Hôtel administratif de Koudougou : « On a mis la charrue avant les bœufs »

mercredi 3 juillet 2013 à 15h25min

Six directions régionales avec au moins sept bureaux chacune et des salles de conférences, c’est la capacité d’accueil de l’hôtel administratif de la région du Centre-Ouest. Depuis plus de deux mois les bénéficiaires ont occupé les lieux. Mais ils sont confrontés à diverses difficultés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Hôtel administratif de Koudougou : « On a mis la charrue avant les bœufs »

Manque d’équipement, de climatisation, coupures intempestives d’électricité… sont entre autres contraintes auxquelles font face les occupants des lieux. Ce lundi 1er juillet 2013, l’ambiance qui régnait n’était pas des plus …..

L’hôtel administratif est situé au secteur 9 (Burkina) de la ville de Koudougou sur la RN14 en partance pour Dédougou, côté droit peu avant la station technique de l’ONEA. En rappel, la construction des hôtels régionaux est une volonté du gouvernement burkinabè de doter chaque région de locaux plus confortables aux agents de l’Etat, mais aussi de réduire les distances des usagers. Et cela dans le cadre de la célébration tournante de la fête nationale. Ainsi, Koudougou, capitale de la région du Centre-Ouest qui a abrité les festivités commémoratives du 11 décembre 2012 en a bénéficié et le bâtiment a été réceptionné par le Premier ministre Luc Adolphe Tiao. Ce joyau construit en R+2 est implanté sur plusieurs mètres carrés avec une architecture moderne. Cette initiative du gouvernement est saluée à sa juste valeur par les bénéficiaires. Mais, l’équipement en matériel reste le véritable problème. Ainsi, comme a laissé entendre un occupant « le bâtiment vu de l’extérieur est beau et laisse deviner le confort. Mais, la réalité est tout autre quand on entre dans les bureaux ».

Ce lundi 1er juillet 2013, nous avons pu constater la présence effective de quatre directions régionales. Il s’agit de l’Habitat et de l’Urbanisme, de la Jeunesse de la Formation professionnelle et de l’Emploi, des Ressources animales et Halieutiques et enfin de la Fonction publique. La direction du Budget et celle de l’Action sociale sont toujours attendues.

Une table ronde des directeurs pour bien gérer l’hôtel

Tasséré Congo, directeur régional de l’Habitat et de l’Urbanisme, qui a été notre premier interlocuteur n’a pu contenir sa satisfaction malgré tout : « mes impressions sont bonnes », a-t-il apprécié. Et d’ajouter : « Nous disposons d’assez de bureaux ici par rapport à l’ancien coin (ndlr : l’ancien siège était aux logements sociaux) parce que nous occupons 7 bureaux contre 3 auparavant. Nous saluons l’initiative de l’Etat pour les efforts consentis dans le but de mettre les agents de différents ministères dans des locaux confortables et leur permettre ainsi se côtoyer ». Pour Bagnan, DRH de la Fonction publique, « cet hôtel est nettement meilleur à l’ancienne villa qu’occupait la Fonction publique (en face du Comité de Sages) en location depuis plus de trois années ». « Aux premiers instants de notre arrivée, nous avons passé trois jours sans travailler à cause d’un mauvais fonctionnement des prises électriques », se rappelle-t-il. En outre, de l’avis de Tasséré Congo, l’hôtel administratif est économique en matière de charges électriques, et permet aussi de réduire les distances des usagers. Cependant, tout n’est pas « clean » dans le bâtiment. En effet, des difficultés subsistent, et le directeur régional de l’Habitat ne passera pas par quatre chemins pour les énumérer. Ces difficultés sont communes à toutes les directions. Il s’agit notamment de la climatisation qui n’est pas encore installée dans tous les bureaux, de la connexion Internet, du téléphone et surtout le manque d’équipements adéquats. A en croire, le directeur régional de l’Habitat, l’équipement en matériels serait laissé à la responsabilité de chaque direction. En ce qui concerne la connexion et le téléphone, l’ONATEL a été contacté. Et celui-ci a déjà dépêché des émissaires pour installer les câbles des lignes téléphoniques.

Drissa Dagano, directeur par intérim des Ressources animales quant à lui, s’inquiète des éventuels court-circuits qui peuvent survenir, car des câbles électriques sont toujours visibles dans les murs. « Les autorités ont mis les charrues avant les bœufs », dira-t-il, ceci pour dire que l’hôtel n’était pas encore prêt pour accueillir ses occupants. Parce que toutes les conditions n’ont pas été réunies. C’est pourquoi, il suggère qu’il y ait « une table-ronde des directeurs régionaux afin de bien gérer ce bâtiment public ». Avec l’implication plus grande du ministère en charge de l’Habitat et de l’Urbanisme.

Zanga Souleymane DAO
zangson87@gmail.com

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 juillet 2013 à 02:19
    En réponse à : Hôtel administratif de Koudougou : « On a mis la charrue avant les bœufs »

    voila une triste réalité dépeinte par le journaliste. ajouter a tout ça le manque d’un service d’hygiène pour la propreté des locaux. quand on prend les escaliers on a souvent l’impression que le bâtiment n’a jamais été nettoyé depuis le déménagement des différents services. vivement que quelque chose soit fait !!! aussi il est inimaginable qu’un tel joyau qui abrite 6 directions ne soit pas connecte a l’internet. les conséquences immédiates ce sont les pannes imminentes(si ce n’est déjà le cas) des ordinateurs par manque de mise à jour ! une chose est de construire un bâtiment pour le confort des agents, mais une autre chose est d’équiper convenablement ces locaux pour un rendement optimal de ces derniers. N’est-ce que les agents dans l’hôtel administratif de bobo savent de quoi je parle !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2013 à 07:21
    En réponse à : Hôtel administratif de Koudougou : « On a mis la charrue avant les bœufs »

    Et comment fait on les réceptions provisoires et définitives avec tous ces problèmes électriques jusqu’au jour où il y aura une catastrophe !

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2013 à 08:01, par CORRUPTION
    En réponse à : Hôtel administratif de Koudougou : « On a mis la charrue avant les bœufs »

    voilà j’ai suivi de prêt ce fameux chantier, en ce qui concerne les prises électriques c’est un problème que vous ne pourrais jamais résoudre car il a été mal exécuté par l’entreprise en question, aucune entreprise au Burkina n’est spécialiser dans tout les domaines et voilà que eux ils ont pris tout les lots alors qu’ils n’ont pas une section électricité au sein de l’entreprise ils ont juste soustraite avec une autre entreprise qui n’a pas pu faire son travail par manque de financement et il a été remis a une autre entreprise qui est venue exécuté sans aucun plan électrique puisque le dernier refusais de remettre les plans d’exécutions qui ont été établis par elle même. donc vous voyer avec moi que rien ne marchera bien dans ce bâtiment.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2013 à 11:35, par nina
    En réponse à : Hôtel administratif de Koudougou : « On a mis la charrue avant les bœufs »

    surtout celui de bobo de l’exterieur jolie à voir de l’intérieur c’es déguelas aucun entretien, pourtant i ya des occupants

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2013 à 16:08, par Tigré
    En réponse à : Hôtel administratif de Koudougou : « On a mis la charrue avant les bœufs »

    c’est le Faso émergeant du grand boss

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés