Engagements des ministres Tiao et Bassolé pour des latrines dans le Sanguié : Il faut attendre d’ici fin mai pour que tout soit réalisé

lundi 29 avril 2013 à 21h55min

Après le nord les 21-23 mars derniers, c’était la région du Centre-Ouest, en particulier la province du Sanguié de recevoir, ce samedi 27 avril 2013 la visite des journalistes membres du RICHE, dans le cadre de leur tournée de vérification de la mise en œuvre des engagements pris par les ministres en février 2012 à aider à la réalisation de latrines dans leurs localités d’origine.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Engagements des ministres Tiao et Bassolé pour des latrines dans le Sanguié : Il faut attendre d’ici fin mai pour que tout soit réalisé

Pour cette deuxième sortie du Réseau d’Information, Communication sur l’Hygiène, Eau potable et Assainissement (RICHE), c’est la commune de Pouni et celle de Réo qui ont été respectivement visitées.

A la fin de la visite, le coordonnateur du RICHE, Dieudonné Soubeiga pouvait alors dresser ce bilan prometteur :
« C’est encourageant, ce qui nous a été donné de voir et d’entendre à Pouni et à Réo par rapport à la réalisation des latrines dans lesdites localités. Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao et le ministre Djibrill Bassolé sont sur la bonne voie en ce qui concerne la mise en œuvre de leurs engagements. Et il y a bon espoir que dans un mois les latrines promises soient réalisées ».

Cela dit, les deux communes restent en ce qui concerne la réalisation effective des latrines avec le soutien des ministres Tiao et Bassolé, de vastes chantiers.

Commune de Réo : 2 latrines entièrement réalisées

Dans la commune Réo, seulement deux latrines (une au secteur 1 et l’autre dans le village de Guido) sur quarante prévues avec le soutien du ministre Bassolé sont déjà achevées. Les autres sont en phase de construction.

Sous la conduite du maire de la cité, Anicet Bazié, les visiteurs ont pu toucher ces réalisations et le bien-être que cela apporte aux bénéficiaires.

« Avant on avait de sérieux problèmes pour nous soulager. Il fallait aller en brousse. Quand c’est la nuit, c’est encore plus compliquer.

On était obligé de sortir dans le noir, avec la peur au ventre de mettre le pied sur un reptile. Mais, depuis que nous avons cette latrine, nous n’avons plus de difficultés pour satisfaire nos besoins », témoigne Urcile Bazié, bénéficiaire de la latrine réalisée du secteur 1.

Commune de Pouni : 1 latrine réalisée et 27 fosses creusées

A l’issue de la visite des membres du RICHE à Poni, l’on retient qu’une seule latrine sur trente est effectivement réalisée. 27 fosses sont déjà creusées et dix dalles déjà fabriquées. En termes de difficultés rencontrées dans le cadre du projet, le maire de Pouni, Pr Julienne Traoré/Gué a évoqué les pesanteurs socioculturelles.

Dans la culture locale, l’on ne creuse un trou que pour enterrer un mort et pas pour autre chose. Et il a fallu mener la sensibilisation auprès des personnes âgées afin qu’elles comprennent et acceptent.

L’autre difficulté qui s’est posée, c’est le creusage des fosses, avec un sol difficile à perforer. Là aussi, il fallait d’abord mobiliser les jeunes pour qu’ils s’engagent à creuser. A défaut, il fallait, pour ceux qui ont une possibilité financière, recourir au service des puisatiers. Et le maire Gué dit par exemple avoir déboursé 16 000 F CFA pour qu’ils viennent creuser une fosse chez elle.

Tenir les engagements avant la fin de mai

Mais, quelle que ce soit la situation actuelle, à Pouni comme à Réo, les techniciens et les autorités locales assurent que les latrines promises seront réalisées avant la saison des pluies, au plus tard fin mai 2013. Cela, à les entendre, est d’autant plus plausible, que les deux leaders ATPL (Assainissement Total Porté par les Leaders) du Sanguié se sont déjà acquitté de leurs obligations financières.
Tiao a déjà versé 1 800 000 F CFA pour la réalisation de la superstructure des 30 latrines de Pouni. Bassolé lui aussi a donné sa contribution, soit 2 400 000 F CFA pour les 40 latrines concernées par son engagement.

Pour le reste, c’est les techniciens et acteurs locaux qui s’en chargent. Vivement, qu’ils tiennent leurs engagement d’ici à la fin de mai 2013 pour le bonheur des populations bénéficiaires !

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés