Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

mardi 16 juillet 2013 à 23h30min

L’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) a organisé, ce mardi 16 juillet 2013, en présence du Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, la cérémonie officielle de clôture de l’année académique 2012-2013. Placé sous le thème « La conscience professionnelle pour une administration publique efficiente au service du développement », l’événement a consacré la sortie de 1234 élèves, toutes disciplines confondues.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

Clôture de fin d’année, sortie de promotion et désignation de la personnalité énarque de l’année. Le rituel est respecté à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) devant un parterre de personnalités. Présidé par le Premier ministre Beyon Luc Adolphe Tiao, le cérémonial s’est tenu cette année, sous le thème : « La conscience professionnelle pour une administration publique efficiente au service du développement ». A l’occasion, 1234 compétences, issues de 42 filières, ont été mises à la disposition de l’administration publique pour emploi.

Des difficultés qui plombent la formation à l’ENAM

Après avoir rendu un hommage à deux disparus au cours de l’année, le délégué général des élèves de l’école, Louis Bernard Ouédraogo a égrené à l’attention du Premier ministre, un chapelet de difficultés auxquelles les élèves font face. De l’exiguïté de la salle informatique à l’insuffisance de salles de cours en passant par l’insuffisance des ordinateurs, du manque de connexion au réseau Wi-Fi et la reproduction à leurs propres frais les supports de cours par les élèves, les difficultés qui empêchent une meilleure formation à l’ENAM sont nombreuses. La promotion 2011-2013 a choisi comme nom de baptême « Docteur Ki Zachaël ». En rappel, le Docteur Zachaël Ki était diplômé en droits et était enseignant dans plusieurs établissements dont l’ENAM. Il a également occupé le poste de Secrétaire général du Médiateur du Faso. Coup du sort, il est mort accidentellement sur la route nationale N°1. Pour le délégué général des élèves, « le choix du nom de cet illustre disparu comme nom de baptême, c’est une manière de saluer sa mémoire dont l’absence crée un vide chez les élèves, le corps professionnel et au niveau de l’administration de l’ENAM ».

Après avoir passé deux ans sur les bancs de l’ENAM, ils se sont engagés pour un service public de qualité. Et au Secrétaire général de l’ENAM, Mathias Traoré, de renchérir en ces termes : « En choisissant comme parrain M. Soungalo Apollinaire Ouattara, président de l’Assemblée nationale, ce thème et ce nom ce baptême, vous avez opté de respecter un certain nombre de valeurs de la fonction publique à savoir la dignité, la loyauté, la compétence, la rigueur, la détermination et le service public bien rendu ».

Léné Sebgo, personnalité énarque de l’année

Au total 1407 élèves ont suivi avec succès les examens de fin de formation cette année à l’ENAM. Venant de différents pays dont le Tchad, la République de la Centrafrique, le Togo, le Niger, seuls 1234 de ces élèves seront reversés à la fonction publique du Burkina Faso. A l’unanimité, ils ont désigné Léné Sebgo, ministre de la Santé, personnalité énarque de l’année.

Instituée depuis 2006, la désignation de la personnalité énarque permet, selon le Secrétaire général de l’ENAM, de distinguer et de rendre hommage à un ancien énarque dont l’exemplarité de son cursus académique et professionnel force l’admiration et inspire les élèves. Ce rituel vise aussi à promouvoir la culture de l’excellence chez tous les énarques et de créer les valeurs de référence pour ceux qui sont toujours en formation.

Après avoir écouté les doléances des élèves de l’ENAM, le Premier ministre Luc Adolphe Tiao, a promis de trouver des réponses à certaines d’entre elles. Porté vers une administration publique compétente, il a appelé les énarques à travailler pour une « administration efficiente caractérisée par la transparence, l’éthique, l’équité et la compétence ».

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 juillet 2013 à 23:36, par KROUTCHEV
    En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

    haiii.! kaïkaïkaï !! voilà encore des fonctionnaires désoeuvrés et misereux dans la rue. c’est mieux pour vous de chercher à faire vacation. regardez dans les grins de thé qui s’installent de 9h à 3h du matin. 40% sont des fonctionnaires. certains même vendent du porc au four. regardez du coté de tanghin. d’autres arpentent les couloirs des cabinets d’étude pour négocier faire enquêtes toute l’année. cherchez vous, sauvez vous !!

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2013 à 23:51, par vite
    En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

    Félicitations aux Administrateurs Civils, CASU, CISU, Magistrats, Diplomates... pour cette promotion pour les uns et entrée dans la Fonction publique pour les autres.
    Par ailleurs, il est temps de trouver un DG pour cette école qui commence sérieusement à perdre de son renom. Il n’y avait qu’à voir le tohu-bohu dans l’organisation des soutenances cette année on comprend aisément que la maison aurait duré dans son orphelinat et que les responsables sur place ne sont pas aptes à la conduire. Urgence ! Et ce n’est pas des cadres ( Bac+5) qui manquent au pays pour manager l’institution.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2013 à 23:52, par vite
    En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

    Félicitations aux Administrateurs Civils, CASU, CISU, Magistrats, Diplomates... pour cette promotion pour les uns et entrée dans la Fonction publique pour les autres.
    Par ailleurs, il est temps de trouver un DG pour cette école qui commence sérieusement à perdre de son renom. Il n’y avait qu’à voir le tohu-bohu dans l’organisation des soutenances cette année on comprend aisément que la maison aurait duré dans son orphelinat et que les responsables sur place ne sont pas aptes à la conduire. Urgence ! Et ce n’est pas des cadres ( Bac+5) qui manquent au pays pour manager l’institution.

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2013 à 10:28
      En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

      La promotion ne pouvait pas trouver un beau nom de plus que celui de ce regretté KI Zakael, quel est l’enarque qui ne souhaiterai pas avoir pareil nom de baptême. Paix à ton âme illustre SAMO.
      Il faut aussi ajouter que l’ENAM est cette seule Grande école de ce Faso qui ne dispose d’une connexion Wifi pour ses élèves qui, obligé qu’ils sont, piratent la connexion de 2IE. C’est honteux mais c’est aussi une réalité.
      Enfin il faut avoir le courage aussi de dire aux officielles que des élèves sont entraine de suivre des cours et ce jusqu"à la fin du mois par incurie des dirigeants de l’ENAM. Des élèves ont passé tous le second trimestre à chômer et maintenant on les retiens pour des cours qui auraient dû prendre fin depuis le 22 juin 2013. C’est une insulte à notre intelligence que de dire qu’il manque des professeurs dans ce Faso pour dispenser des cours de droit pénal général ou de rédaction administrative

      Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2013 à 09:37, par le saint
    En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

    TRAVAILLER DAN LA JOURNEE E GERER DES BUVETTE LES SOIRS ; pour complèter vou fin de mois ; FELICITATION A VOU ;

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2013 à 10:35
    En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

    Aparament les années passent mais rien ne change à l’ENAM..toujours le même décor à chaque sortie !! Pire, des diplômes peut-être non signées remise pour la formalité aux majors !!
    Bref, bonne arrivée à vous dans la jungle chers ennarques !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2013 à 10:37, par balteve
    En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

    Aparament les années passent mais rien ne change à l’ENAM..toujours le même décor à chaque sortie !! Pire, des diplômes peut-être non signées remise pour la formalité aux majors !!
    Bref, bonne arrivée à vous dans la jungle chers ennarques !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2013 à 19:57
    En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

    Où sont les précédentes promotions ? Félicitations à ces futurs chômeurs en puissance. Des formés qui chôment, on en trouve mais des formés qui travaillent, on en cherche. Bonne chance quand même.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2013 à 14:59, par Le sndiste
    En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

    Ainsi tout le monde reste silencieux sur cette question de SND ! Je napprecie pas ces genres d’activites qui ne sont qu’un orchestre d’hypocrisie ou tous les discours qui ne font pas l’affaire des autorites sont censures... Meme le tout petit du primaire ne peut vivre pendant 15 mois avec 30000F/mois dans un pays ossi cher que le burkina de nos jours.
    Yaakooo jeunesse burkinabe !!!
    Moi en tout cas jai fai ma sorti en aidant la ccvc pour lorganisation de sa marche...

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2013 à 16:49, par FRANCE
    En réponse à : Burkina Faso : 1234 compétences au service de l’administration publique

    On recrute sans avoir une approche cohérente qui prend en compte : les besoins réels, les capacités d’accueil (les postes à occupés sont-ils créés et équipés), etc. Ces agents vont flotter pendant longtemps avant d’être affectés dans des services dépourvus de tout et qui savent quoi en faire. Pendant ce temps d’autres agents travaillent pratiquement à mi temps, sinon pas du tout, parce que le travail est très mal organisé du fait de l’incapacité notoire de ceux à qui cela incombe. résultat de tout cela = productivité au travail nul = contribution au développement nulle. Ces tapages et opérations de cosmétique médiatique nous éloignent des vrais défis : comment mettre les fonctionnaires au travail pour tirer le meilleur de chacun et de tous. Pour ceux qui en savent quelques choses, actuellement, c’est des milliers de fonctionnaires qui sont payés par le contribuable mais qui ne font rien, ou n’ont rien à faire, ou encore, à qui des gens zélés refusent le travail pour on ne sait quelles raison.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés