UA : Le Burkina Faso est à jour de ses contributions

dimanche 26 mai 2013 à 19h59min

Sur les 54 pays membres de l’Union africaine (UA), seulement 17 étaient à jour de leurs contributions statutaires au 31 décembre 2012, selon le Rapport de la sous-commission des contributions de l’organisation panafricaine obtenu par la PANA mercredi 22 mai 2013 à Addis-Abeba.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

. Il s’agit de l’Algérie, de l’Angola, du Botswana, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de l’Egypte, de l’Erythrée, de l’Ethiopie, du Gabon, de la Guinée, du Lesotho, de la Libye, du Malawi, de la Mauritanie, de la Namibie, du Rwanda, la République arabe saharaouie démocratique (RASD) et de la Zambie. Considérés comme les deux premières puissances du contient, le Nigeria et l’Afrique du Sud n’étaient pas à jour de leurs contributions à l’UA au 31 décembre 2012. Les contributions, versées annuellement en fonction d’un pourcentage attribué à chaque pays, servent à financer les activités de la Commission de l’UA dirigée depuis octobre dernier par l’ancienne ministre sud-africaine des Affaires étrangères, NKosazana Dlamini-Zuma.


Des présumés malfrats dans les locaux de la gendarmerie de Ouahigouya

Au cours de la semaine dernière, un groupe d’élèves qui se donneraient à des activités impropres, est tombé dans les filets des pandores. En effet, ces élèves, certains des établissements d’enseignements secondaires et d’autres de l’Ecole nationale de la santé publique, ont été arrêtés pour des opérations de braquages. Les principales victimes étaient les femmes qui portaient sur elles des sacs à main. Selon nos sources, parmi les présumés malfrats, figure l’enfant d’un juge à la retraite. Celui-ci porterait une arme à feu. Un autre, candidat au BAC, après son arrestation aurait été conduit au terrain afin de subir les épreuves sportives des examens. La suite des interpellations a permis de mettre la main sur un membre du groupe qui tentait de fuir en gare. En entendant de tirer au clair leur sort, ce réseau de gangs est mis hors d’état de nuire.


Financement de dossiers auprès des institutions de l’Etat

Et bien, nous avons reçu de la disponibilité d’un généreux patriote de Bobo-Dioulasso qui se propose d’accompagner les candidats pour « monter » au mieux leurs dossiers pour financement auprès des institutions de l’Etat. S’il est souhaité que l’Etat finance nos Activités Génératrices de Revenus(AGR), aussi faudra-t-il que nos projets soient dûment convaincants. C’est fort de ce constat qu’il faut bien profiter de cette aubaine pour mieux présenter vos projets afin de profiter de l’accompagnement de l’Etat. Un projet n’est financé que s’il est convaincant. Il vous suffit alors de contacter le 68 15 55 89 pour mieux comprendre.


Le Président de la Commission de la CEDEAO fait le point de la situation qui prévaut au Mali au Président du Faso

Aussitôt arrivé à Addis-Abéba (Ethiopie), dans la soirée du 24 mai 2013, pour prendre part, du 25 au 26 mai 2013, aux festivités du cinquantenaire et à la 21ème session ordinaire du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, le Président du Faso, Monsieur Blaise Compaoré, a reçu le président de la Commission de la Communauté Economiques des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Kadré Désiré Ouédraogo.

Le premier responsable de l’institution sous-régionale ouest-africaine a indiqué à la presse qu’il est venu faire le point de la situation qui prévaut au Mali au Président Compaoré et saisir l’occasion pour avoir les conseils du Médiateur Blaise Compaoré sur la suite du processus devant conduire à l’organisation d’élections présidentielles au Mali.

« Toute la communauté internationale est prête à accompagner le Mali pour un retour à une vie constitutionnelle normalisée », a par ailleurs affirmé le président de la Commission de la CEDEAO.

Se prononçant sur les attentats qui ont frappé le Niger, le 23 mai 2013, pays frontalier du Mali et membre de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo a présenté ses condoléances les plus attristées au Président Issoufou Mahamadou, au gouvernement et au peuple nigérien. Il a réaffirmé la détermination de la communauté ouest-africaine et internationale à déployer tous les moyens nécessaires pour la paix en Afrique de l’Ouest.

Blaise COMPAORE invite l’Afrique à prioriser l’éducation, la formation, la recherche et le développement inclusif dans ses politiques publiques

La capitale éthiopienne a abrité le 25 mai 2013, la cérémonie commémorative des 50 ans de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), actuelle Union Africaine (UA).

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés