Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

mardi 23 avril 2013 à 20h27min

Plus rien ne va au grand marché de Bobo-Dioulasso. Manque de gestion rigoureuse, occupations anarchiques, absence d’éclairages, encombrement des sous-toitures par des emballages et des produits périmés, débordement des parkings, constructions des kiosques métalliques et en bois non-autorisées, installations et distributions anarchiques d’électricité…. Bref, la liste est loin d’être exhaustive. Si rien n’est fait, à en croire certains commerçants, les risques d’incendie sont énormes. Avec tout ce que cela peut comporter pour l’économie de Bobo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

Le constat n’est pas digne d’un marché qu’on prend en exemple. Les installations au marché central de la ville de Bobo-Dioulasso sont plus qu’intolérables. Un désordre voulu et entretenu, de l’avis de certaines personnes qui ont requis l’anonymat. En effet, cette question, selon toujours des personnes proches du marché, remonterait à juin 2011, lorsque l’ex-directeur Frédéric Sidibé est parti à la retraite. Aboubacar Sidiki Traoré, affectueusement appelé TBS, qui était le président de la Commission finances et économique à la commune de Bobo-Dioulasso, président du Comité de gestion du marché a été retenu pour assurer son intérim. Reconduit à la même Commission, il assure encore aujourd’hui les trois fonctions. Il est vrai que les choses n’étaient aussi « roses » à l’époque de Frédéric Sididé, mais soutient un commerçant : « elles ne font que se dégrader de jour en jour sous le règne de TBS ». Ainsi, le grand marché vivrait dans une grande insécurité, en raison de l’occupation anarchique des commerces à l’intérieur comme à l’extérieur. De plus, la distribution dangereuse d’électricité ressemble fort aujourd’hui à une légalité. La quasi-totalité des allées sont recouvertes de bâches alors qu’il est connu de tous qu’elles peuvent être sources d’incidents parce que très inflammables. Des responsables du Comité de gestion attribuaient à leur gré des emplacements à X ou Y. Aussi, à en croire certains commerçants, les anarchistes sont plus autoritaires que les concessionnaires de boutiques et de tables. On note que sous la halle centrale, des kiosques en matériaux divers très inflammables sont en train d’être érigés que cette même halle manque d’électricité depuis un certain temps….

A la question donc de savoir pourquoi une telle réalité qui n’a que trop duré ? Le chef d’exploitation de la structure du marché explique que depuis sa prise de fonction, Traoré Aboubacar Sidiki, le président du Comité de gestion n’a tenu qu’une seule fois une réunion avec les membres de sa structure. C’était courant 2011. Depuis lors, plus rien. Le Comité comprend 17 membres dont 10 commerçants et 7 de l’administration. Adama Traoré déplore cependant l’abscence de cet espace de rencontre qui permet de poser et de régler certains problèmes au niveau du marché. Il se défend en disant que pour sa part, il recense autant que faire ce peu tous les problèmes au niveau du marché dans un rapport qu’il adresse au président du Comité de gestion.

Maggi et Jumbo doivent plus de 20 millions à la Structure de gestion du marché

On note environ quatre grands panneaux publicitaires au sein du marché central. Ils appartiennent à la société de fabrique de produits alimentaires Maggi et Jumbo. Depuis plus de cinq ans maintenant, ces deux sociétés n’ont versé aucune somme dans la caisse de la SGM. Dans sa lettre en date du 16 novembre 2013, Adama Traoré rappelait ceci à Aboubacar Sidiki Traoré : « J’ai l’honneur de vous rappeler qu’au cours d’un entretien que nous avons eu dans votre bureau, il a été convenu de faire déposer les panneaux qui ne sont pas à jour du payement des redevances y afférentes. Les sociétés concernées sont Maggi et Jumbo qui doivent respectivement à la SGM : Maggi pour 17 864 000 (Dix-sept millions huit cent soixante-quatre mille) francs, Jumbo pour 9 720 000 (Neuf millions sept cent vingt mille) francs dont la date limite de dépôt était fin octobre 2012 ». A ce jour donc, les deux sociétés doivent un peu plus de 20 000 000 FCFA à la SGM au titre des redevances. Et visiblement, personne ne semble s’en préoccuper. Comme si de rien n’était ? Les panneaux publicitaires sont toujours bien dressés et advienne que pourra. C’est pourquoi, les propriétaires de petites boutiques se plaignent parce que disent-ils : « quand il s’agit de nous petits commerçants dont la location de la boutique est de 3000 F à 10 000 F CFA le mois, après dix mois d’impayés, nos boutiques sont mises sous scellés ».

Le grand marché de Bobo-Dioulasso, faut-il le souligner, contribue au rayonnement de l’économie de la ville de Bobo et sa région entière. Sa recette mensuelle varie entre 18 à 20 millions de francs CFA. Aussi, certains commerçants estiment qu’il faut dès à présent travailler à sauver ce qui peut encore l’être. C’est pourquoi, ils sollicitent l’intervention des plus hautes autorités, d’abord au niveau local puis ensuite au plus haut niveau. « Sinon nous ne sommes pas à l’abri d’un incendie », ont-ils fait remarquer.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 avril 2013 à 23:29
    En réponse à : Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

    Que le bon dieu n’exhausse pas ce que je vais dire mais apparemment le syndrome de Roodwoko guette le marché de bobo. A bon entendeur salut. Pourquoi le noir es-ilt aussi inconscient ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2013 à 07:47, par TAGROU
    En réponse à : Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

    Bobo a les dirigeants et responsables qu’elle mérite. Toujours les mêmes depuis des années. On les retrouve dans toutes les structures, comme s’ils étaient irremplaçables. Pas étonnant qu’il y ait du bordel partout, surtout au marché central autour duquel l’on ne pourra plus circuler dans quelques années pour cause de manque d’incivisme et d’organisation au niveau des parkings.
    Comprenez que les "TBS" et autres trouvent certainement leur intérêt dans cette anarchie savamment voulue et entretenue.
    Que demain, personne ne vienne pleurer ici parce le feu a.............

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2013 à 08:07
    En réponse à : Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

    FELICITATIONS POUR CET ARTICLE, TRES PROFESSIONNEL !

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2013 à 10:09, par Le phénoménale
    En réponse à : Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

    Il bien désagréable de constater qu’une même et seul personne occupe autant de responsabilité, Président de la commission finance de la Mairie Président du conseil d’administration et Directeur de la même structure depuis 2011. Il n’y a-t-il pas de personne capable de diriger ce marché ? Je suis convainquis que ni le gouverneur ni le maire de bobo ne visite le marché car ils auraient constaté le désordre qui règne dans ce marché. J’interpelle le gouverneur et le maire de Bobo à assumer leurs responsabilités

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2013 à 10:11, par Chlarstin72
    En réponse à : Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

    Je penses que les autorités devraient prendre des mesures cinéquanonnes pour éviter le pire qui sera une grande perte pour la nation. une seule personne qui cumule 3 postes depuis plusieurs mois cela est inademissible car se ne sont pas les compétences qui manques.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2013 à 10:22, par Donmozoun
    En réponse à : Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

    Je vois le feu venir dans ce marché. depuis maintenant des mois, la sonnette d’alarme est tirée et les pompiers sont allés faire leur échauffement. Tout est fin prêt pour que la flamme parte. Mais avec tout ca, personne, ne lève le petit doigt. Le Maire qui sait la marché est très névralgique, ne porte pas déjà les gants pour commencer à boxer. Ou il attends d’être sous les projecteurs quand la fumée partira du marché ? Nous devons être plus responsables. Salia a été reconduit et il a été bien mis en garde par rapport à sa suite. ce sont eux qui vont lui créer le plus de problèmes. Monsieur, il ya des hommes valables dans ta commune, diplômés, qui ont fait leurs preuves et qui peuvent travailler en toute conscience pour t’aider et aider la ville. La conception dioula de la gestion familiale des achoses ne feront que peser comme un boulet à tes pieds. Vraiment, dans un sursaut d’orgueil, revois ton équipe, oublies les amis politiques et comptes sur des travailleurs au lieu de vantards, brouillons, qui ne savanet pas faire la différence entre un objectif et une stratégie. chacun se fait important alrs q’il ne vaut rien. c’est accumuler les maitresses et se faire voir aux funérailles et aux baptêmes. vraiment j’ai mal de cette situation et j’espère que l’exemple de rood wooko servira de leçons. de toute faàon, ce marché est ressuscuité de la volonté d’un homme, Simon et Salia n’a pas cette force et ce charisme là. Donc évitons que ce marché brûle !!! je vous en supplie !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2013 à 11:02, par DUOLO
    En réponse à : Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

    C’est normal ce qui se passe au grand marché de Bobo car les responsables en général au niveau local sont incompétents mais surtout le nommé TBS l’est encore plus. Tenez, c’est à ce Mr TBS en rappel que le gouvernement avait confié la réhabilitation de la ville de Bobo dont le siège était basé dans les locaux de l’ex Caisse de stabilisation Bobo. Aujourd’hui, quel est le bilan après plus de dix (10) ans ? Aucun changement à Bobo malgré les milliards engloutis. Il faut dire que dans ce bordel à Bobo, des gourous à Ouaga trouvent leur compte et le Président du Faso doit réagir en chassant tous ces incapables qui sabotent ses actions de développement. TBS ne peut rien apporter de nouveau à Bobo après cette gestion calamiteuse de la réhabilitation de Bobo et de la Mairie centrale de Bobo. Il serait sage pour lui qu’il cède plutôt sa place à un jeune dynamique et compétent qui pourrait ainsi booster le développement des infrastructures à Bobo tel ce bel outil de développement socio économique qu’est le grand marché de Bobo.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2013 à 13:13, par bibi
    En réponse à : Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

    nous sommes encore loin du 16 novembre 2013

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2013 à 15:54, par L’oeil du cyclone
    En réponse à : Insécurité au grand marché de Bobo-Dioulasso : Des commerçants inquiets interpellent

    la gestion financiere est la plus catastrophique avec ces detournements de plus de 10 millions par ceratins agents et qui sont promus.la vache à lait est là pour regler tous les de............. de ses dirigents.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés