Palais de justice : Il voulait ternir l’image de la justice

jeudi 6 juin 2013 à 15h27min

Alors que le substitut du procureur près le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso a requis une peine d’emprisonnement de 6 mois fermes contre Félix pour abus de confiance, le tribunal en a doublé au terme de sa délibération.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

En effet, comparu devant les juges le lundi 3 juin 2013, cet homme de 40 ans d’origine nigériane est coiffeur de profession. Il répondait de son acte d’abus de confiance portant sur la somme de 180 000 F CFA au préjudice d’Augustina. Comment cela est-il arrivé ? Interpellée pour des faits de trafic d’enfant, Augustina avait été reconnue coupable. Elle a écopé d’une peine d’un an qu’elle purgeait à la Maison d’arrêt et de correction de Gaoua (MACG). A moins d’un mois de sa libération, Félix a reçu la visite de sa tante pour voir dans quelle mesure il peut l’aider à la libérer de prison. Chose que le coiffeur ne va pas décliner et usant de son titre de président de la communauté nigériane à Bobo-Dioulasso, il promettait de tout arranger avec l’aide d’un juge. 150 000 F CFA lui seront remis pour les frais de déplacement, mais aussi pour le juge. Il faut signaler que les 150 000 F CFA ont été envoyés par la mère de la détenue. Une première visite à la MACG pour voir Augustina, puis une deuxième au cours de laquelle elle informait Félix de sa libération dans un mois. « Il ne me restait qu’un mois et je lui ai dit de garder les 150 000 F CFA que ma mère m’a envoyés pour mes soins. En prison j’étais malade et je voulais qu’à ma sortie, je puisse utiliser les sous pour me soigner », explique Augustina dans un français approximatif aux juges. En tout cas, de retour à Bobo-Dioulasso, Félix aurait informé sa tante que les sous n’ont pas suffi pour le juge.

Il fallait donc ajouter 30 000 F CFA afin de mieux convaincre l’autorité judiciaire pour libérer sa nièce. Ce que la tante ne fera pas, et Félix de la harceler jusqu’à ce que l’affaire arrive devant les autorités policières et judiciaires. Pendant tout le débat, le prévenu n’a pas reconnu les faits qui lui sont reprochés. Pour lui, cette histoire est un simple montage pour salir son image. Mais il s’agit plutôt de l’image de la justice que Félix a voulu ternir, soutient le procureur dans son réquisitoire. Il mérite de ce fait une sanction à la hauteur de son forfait pour servir de leçon à toute personne qui serait tentée par ces genres d’actes. Depuis lundi 3 juin, le coiffeur séjourne à la MACB et ce pour un an.

Il veut être jugé en présence de son conseil

Le parquet n’a pas trouvé d’inconvénient au renvoi du dossier de Sanou, 23 ans et employé de commerce poursuivi pour vol de 300 poules pondeuses. Appelé à la barre de même que la victime, Sanou n’a pas voulu son jugement en l’abscence de sa défense. D’où sa requête pour le renvoi de son procès. Ce que le tribunal a fait en renvoyant le dossier au 17 juin prochain.

La copine d’Issa Coulibaly innocentée

L’affaire des 18 millions de FCFA du défunt Issa Coulibaly qui était employé dans la succursale d’une société ivoirienne à Bobo a connu son dénouement le mardi 27 mai 2013. Si le garçon de ménage a été reconnu coupable et a écopé d’une peine de trois ans de prison ferme, la copine du défunt a été relaxée au bénéfice du doute.

Rassemblés par
Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés