Cinquantenaire de l’OUA-UA : À Bobo-Dioulasso, le Burkina donne une Place à l’Union Africaine

lundi 8 juillet 2013 à 21h30min

« Place de l’Union Africaine ». C’est désormais le nom du carrefour situé en face du stade Samgoulé Lamizana de Bobo-Dioulasso, ainsi rebaptisé dans la continuité des activités commémoratives du jubilé d’or de l’ex-Organisation de l’Unité Africaine (OUA) – aujourd’hui devenue Union Africaine (UA). Le ministre délégué à la Coopération régionale, Thomas Palé, a en effet inauguré cet espace bobolais au cours d’une cérémonie, ce vendredi 05 juillet 2013, et qui a vu la participation du représentant de l’Union Africaine SAFGRAD au Burkina Faso, le Dr Ahmed Elmekass, et des autorités de Sya. Après le « baptême » du matin, le ministre et ses hôtes ont participé à un cross populaire dans la soirée, pour « promouvoir » et « magnifier » l’Union Africaine.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Cinquantenaire de l’OUA-UA : À Bobo-Dioulasso, le Burkina donne une Place à l’Union Africaine

25 mai 1963 - 25 mai 2013 : l’Union Africaine (UA) a 50 ans. Pour marquer l’évènement, la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine avait décidé, en juillet 2012, de célébrer le cinquantième anniversaire de l’OUA/UA le 25 mai 2013 à Addis Abéba, sous le thème « Panafricanisme et Renaissance africaine ».

Dans le même cadre, il avait été demandé aux Etats membres de l’Union d’organiser des cérémonies commémoratives au niveau local. Placé sous le très Haut patronage du Président Blaise Compaoré, le Burkina Faso a répondu à l’appel de l’Union en baptisant des espaces de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso au nom de l’Union Africaine.

Bobo en phase avec l’UA

A Bobo-Dioulasso, c’est la date du 5 juillet 2013 qui a été retenue pour le baptême de la toute nouvelle Place de l’Union Africaine. Le ministre Thomas Palm a ainsi baptisé l’espace, ce vendredi, à travers ces mots : « Cette place, que j’ai l’honneur de baptiser ‘Place de l’Union Africaine’, nous appartient tous. Le devoir nous recommande donc de l’entretenir à la hauteur du symbole qu’elle représente. Aussi voudrais-je vous inviter tous à faire vivre cette place pour magnifier nos aspirations communes et nos valeurs partagées ». Pour le ministre, en décidant de baptiser l’ex-carrefour du stade Samgoulé Lamizana « Place de l’Union Africaine », le Pays des Hommes Intègres vise à « rendre un hommage mérité aux dignes fils et filles de l’Afrique, qui ont très tôt compris que la force du continent réside dans son unité et dans sa capacité à décider de son propre avenir ».

Bénéficiaire de l’œuvre, l’Union Africaine, à travers son représentant au Burkina Faso, le Dr Ahmed Elmekass, a bien apprécié l’hommage qui lui a ainsi été rendu. Comme le ministre, le Dr. Ahmed Elmekass espère que la Place de l’Union Africaine inspirera les prochaines générations sur l’importance du « Panafricanisme et de la Renaissance Africaine », thème du cinquantenaire de l’UA. Par ailleurs, pour ses dix ans – l’OUA étant devenue l’UA en 2003 –, l’Union Africaine s’est donnée comme objectif de « bâtir une Afrique intégrée, prospère et en paix dirigée par ses propres citoyens et constituant une force dynamique sur la scène internationale ».

Une mobilisation importante pour le cross populaire

Organisé dans le cadre du baptême de la Place de l’Union Africaine, le cross populaire a par ailleurs mobilisé du monde. Y ont participé, avec le ministre Thomas Palm et le représentant de l’Union Africaine en tête, des institutions, des organisations de la société civile, ainsi que des hommes des forces de l’ordre et de sécurité. Partis de la place Tiéfo Amoro, les sportifs d’un jour sont passés par le boulevard de l’Indépendance et la Place de la femme avant de regagner leur point de départ.

Pour le représentant de l’Union Africaine, la mobilisation et la participation des Bobolais au cross populaire n’a rien de surprenant. Bien au contraire. Pour lui, notre pays a toujours montré sa disponibilité et son engagement pour une Afrique unie.

Egalement satisfait de la grande mobilisation, le ministre a laissé entendre que le cross populaire était une occasion de plus de faire la promotion de l’Union Africaine, dont les idéaux ne sont pas toujours connus des jeunes générations. Il espère que la Place de l’Union Africaine deviendra un symbole de la renaissance africaine et des nobles idéaux du panafricanisme qui inspireront la jeunesse bobolaise dans sa quête quotidienne d’un mieux-être.

Pour le ministre, « […] la Place de l’Union Africaine nous appartient tous. Le devoir nous commande donc de l’entretenir à la hauteur du symbole qu’elle représente […] ». Les Bobolais sont donc interpelés.

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés