Affaire « Avenue Union Européenne » : Un détournement au profit du palais de Blaise Compaoré

jeudi 25 juillet 2013 à 22h00min

L’Avenue de l’Union Européenne va être enfin éclairée. Le financement de près de 500 millions est acquis grâce à l’Union Européenne, mais depuis quand ? C’est à croire qu’il fallait ce qui s’est passé le 4 juillet pour que ce financement sorte de l’ombre. Plusieurs zones d’ombres demeurent encore quant à l’état de cette Avenue. Si depuis plus de 4 ans, la route n’est pas éclairée, ce n’est pas faute de financement. Qu’a-t-on fait avec l’argent de la route ?

Affaire « Avenue Union Européenne » : Un détournement au profit du palais de Blaise Compaoré

Il y a une question que beaucoup se posent. Comment l’Avenue de l’Union Européenne a-t-elle été financée ? Il faut faire une bonne fois pour toute la lumière sur le dossier de cette route. Le financement initial du tronçon prévoyait-il son électrification ? Le bitumage de la route nationale N°1, après le scandale Razel, du nom de l’entreprise française qui avait bâclé la construction de cette route en 2002, a été financé par l’Union Européenne dans le cadre du 9ème Fond Européen de Développement (FED). Les autorités municipales de Bobo ont toujours soutenu que la route devrait s’arrêter à quelques 10Km derrière le rond-point de la Femme, mais grâce à une négociation, l’UE a bien voulu prolonger la réfection du goudron jusqu’au niveau dudit rond-point. Cette rallonge ne comprendrait pas le volet éclairage à en croire ces autorités.

Cette affirmation n’est pourtant pas corroborée par tous ceux qui connaissent le dossier. De source digne de confiance, le financement de la route incluait bien l’éclairage. Ce qui est arrivé, c’est qu’au moment de la construction de cette route, une autre route suscitait la grogne. Il s’agit de la route de Nasso, celle qui mène à l’Université Polytechnique de Bobo. Cette route était sans éclairage et suite aux revendications des étudiants, une courte échelle a été trouvée pour résoudre le problème. C’est ainsi que sur le financement de la route qui allait être baptisée plus tard « Avenue de l’Union Européenne », il a été décidé l’électrification de la route de Nasso. Amputée d’une partie de son financement, l’électrification de l’avenue est de facto reportée.

En 2010, à l’occasion des travaux entrant dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’Indépendance du pays, une deuxième chance se présente pour l’électrification de l’Avenue. Le financement est encore de l’Union Européenne, négocié et obtenu par les autorités communales. A l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance, Bobo-Dioulasso est une ville en chantier. Plusieurs routes sont en construction ainsi que des monuments ; mais il y a surtout la construction du deuxième pied à terre du chef de l’Etat dans la ville. C’est là que va passer le financement prévu pour l’Avenue de l’Union Européenne. Avant le cinquantenaire, Les voies d’accès au pied à terre du Président étaient dans l’obscurité. Selon une source de la mairie, le financement prévu pour l’électrification de l’Avenue de l’UE va être de nouveau détourné. Ce sont les deux pied-à-terre du chef de l’Etat qui en bénéficient. Les deux demeures sont situées l’une à côté de l’autre sur la sortie Ouest de Bobo, route de Orodara. Ce sont les voies d’accès de l’ancien pied-à-terre qui sont éclairées à l’occasion du cinquantenaire.

Quant au nouveau pied-à-terre, en plus des voies d’accès, la cour et les alentours sont semés de lampadaires. Le projet d’électrification de la nationale N°1 est pour la deuxième fois reportée. On est à se demander si la route allait être enfin éclairée. Un comité de suivi de l’électrification de la voie existe depuis plus d’un an et a tenu plusieurs rencontres avec le gouverneur et/ou le maire de la commune et les maires d’arrondissements. La plupart de ces rencontres autour de la route sont sanctionnées par un procès-verbal signé des différentes parties. Jusqu’à la date du 04 juillet, il n’existait pas d’information sur un éventuel éclairage de la voie. La commune avait annoncé qu’elle était toujours à la recherche de financement. Et pourtant, au cours de la chaude journée du 4 juillet, le maire de Bobo, Salia Sanou, presque à la surprise générale, a exhibé des documents d’un accord de financement obtenu avec l’Union Européenne pour l’électrification de l’Avenue. Depuis quand ce financement a été acquis ?

Pourquoi avoir gardé le secret sur une si bonne nouvelle qui cristallisait autant d’impatience ? Seule le maire Salia Sanou ou le Gouverneur sauront y répondre. Au cours d’une réunion avec une délégation des secteurs 24 et 25, le maire et le gouverneur ont réaffirmé que le financement est acquis. Il y a un avantage du fait que le financement a été enfin annoncé publiquement. Il y a des chances que cet énième financement ne soit plus détourné pour une autre destination qui n’était pas prévue. Il reste maintenant à voir l’exécution. Les autorités ont donné le 1er novembre pour le début des travaux d’électrification. Ils disposent du temps qui court pour lancer l’appel d’offre et recruter l’entreprise qui va réaliser l’électrification. Le montant du financement s’élève à 494 millions. Il restera maintenant la question des caniveaux non recouverts, à moins que cela soit compris dans le présent financement. L’électrification de l’Avenue et la fermeture des caniveaux sont les deux problèmes posés par les riverains et les usagers de la route. Il faut remarquer que ces caniveaux ouverts à grands diamètres constituent un danger réel pour les usagers de l’Avenue.

N’est-ce pas dans le caniveau que la Mercédès a terminé sa course fatale ce 4 Juillet ? En attendant le mois de novembre pour l’éclairage de l’Avenue, ce sont des ralentisseurs communément appelé « gendarmes-couchés » qui sont en train d’être posés sur l’Avenue pour réduire la vitesse des usagers.

Salia, un nain politique ?

Un proche du maire Salia Sanou nous a confié que celui-ci est un admirateur de l’ancien maire de Ouagadougou, Simon Compaoré. L’ancien maire de la capitale avait ses qualités et certainement ses insuffisances. Homme d’action, il était souvent le premier sur les lieux de tension, bravant la foule et les risques. Il était au contact des populations et « aimait » la presse à sa façon. On ne peut pas dire la même chose de Salia Sanou, le maire de la deuxième capitale. Le maire de Bobo n’a rien copié de son homologue. Son attitude lors de la manifestation du 04 juillet donne une petite idée de ses rapports avec les populations. D’abord, il s’est fait absent jusqu’à ce que le mercure monte très haut. Alors que la manifestation a commencé depuis 2H du matin, il a fallu attendre jusqu’à 12h pour apercevoir le maire.

Tout le monde était à la manifestation sauf le premier responsable de la commune. Il a été le dernier à se rendre sur l’Avenue de l’Union Européenne. Peut-être avait-il bien deviné que sa présence n’apporterait rien à la négociation. De sa présence sur le terrain, nous retenons deux choses : sa distance avec la foule et une image (le maire réfugié à l’ombre et se désaltérant avec un jus). Cette image donne un contraste avec la situation qui prévalait dans sa ville, notamment sur l’Avenue de l’Union Européenne, dans les secteurs 24, 25 et environs. Et pourtant, il n’y a pas longtemps, lors des élections couplées de décembre 2012, le maire était très « populaire ». Salia Sanou a fait une bonne campagne. Il a réussi à mobiliser une masse d’électeurs pour son parti. Pendant les moments de turbulence que son parti a connu à la suite des mécontentements liés à la confection des listes électorales, il avait tenu un discours ferme contre les éventuels « traitres ». C’est une valeur sûre de son parti dans cette ville de Bobo et cela justifie que son parti n’ait pas eu d’autres choix que de le reconduire à la tête de la commune.

Cependant, si son influence rayonne uniquement dans le cercle des militants acquis à son parti et à sa cause comme cela semble se voir, le maire ne sera pas d’une grande utilité pour le parti au pouvoir dans ces moments où la propension est aux contestations dans nos villes. Par ailleurs, Salia n’est pas un homme médiatique. Il est nettement en dessous de la moyenne parce que pour certains, il fuit la presse. Jamais nous n’avons réussi à mettre la main sur le maire. C’est la deuxième fois que nous avons échoué à obtenir un entretien avec lui. En juillet 2012, alors que nous enquêtions sur une histoire de parcelles à Bobo, le maire avait déclaré ne pas être concerné par le dossier. Sur insistance, il avait promis de nous recontacter pour un éventuel entretien, mais jusqu’à ce jour, ce contact n’a plus été établi. Un conseiller municipal à qui nous nous sommes confiés a reconnu que la maire est distant avec la presse. Ce dernier nous a confié que pour avoir le maire, « il faut se poster devant la mairie à 15h45 pour guetter son arrivée » à l’hôtel de ville pour l’accoster. Faute d’avoir eu le maire, c’est le Secrétaire général de la mairie que nous avons rencontré dans les allées de l’hôtel de ville. Volontiers dans la conversation, il affirme cependant que pour toute information qu’on voudrait, « il faut adresser un courrier à la mairie parce que c’est un service » et attendre un retour. Le maire et sa mairie sont vraiment particuliers.

Cédric Kalissani

MUTATIONS N° 33 du 15 juillet 2013. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact:mutations.bf@gmail.com site web :www.mutationsbf.net)

Messages

  • VOILA ON NE PEUT PLUS CLAIR !!!! le sjeunes des secteurs 24 et 25 de Bobo avaient bien raison de lutter le résultat parle de lui-même ! Seule la lutte paie !! La preuve le CDP est vraiment le Conseil des Détourneurs Pilleurs ! Qu’en pensent les bobolais en 2015 virez-moi tous ces politicards qui font passer Blaise avant tout le monde, le peuple. Combien de morts pour des pied-à-terre qui ne sont mm pas occupés une fois l’an ! Honte à Salia

    • Salia Sanou nous connaissons les dessous de leurs manœuvres, dors tranquille tu es clair comme l’eau de roche, continues de travailler pour notre cher Bobo tu as notre confiance totale

    • Je paris que ce LAGUI ADAMA est un membre très influent du CDP. Est-ce que vous ne serez pas François COMPAORE par hasard ?

    • Monsieur Lagui, même sans le dire, les résultats montrent que vous ne travaillez pas, en témoignent le mauvais classement du pays (183e /187), la pauvreté grandissante, l’état de délabrement et de désindustrialisation de la ville de Bobo.
      Alors comme vous le dites, vous pouvez continuez à dormir, sur les cantines de milliards du contribuable.
      Le réveil sera douloureux !
      C’est très bientôt..

    • Inconnu,ne vous faites pas des illusions ; ce LAGUI n’est qu’un fanfaron du genre à provoquer le courroux de la plupart des internautes. Ne vous attardez pas sur ses interventions au risque de tomber bas avec lui sur beaucoup de points.

    • pauvre mendiant !!!!

  • J’espère que les militants se reconnaitront à travers cet écrit ! Nous avons à faire à un régime mafieux (corruption, délinquance, vols de deniers publics, patrimonialisation du pouvoir, etc.., sont les maux qui minent notre société) !

    Il faut être idiot pour ne pas vouloir un changement !

    Webmaster, laisse circuler SVP !

  • J’espère que les militants du CDP se reconnaitront à travers cet écrit ! Nous avons à faire à un régime mafieux (corruption, délinquance, vols de deniers publics, patrimonialisation du pouvoir, etc.., sont les maux qui minent notre société) !

    Il faut être idiot pour ne pas vouloir un changement !

    Webmaster, laisse circuler SVP !

  • Simplement bravo ! Je ne connais rien mais je sais que ça, c’est un journaliste. On attend maintenant un démenti de Salia.

  • voila ce qui montre une fois de plus la mauvaise gestion des finances publiques. Et il faut que la population descende dans la rue pour que leurs préoccupations soient prises en compte.

  • Quand nous parlons de notre fameux, tout le monde croit que nous ne l’aimons pas à tort , en voici une preuve qui ne vient pas de nous. C’est la triste réalité de Bobo, mais c’est comme ça et le réveil sera très douloureux.

  • Un fils de Bobo-Dioulsso qui n est pas competent du tout. IL veut copier Blaise Compaore. Ne rien dire. Quand ca chauffe ils ne cherchent que les boucs emmissaire pour leur offrir a l autel de la manipulation.Lhomme est la depuis longtemps aux Affaires de la ville et rien n a changer, Le Zoo que le Defunt President Maurice Yameogo avait construit au temps ou Bobo etait a son Zenith er laisser pour compte, alors que l affairisme de ses clans et autres sous.couverts tournent bien au rond. Il manque de pragmatisme dans les affaires de cette qu il geren comme un fief famillial.

  • Simplement bravo ! Je ne connais rien mais je sais que ça, c’est un journaliste. On attend maintenant un démenti de Salia.

  • Symptomatique d’un dirigeant qui n’a ni vision, ni réelle conviction pour le développement de la commune à lui confiée ! J’ai toujours considérer que ce maire était le pire syndrome qui ait jamais frappé cette merveilleuse ville.
    Comment comprendre que dans une ville où règnent la convivialité et la courtoisie, le premier citoyen soit plutôt un homme fermé ?
    Lorsqu’un homme est animé d’une âme charitable, cela se lit à son dévouement lorsqu’une cause le requiert !

  • Symptomatique d’un dirigeant qui n’a ni vision, ni réelle conviction pour le développement de la commune à lui confiée ! J’ai toujours considérer que ce maire était le pire syndrome qui ait jamais frappé cette merveilleuse ville.
    Comment comprendre que dans une ville où règnent la convivialité et la courtoisie, le premier citoyen soit plutôt un homme fermé ?
    Lorsqu’un homme est animé d’une âme charitable, cela se lit à son dévouement lorsqu’une cause le requiert !

  • Salia Sanou nous connaissons les dessous de leurs manœuvres, dors tranquille tu es clair comme l’eau de roche, continues de travailler pour notre cher Bobo tu as notre confiance totale

    • LAGUI ADAMA tu es un ennemi de BOBO ! Tu es vaincu au nom du peuple !

    • Lagui Adama, je n’ai pas du tout l’impression que ton salia sanou, le maire travaille pour la ville de bobo. Chaque fois que je vais à bobo, j’ai mal au coeur pour cette ville que la nature a doté d’un beau paysage. Hélas ! trois fois hélas ! Rien n’est fait par la mairie pour la développer. Aucune route de quartier digne de ce nom ! Les alentours du marché, presqu’impraticable ! La saleté presque que partout, etc...Réveillez-vous chers bobolais !

  • Je pense que cela n’est qu’une des preuves de la mauvaise répartition des richesses de notre pays.
    Comment comprendre qu’on prend l’argent destiné à éclairer un route nationale pour aller éclairer le 2nd ou 3ème pied à terre du président ?

    Blaise ait pitié de nous, il faut partir car chaque jour qui passe énerve les gens.

    Sais tu que c’est tout juste pour téclairer pendant 3 jours que vous êtes en train de sacrifier la vie de centaine de burkinabè ?

  • Bravo au journaliste pour ce travail. Mais il y aun gros probleme de soulevé : le niveau de nos hommes politiques. Quand vous comparez Simon, ancien maire de Ouaga et Salia, actuel (re) maire de Bobo, indiquez nous leur cursus pour permettre d’apprehender leur capacité. L’un est universitaire de Dijon et l’autre est ancien agent de liaison de la Sonar Bobo. Faut il tenter une comparaison de ces deux hommes ? Autre point : à quel niveau intellectuel correspond chaque poste politique ? Pensez à une rencontre internationale des maires. Quel visage presentent certains de nos maires ? Et quelles sont leurs capacités à gérer nos équations ?

  • Il vaut mieux tard que jamais

  • ah ! encore un exemple de leur mauvaise gouvernance. le peuple n’est pas leur priorité. ce qui compte c’est Blaise et ses renards CDpistes.

    Voici le plan d’action de la jeunesse Burkinabè :
    Objectif général= Améliorer les conditions de vie du peuple d’ici décembre 2015.

    Objectifs spécifiq=instaurer l’alternance démocratiq et la bonne gouvernance d’ici décembre 2015 ;
    Mettre fin au régime corrompu de Blaise d’ici décembre 2015 ;
    Renforcer la lutte contre les fraudes électorales ; la corruption et les détournement d’ici décembre 2015 ;
    Renforcer l’éducation ; la santé et la création de l’emploi pour tous les burkimbi.

    Stratégie==dormir dans les rues s’il le faut ; crier jusqu’à perdre la voix s’il le faut ; nager dans notre propre sang s’il faut ; mourir s’il le faut. Ensemble nous lutterons ; ensemble nous vivrons. vive notre patrie

  • CDP=FPI de Laurent Gbagbo

  • Vraiment je crois que je vais cesser de m’informer sinon je risque d’être foudroyé par un AVC, rien qu’à lire les verités cachées sur Bobo. Cmt peut-on détourner le financement d’une route nationale pour une autre parce aboutissant au pied à terre du Balise C . BOBO yako !

  • Je comprends maintenant pourquoi Salia est resté à la tête de la commune de bobo malgré son incompétence dans la construction de la ville de sya.tout ce que salia sit faire c’est organisé les djandjobas, les danses des masques de la nuit( bolo) et détourné l’argent de la commune sans oublier présenté des faux documents pour calmer les esprits en cas de manifestations. salia n’a pas peur de Dieu,à sa nage il présente des faux documents aux populations qui l’ont élu. Dieu le voie.

  • Laissez le koro Salia boire son the trankilement .
    Les Bobolais l ont voulu ,les bobolais l on eu , c est la democratie .
    Si les bobolais preferent celui qui va organiser un Djandjoba pour les anes a un bosseur ,c est leur probleme

    • y a des leaders qui savent meme pas ce que ils cherchent. Prendre l’argent de tout un peuple pour aller lampander ta maison particuolere. Ca meme !! Detournement, usage et abus de biens sociaux, Ca c’est la sorcellerie, le canibalisme. Honte a tous ceux qui ont participe a ce holdap.

    • je ne comprend pas pourquoi l’union européenne continu a finance des projet si elle n’est pas sur que l’argent sera bien utilisé,moi je trouve que l’ue est complice.elle contribue par son silence au gaspillage du contribuable européen.

  • ça c’est du journalisme. un diagnostic du mode de gestion de la cité par des vieux loups corrompus qui n’ont plus rien à proposer pour l’amélioration du niveau de vie des habitants et de la gouvernance locale. Comme l’ont dit certains forumistes, continuer de dormir sur vos pratiques mafieuses, le réveil risque d’être très douloureux.

  • C’est une véritable république bananière. On gaspille des centaines de millions pour un pied à terre du président qui ne sert qu’une fois tous les 5 ans. On préfère que les gens se tuent sur les routes, que le peuple meure dans les hopitaux faute de soins et de médicaments, que les enfants ne puissent aller à l’université pour se former, etc. Et, dire que tous ces saprophytes du CDP qui sont des gloutons seront encore au sénat pour bouffer l’argent du peuple qui vit toujours dans sa misère. HONTE A VOUS TOUS. Il serait temps que l’UNION EUROPEENNE SUSPENDE SA COOPERATION AU BURKINA APRES TOUS CES SCANDALES.

  • Pité pour mon pays.......

    Totalement décu et ecoeuré du comportement de nos dirigeants soit disant votes pas le peuple.

    L’argent de la route a été détourné au profit des palais du president. Si c e n’était que ca.....

    Il a été detourné de nouveau par d’autres rapaces chargés des infrastructures de la présidence depuis plus de 20 ans, devenus milliardaires dont on ne parle jamais...

    N’est ce pas Mr le maire de Titao ???? ou plus clairement Mr NIAMPA !!!

    Burkinabè LE REVEIL SERA TRISTE

  • Mes chers, vous serez étonnés quand certaines révélations seront dites au jours J. Même dans l’organisation des 11 décembre ont détourne des travaux au profit de Ziniaré. Le cas est flagrant sur Koudougou ou des travaux ont été transférés discrètement avec la complicité des responsables du MID (du ministre jusqu’au Directeur Général des Routes. Des bandes de truands.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés