Vision Express sur… : Les nouvelles formes de mariage inquiètent

lundi 24 juin 2013 à 18h57min

Le « mariage pour tous », c’est-à-dire le mariage entre deux personnes du même sexe fait désormais partie des us et coutumes français. Malgré les nombreuses contestations contre l’adoption de la loi, l’Assemblée nationale l’a validée et le premier mariage a été célébré le 29 mai dernier à Montpellier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le couple Vincent et Benoît vit sans doute, et ce depuis cette date, un parfait amour dans la légalité. Ils pourront aussi, s’ils le veulent, adopter un enfant puisque la loi les en autorise. Tout ceci malgré la farouche opposition qui mènent les « anti-mariage pour tous » à ce qui est devenu la « loi Taubira ».

C’est dans un contexte aussi controversé en France que les Suisses veulent adopter une autre posture qui parait plus cynique dans les relations sentimentales. Par la légalisation de « l’inceste » au « nom du mariage pour tous ». Ces derniers se sont justifiés par le fait que la notion de la famille a beaucoup évolué. Le législateur suisse compte ainsi dépénaliser les rapports sexuels au sein de la famille. Autrement dit, les Suisses vont autoriser les rapports sexuels entre un enfant adulte et ses parents (mère ou père) s’ils le veulent. L’on apprend que les arguments avancés et soutenus par les défenseurs de la dépénalisation sont aussi frappants et font froid au dos que ceux de Christiane Taubira, d’Audrey Pulvar…

C’est pourquoi, des opinions se demandent si un jour l’on pourra épouser son père ou sa mère au nom du « mariage pour tous ». Autant le phénomène du « mariage pour tous » inquiète des Occidentaux, autant il inquiète des Africains. Ces nouvelles formes de relations entre les humains ne sont pas loin des portes de l’Afrique, même si des pays à l’image de la Gambie, du Nigéria, du Sénégal, de l’Ouganda, du Cameroun et de la Zambie ont déjà décliné leur hostilité à la question. Sauf que nos politiques ne vont jamais jusqu’au bout de leurs propres décisions. Au Sénégal, le débat fait mousse même au sein de sphères religieuses. Le président de l’association des Imans prédicateurs, Mouhamadou Bamba, n’a pas manqué de révéler qu’il y a même des chefs religieux homosexuels au Sénégal.

« Les hommes qui n’ont d’yeux que pour leurs semblables, on en trouve partout. Les homosexuels sont partout. Dans les associations et même chez les chefs religieux, il y a des homosexuels et des imans pédés », a-t-il déclaré. Ces déclarations, venant surtout d’un leader d’opinions, suscitent bien des interrogations. Les réalités africaines s’assemblent et se ressemblent. Lorsqu’ un religieux se permet d’avancer de tels propos, de surcroît dans les médias, il y a problème. De vrais problèmes qu’il y a lieu de solutionner quand on sait que la préservation des valeurs africaines reste les seules véritables armes pour faire face aux dérives occidentales et amorcer le développement sur le continent. Le « mariage pour tous » ou encore l’homosexualité, l’inceste… sont des réalités existantes sous nos cieux. Et sont loin d’être empêchées ou interdites. Si ce ne sont donc les enfants africains qui vont en pâtir au travers de leur adoption par les coupes homos, ce sont les sociétés qui vont se plier aux caprices d’un phénomène qui est si près de nos portes. C’est donc maintenant, le début de la lutte.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés