Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

mardi 23 juillet 2013 à 21h32min

Dans cette lettre parvenue à notre rédaction, les membres du Collectif pour la défense des intérêts de Tenkodogo se plaignent du site choisi pour abriter l’Hôtel administratif de la région du Centre-Est. Selon les auteurs de cette missive adressée au Premier ministre, c’est dans l’enceinte de la Direction régionale de l’enseignement de base (DREBA) que sera érigé le bâtiment. Convaincusque ce site n’est pas le meilleur qui existe, ils proposent d’autres endroits mieux indiqués à cet effet. Pour cela, ils en appellent à l’attention du Premier ministre, Luc Adolphe Tiao. Lisez plutôt !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

« Le Collectif pour la défense des intérêts de Tenkodogo
A
Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement

Objet : Site de l’hôtel administratif du Centre-Est

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Le Conseil des Ministres en sa séance du mercredi 19 juin 2013 a adopté un rapport relatif aux résultats de l’Appel d’Offres restreint accéléré pour les travaux de construction de six (6) hôtels administratifs dont celui du Centre-Est. Nous avons accueilli cette décision avec une très grande joie. La réalisation de cette infrastructure va sans doute résoudre le problème réel d’insuffisance de locaux pour les services publics. Elle va également contribuer à l’urbanisation des villes retenues pour les abriter, au développement de l’économie locale, à la résorption du chômage et à la lutte contre la pauvreté par la création d’emplois directs et indirects. Aussi, nous remercions infiniment le gouvernement qui, sous votre bienveillante attention, ne cesse de prendre en compte les préoccupations quotidiennes de la population.

Cependant Excellence, s’agissant de l’hôtel administratif du Centre-Est, notre joie a été de très courte durée en raison du site choisi. En effet, les autorités locales en charge du dossier ont une fois encore, préféré la facilité à la pérennité. Ainsi, elles n’ont pas trouvé mieux que l’enceinte déjà suffisamment encombrée de la Direction régionale de l’enseignement de base et de l’alphabétisation du Centre-Est, pour envisager d’y encastrer l’immeuble R+2 extensible.

De nombreuses raisons dont voici quelques-unes justifient notre désapprobation du choix :

1-Le terrain est affecté au Ministère de l’enseignement de base et de l’alphabétisation par arrêté N°99-150/MEF/SG/DGI/DADFC du 10 septembre 1999 en vue de la construction de bâtiments à usage de bureaux. De ce fait, ce ministère en avait déjà fait son hôtel administratif en y concentrant pour l’instant quatre de ses services déconcentrés : la Direction régionale, la Direction provinciale du Boulgou, la Circonscription Tenkodogo I, la Circonscription III. Le terrain sur lequel, il y a déjà dix-sept (17) bâtiments, ne suffit déjà pas aux occupants (une centaine d’agents) et au millier d’usagers (enseignants, élèves, parents d’élèves de la région). Ce beau monde sera incessamment agrandi du Préscolaire et du Post primaire, toutes choses qui exigent de l’espace. Le semblant d’espace qui reste et qui aiguise les appétits a été sciemment laissé pour la fluidité de la circulation, l’aération, le stationnement, le bien-être (soupir), l’entreposage avant réception puis distribution du matériel encombrant (mobilier scolaire), la tenue d’éventuelles rencontre grand public (sessions de formation, assemblées générales, réception), les activités récréatives (kermesses), le sport (terrain de volleyball), les besoins voir les nécessités d’extension (autres Circonscriptions, magasins pour les vivres, salle de conférence, plateau omnisport).

2-Les services déconcentrés du Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation qui sont déjà sur le terrain sont fréquentés par les enfants. C’est leur maison, ils viennent lire leurs résultats, déposer ou retirer tel ou tel document, assister à telle ou telle manifestation… L’hôtel administratif va appeler la prise de dispositions sécuritaires (barrière, vigiles, agent de sécurité, filtrage des entrées…). Le droit à la quiétude des enfants, leur droit d’aller et de venir librement vont être atteints.

3-Le chantier va, au moins huit (8) mois durant, affecter le fonctionnement des services et causer d’énormes désagréments. Les travaux, l’arrivée massive d’ouvriers, la porte ouverte à toutes sortes de fréquentations vont augmenter les risques pour la sécurité du personnel et des usages dont les enfants.

4-L’hôtel administratif ne doit pas être construit sur un terrain appartenant à un Ministère donné. Le Gouvernorat doit chercher un terrain dont le titre de jouissance porte son nom pour éviter les conflits inutiles et les problèmes juridiques par la suite.

5-Non content d’être exigu, le site est isolé. Il ne va pas permettre à l’hôtel administratif de jouer ses deux autres fonctions à savoir, ajouter à l’éclat de la ville et donner de la visibilité aux actions du gouvernement.

6-Le chantier va déraciner des arbres que les propriétaires des lieux ont mis de la peine à planter et à entretenir.

7-Le personnel enseignant est très jaloux du terrain. Celui-ci marque fortement son souvenir. Il a été acquis à un moment et dans des circonstances très difficiles, voir douloureuses qu’il ne convient pas de rappeler. Le premier bâtiment (actuelle Direction provinciale) a été construit par la sueur et le sang des enseignants et des élèves de l’époque. Il ne vient pas à l’idée d’un enseignant actuel de perdre sa souveraineté sur cette cour, de devenir étranger dans une cour pour laquelle le sang et les larmes des anciens ont été versés.

Excellent Monsieur le Premier Ministre, nous avons encore en mémoire votre prompte réaction vis-à-vis des autorités de Dori lorsque vous y avez visité un site inondable proposé pour la réalisation d’une infrastructure de la fête de l’Indépendance. Ceci dénote de votre grand souci pour l’utilisation judicieuse des maigres ressources de notre pays qui passe par la qualité et la pérennité des infrastructures à réaliser. C’est pourquoi nous en référons à votre arbitrage. A Tenkodogo la coupe est pleine. Nous pouvons citer une multitude d’exemples de sabotage d’infrastructures publiques du fait du mauvais choix du site ; mais pour ne pas abuser de votre si précieux temps, nous évoquons seulement deux cas :

1-Le Gouvernorat a été logé dans un réduit, dans un quartier populaire. Il a été implanté nez à nez avec des habitations et une rue marchande, sous les deux châteaux d’eau de l’ONEA qui se trouvaient là depuis plus de trente (30) ans pour le premier. Conséquence, ce qui devait être l’objet de notre fierté cohabite avec débits de boissons, vidéos clubs, ateliers et commerces divers (moulin, soudure, forge, kiosques…) ; il est exposé et vulnérable (juste à un simple jet de pierre). Nous nous demandons ce qu’il adviendra du dispositif de sécurité le jour où cette bâtisse devra recevoir une personnalité de haut rang. Et dire que cela est arrivé simplement parce qu’en son temps, l’on a refusé de rejoindre la zone administrative et le vaste terrain réservé au Gouvernorat dans le plan d’aménagement de la ville !

2-Le tout nouveau siège du Conseil régional a été jeté dans une zone inondable. A peine 1/3 du terrain est viable. Faute d’espace approprié, les infrastructures sont partagées sur deux sites différents dont une parcelle à usage d’habitation, s’il vous plaît ! Cette situation engendre sans doute une démultiplication inutile de certaines charges. L’on est aussi contraint à une mauvaise exploitation spatiale (bâtiments coincés dans un angle) et à dilapider l’argent du contribuable pour des aménagements coûteux (canaux d’évacuation, pavés) qui auraient pu être évités ou différés par le simple choix d’un site approprié.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, c’est avec peine que le Gouvernement mobilise ses ressources. L’hôtel administratif n’est ni une hutte, ni une tente que l’on peut faire et défaire à volonté. Il est donc important de faire en sorte qu’une fois réalisée, l’infrastructure serve et reste fonctionnelle le plus longtemps possible. Aussi, par devoir citoyen et à notre corps défendant, nous avons décidé de nous opposer par tous les moyens pacifiques et légaux à ce que la liste déjà très longue des infrastructures publiques de Tenkodogo dont le site a été mal choisi ne s’allonge pas davantage.

Mais avant toute action d’envergure, nous voulons en référer à votre sagesse et à votre autorité pour ramener à la raison ceux qui, comme s’ils n’étaient pas encore conscients du gâchis que constitue le Gouvernorat du Centre-Est, veulent faire subir le même sort à l’hôtel administratif.

Nous sommes convaincus que la Mairie de Tenkodogo ne manque pas de terrain approprié pour l’hôtel administratif. Du reste, il nous est revenu qu’elle avait proposé trois sites différents qui ont tous été rejetés. Allez y comprendre !

Si même l’hôtel administratif doit être nécessairement construit au sein d’un service déjà existant, nous pourrions indiquer des Directions régionales qui disposent de plus vastes étendues de terrains entièrement libres où il n’y aura pas besoin de déraciner même un arbre, par ailleurs très bien situés pour donner toute la visibilité au projet et à la ville.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, tout en vous remerciant par avance de l’attention que vous porterez à notre présente cause, nous vous assurons de notre disponibilité à apporter notre contribution à la recherche d’un nouveau site.

Tenkodogo le 4 juillet 2013

Le Président
Jacques Zabsonré
Chevalier de l’Ordre de Mérite du Travail »

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 juillet 2013 à 22:23, par bila balbone
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    Comment une telle decision peux etre prise par des intellectuels dits Responsables d institutions ? Je ne peux y croire .Si l ecole ne nous a rien appris,Dieu a donne a chacun un atout que l on appelle "LE BON SENS".Pour une realisation d un batiment administratif ,comment aller le construire dans le domaine d une autre entite.Meme la poule est plus maligne que ces autorites locales,car on verra jamais 2 poules pondre dans un meme nid.Voila encore les betises de nos gouvernants.Mais comme d habitude notre 1er Ministre est vigilant,telle chose ne se fera pas.Il doit avoir un DEAL sous roche.Fouiller bien et vous verrez

    Répondre à ce message

    • Le 24 juillet 2013 à 05:20
      En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

      Ils n’ ont aucun respect pour l’ enseignement et les enseignants. Quand ca coince dans leur budget, c’est dans l’ enseignement qu’ ils coupent. Quand on doit reduire des perdiems, c’est chez les enseignants. Mais malgre tout le travail est toujours fait. C’et pourquoi ce gouvernment Mediocro cumule betise sur betise. Dieu ne va jamais descendre avec sa grosse babe pour nous sauver si on ne se leve pas pour chasser cette bande d’ incapables jouiseurs et paresseux, insouciants et inconscients. Va, gouvernement, je ne t’aime point !!!!

      Répondre à ce message

    • Le 24 juillet 2013 à 05:29
      En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

      Mr Balbone quel est l’intérêt de cette intervention ? c’est juste pour exprimer de l’aigreur, le manque de discipline et je ne dirai pas le reste. Tous les jours on parle d’incivisme mais ça coule comme de l’eau sur le dos d’une calebasse.

      Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2013 à 06:45, par Le maître
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    l’histoire de cet hôtel administratif est une pure foutaise. à Tenkodogo on s’habitue à faire les choses sans analyse. si l’on prend l’investissement réalisé pour le conseil régional, on a mal au cœur ; une telle bâtisse dans l’eau. coincée dans les habitations et baignant dans un marécage. pour le gouvernorat et la résidence du gouverneur si quelqu’un analyse bien il comprendra que c’est la décision d’une personne qui a primée sur le plan communal. ne veut on pas que la ville se développe ? Si l’on ne connaît rien on regarde chez les autres. du soutien au collectif.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2013 à 07:13, par Un Gondwanais
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    C’est effectif, le site n’est pas du tout approprié, il faut un autre

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2013 à 07:37, par ableize
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    Entièrement d’accord avec l’écrit.Je suis en service dans cette et j’ai aussi été surpris en apprenant que l’hôtel administratif sera bâti sur ce site. Non seulement le site est isolé, en plus quand je pense aux arbres qui seront abattus.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2013 à 08:36, par désiré
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    Vous avez oublié le site des logements sociaux également à la proie d’inondations ; moi j’ai été obligé de désister parce que ma maison est sur un passage d’eau. QUE se passe -t-il dans ce pays avec nos techniciens ? Comment aller bâtir des logements sociaux donc pour des gens n’ayant pas assez de moyens dans un endroit inondable. C’est curieux , il faut que les responsables tapent du point sur la table. Le ministre de l’habitat nous le félicitons pour la construction des logements sociaux mais il est interpellé par rapport aux sites de ces logements sociaux qu’on construit pour nous ;

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2013 à 09:32, par Josué
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    Bravo à l’auteur de ce texte. Il faut que les autorités se fassent assister par des paysagistes pour éclairer leur choix.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2013 à 10:56, par BATOUALA
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    Si le problème est pertinent, il faut déplorer énergiquement le fait que les signataires de cette correspondance ne soient pas qualifiés pour le faire. Pour rappel, le centre administratif est régional et non pour la seule ville de Tenkodogo. Prendre en compte les autres feraient mieux faire aboutir le plaidoyer...

    Et, ce genres de collectifs pour défender une Ville ne sont pas encouragés dan un Etat de droit... On n’est plus sus la Rome antique

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2013 à 11:02, par le Chinois Burkinabè
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    Ha, le Burkinabè ! Toujours étonnant de jour en jour. J’espère que tous nos chers internautes connaissent bien Tenko. Si c’est le cas, répondons à ces questions. Qui délivre signe un arrêté d’affectation ? Quelle est sa portée dans l’action publique ? Qu’est-ce qu’un hôtel administratif ? Quel superficie minimale occupe-t-elle ? Qui sont les occupants des locaux ? Qui sont les bénéficiaires des services qui y sont offerts ?
    Rappelons que le site en question est d’abord une réserve administrative, ce qui a permis la délivrance par les services compétents de l’Etat d’un arrêté d’affectation à la DREBA. L’idée de base de l’hôtel administratif c’est de regrouper le plus grand nombre de services publics possibles et réduire au maximum les distances à parcourir. Constat a été fait que la localisation des services déconcertés est un handicap pour la qualité du service public. Le site en question est au centre de la ville de Tenko et il sera pendant longtemps compte tenu de la dynamique des extensions futures de la ville. En plus la superficie du site DREBA vaut plus de 4 h (soit 40 000m²). Les bâtiments (localisées de façon disparate) en question occupent à peine 10% de la superficie. Or un hôtel administratif occupe au maxi 2000 m² (1/5 de l’hectare). Autrement construire plusieurs hôtels administratifs sur le site, encore mieux regrouper les bureaux parsemés de la DREBA en R+1. Je pense que la DREBA gagnerait à s’engager dans ce sens d’autant plus que le MENA aura plus de subventions avec le PDCEB. Quant à la pertinence du choix, un hôtel administratif n’est pas l’hôtel de ville, il n’a donc pas cette obligation d’exposition dans la ville mais être au contraire proche de usagers. le site est au centre de la ville, en plus il est à équidistance des grands équipements de la ville : CHR, ENSP, ENEP, marché central, université et ZAD en projet. Mon intervention est purement technique, N.B. Je ne suis pas natif ou ressortissant de Tenko. Ceci est un point de vu technique.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2013 à 15:01, par l’Alerteuse
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    Merci au collectif pour cette interpellation. l’heure de rconstruire des batimênts administratifs qui vont résister pendant de long années a sonné. la colère de DIEU s’abattra sur ceux qui veulent bouffer au detriment du developpement de la ville de Tenko. Courage,on vous soutient

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet 2013 à 19:56, par balima.j
    En réponse à : Hôtel administratif du Centre-Est : les habitants se plaignent du site

    Bravo à l’auteur de cet écrit très porteur pour le devenir de la vieille terre historique.Ne résidant pas à Tenkodogo mais étant le digne fils de cette terre, je pense que ceux qui ont choisi ce site inapproprié doivent arrêter de sacrifier les intérêts la ville sur l’autel de leurs intérêts égoïste.Ce écrit doit aussi conscientiser mes jeunes frères de Tenkodogo à avoir un œil critique sur ce qui se passe dans la ville, sachons être citoyen.C’est l’argent du contribuable qui sera utilisé donc veillons pour des infrastructures perreines pour ne pas etre responsable devant l’histoire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés