Collectif des fonctionnaires et travailleurs de la Kompienga : Une procession contre l’insécurité en hommage à Mamane Koadima

vendredi 19 juillet 2013 à 04h44min

Le Collectif des fonctionnaires et travailleurs de la commune de Kompienga a organisé le mercredi 10 juillet 2013 une marche en mémoire de leur collègue Mamane Koadima, un instituteur de 31 ans décédé le 3 juillet suite à braquage.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Collectif des fonctionnaires et travailleurs de la Kompienga : Une procession contre l’insécurité en hommage à Mamane Koadima

Partis de l’école Kompienga A, plus de 200 fonctionnaires, selon le collectif, ont arpenté dans le silence quelques artères de la ville en passant par l’école Kompienga B.

Brandissant des pancartes rappelant l’insécurité dans laquelle les populations de la commune et particulièrement les fonctionnaires vivent, ils ont dit vouloir interpeller l’Etat à garantir la quiétude et la sécurité qui permettra aux populations de travailler paisiblement pour le développement de la commune.

Selon les organisateurs, c’est suite à de multiples agressions (plus de 23) dont sont victimes les fonctionnaires de la région de l’Est dans l’accomplissement de leur exercice que cette marche a été organisée.

La dernière en date étant celle qui a valu la vie à Mamane Koadima. Cet instituteur certifié a reçu trois coups de feu alors qu’il regagnait son poste à moto. Cette marche lui était également dédié, toujours selon les organisateurs. De l’école Kompienga B, les marcheurs se sont ébranlé jusqu’à la Préfecture où leur porte parole a lu publiquement un message qu’il a ensuite remis au Préfet pour transmission au Haut-commissaire.

Dans ce message, les fonctionnaires et travailleurs de la commune de Kompienga, ont émis leur souhait de travailler « en toute quiétude ». Ils réclament entre autres « le renforcement des effectifs des agents de sécurité dans la Commune, leur dotation en moyens logistiques et armement adéquats, l’instauration des patrouilles permanentes sur les axes les plus fréquentées, l’instauration des contrôles inopinés d’identité par des agents de sécurité et un renforcement du dispositif sécuritaire pendant les périodes de transhumance ».

Junior Mathieu LANKOANDE

AIB/Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés