismael, le virevoltant minister de l’ info de la 3 eme Republique laise volontairement le President s’ en tirer a si bon compte ne presage rien de bon pour la profession journaliste au Burkina. Je n’ ai jamais vu entretien si moche au proper comme au figure. Vous avez eu combine chacun dans vos ’vloppes ? Ca sent la prevarication, ca.

  • Bel article.Bravo à ce compatriote.J’ai l’habitude de dire chaque fois que les Burkinabés aiment se plaindre sans prendre leur courage à deux mains.Nous avons tous suivi comment les Sénégalais ont fait échouer WADE qui voulait briguer un autre mandat.
    Donc,le peuple est plus fort que tout.Prenons ce bel exemple de solidarité des Sénégalais.
    Si Mr le président du Faso veut nous comparer aussi à l’Europe et aux USA pour sur certains point,je dirais tout simplement que dans ces pays,L’IDÉE DE MODIFIER LA CONSTITUTION POUR RESTER AU POUVOIR NE LES PASSE PAS PAR LA TÊTE.
    Que Dieu attenue les prochaines souffrances du Burkina Faso.

  • No comment mon frére. Tu es juriste mais je dis tu es journaliste car des journalistes comme toi il en manque.Dieu te benisse

  • Monsieur le president vous avez apporté plus d’eau potable, plus d’écoles, plus de santé, plus de liberté ; Qu´en est -il de la securieté alimentaire ?pensez vous que les enfants peuvent allez à l´ecole avec le ventre creux,boirent uniquement de l´eau potable alors que le ventre est creux ? et en plus vous parlez de santé sachez que la plus part ne sont pas malade mais affamés.
    pensez vous à ca monsieur le president ?
    Yaa boin taar yanba naaba ?

  • Merçi Daouda Ouédraogo pour cette bienveillance sur notre chers pays comme vous l’avez souligné dans votre dernière tot ou tard la nature va décider une fois de plus et que le bon Dieu veille sur vous pour qu’un jour vous rentrer au pays pour réveiller la conscience nos pauvres parents qui ne votent le c.d.p rien que pour les tshirts

  • J’ai foi à l’émergence du Burkina après le système Compaoré. Un système qui avait réussi à museler les honnêtes citoyens. Depuis que les langues ont commencé à se délier je me rends compte que le pays dispose de beaucoup d’intellectuels et d’hommes honnêtes. Dans le système Compaoré, les postes de ministres, directeurs, présidents d’institutions, d’universités, et même d’ambassadeurs sont réservés aux clans, ce qui sont capables de voler, aux béni oui oui, pour la plupart incompétents et prêts à éloigner les compétents et honnêtes.

    La fin de la culture de la médiocrité, du népotisme, de la corruption laissera place au développement de mon cher pays.

  • Mr Daouda Ouedraogo. Merci pour votre expose. Ce n est pas la premiere fois notre Beau President s est confesser devant les journalistes etrangers. L an passe en France a la TV5. Le journaliste lui posa les memes questions. L apres 2015 de son mandant. La reponse etait lamentable pas digne d un President apres 26ans de regne sans partage. il preconisait que s il dependait de lui qu il pouvait ceder le pouvoir a demain de la surprise des journalistes et moi meme en particulier devant ma TV avec mes copains, Les faux-fuyants du President m ont mis en jeu la signification du nom Burkina Faso d apres mes amis europeens

  • Voilà la réaction d’un parfait citoyen patriote, démocratique et républicain. Où sont nos intellectuels burkinabè ? Mais Monsieur Daouda OUÉDRAOGO, je puis, d’ores et déjà vous rassurer que le Président du Faso n’est pas favorable à la modification de l’article 37 de la loi fondamentale du 2 juin 1991. Il est donc inutile d’y ratiociner. Par contre cela va bien en le disant comme vous l’avez fait avec respect et fermeté. Ce qui témoigne de l’amour de notre pays par vous-même.
    Ce qui me fait, logiquement et par voie de consequence, dire que dans l’hypothèse d’une telle modification, notre pays connaîtra indubitablement un recul démocratique sans précédent quels que soient les moyens militaires et policiers mis en place. J’ose espérer que ce ne sera pas le choix de notre PRÉSDENT.

  • Voilà qui est bien dit.

  • "le pays est train de devenir riche" lol, mdr parlons nous du meme pays mr le president ?

  • C’est le plus nul des entretiens avec Blaise. Au-delà des réponses approximatives et vides de substance du président, c’est de la nullité des journalistes choisi pour l’entretien. Deux choses : soit les questions ont été préparées et imposées à l’entretien, soit aucun de ces journalistes ne méritent ce titre. C’est lamentable et regrettable, depuis le temps qu’on attend l’occasion de poser toutes ces questions urgentes et d’intérêt nationale à Blaise. Vous avez failli a votre devoir. Blaise va pouvoir rester en retrait pour 3 à 4 mois encore.

  • Notre cher pays est à la croisée des chemins,la création du senat a pour objectif de modifier la constitution. Attendons de voir qui sera le président du senat.

  • Voici une voix qui je l’espère ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd.
    Je reprends la question de M. OUEDRAOGO : Dans quel état souhaiteriez-vous M. Blaise COMPAORE laisser ce pays ?

  • Super message de Daouda.chaque burkinabé soucieux de l’avenir de notre pays doit doit encourager des appels de ce genre à l’endroit de MR Blaise compaoré mème si nombreux sont ceux qui pensent que ce président a une pierre à la place de son coeur.le mot pitié n’existe pas chez lui.cela s’explique par son acte du 15 octobre 1987.la question du camarade Daouda est celle du peuple réel. ?ne comptons plus sur les bonnes intentions du président usé par les dividentes de son commerce.si les burkinabés échouent de le raisonner la nature va voler au secours.

    • Si cette lettre venait de l’homme de la rue, je lui donnerai une note de 10/10.
      Par contre venant d’un juriste je trouve que c’est NUL.
      Peux-tu accuser quelqu’un de vol sans avoir eu la preuve ?
      Qu’es ce que tu fais de la présomption d’innocence ?
      Si un juriste comme toi qui est censé t’appuyer sur la constitution, sur le droit, se met à faire des procès d’intentions comme un marabout je suis très profondément scandalisé !!

    • Merci Daouda pour la cohérence de tes propos ! Le peuple burkinabé retrouvera son courage légendaire, j’en suis persuadé.
      @Nessida : nous ne sommes pas en train d’évaluer les aptitudes de plaidoirie Mr Daouda, dont l’analyse ici est compréhensible par le commun des mortels.
      Merci de vous recentrer sur le fond et non la forme de cette analyse afin de faire avancer le débat.

    • on sent que tu as reçu le coup directement dans le ventre. tu attends un poste à la fin des vacances dans votre Puthiste de Senat ou au gouvernement

  • Voilà encore qui est osé. Espérant que ça réveillera les consciences endormies à Kosiam.

  • Tous mes respects Mr Daouda OUEDRAOGO. Je ne vous connais pas. Vous êtes sans doute un citoyen Burkinabé "lamda" préoccupé par le sort de notre cher pays comme moi mais permettez moi de dire que vous avez une tête pleine d’idées et de vérité.
    Cette lettre résume tout et j’espère vivement qu’elle arrivera chez son destinataire.
    Encore congratulations

  • "Que vous modifiez l’article 37 pour vous présenter en 2015 ou pas m’importe finalement très peu car tôt ou tard, vous serez amené à quitter le pouvoir parce que si les hommes échouent à le faire, la nature elle, ne pourra échouer" Daouda Ouédraogo.

    Mon cher frère, tu as tout dit ! Dieu te bénisse abondamment et te protège de tous ceux qui te voudront de mal. Tu as inspire tellement de monde et tu ne reculeras jamais par la force et la puissance du Seigneur Jesus. Qu’il te garde !

  • Tres bel ecrit qui n’est pas tombe dans l’oreille d’un sour j’espere !!!

    • bonjour M. DAOUDA ; vous faite une tres belle analyse.Je pense sincerement que meme si le president n’aime pas ce pays au moins il craint Dieu et il aime sa propre personne et rien que pour cela il peut partir en 2015 pour une retraite bien meritée. Car peut importe le sens de l’emergence il a travailler pour ça. Je pense egalement que le president est conscient de la situation nationale et qu’il prendra les dispositions necessaire pour une reelle emergence.

  • Merci cher étudiant ! Blaise a chaud ! je ne suis pas journaliste mais j’ai failli vomir en regardant les deux journalistes qui interrogeaient le président ; ça nous donne une idée de ce qu’était la télé il y a 20 ans !!! Baise, écoute, tu as fait 26 ans ; c’est bon comme ça ! Laisse les autres aussi goûter au naam ; ce n’est pas un truc héréditaire, sinon tu ne serais pas président ! 2015 là, mets toi de côté et regarde faire.C’est mieux comme ça ! Si tu veux, tu restes à Ouaga ; si tu veux tu vas dans ton pied à terre à Bobo, Koudougou, Fada, Ouahigouya ; et puis il y a ton village à côté à Ziniaré ! Si l’ambiance de la ville te manque, tu as juste 30 mn et tu es dans un maquis à Kossodo ! Ne te crée pas des problèmes

  • Merci pour cet article Mr Ouédraogo.
    je déplore le niveau très minable de cet interview pour un président qui a plus d’un quart de siècle d’expérience à la tête d’un pays respecté à l’extérieur pour la qualité des ses Hommes et non pour son exemple de démocratie.

    C’est honteux.

  • Mon frère ne mets trop ton coeur dans ça. Replonge dans tes cahiers tranquilement. On ne peut pas réveiller quelqu’un qui ne dort pas.
    Ces gens ne parlent pas le même langage que toi.

  • Bravo monsieur Daouda. Malheureusement ce que vous avez vu et entendu n’est qu’un tout petit bout de l’iceberg. Le silence tant vanté du président n’est qu’une façon de cacher le fond de son caractère. Mais peut on cacher indefiniment ?

  • Dao, chapeau bas. Le premier médecin d un malade c et d abord le malade lui même. Mr le président souffrez d entendre ces pures vérités. Évitez nous le chaos car dans les France ou Amérique démocratiques jamais un président n a fait 26 ans. Voyez vous que vos raisonnements sont contradictoires et erronés. De grâce épargnez nous le chaos. Choisissez un homme et votre influence peut déterminer votre choix si le peuple veut. Nul est meilleur éternellement . Assez durée votre comédie assassine

  • Espérons que la sagesse prédominera en faveur de la paix et du développement du pays ; Que DIEU éloignent du faso les démons de la discorde !

  • Les démocrates et les honnêtes de ce pays n’échoueront pas à chasser ce président et son régime qui pensent être à la hauteur même de constitution burkinabé. La loi fondamentale du pays est une éponge pour ce régime donc je pense qu’il faut chasser ces être fourbes par la violence révolutionnaire = soulèvement armé du peuple pour mettre en place un gouvernement révolutionnaire provisoire qui sera chargé d’élaborer une constitution que personne ne peut manipuler à sa guise.

  • Tout à été dit mon cher OUEDRAOGO.Vivement que le seigneur mette sa main sur le Président COMPAORE afin qu’il prenne la bonne décision, c’est à dire partir en 2015 s’il a ne serait qu’un grain d’amour pour ce pays.Amen !!!

  • chapeau et Merci à toi frère pour cette lettre très limpide. Esperons qu’il la lise. GOD BLESS BURKINA FASO

  • Merçi ! Propos bien tenu.

  • Rien à dire mon frère ! Ta lettre devrait paraître dans tous les journaux. C’est mon sentiment le plus profond. Un président avec 26 ans de pouvoir qui affirme avoir les même chances que les autres....ça m’a donné froid au dos j’ai peur pour mon pays... Que Dieu nous garde.

  • BRAVO MON CHER OUEDRAOGO, TU ES VRAIMENT UN OUEDRAOGO ISSUE DE NAABA OUEDRAOGO. QUE MONSIEUR LE PRÉSIDENT LISE OU SE FASSE LIRE CETTE LETTRE. NUL N’EST INDISPENSABLE, NUL N’EST NE POUR COMMANDER TOUJOURS LES AUTRES. KADAFF, Moboutu, Eyadema ? Bokassa....etc..:QUE SONT ILS DEVENUS ? QUE SONT DEVENUS LEUR DESCENDANTS ? LA PEUPLE EST LA .

  • bsoir frangin, rien a ajouter. jai lu et bien lu ton ecri qui touche très profondement. effectivement , jai suivi avec grand interet l’intervieuw mais comme d’abitude, rien de bon n’y es ressorti sinon ke je me sui ennervé.toujour a contourner les kestions, je me demande bien ce kon deviendra !!! mais o moins si tu refuse de partir, fo travailler veritablement pour ton pays !! o moins ca purai se comprendre !!

  • Merci pour ton courage mon frère. On a besoin des gens comme vous au BF. A travers cette analyse, on sait que tu es un bon étudiant de droit.

  • Vraiment chapeau Mr. OUEDRAOGO ! Vous venez de demontrer la un courage qui fait honneur a votre nom de famille.
    Cordialement.

    • C’est pas un président, c’est un roi. Il a des droits mais pas de devoirs. Il a des pieds à terre dans toutes les villes du pays. Il a même nommé un ministre spécialement pour pouvoir modifier la constitution et l’éterniser au pouvoir. Malheureusement, nous sommes en 2013. Les idées, les mentalités , les niveaux de compréhension ont tous évolués. Qu’il le veuille ou pas, il quittera le pouvoir de gré ou de force. Ils pense connaitre le burkinabé qui grogne et se résigne après . Mais trop c’est trop. On a pas le choix que de nous révolter pour de bon. Sinon nous périrons à petit feu.

  • toi tu es un vrai patriote. C’est sur que ce sont les hommes comme vous et moi qui allons faire partie du gouvernement en 2016

  • Mon cher Daouda, blaiso et son entourage font confiance à leurs marabouts maléfiques et égoïstes. Dans la vie si vous vivez avec quelqu’un qui est profondément égoïste, tu vas mourir de chagrin. Pourtant blaiso selon les dire, c’est un enfant de catéchiste ou bien c’est faux ? Je ne comprend plus rien dans son comportement.
    J’ai l’impression que blaiso a fait arrêté GUIRO par erreur. Certainement après, il s’est rendu compte que Guiro devrait rassembler beaucoup d’argent pour les campagnes électorales. Donc on fait semblant et on dit qu’on le libère provisoirement pour raison de santé.
    Les intellectuels façons vont nous faire voir tout dans ce pays

  • Mon frere, j’ai pris le temps de lIre votre lettre ouverte au president du Faso. Les mots me manquent pour qualifier la pertinence d’un tel message. Le president du Faso ne connait pas les realites du peuple Burkinabe. C’est absurde de comparer le Faso aux USA et a la France. Le senat n’a aucune importance pour le Burkina. Tout president peut quitter le pouvoir par la petite porte or par la grande porte. Le choix est a lui .

  • Mon cher Daouda. Merci de bien vouloir m’ecrire.
    Cdlt

  • Une des plus belles interpellations (sommation) que je n’ai rencontrées à l’endroit des titulaires du pouvoir séculaire et tyrannique sévissant au pays des "hommes intègres".
    << Vous(président du Faso) avez une responsabilité historique de ne pas mettre le pays dans une situation regrettable >>.
    Y a t-il situation plus regrettable lorsque dans un pays , des individus s’arrogent le droit de vie ou de mort sur d’autres citoyens ? La preuve : Norbert Zongo assassiné puis brûlé , des individus continuent de boire tranquillement leur lait mieux ils narguent le peuple. Les recommandations du collège des sages n’ont pas été respectées , pire l’injustice et l’impunité sont montées en puissance.

    Cette interpellation ou questionnement , je me permettrez de la poser en d’autres termes : << Les forces régulières de défense , accompagneront-elles ou assisteront-elles le peuple désarmé face à un danger mortel ? >>.

    Un pouvoir accroché au bout du fusil ; tout à fait normal que des marches encore moins des bouts de papier (bulletin de vote) n’y peuvent rien !

  • « On m’accuse même d’avoir fait reculer le pays ».

    Ce n’est pas une accusation mais belle et bien une réalité réelle ! C’est vrai qu’à l’occasion de ta prise de pouvoir sanglante tu as troqué :
    - le képi contre la cravate
    - la révolution contre la monarchie, pardon la démocratie
    - la justice contre l’injustice
    - l’engagement contre le désengagement
    - l’intégrité contre la corruption, la gabegie, les vols du bien public...
    - le collectif contre l’individualisme
    - etc...

    Avec tout cela ton niveau de vie a augmenté mais la majorité de la population s’appauvrit davantage !

    Ouvrez l’œil et le bon Monsieur le Président !
    Il suffit de comparer les composantes socio-économiques des 04 ans de la révolution à ceux des 30 ans de ton règne sans partage on verra la réalité !
    Il est temps que tu prennes ta retraite.

  • Mon frere, j’ai pris le temps de lIre votre lettre ouverte au president du Faso. Les mots me manquent pour qualifier la pertinence d’un tel message. Le president du Faso ne connait pas les realites du peuple Burkinabe. C’est absurde de comparer le Faso aux USA et a la France. Le senat n’a aucune importance pour le Burkina. Tout president peut quitter le pouvoir par la petite porte or par la grande porte. Le choix est a lui .

  • M. Ouédraogo, c’est déplorable de vous lire. je suis abattu par ces propos venant d’un soit disant étudiant en droit. De grâce, ne gâter pas le nom des juristes.
    Je n’ai pas reçu mandat de la part du Président du Faso pour vous adresser un droit de réponse ; sinon j’aurais reprendre votre raisonnement ligne par ligne pour vous démontrer vos lacunes tant en français qu’en droit. Juste un minimum de considération pour le Président. Dans tous les cas il demeure pour l’instant le répondant légitime du peuple burkinabè.
    C’est une aberration juridique de ne pas reconnaitre le principe constitutionnelle du sénat encore moins de dire qu’on peut ne pas appliquer la loi (en considérant les mouvements de contestation de certains groupuscules).
    Je pense que la meilleure expression du peuple burkinabè, il l’a manifestée à travers la Constitution.
    Atteler vous d’abord à vos études sinon pour l’instant vous ne faites qu’exposer vos insuffisances en droit.

    • Mr BEN il serait plus intéressant de relever quelques insuffisances pour éclairer les lecteurs au lieu de dire simplement qu’il expose ses insuffisances en droit. je pense à humble avis qu’il faut argumenter les propos pour éclairer d’avantage les lecteurs (je me répète) car cela élève le niveau de citoyenneté de la population. Avec tous mes respects. un lecteur qui souhaite être éclairé.

    • Est-ce que ce que le President fait actuellemnt - la est une simple question de droit ? Non. C’est plutot une question de bon sens. Il bveut faire la force a tout un peupe mais comme mille poussins rassembles vont faire peur a l’ epervier, il nous vrra sur son chemin. Un seul homme ne met pas au monde un enfant terrible.

    • Monsieur Ben, éminent juriste et grand connaisseur de la langue de molière. C’est regrettable et fort scandalisant ce que vous véhiculez. Avec des gens comme vous, le pays ne peut qu’aller à reculons, souhaitons simplement que les personnes qui cogitent comme vous soient en nombre très réduit. Rien dans le raisonnement de Mr OUEDRAOGO ne fait de lui un piètre juriste, Non ! Congratulation Mr OUEDRAOGO pour la pertinence incontestée de votre analyse et la cohérence parfaite de vos propos. Je suis fier de sentir qu’il y a toujours des burbinabè soucieux, vaillants et courageux, prêt à lutter afin que notre chère nation soit extirpée du labyrinthe dans lequel elle a été plongée depuis et 15 octobre 1987. Notre président ne s’est jamais prononcé avec clarté sur les questions cruciales du pays réel. Espérons que votre message ne soit pas comme de l’eau versée sur le plumage d’un canard.

  • Très cntent 2 te lire j’espère que cela va cnscientisé un peu nos esprits afin que ns puissions ns battre pour la mem coz défendre l’interêt 2 ntr patrie.

  • ce qui me fait le plus mal dans cette histoire,c est que le destinataire ne la lira jamais.nous savons tous que ce boucan autour de l instauration du sénat au Burkina est bien pour la révision de l’article 37. Vivement qu’il quitte le pouvoir pour qu’on puisse retrouver notre belle patrie

  • Bsr M. Ouédraogo.vu votre expression diplomatique,cela temoigne que vous etes intègre et digne d’avoir le nom OUEDRAOGO.il ns faut un reveil de conscience de la jeunesse assombrie dans l’ignorance.pour tout ceux qui ont rien qu’une partielle connaissance de l’histoire politique du faso vous donneront raison.monsieur le prési comprendra qu’une marche ne peut...... Mais qu’elle peut changer tout un regime.

  • Bravo Daouda. Je suis tres content de te lire. C’est une verite absolue. Blaise risque de quitter par le petite porte et mettre le Faso a feu. Je conseille au president de se mefier de la constitution.

  • Bravo Daouda. Je suis tres content de te lire. C’est une verite absolue. Blaise risque de quitter par le petite porte et mettre le Faso a feu. Je conseille au president de se mefier de la constitution.

  • « Nous disons au peuple d’être prêt à se battre, d’être prêt à prendre les armes, à résister chaque fois qu’il sera nécessaire. N’ayez crainte, il ne se passera rien. L’ennemi sait que le peuple est désormais mûr. »

    Thomas Sankara

  • Bah, en fait ce n’est pas de sa faute. Il n’est pas brillant c’est tout !
    sauf pour conserver le pouvoir qu’il a usurpé...

    L’interview est nul malgré tous le respect que j’ai pour ces deux grands journalistes !

  • En tout cas moi je ne comprend pas les gens, Blaise ne quittera pas le pouvoir par les urnes ou si facilement qu’on le pense. Je ne comprend pas l’opposition et le peuple, arrêtez de parler et passons a l’action. Les gens ne doivent pas avoir peur de quoique ce soit on doit payer un prix pour la liberté et nos ancêtres ont paye même le prix du sang pour que nous soyons indépendants aujourd’hui et alors qu’attendons pour assurer notre liberté et l’avenir de nos enfants ? Je vous invite a vous inspirer de l’histoire de Hiroshima et Nagasaki deux villes complètement détruites par la bombe atomique et 30ans après par une bonne politique, les 2 villes sont devenues des villes plus modernes que New York. La politique détruit plus que la bombe atomique. Alors, débarrassons nous de cette politique de Blaise qui nous avilie, qui nous en vie mais esclave et jamais de bonheur ou les gens ne mangent pas a leur faim. Si l’article 37 est modifiée on doit aller a la conquête de notre liberté et de l’avenir de nos enfants.

  • Qu’est ce qui est dit et qui n’a pas été dit ? Ce sont toujours les mêmes arguments. Trouvez d’autres arguments maintenant. On est fatigué d’écouter le même son tous les jours.

  • Mes Félicitations Mr Ouédraogo, pour votre lettre , Si tous les burkinabè de l’extérieure pouvaient suivre votre exemple , on allait pas avoir des représentants des Burkinabès de l’étranger a ce regroupements de sénateurs dont le seul but est de tromper le peuple et se remplir les poches.

  • Nombreux sont ceux qui pensent et veulent écrire comme Daouda. Hélas de nombreuses contraintes les en empêchent. L’essentiel est que cet écrit ait traduit la pensée de la grande majorité silencieuse.

    • moi j’ai toujours compris pourquoi Blaise n’a jamais voulu que le peuple burkinabe s’instruise,et on figure parmi les derniers au monde.voilà quelqu’un qui eclaire et consolide la position de milliers de burkinabe.Daouda Norbert Zongo dans sa tombe ne regrette pas de mourir car sa lutte permanente se poursuit avec vous et autres.svp fini vite de bosser et revient nous pour nous aider à gouverner le pays en declin au soir de 2015 le pays changera de mains n’en deplaisent aux vautours.

    • mr daouda,le senat sera mise en place pian !!!!!!!!.Tu fallais venu empeché l’election des senateurs le 28,ton écris est nul et non valable,il faut du respect pour notre president,tu peux jamais être president ds ce pays,on sans fou d’un etudiants en droit.Viens au pays et parlé.c’est senat où rien,après c’est l’article 37,nous alons voir ce que tu peux faire.

    • Mr. le cadre, domage que vos ecrits ne vous ressemble pas ! certainement un de ceux qui profitent actuellement avc le pouvoir en place. on verra si larticle 37 sera modifier dans le silence et la paix !!!

    • Tu as tente de jouer au neo- laphabetise niveau cp1. mais c’est rate. On te suit de tres peres. Daouda n’ a pas dit qu’ il voulait etre president. Autrement il se serit prsente comme Maxime le Belgeois. Tu lui dis de venir au pays et Parle[sic]. meme si ses obligations lui permettaient de venir et de parler, les temps ont vraiment change. Vous ne pouvez plus tuer de facon aussi bete et brutale que de 1987 a 98. Vous devez fignoler votre action, en lavant les playts avec votre arsenic. Et la- meme, beaucoup des votres peuvent succomber avant. Tu te rappeles 1998 ? A wennaam pa Kou, Naab’ pa Kou.

    • Tu es un lache. Tu penses que Daoud, lui, n’ a pas de nombreuses obligations ? Moi aussi je suis a l’ etranger avec de nombreuses obligations mais je n’ y ai jamais pense. Ce n’est pas tant a cause de mes "nombreuses obligations". Si tu n’a rien a dire, dis que ta grand- memre n’a qu’ une dent dans sa bouche.

      De quoi qu’ il y a deux ? Y a deux testaments. L’ ancien et le nouveu oh oh oh !!!

  • Daouda, félicitations !!! Tu as traduit là ce que TOUT le peuple burkinabè qui aime leur nation pense ! Ceux qui n’adhèrent à cette analyse n’aime pas le Burkina Faso, car c’est de la vérité ! Et il n’ y a que la vérité qui libère !
    Il y a quelques semaines déjà, les évêques du Burkina écrivaient ; "Dans un tel climat de grande pauvreté où les besoins essentiels de base (santé, éducation, emploi, logement, nourriture) ne sont pas suffisamment couverts et un contexte d’une montée de jeunes à l’avenir incertain on peut s’interroger légitimement sur l’opportunité de la mise en place d’un Sénat ? Cette question interpelle plus d’un citoyen. Quelle valeur ajoutée un tel Sénat va-t-il apporter, réellement, à notre pays et à ses pratiques démocratiques ? N’est-il pas possible de faire un meilleur emploi des ressources financières
    limitées dont dispose le Burkina Faso pour mieux couvrir les besoins fondamentaux des populations en santé, éducation et emploi ? Ces questions sont, parmi d’autres, celles que se posent des citoyennes et des citoyens de notre pays, classé par le PNUD selon l’indice de développement humain (IDH) 183e sur 187 pays."

    Mr Le Président du Faso, j’ose encore compter sur votre bonne volonté. Ecoutez l’aspiration du peuple burkinabè, écoutez la voix de la sagesse, rélisez le message des évêques du Burkina. La réalité est que c’est vous qui êtes à la base de toutes ces reformes.

    Dieu sauve ma chère nation

  • Daouda , je n’ai plus rien a ajoute ! merci davoir lu ds mes pensée !
    que jaimerai te connaitre !
    Etudient en tech aux USA

  • Hé toi Daouda-là, tu veux apprendre quoi à qui ? la suppression du Senat ne changera rien au problème des burkinabè : chomage, pauvreté, paludisme, sida etc.. Les faux types de politiciens qui font marcher les gens ne le font pas pour le bonheur des burkinabè mais pour leurs propres bonheurs à eux. Les leaders de l’opposition anti-Senat sont tous des deputés à l’Assemblée Nationale. Pourquoi ils ne renoncent pas à leurs indemnités superflues pour aider les jeunes, pour aider soigner les gens ? S’ils veulent être credibles ils doivent commencer à demander la suppression des indemnités superflues des deputés. Comment voulez-vous que ces faux-types acceptent qu’on donne 100000 frs/mois gratuitement à leurs femmes et n’y trouvent pas une depense de trop ? 100000f/mois multipliés par le nombre des femmes des députés ça fait combien ? si on prend un minimum de 100 deputés x 100 000frs ça fait 10 000 000 frs/ mois. Et cela Zeph trouve ça normal ? 10 000 000 frs/mois ça peut construire beaucoup d’ecoles, beaucoup de dispensaires, ça peut ameliorer le quotidien des etudiants et j’en passe. Soyons objectifs, si l’opposition veut le bonheur du peuple burkinabè les deputés opposants doivent demander de voter des lois contre les indemnités superflues et allouer cette somme aux secteurs stratégiques du developpement du bonnheur des burkinabé. Que les jeunes ne trompent jamais l’opposition au pouvoir ne pourra rien faire pour eux. Daouda si tu veux critiquer le president c’est normal c’est ton droit mais jette aussi des piques à nos faux opposants qui ne luttent pas veritablement pour le developpement de notre pays. Merci. Le problème du Burkina n’est pas le Senat il est ailleurs.

  • Bravo cher compatriote !
    Puisse Dieu vous bénir richement et nous délivrer de cette monarchie

  • bel article... dites moi comment on recrute un journaliste qui doit mener un entretien avec l pdt ? car la prestation des 2 journailstes étaient piètre.... et sans gout..

  • Belle annalyse et bravo !!!!!!!!!!

  • C’est vrai que le président Blaise compaore’ a fait reculer le pays. Notamment dans certains domaines comme :

    - la qualité des soins de sante’ : il ne suffit pas de construire des centres de sante partout qui ne sont pas equipe’s du minimum et avec des agents de sante au bord de la déprime.

    - l’impunite : de nombreux crime de sang, crime économique restent impunis. Et les auteurs ou commanditaires circulent librement et nargue le peuple. Exemple GUIRO et Francois comapore

    - l’incivisme : elle est la résultante de l’imPunite et toutes les frustrations sociales

    - la justice : la justice est a deux vitesse. Il ya une justice pour les pauvres et une autre plus clémente pour les riches. Les juges sont les premiers corrompus

    - la pauvreté : le burkinabe est devenu plus pauvre que dans les années 80. Faites un tours dans les non lotis

    - la corruption est devenu est mode de gouvernance. Si tu veux que ton dossier aboutisse il faut poser un caillou dessus

    - le clanisme : votre mode gouvernance a crée’ des clans, des cercles qui s’accaparent de tous dans le pays. Le burkinabe l’amda n’a pas sa Place

    - etc, etc, etc

  • Le cadre calme toi.pourquoi te mets tu en colere ?Reli le message et ecoute bien:notre tres cher etudiant ne s’adressait pas a toi mais a blaise il ne sait peut-etre meme pas que tu existe.si tu aime tant ton president dit lui de laisser le senat pour un autre car nous sommes en democratie .PERSONNELEMENT C’EST LACHE VOIR IRRESPONSABLE DE CROIRE QUE SANS BLAISE RIEN NE VA ALLER

  • no comment ! c’est une lettre de belle facture, mon parent vous avez tout dit. il reste à savoir si l’intéressé va enfin se réveiller, car il est difficile de réveiller quelqu’un qui ne dort pas a dit un adage.

  • Msg très pertinent et bonne analyse de la situation que vit ce vaillant peuple Burkinabè
    par raport à la création de certaines institutions budgetivores au gré de nos dirigeant juste pour satisfaire leur soif assassine de règne illimité et illégitime. Merci frere. Nous sommes content de savoir qu’en dépit de tout, il ya des compatriotes à l’extérieur qui compatissent à la cause de la masse. Cause très juste et noble. Abas le sénat Pain et Liberté pour tous.

  • Belle analyse mon frère.Blaise veut laisser le pays comme il est venu voir mème pire s’il s’entète.Il pense qu’il ya des pays qui l’aideront quand le pire va s’installer.Kadhafi a beaucoup fait pour la majorité des pays africains mais quand le pire est venu,aucun pays ne l’a soutenu.Qu’il sache que son pouvoir ne vaut pas le tiers de ce que Kadhafi possedait.Peut ètre c’ert son titre de médiateur de façade qui le flatte.On verra si la France,les USA le soutiendront quand le peuple va se lever contre lui.Wait and see.

    • Bravo courageux Daouda ! Votre ecrit à lui seul depass 26 ans de regne de notr presi. Un presiden de republique qui ne peut meme pas tenir un debat serieux. C’est ridicule et il n’a d’autr choix que de faire de la figuration en choisissant des journalites aussi pietres que lui. Un militaire sans formation politique est un criminel en puissance dixit Thom Sank

  • Mon frère Daouda, vraiment félicitations. Rien à ajouter. Intelligent, tu l’es. Cultivé tu l’es.

    Et rien que des vérités dites. Que ceux qui jurent Blaise, se préparent ; lorsqu’il mourra, vous allez le suivre dans sa tombe, et vous rayez aussi le Faso sur la carte du monde.

    Daouda, le peuple conscient du Faso te dit MERCI MERCI MERCI MERCI..

  • merci daouda un très bon message.tes propos sont bien dis et dans un bon sens.ont es fatigués de ce régime qui fait du tort a son peuple.

  • Merci Monsieur Ouedraogo de vous intéresser à l’actualité de votre pays. Cela dénote de votre patriotisme. Les occidentaux veulent précipiter les choses en Afrique, donc je crois que les conditions de son accession au pouvoir sont connues et ne l’ont pas empêché d’être toujours Chef d’État. Être étudiant en droit à Lyon est bien. Le Faso est un pays indépendant quasi autonome, et les politiques servent leurs intérêts. Les manifestations populaires ont lieu partout et elles sont un ciment fort pour une démocratie crédible. J’espère que tu vas rester la bas et te marier à un Boukary ou un François, ainsi vous pourras faire honneur au mariage pour tous, étudiant en droit. Excellente semaine

  • Merci beaucoup Mr OUEDRAOGO pour ce cout de gueul ce qui est sûr l’histoire retiendrat tout ça contre Blaise et son entourage

  • Monsieur Ben, éminent Juriste et grand connaisseur de la de la langue de Molière. C’est regrettable et fort scandalisant ce que vous avez véhiculé comme message. C’est sûr qu’avec des gens comme vous, le pays ne peut qu’aller à reculons. Souhaitons simplement que les citoyens burkinabè qui cogitent comme vous soient en nombre très insignifiant. Pour ma part, il y a rien dans le raisonnement de Monsieur OUEDRAOGO qui puisse faire de lui un piètre Juriste. Non ! Congratulation Monsieur OUEDRAOGO pour la pertinence incontestée de votre analyse et la cohérence parfaite de vos propos. Je suis fier de sentir qu’il y a toujours des burkinabè soucieux de l’avenir du pays, vaillants et courageux, capables de lutter afin que notre chère nation soit extirpée du labyrinthe dans lequel elle a été plongée depuis le 15 octobre 1987. Espérons que votre message ne soit pas comme de l’eau versée sur le plumage d’un canard.

    • ce président là il doit partir ! et il partira !!! merci laba M Douda l’analyse est propre les gens veulent qu’on respecte quel président même ? mon œil

  • Les journalistes qui ont interviewé Blaise ne méritent même pas ce titre après tant d’années dans cet emploi. Incapables de rebondir après des réponses évasives ! Ils se croyaient en face de Mobutu. Quand même ! Vous êtes à la retraite non ? C’est de la platitude et c’est le reflet de la RTB, même après 50 ans qui ne méritent d’être fêtés que par eux et leur régime. C’est nul comme travail.

  • Néssida, c’est toi qui semble plutôt ridicule ; et laisse-moi te dire que si ce débat n’est pas de ton niveau, tu peux simplement te retirer, c’est encore plus sage et plus vertueux. Je suis juriste comme lui, et je tiens à te préciser que la présomption d’innocence ne veut pas dire inculpabilité ; cela signifie tout simplement que quelque soit l’acte que vous posez, vous devez être mis en position de vous défendre et non condamné sans être entendu. Mais le PF, nous l’avons entendu, il n’arrive même pas à se défendre.
    Par ailleurs, il faut savoir que, de même qu’il y a une présomption d’innocence en droit, il y avoir dans certains cas, une présomption de responsabilité : c’est le cas de quelqu’un qui assure la garde de quelqu’un ou de quelque chose. Ainsi, si l’individu gardé commet un acte préjudiciable à autrui, celui qui assuré la garde est présumé responsable, jusqu’à ce qu’il prouve que cette responsabilité incombe à autrui ; c’est ce qu’on appelle chez nous la responsabilité sans faute. En l’espèce, l’article 36 dit que le PF est garant de la constitution et veille à son application. Alors si la révision de cette constitution doit nous porter préjudice, le PF en est présumé responsable jusqu’à ce qu’il nous prouve le contraire. mais nous l’avons tous entendu !

  • les journalistes qui ont interrogé Blaise n’ont pas usé d’assez de professionalisme. ils se sont contenté des vagueries de réponses qu’il a donné. aucune réponse n’a suscité une autre question. ils ont tout digéré. c’est dommage.

  • belle analyse ! mes en ce qui cnserne nos journaliste en ecoutant les differentes questions vous ne saviez pas que ya eu un arrengement avec le president ? ces des questions preparez et visez a lavance par le president mes chers lecteurs. et en plus ces quel formation seulement les jounaliste de la RTB(chaine nationale) aaaaa ?

  • Analyse d’une pertinence rare et démarche de recommandation hautement subtile que d’une extrême nécessité.
    Le Cardinal Richelieu disait je cites " Les grands embrasements naissent de petites étincelles" fin de citation. Prendre leçon de cette assertion serait ma recommandation.Merci

  • Analyse d’une pertinence rare et démarche de recommandation hautement subtile, et d’une extrême nécessité.
    Le Cardinal Richelieu disait je cites " Les grands embrasements naissent de petites étincelles" fin de citation. Prendre leçon de cette assertion est ma recommandation.Merci.

  • RAS ! c’est ça être burkinabè !!! Merci ! merci !merci !

  • Vs êtes vraiment un patriote.un on assistera a la chasse aux cdpistes les ennemis du pays. les gens adhère pour leurs poches

  • Mon frere, tu as tout dit. Que Dieu te benisse.

  • Je suis très ému de lire de tels propos. En fait, cette question de sénat n’est pas réligieuse mais réquiert l’opinion des différents élus des confessions réligieuses. A ce niveau, il faut de la responsabilité, un esprit de grandeur et surtout beaucoup d’odace que de s’entêter sur la réligion. Que la paix règne au Faso et que Dieu lui même bénisse tout le Burkina. A ma connaissance, l’église catholique ne va jamais détourner du Christ au plaisir des hommes. C’est de l’apostasie. Que le Seigneur nous en garde. Louis Alphonse TIENDREBEOGO, Paroisse Notre Dame du Rosaire de Kolgh-Naaba ARCHIDIOCESE DE OUAGADOUGOU.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés