Santé : YIK-AFRICA International, un cabinet spécialisé en santé mentale ouvre ses portes à Ouagadougou

jeudi 9 mai 2013 à 18h20min

Cadre au ministère de l’Economie et des Finances, Nongma Paré a été nommé il y a trois mois chef de service et bombardé chef d’un grand projet de modernisation du ministère. Une belle promotion pour ce quinquagénaire très ambitieux, marié et père de six enfants, mais qui lui assigne aussi de nouvelles responsabilités qu’il va devoir assumer correctement pour mériter la confiance de ses supérieurs.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Santé : YIK-AFRICA International, un cabinet spécialisé en santé mentale ouvre ses portes à Ouagadougou

Conscient qu’il a là une chance qui ne se représentera probablement plus, Nongma Paré va s’investir corps et âme dans l’accomplissement de ses nouvelles fonctions. En l’espace de quelques semaines, sa vie en a été complètement bouleversée et désormais, il ne vit que par et pour le travail. Premier arrivé au bureau tous les toujours, il y reste jusqu’à des heures tardives, y compris les week-ends. Il ne compte plus son temps. Chose surprenante, il ne manifeste aucun signe de fatigue malgré la charge de travail qu’il assume. Il n’a plus de vie privée et les plaintes de sa famille et de ses amis n’y font rien. « On est en face d’un cas typique de burn-out. Parce qu’il a un besoin fou de reconnaissance, le salarié est tellement investi dans son boulot et a tendance à repousser le plus loin possible ses limites, y compris en ayant recours à des excitants », explique Olivier Zemba, Docteur en Psychologie et Directeur général de YIK-AFRICA INTERNATIONAL, un cabinet spécialisé en Santé mentale et Assistance psychosociale.

« Les signes les plus apparents chez l’individu victime du burn-out sont les troubles du sommeil et l’anxiété. Il faut savoir les détecter rapidement et mettre en place une psychothérapie qui est une technique permettant de de traiter certaines pathologies comme la dépression ou le burn-out », précise t-il.

Avec le chômage massif, la précarité de l’emploi, les exigences d’efficacité, voire d’efficience et de rentabilité, les bruits de toutes sortes, la pollution, les individus sont de plus en plus soumis au stress, à l’anxiété, bref, aux « désordres psychologiques ». C’est pour prévenir et traiter ces pathologies d’un genre nouveau que le Docteur Olivier Zemba a créé YIK-AFRICA INTERNATIONAL (qui veut dire en langue mooré : lève-toi Afrique).

Logé dans les locaux du centre de formation Yam Pukri, au secteur 30 de Ouagadougou, à quelques pas de la gare Rahimo, le cabinet offre des services en Conseling, une relation d’aide consistant à accompagner les gens face aux multiples pressions qu’ils subissent aussi bien dans le milieu du travail que dans la vie courante. « Individuellement ou en groupe, nous apportons une assistance psychosociale aux personnes en les aidant à renforcer leurs capacités. Le traitement consiste à mieux cerner les contours de leurs problèmes et les amener à valoriser ce qui est positif, à minorer ce qui est négatif en eux. A priori, ça peut paraitre simple, mais d’expérience, nous savons combien il est difficile mais important d’amener quelqu’un qui est sous pression à avoir confiance en lui-même, et à faire la différence entre ce qui est essentiel et ce qui est accessoire », explique Docteur Zemba.

Dans le domaine du travail, l’accompagnement s’avère salutaire surtout pour les maniaques, les perfectionnistes, ceux qui ont du mal à déléguer, ou tous ceux qui, à tort ou raison, pensent que les autres doutent de leurs compétences et éprouvent le besoin de convaincre ! « Pour cette catégorie de personnes, nous proposons ce que nous appelons la prévention et la gestion de la santé mentale au travail en établissant d’abord un diagnostic de l’état du patient, ensuite nous élaborons un programme de traitement et de suivi, puis à la fin un bilan évaluatif pour voir s’il faut continuer ou changer le programme en cours ».

En plus de l’intervention clinique, c’est-à-dire la prise en charge personnalisée soit à la maison, soit dans un internat, le cabinet YIK-AFRICA INTERNATIONAL mène d’autres activités notamment dans la formation, la recherche, l’étude et la gestion des programmes. Le 29 juin 2012, il a ainsi organisé un atelier sur le stress, le burn-out, l’auto-soins et la fatigue de compassion, qui a attiré du beau monde : des cadres, employés, chef d’entreprises, étudiants, représentants d’institutions nationales et internationales. « Beaucoup de gens se sont intéressés à la fatigue de compassion, c’est-à-dire les stress post-traumatiques dont les symptômes sont les palpitations ou le ralentissement de la libido », détaille Olivier Zemba, « mais aussi au monitoring, en particulier les cadres soucieux de concilier performance dans l’entreprise et préservation de leur santé. »

Après plusieurs années d’expériences professionnelles en France où il a obtenu un doctorat en Psychologie à l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris, et mené des recherches dans le Centre-éducatif Jean-Cotxet, Docteur Olivier Zemba a aussi suivi une formation en Ethnopsychiatrie à l’Hôpital Jean-Talon de Montréal au Canada en tant que Coordonnateur d’un projet « Fonds-Jeunes-Emploi ».

Au cours des cinq dernières années, il exerçait dans la région des Grands Lacs comme clinicien au Regional Clinical mental Heath Officer, avant de prendre la décision courageuse de rentrer au pays « pour mettre mes compétences au service de la mère patrie ». Ce qui était un rêve, comme il nous l’avait confié en septembre 2006 dans une interview, est donc devenu une réalité, puisque Olivier Zemba donne aussi des cours à l’Université de Koudougou.

Joachim Vokouma, Lefaso.net

Contacts YIK-AFRICA INTERNATIONAL : Tél : +226 77 814 797/ 70 37 26 64

E-Mail : olivier.zemba@gmail.com ; zembaolivier@hotmail.com

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 mai 2013 à 21:15
    En réponse à : Santé : YIK-AFRICA International, un cabinet spécialisé en santé mentale ouvre ses portes à Ouagadougou

    Je profite de l exemple de ce Zemba qui a pris la courageuse decision de rentrer au pays apres ses emplois au Canada et aux USA. Le phenomene de retour au pays est d actualite. Sans tambour ni trompettes, de nombreux Burkinabes retournent actuellement au pays pour y vivre avec femme et enfants.
    Je demande cependant aux gens restes au pays d arreter de faire la discrimination envers ceux qui desirent repartir au Burkina. Ils les designent de "Benguistes" en opposition a ceux restes au pays qualifies de "Tenguistes".
    Nous sommes tous des Burkinabes nes au Burkina de parents Burkinabes. Nombreux sont les enfants d honnetes gens qui ont travaille bien et dur a l ecole, avoir le baccalaureat avec mention, obtenu une bourse sur concours non truques (examinateurs etrangers sans intervention et fraude de la DOB du Burkina), qui ont poursuivi leurs etudes au Canada et aux USA et souhaitent simplement rentres au Burkina trouver du travail. Tous ceux qui ont etudie ou travaille au Canada ou aux USA ne sont pas enfants de gourous ni de de voleurs de la republique. Au contraire c est au prix d enormes sacrifices (petits jobs, endettements), que de nombreux enfants d honnetes citoyens ont pu finir leurs etudes hors du pays. Arretons donc de faire les amalgames et de jeter tout le monde dans le meme panier. Ne soyez pas mechants avec un Burkinabe juste parce qu il a decide de revenir au pays avec femme et enfants, parce que tout le monde n est pas enfant de voleur.

    Répondre à ce message

    • Le 10 mai 2013 à 13:53, par le peuple
      En réponse à : Santé : YIK-AFRICA International, un cabinet spécialisé en santé mentale ouvre ses portes à Ouagadougou

      Eh oui, il y a trop de confusions présentement au Faso. Tu vas étudier à l’étranger, on te taxe de fils de gourou etc. Tu te déplaces en véhicule surtout les femmes, on te taxe de maitresse de gourou et de je ne sais quoi. C’est sûr, il y a des gens qui profitent des ressources de ce pays mais n’allons pas taxer à tord les gens de gourou, de voleur etc. Il y a des gens qui travaillent dur et qui méritent ce qu’ils ont aujourd’hui. est-ce que nous devons rester dans l’extrême, personne ne réussit, personne ne gagne et tout le monde est satisfait. Nous méritons mieux.
      Courage à M. Zemba

      Répondre à ce message

      • Le 10 mai 2013 à 16:30, par Veritas
        En réponse à : Santé : YIK-AFRICA International, un cabinet spécialisé en santé mentale ouvre ses portes à Ouagadougou

        Vraiment les Burkinabè ont un pb. On souhaite le nivellement par le bas. Tout le monde ds la pauvreté et on se regarde. Quand tu réussi un peu, au lieu que les gens suivent ton exemple, ils sont jaloux de toi.
        Courage à M. Zemb pour cette initiative. Ces maladies st encore tabous ds nos pays, pourtant nombre de personnes en souffrent.
        Ceux qui veulent rentrer au pays, ceux qui on décide de rester ailleurs, l’essentiel c’est que où que tu sois, ds la mesure du possible, essaie de faire quelque chose pour le pays.
        La vie est un choix et certains se sentent mieux ailleurs ou gagnent leur vie mieux ailleurs. Je sais personnellement ce que sais que de vivre à l’étranger. De laisser tout ici et de partir. Je sais que c’est très dur. Les anglophones ont eu le terme exact de home sick. Mais ils restent tous Burkinabè.
        Big up à tous les frères au 4 coins du monde. Soyez tjrs des bons ambassadeurs pour votre pays.

        Répondre à ce message

  • Le 12 mai 2013 à 12:26, par gnine
    En réponse à : Santé : YIK-AFRICA International, un cabinet spécialisé en santé mentale ouvre ses portes à Ouagadougou

    c’est une très bonne initiative, nombre de personnes souffrent de troubles psychiques mais on ne le considère réellement que lorsqu’ils délirent ou sillonnent les rues. Il faudra surtout sensibiliser les populations à rejoindre de tels centres dès qu’un individu présente des troubles de conduite car dans la plupart des cas, la médécine traditionnelle est sollicitée.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés