Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Condiments à Ouaga : Hausse des prix sur le marché

Accueil > Actualités > Société • • mardi 30 juillet 2013 à 21h30min
Condiments à Ouaga : Hausse des prix sur le marché

Les prix des condiments ou autres denrées alimentaires connaissent ces temps-ci une augmentation à Ouagadougou. Nous avons fait le constat ce mardi, en faisant le tour de quelques marchés. La réalité contraste avec les images que vous voyez et qui sont illustratives.

Pour espérer avoir deux bonnes petites tomates dans son panier, la ménagère de la capitale doit débourser au moins 100 F CFA. Pour avoir 3 petites gousses d’oignon, il lui faut déposer la même pièce.

Confiance Yaar dans l’arrondissement 11. Madame Lingani est vendeuse de condiments (tomates, oignons, piments). Contente de nous voir s’approcher de son étal, elle n’hésite pas à nous demander ce que nous voulions payer. Nous lui expliquons que nous étions de passage et que nous voulions juste nous enquérir des prix des condiments pour revenir plus tard en payer. C’est combien de ce tas de 3 oignons ? « C’est 100 F », nous dit-elle. Et d’enchaîner : « L’autre tas là-bas, c’est 200 F ». Au vu de notre étonnement, elle s’empresse de nous expliquer que les oignons étaient devenus rares sur le marché, d’où cette hausse des prix. La hausse se constate aussi au niveau des tomates.

Autre marché, même constat

Zaabr Daaga a constitué la deuxième étape de notre tour des marchés des condiments. Là, le kilogramme d’oignon est passé de 600 F à 700 F. Le kilogramme de pomme de terre de Hollande se négocie ici autour de 1 000 F CFA. Autre denrée importée dont le cours connaît une hausse notable : les bananes plantain de Côte d’Ivoire. Avec 1000 F CFA, l’on a droit seulement à 7 bananes. Alors qu’il n’y a pas très longtemps, l’on pouvait avoir 5 bananes à 500 F.

A Sankar-Yaaré, c’est le poids de terre qui est plus cher. Pour la boîte yoruba, il faut débourser 1 250 F CFA. Suit le haricot qui s’acquiert à 1 200 F CFA. La boîte yoruba de sorgho blanc et du petit mil se vend à 700 F CFA. La boîte Yoruba du sorgho rouge s’obtient à 600 F CFA.

A Baskuy Yaar, c’est le prix du maïs qui connaît une flambée. Le sac de 100 kg se vend actuellement à 18 000 F contre 16 000 F CFA en janvier.

Mais, tout sur le marché en ce moment ne connaît une hausse de prix. Certains produits comme les feuilles de Baobab sont maintenant plus accessibles.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : 676 000 personnes ont besoin d’une aide alimentaire entre juin et août 2019, selon la FAO
Education : L’Ecole polytechnique de Ouagadougou se dote de deux instituts
Parrainage d’enfants : Des acteurs clés réfléchissent à des stratégies communes
Communauté Jama’at islamique Ahmadiyya : La 28e conférence annuelle débutera le 29 mars
Route Koupéla-Bittou-Cinkanse-frontière du Togo : Le développement économique inter-Etats en marche
Message de la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose 2019
Liberté d’expression : L’ODJ dénonce des abus contre ses militants
Lutte contre la méningite au Burkina : Les journalistes appelés à s’impliquer
Forum de la Région du Nord : La relance du développement régional au centre des préoccupations
Justice : Il se fait prendre avec des « missiles » à la MACO
Ouagadougou : Opération musclée de déguerpissement sur le site de « Cissin 2020 »
Incendie de la centrale électrique de Dori : Trois provinces sans électricité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés