Engagements des ministres Tiao et Bassolé pour des latrines dans le Sanguié : Il faut attendre d’ici fin mai pour que tout soit réalisé

lundi 29 avril 2013 à 21h55min

Après le nord les 21-23 mars derniers, c’était la région du Centre-Ouest, en particulier la province du Sanguié de recevoir, ce samedi 27 avril 2013 la visite des journalistes membres du RICHE, dans le cadre de leur tournée de vérification de la mise en œuvre des engagements pris par les ministres en février 2012 à aider à la réalisation de latrines dans leurs localités d’origine.

Engagements des ministres Tiao et Bassolé pour des latrines dans le Sanguié : Il faut attendre d’ici fin mai pour que tout soit réalisé

Pour cette deuxième sortie du Réseau d’Information, Communication sur l’Hygiène, Eau potable et Assainissement (RICHE), c’est la commune de Pouni et celle de Réo qui ont été respectivement visitées.

A la fin de la visite, le coordonnateur du RICHE, Dieudonné Soubeiga pouvait alors dresser ce bilan prometteur :
« C’est encourageant, ce qui nous a été donné de voir et d’entendre à Pouni et à Réo par rapport à la réalisation des latrines dans lesdites localités. Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao et le ministre Djibrill Bassolé sont sur la bonne voie en ce qui concerne la mise en œuvre de leurs engagements. Et il y a bon espoir que dans un mois les latrines promises soient réalisées ».

Cela dit, les deux communes restent en ce qui concerne la réalisation effective des latrines avec le soutien des ministres Tiao et Bassolé, de vastes chantiers.

Commune de Réo : 2 latrines entièrement réalisées

Dans la commune Réo, seulement deux latrines (une au secteur 1 et l’autre dans le village de Guido) sur quarante prévues avec le soutien du ministre Bassolé sont déjà achevées. Les autres sont en phase de construction.

Sous la conduite du maire de la cité, Anicet Bazié, les visiteurs ont pu toucher ces réalisations et le bien-être que cela apporte aux bénéficiaires.

« Avant on avait de sérieux problèmes pour nous soulager. Il fallait aller en brousse. Quand c’est la nuit, c’est encore plus compliquer.

On était obligé de sortir dans le noir, avec la peur au ventre de mettre le pied sur un reptile. Mais, depuis que nous avons cette latrine, nous n’avons plus de difficultés pour satisfaire nos besoins », témoigne Urcile Bazié, bénéficiaire de la latrine réalisée du secteur 1.

Commune de Pouni : 1 latrine réalisée et 27 fosses creusées

A l’issue de la visite des membres du RICHE à Poni, l’on retient qu’une seule latrine sur trente est effectivement réalisée. 27 fosses sont déjà creusées et dix dalles déjà fabriquées. En termes de difficultés rencontrées dans le cadre du projet, le maire de Pouni, Pr Julienne Traoré/Gué a évoqué les pesanteurs socioculturelles.

Dans la culture locale, l’on ne creuse un trou que pour enterrer un mort et pas pour autre chose. Et il a fallu mener la sensibilisation auprès des personnes âgées afin qu’elles comprennent et acceptent.

L’autre difficulté qui s’est posée, c’est le creusage des fosses, avec un sol difficile à perforer. Là aussi, il fallait d’abord mobiliser les jeunes pour qu’ils s’engagent à creuser. A défaut, il fallait, pour ceux qui ont une possibilité financière, recourir au service des puisatiers. Et le maire Gué dit par exemple avoir déboursé 16 000 F CFA pour qu’ils viennent creuser une fosse chez elle.

Tenir les engagements avant la fin de mai

Mais, quelle que ce soit la situation actuelle, à Pouni comme à Réo, les techniciens et les autorités locales assurent que les latrines promises seront réalisées avant la saison des pluies, au plus tard fin mai 2013. Cela, à les entendre, est d’autant plus plausible, que les deux leaders ATPL (Assainissement Total Porté par les Leaders) du Sanguié se sont déjà acquitté de leurs obligations financières.
Tiao a déjà versé 1 800 000 F CFA pour la réalisation de la superstructure des 30 latrines de Pouni. Bassolé lui aussi a donné sa contribution, soit 2 400 000 F CFA pour les 40 latrines concernées par son engagement.

Pour le reste, c’est les techniciens et acteurs locaux qui s’en chargent. Vivement, qu’ils tiennent leurs engagement d’ici à la fin de mai 2013 pour le bonheur des populations bénéficiaires !

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 avril 2013 à 23:30, par ZIO B En réponse à : Engagements des ministres Tiao et Bassolé pour des latrines dans le Sanguié : Il faut attendre d’ici fin mai pour que tout soit réalisé

    " En termes de difficultés rencontrées dans le cadre du projet, le maire de Pouni, Pr Julienne Traoré/Gué a évoqué les pesanteurs socioculturelles.
    Dans la culture locale, l’on ne creuse un trou que pour enterrer un mort et pas pour autre chose. Et il a fallu mener la sensibilisation auprès des personnes âgées afin qu’elles comprennent et acceptent." C’est un gros mensonge et une insulte à l’intelligence des populations de Pouni. Je suis de ce village et je sais que ce ne sont pas les premières latrines de cette localité. Le dispensaire, l’école primaire, le lycée, la maternité, la mairie, la préfecture, le domicile du PM et certaines résidences privées comme chez feu l’inspecteur Paul Gué, feu Nezien Badembié... ont des latrines souvent très modernes. Et puis depuis quand Julienne est Pr ? Attention aux usurpations d’identité. De même que celle qui consiste à se faire appeler Madame Traoré pourtant elle est divorcée. Pour une qui vient de se faire élir maire c’est une honte de dénigrer les anciens qui ont donné leur bénédiction à l’initiative en étant présent au lancement et en affirmant qu’ils accompagneront le projet. La pose de première pierre à d’ailleurs eu lieu dans la cour du chef. Luc est un fils digne de Pouni qui a beaucoup investi dans ce projet. Ne racontez pas n’importe quoi aux journalistes. D’ailleurs je vais les approcher pour tout leur dire. Pour cela je suis prêt à faire le déplacement jusqu’à Ouaga. Menteuse. C’est dans le mensonge que vous commencez votre mandat ?

    Répondre à ce message

    • Le 2 mai 2013 à 14:30 En réponse à : Engagements des ministres Tiao et Bassolé pour des latrines dans le Sanguié : Il faut attendre d’ici fin mai pour que tout soit réalisé

      Bonjour mon cher frère Zio B. Je comprends ta frustration, mais tu me connais et tu pouvais m’accorder le bénéfice de la bonne foi ; on aurait pu en discuter en famille. Pour ton information, il y a eu plusieurs séquences d’interview et j’ai donné mon point de vue en temps que sociologue en commentant aussi des statistiques nationales présentées par l’UNICEF qui stipulent que la commune de Pouni dispose actuellement 735 latrines (ce qui est déjà bien) contre 3552 qu’il faudrait couvrir, soit environ 21%, contre 38% au niveau national). J’ai donc fait une analyse diachronique et énuméré un ensemble de facteurs physiques, économiques, sociologiques, pouvant expliquer ce faible taux et la lenteur dans la réalisation des latrines. Mais j’ai salué aussi la belle dynamique et l’évolution actuelle et la pertinence de l’opération de latrines par les leaders.
      Nous avons parlé de ces latrines de l’école de Pouni, du CSPS, de la mairie, du CPL et celles faites par certains frères et sœurs dans leur familles qui sont utilisées, pour convaincre que les latrines offertes seront utilisées.
      Pour le titre de Pr, ne t’en fais, je l’ai rectifié le jour même de la parution de l’article auprès de Mr Soubeiga, à partir de Pouni d’où justement, je me connecte à internet parce qu’électrifié. Les journalistes te diront combien j’ai vanté notre si chère commune qui émergente et les efforts de ses braves filles et fils pour accompagner le développement.
      Pour ma vie privée, tu en digne petit frère, laisse la moi, car je ne crois pas qu’il soit interdit à une femme divorcée de garder le nom de son mari. N’en souffres donc pas petit frère. Je suis prête au dialogue avec toi et Vouma dans des cadres beaucoup plus familiaux si possible.

      Répondre à ce message

  • Le 29 avril 2013 à 23:36, par V NEYA En réponse à : Engagements des ministres Tiao et Bassolé pour des latrines dans le Sanguié : Il faut attendre d’ici fin mai pour que tout soit réalisé

    "Dans la culture locale, l’on ne creuse un trou que pour enterrer un mort et pas pour autre chose. Et il a fallu mener la sensibilisation auprès des personnes âgées afin qu’elles comprennent et acceptent". Si je résume bien, il n’ y pas de puits à Pouni ? Madame le Maire ne dénigrez pas les anciens. C’est dangereux pour votre avenir ! Attention

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2013 à 16:32, par Bénéwindé En réponse à : Engagements des ministres Tiao et Bassolé pour des latrines dans le Sanguié : Il faut attendre d’ici fin mai pour que tout soit réalisé

    Et ceux chez qui il n’ya pas de ministre, il font comment ? Et j’ai suivi le reportage sur le télé, on voit que les gens ont travaillé la nuit pour que les journalistes viennent voir quelque chose : du ciment frais, des trous nouvellement creusés...

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2013 à 17:05, par Alexio En réponse à : Engagements des ministres Tiao et Bassolé pour des latrines dans le Sanguié : Il faut attendre d’ici fin mai pour que tout soit réalisé

    Lantrines aciel ouvert ? en periode de pluit seront ils praticables ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés