Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

mercredi 1er mai 2013 à 22h20min

De plus en plus, des femmes militent dans les mouvements syndicaux. Pourquoi ? Harcèlement sexuel, promotion canapé, injustice, impunité, pressions diverses… sont, entre autres, les raisons qui les y poussent, à en croire Florence Ki secrétaire de la cellule féminine de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

Elles sont sorties nombreuses ce 1er mai 2013 pour accompagner et soutenir les hommes dans leur quête de l’amélioration des conditions de vie et de travail auprès des gouvernants. Ce qui était rare. En effet, pendant plusieurs années, les femmes sont restées en marge de la plupart des luttes syndicales. Non pas parce qu’elles n’y trouvaient pas leur compte mais parce qu’elles n’osaient pas évoquer les contraintes auxquelles elles faisaient face sur leur lieu de travail. Surtout pas au sein d’un mouvement syndical. Les choses semblent avoir changé. Ainsi, indique Florence Ki, « de plus en plus, les femmes militent dans les syndicats et y exposent leurs difficultés ». Difficultés qui sont entre autres le harcèlement sexuel, les pressions de toutes natures, les inégalités face à la promotion qui poussent certaines femmes à se soumettre au droit de cuissage… Ainsi, viennent-t-elles dans les mouvements pour militer et défendre les droits de la femme au travail.

« L’injustice est grandissante et elle est pour la plupart supportée par les femmes. A cela s’ajoute la vie chère à laquelle elles doivent faire face dans le foyer », soutient dame Florence qui s’indigne : « Les pauvres continuent de s’appauvrir et les riches continuent de s’enrichir ». Qu’en est-il alors des écarts de salaires ? Les femmes militantes à la CGT-B n’ont pas de connaissance sur ce point particulier, mais estiment que le problème peut exister. « Dans le secteur informel par exemple », explique dame Florence. Les raisons qui reviennent le plus sont le « droit de cuissage ». « Des femmes subissent toujours le droit de cuissage si toutefois elles veulent grimper les échelons. On dira que personne ne les force en cela. Certes ! Force est malheureusement de reconnaitre que beaucoup subissent des pressions », soutient Djénéba Traoré, une contractuelle dans une société de la place. Elle ne s’est pas syndiquée, de peur de perdre son emploi. « Nous n’avons pas de voix dans l’entreprise parce que, de jour au lendemain, ils peuvent nous mettre à la porte », dit-elle en appuyant les propos de Florence sur le harcèlement sexuel, qui ne s’exerce pas seulement au haut niveau. « Les pressions sexuelles sont le quotidien de certaines travailleuses, entre collègues et autres… », a-t-elle ajouté. Outre ces problématiques, d’autres questions relatives au respect du genre sont discutées au sein de l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB). Elles traitent notamment de la promotion des filles dans certaines filières. « On retrouve moins de femmes au niveau de l’Institut du développement rural parce que ce sont les meilleurs qui sont retenus.

Je pense qu’il faut encourager plutôt les filles à s’intéresser à ces domaines qui tendent à être réservé aux hommes », commente une étudiante. L’essentiel, indique Florence Ki, est que les femmes, qu’elles soient au foyer ou non, sont en train de prendre conscience que seule la lutte permet d’obtenir ce que l’on cherche.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er mai 2013 à 23:55, par Jamanatigui
    En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

    Théoriquement beaucoup d’hommes, même moi, peuvent résister à l’arme de destruction maissive de la femme mais pratiquement rares sont ceux qui peuvent resister.
    Ce n’est pas aujourd"hui que les femmes ont commencer à mettre le monde sous coupe reglée, nous soumettre à leur désiderata et il n’est pas évident qu’elle y mette fin.
    Harcèlement dans les services vous avez dit. Mais quant en est il de la responsabilité même des femmes ? C’est vrai que ceratins hommes sont carrement des malades qui sont excité même par un bout de tronc mais il faut reconnaître que certaines femmes versent dans la provocation. Donc il y’a lieu aussi de définir ce concept d’harcèlement car il n’ya pas que les femmes qui en sont victimes. Elles sont parfois responsables.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2013 à 07:39, par Larissa
    En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

    Sachez que dans certaines situations, il s’agit bien d’un devoir de cuissage.
    Certaines femmes après avoir fait succombé un homme s’en vantent auprès de leurs copines.
    C’est malheureusement la triste réalité de nos moeurs qui s’effritent.
    Rappelons nous qu’à Beijing, la seule préoccupation de ce point international portait sur la libération sexuelle des femmes.
    Aujourd’hui, ce n’est plus le male qui pourchasse la femelle mais bien le contraire.
    Les hommes ne sont pas pour autant exampter de ces facheuses tendances.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2013 à 07:52
    En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

    Il faut avoir le courage de denoncer PUBLIQUEMENT les cas de cuissages et de harcelement sexuels avant de vouloir pretendre a quoi que ce soit ! Sinon, on continuera de vous...

    Répondre à ce message

    • Le 2 mai 2013 à 11:18, par la SG des petasses de azimmo/Ouaga 2000
      En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

      Eh alors c’est quoi votre problème à vous autres les constipés du cul ?Si ça nous plait de nous faire sauter entre deux réunions séminaires etc sur le canapé du DG ou du ministre en quoi c’est un problème puisque nous y prenons notre plaisir et gagnons ainsi nos promotions !!
      Dites plutôt que vous autres n’en avez jamais eu l’occasion sinon vous ne cracheriez pas dessus !!
      En plus c’est tellement excitant que dans la chambre sur un lit rien de tel pour stimuler la créativité et le rendement au service !!
      En tout cas et ce jusqu’à holala nous on se fait sauter piannnnnn et on y trouve notre compte piannn donc les rabougris n’ont qu’à aller se plaindre de ce qu’ils connaissent Tchrrrr
      Vive le droit de cuissage

      /

      Répondre à ce message

    • Le 2 mai 2013 à 13:10, par Milas
      En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

      Eh vous aussi. Vous aimez ça. Pourkoi venir avec une jumpe de 20cm de long ou un pantalon qui laisse apparaître la forme de la chose là. Je pense humblement que c’est la victime le bouro.

      Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2013 à 10:19
    En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

    "Droit de cuissage"
    On sent une occidentalisation à plein nez des choses de plus en plus en Afrique. Les mots vulgaires sont banalisés (pour choquer ?) ; à croire que vous voulez une chose et son contraire. Continuez ainsi et nous irons droit au mur.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2013 à 11:22, par ainsi va la vie de travail
    En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

    Toute façon tant qu’il aura des femmes consentantes le droit de cuissage a de beaux jours devant lui !!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2013 à 12:21, par JINAZOUM
    En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

    L’IDR n’est pas réservé qu’aux hommes. les jeunes filles doivent compétir au même titre que les jeunes gens pour y accéder. N’est ce pas que le cerveau n’a pas de sexe ? les femmes et les hommes ont les mêmes potentialités. ce que homme fait, femme peut faire. c’est comme ça au prochain concours de la gendarmerie, on dia qu’on veut 100 gendarmes (hommes et femmes confondus et non 80 hommes et 20 femmes).

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2013 à 12:28, par ANITA
    En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

    Bassératou, il serait aussi bien de dénoncer les harcèlements sexuels à l’encontre des hommes. lorsque des femmes se déshabillent lorsque vient l’heure d’aller au boulot, c’est pour aller quoi faire ?
    je suis fonctionnaire. Et j’ai remarqué que tant qu’une femme "ne fait pas d’ouverture", il faut être fou pour s’y aventurer, tant son tacle risque d’être dangereux.
    Mais, s’il faut rente dans les bureaux des gens et venir les frotter du bout des s...., il est évident que c’est une invite...

    Toutefois, je reconnais que certains hommes surtout les patrons ne sont pas exempts de reproches. Ils accordent des avantages à celles qui baissent culottes et sont très méchants envers les "soeurs".

    Répondre à ce message

    • Le 2 mai 2013 à 16:38, par Tiraogo
      En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

      C’est dommage que même les femmes se condamnent dans ce fléau très sérieux du harcèlement sexuel ; en invoquant le manque de retenue de certaines d’entre elles. Il ne faut pas confondre la drague des femmes, dont elles ont parfaitement droit, à une demande insistante ou forcée de relation de la part d’un homme. Nul n’est tenu d’accepter une relation sous prétexte d’avoir été tenté par la femme. Nous ne sommes pas des animaux. Le jour où il aura des sanctions sévères sur le sujet, les hommes se retiendrons. Que ces soit-disant faibles aillent en Europe ou en Amérique ; ils deviendront impuissants sur le coup.

      Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2013 à 15:36, par L E CLAIRVOYANT
    En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

    ooh ! il est temps que la femme africaine se réveil car personne de défendra ses droits à sa place.De nos jours certaines femmes s’exhibent je ne sais pas quel exemple elles donnent à leur progénitures.Ainsi le respect de la femme ne saurai se faire si elle même ne se respecte pas.A bon entendeur salut !!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2013 à 17:46, par karamba
    En réponse à : Tribune de la femme : « Le droit de cuissage constamment en mode »

    Tout à fait d’accord pour l’émancipation de la femme mais reconnaissons de nos jours les femmes elles même ont dénaturer cette noble lutte. le cuissage dont on parle n’est pas seulement de la responsabilités des hommes. a l’université une de nos camarades nous a nargué en disant qu’elle n’ira plus jamais en session parce que..... combien sont les femmes qui sont prête à tout pour gravir les échelons d’un service ? dans certains partis politique comment se fait la promotion des femmes ?
    Entre nous regardez l’habillement de nos femmes aujourd’hui on a tendance à mettre en exergues les paries sensibles sous prétexte de la mode. Cela est souvent fait à dessein pour provoquer les hommes (même dans certains lieu de culte). La lutte pour l’émancipation passe par le respect de soi-même : protection de son corps, sa dignité........
    Les femmes doivent être accompagnée par toute la société pour venir à bout de ces contradiction internes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés