Lutte contre les fistules obstétricales : Des malades soignés et formés à l’auto-emploi

dimanche 5 mai 2013 à 19h30min

Des femmes malades de la fistule obstétricale ont été soignées à Ouagadougou, puis formées en tissage et en fabrique de savon avant de regagner, le mercredi 1er mai 2013, leurs localités d’origine respectives, les bras chargés de matériel de travail.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre les fistules obstétricales : Des malades soignés et formés à l’auto-emploi

Après un séjour de 18 mois pour certaines et 24 mois pour d’autres au Centre d’accueil de la fondation Rama à Ouagadougou, des femmes précédemment malades de la fistule obstétricale ont regagné leurs domiciles, totalement guéries. Outre la guérison, ces femmes, au nombre de quatre, ont également bénéficié d’une formation en tissage et en fabrication de savons. Ce sont des dames visiblement comblées qui sont retourné dans leur localité de provenance, le mercredi 1er mai dernier. « Les mots nous manquent pour traduire véritablement ce que nous ressentons comme joie », a avoué Safiatou Zongo, une des bénéficiaires. Safiatou et une autre femme, Sarata Kaboré, ont passé un an et demi au centre d’accueil. Quant à Natalie Kaboré et Mariam Kaboré, elles y ont passé deux ans. C’est à l’issue de leur guérison que les quatre dames ont reçu la formation. A entendre la coordonnatrice de la fondation Rama, Rasmata Kabré, la formation a été possible grâce au soutien de partenaires tels que le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et la Direction de la santé de la mère et de l’enfance (DSME). « Les mêmes partenaires nous ont aidés à accompagner ces femmes avec du matériel de travail composé de marmites, de bassines, de bouteilles de gaz, de foyers améliorés, de seaux, de moules de savon, de matières premières pour la fabrication du savon, etc. », a indiqué Mme Kabré. Le but de cet appui, selon la coordonnatrice de la fondation Rama, est de permettre à ces femmes guéries de la fistule obstétricale de pouvoir se prendre entièrement en charge, une fois arrivées chez elles à domicile. Rasmata Kabré a salué la générosité de ceux qui ne cessent d’aider sa fondation à prendre en charge les victimes de la fistule. Elle a lancé un appel à l’endroit d’autres personnes ou structures à faire parler leurs cœurs au profit des femmes qui souffrent de ce mal stigmatisant.

Alban KINI
alban_kini@yahoo.fr

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés