Blaise Compaoré/ADF-RDA : Y a-t-il encore mariage ?

mardi 28 mai 2013

Comme il l’avait fait savoir quelques jour avant le vote de la loi sur le Sénat au Parlement, l’ADF-RDA a finalement voté contre ledit projet de loi. Une attitude qui confirme la volonté du parti de l’éléphant d’avoir son propre agenda politique. Au point de mettre en difficulté la majorité présidentielle et son chef.

Réagissez à cet article Réagissez
     Blaise Compaoré/ADF-RDA : 	                Y a-t-il encore mariage ?

L’ADF-RDA est-il encore un parti de la majorité présidentielle, après avoir refusé comme il l’a fait, de suivre le président Compaoré et son parti, le CDP, dans leur volonté de création d’un Sénat ?

En tout cas, depuis le 21 mai 2013, date du vote de la loi, certains responsables du parti au pouvoir ne cachent plus leur agacement face à une telle situation. Incompréhensible et inacceptable à leurs yeux.

Ce d’autant plus que selon eux, ce Sénat fait partie des réformes ‘’phares’’ proposées par le Président du Faso dans le cadre du ‘’CCRP’’.

En revanche, pour l’opposition, il ne vise à terme qu’à faire sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels.

Gilbert à la barre

Au lendemain donc du vote de la loi, Assimi Kouanda, le Secrétaire exécutif du CDP n’a pas caché sa colère.

Et même que selon des informations émanant de milieux avisés, une ‘’convocation’’ a été immédiatement adressée au président de l’ADF-RDA, Gilbert Noel Ouédraogo.

Pour dit-on, lui demander de vive voix, de clarifier la position de son parti, dans ce qui apparait à leurs yeux comme un jeu de cache-cache.

L’opposition s’en réjouit

Evidemment, du côté de l’opposition, l’on se réjouit de ce refus de l’ADF-RDA de suivre la majorité.

Et même que Philippe Ouédraogo en politicien rusé, ne manque de formules pour caresser l’éléphant dans le sens de la trompe. Pour lui, et bien qu’ayant souscrit au projet dès le départ, l’ex-ministre des transports et son parti se sont rendu compte qu’ils ont été trompés dans la version finale du document soumis à l’appréciation et au vote des députés.

Du reste, sur la question de l’article 37 évoquée ci-dessus, ‘’GNO’’ et les siens ont également fait savoir qu’ils s’y opposaient.

Dans ces conditions bien de gens se demandent ce qu’il reste encore du mariage entre les deux parties.

Juvénal Somé

lefaso.net

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés