Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

dimanche 14 avril 2013 à 20h00min

Pour n’avoir pas été déclaré à la Caisse de sécurité sociale après 13 ans de service, un travailleur de la Société des fibres textiles (SOFITEX) à Dédougou a tenté de mettre fin à ses jours par immolation le samedi 13 avril 2013. Les faits.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

N’eut été la présence de la société civile, la Nationale des fibres textiles du Burkina aurait connu l’une des journées les plus sombres de son histoire le 13 avril dernier à l’usine de Dédougou. En effet, c’est ce jour qu’Abdoulaye Banazaro, travailleur occasionnel de la société depuis 13 ans, a tenté de se donner la mort par immolation sur un tas de balles de coton pour dit-il : « réparer une injustice qui n’a que trop duré ».

« Je suis arrivé à la Sofitex en 2000. Depuis lors, j’ai gardé mon statut de travailleur occasionnel. De l’usine, je suis allé au niveau du transport comme manœuvre camion ; ensuite je suis devenu aide semencier à la section semence. Un poste que j’occupe jusqu’à présent et ma situation n’est toujours pas régularisée. A chaque fois que mes collègues et moi posons le problème, on nous dit ça va aller. Mais quand est-ce que ça va aller ? Je pense tellement à ma situation que depuis un certain moment, j’ai des insomnies. Je suis même allé voir l’imam pour qu’il prie pour moi afin que les choses s’améliorent. Il m’a dit d’avoir foi en Dieu. Mais je n’en pouvais plus parce que je constate qu’il y a une injustice quelque part. Pourtant, dans la convention de la Sofitex, il est dit qu’un occasionnel qui fait six mois de travail et qui occupe un certain poste, devient automatiquement saisonnier. Je ne peux pas accepter le fait que j’ai passé 13 ans de service sans que je ne sois déclaré à la caisse. Comme la campagne arrive à sa fin, j’ai donc décidé aujourd’hui que, soit, on trouve une solution à ma situation ou je mets fin à mes jours », a-t-il expliqué.

Mais comment monsieur Banazaro a-t-il préparé son acte ? « Quand j’ai quitté la maison le matin, j’ai échangé avec ma femme au téléphone, mais elle n’a jamais su que je préparais quelque chose. Lorsque je suis arrivé au service, j’ai simplement dit à mes collègues que je voulais un bidon seulement pour prendre quelque chose et ils me l’ont donné. Il se trouvait que j’avais de l’essence et du dissolvant sur moi. Ensuite, je suis allé monter sur les balles de coton et j’ai exigé à ce que le chef de région Abdoulaye Koumaré vienne pour que je lui parle pour une dernière fois. Quand il est arrivé, il m’a écouté et m’a supplié de descendre pour qu’on trouve une solution. Je suis resté campé sur ma position parce que je savais qu’il n’a pas la solution à mon problème. Au nom de la Direction générale, il m’a ensuite proposé de signer des documents. Comme la Sofitex respecte rarement ses engagements vis-à-vis de son personnel, j’ai donc exigé la présence de la société civile afin qu’elle soit témoin. C’est en présence du Secrétaire exécutif du Mouhoun et certains membres que j’ai signé le document ». La Sofitex s’engage à résoudre le problème dans les plus brefs délais. D’après Abdoulaye Banazaro, de nombreux travailleurs, une centaine environ auraient passé entre 17 et 19 ans de service au sein de la boîte à Dédougou sans être déclarés à la caisse de sécurité sociale. « J’avais décidé seul de poser cet acte pour qu’on rende justice une fois pour toute, à tous ces travailleurs », s’est-il justifié. En attendant la résolution du problème, l’homme dit être sur ses gardes et prévient : « si rien n’est fait, la lutte continuera, quelle que soit l’issue ».

Ousmane TRAORE

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 avril 2013 à 20:28, par cool
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Partout dans ce pays c est l injustice. Je croyais que la CNSS contrôlait les société . Ca pue la corruption. Pauvre burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 20:37, par Y en a marre !
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Dès lundi matin j’irai au Ministère de la Fonction Publique pour exiger le reclassement que j’attends depuis longtemps. Si rien n’est fait, je m’enferme dans un bureau avec quelques agents et je mets le feu. Au fait c’est où le Ministère de la Fonction Publique ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 20:42, par Fou
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Encore un cas. Pour ma part, seul le non respect des textes et lois et surtout la perte de confiance en notre justice qui nous crées tous ces ennuis. Justice pour tous, sinon des cas malheureux vont voir le jour. La phase des menaces prendrons fin et nous serons plongé dans une crise sociale. Que j’ai peur si les choses continuent ainsi….

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 20:43, par Article 37
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    La chose se prépare. Le peuple a pris conscience et l’heure du soulèvement va bientot sonner. Seuls les autorités ne l’ont pas encore compris. Il ya bcp de mécontents au BF. Vs êtes prévenus.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 20:49, par Idam
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    immolation, un acte devenu banal au Faso ? Il y a des signes qui ne trompent ; quand une population en arrive à ne plus avoir peur de la mort, elle est prête à tout. Mais les responsables de ce pays ne veulent rien comprendre ; jusqu’au jour où la situation leur échappera.

    Répondre à ce message

    • Le 15 avril 2013 à 05:34, par Bakary
      En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

      Idam, Norbert Zongo avait bien dit cela. il disait que le jour où la majorité des burkinabè se rendra compte que dans leur misère, s’il meurent ils vivront mieux, ils n’auront plus peur d’affronter ces kalachnikov et autre bazouka, c’est ce jour là que la véritable lutte contre l’injustice commencera au Faso. Depuis longtemps, les gens ont préféré la misère à la mort. maintenant, ils commence à préférer la mort à la misère, à la violation de leur droit élémentaire fondamentale.Actuellement, nous sommes à la phase de préparation du combat. le combat n’a pas encore commencé

      Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 21:03, par ATTA
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    C’est maintenant que les burkinabè ont réalisé qu’on leur marchait dessus. Greve de la faim, tentative de s’immoler......
    C’est bon mais c’est pas encore arrivé, le plus dur reste à venir.suivez mon regard

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 21:05, par Bouglass
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Banazaro, l’immolation est devenue la courte échelle pour la satisfaction des doléances et tu l’as compris.

    Mais si l’engagement n’est pas tenu et que toi et tes camarades vous êtes floués, n’en parlez pas trop ; fates comme si de rien n’est. Un matin, vous tous, vous grimpez sur les gallots, chacun portant un bidon d’essence en sautoir, lequel pendra sur vos poitrines comme de pesantes médailles ; vous exhiberer haut au-dessus de vos têtes les briquets neufs que vous aurez achetés et crierez au monde gras de l’usine : "Ecoutez, messieurs les floueurs !!!Nous vous disons adieu !!Que vos consciences obstruées vous grondent mais nous partons, gais de vous quitter" ....et krakkkk......et pfffffff.....et boummm, le chaos.

    Répondre à ce message

    • Le 14 avril 2013 à 22:32, par Jamanatigui.
      En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

      Très bonnes propositions. Très beaux conseils sauf que l’immolation, qu’elle soit collective ou individuelle, est très facile à dire qu’à réaliser.
      Pense tu qu’un Burkinabé a des couilles pour s’immoler ? Ils font tous semblant. L’immolation c’est des mots ces des actes. Il ne suffit pas d’alerter les gens cadeau.
      En tout cas ce Monsieur a raté une fournaise, un beau site d’immolation. Imaginez tous ces ballots de coton en feu, entourant quelques kilogrammes de chaire.

      Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 21:16, par Jamanatigui.
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Je voudrais simplement dire aux Burkinabé que Bouazizi n’a pas echoué dans son immolation, il n’a pas non plus fait une "immolation-sommation" avant de passer à l’immolation définitive.
    Donc, celui qui n’a pas le courage de cet acte qu’il evite de faire semblant de s’immoler. La semaine passée, c’est Bado le GSP qui faissait une simulation-immolation et ne voulait pas que les journalistes en parle. Et cette semaine encore c’est quelqu’un d’autre s’adonne à ça.
    Je peux comprendre que quelqu’un echoue l’assassinat de son prochain mais je n’admet un eche de suicide. C’est inadmissible.
    Pensez vous que c’est en agissant ainsi que les autorités vont nous prendre au sérieux ?
    Si et seulement si le Koro yamyélé pouvait passer à l’acte en donnant l’exemple d’immolation à ses jeunes frères que nous sommes ce serait une bonne leçon de patrotisme. A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 21:16
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    on peu pas triophé tous les jour dans la vie c’est pas le paradi

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 21:31, par McArthur de Montréal
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Petit à petit, les Burkinabé sont en train de dénoncer l’ignoble injustice qu’ils subissent depuis des années sans broncher. Des cas pareils sont innombrables au Burkina Faso. En 2006, il y a eu le même problème à l’ONEA. Une soixantaine d’agents qui avaient été employés par l’ONEA pendant plus de 15 ans, ont été mis à la porte lorsqu’ils ont exigés la régularisation. Malgré l’intervention du Médiateur du Faso, ils n’ont pas eu gain de cause. C’est la réalité au Burkina, mais on ne peut pas aider un peuple qui ne veut pas s’aider. je suis sûr que Monsieur Abdoulaye Banazaro a toujours voté le CDP et son président Blaise Compaoré. Alors qu’il subit !

    Répondre à ce message

    • Le 14 avril 2013 à 23:03, par Le voyant
      En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

      Je dirais bravo à Bananzaro Abdoulaye, car il a dit haut et fort ce que beaucoup pensent bas. De nombreux travailleurs sont condamnés à leurs postes. Manque de plan de carrière, sauf pour les cadres qui peuvent s’attribuer des catégories à leurs guises, refus de régulariser la situation des travailleurs sasonniers sous le prétexte fallacieux d’un business plan, aucune considération pour les chefs de régions qui proposent des agents à la régularisation, une direction des ressources cloitrées dans ses bureaux feutrés, autant de problèmes qui minent cette boîte.

      Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 05:50, par L’autre Le Riche
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Au finish, au Burkina Faso, ceux qui ne parviennent pas à travailler très bien pour mériter leur richesse, font des chantage de grève de la faim, d’immolation, etc. Nous les nouveaux riche, nous allons vous donner une leçons. nous allons un a un nous immoler devant le palais de kosyam pour prouver nos reconnaissances et loyauté au camarade Blaise Compaoré pour sa maîtrise du pays. Nous allons rendre gloire à Dieu de nous avoir donner ce grand serviteur depuis 1987. Je vous donne RDv demain à 10h00 au rond point des martyr, ou je vais m’immoler pour remercier Dieu et Blaise. Après moi, un ministre, un député et des militants de notre partis majoritaire s’immoleront pour la même cause. Pour nous, c’est pas "dah ni blof" Venez demain 9h à la place des martyr. les riches vont commencer à s’immoler. nous vous proposons une semaine d’immolation de remerciement et attestation que le pays va bien, très bien et qu’il ne s’est jamais autant mieux porté. A demain. Pour ceux qui ne viendront pas, je dit adieu ?

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 07:29, par vs
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    mais vous ne comprenez pas ! il ya des gens qui mangent dedans et, le reste ce n’est pas leurs problèmes. comment une société de la taille de SOFITEX peut fonctionner comme ça.nos dirigent quant à eux ne méritent pas cette appellation.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 07:36
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Du bluff oui !! Il fallait qu’il s’immole par le feu. Pourquoi ne pas se pendre ou se jeter sous un train. L’homme noir aime tellement la vie qu’il ne peut pas se donner la mort comme un arabe.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 08:19, par Thom Sank
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Ainsi va la vie au "pays des hommes intègres" ! Les citoyens ne faisant plus confiance à leur justice,ont décidé de se faire eux-même justice. Le cas Mr Banazaro n’est q’ un exemple parmi tant d’autres dans un pays qui se réclame "pays de droit" à longueur de journée. Ce brave monsieur vient de sonner la sonnette d’alarme et j’invite tous les travailleurs qui vivent cette injustice à lui emboiter le pas. SEULE, LA LUTTE LIBERE !

    Répondre à ce message

    • Le 15 avril 2013 à 09:15, par visionnary
      En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

      COOL toutes ces interventions, mais sachez surtout que l’intervention du responsable local de sofitex à dedougou ne visait pas à préserver la vie de "BOUAZIZI" mais plutôt l’intégrité des balles de coton sur lesquels ce dernier s’était percher pour sa prétendue immolation. Et tout comme toi jamnatigui, je trouve vraiment inconcevable que l’on puisse rater sa propre immolation. une lettre laissée à titre posthume et puis le beau feu de camp et voilà sa lutte savamment ménée pour l’amélioration des conditions de tous ceux se trouvant dans son cas. bof

      Répondre à ce message

    • Le 15 avril 2013 à 09:46
      En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

      Si vous voulez emboîter ses pas faites le. Thom Sank ne vous reconnaitra pas.Celui qui veut quitter le monde par le feu, qu’il le fasse et non encourager les faibles d’esprits à le faire. Prions plutôt pour que des idées diaboliques de ce genre ne fertilisent pas notre quotidien et prions aussi pour que le Burkina ne s’embrase pas. Personne n’y gagne. La génération à venir n’a pas besoin de cet héritage que certains dépressifs lui préparent.

      Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 08:48, par la gachéte facile
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    bien dit cool l’injustice régne au BF je rejoin Y en a marre au MFPTSS un reclassement qui prend pa du temps avait promis le ministre sortant et juska présent rien tjr des promesses au burkina a chacun sa gachétte

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 10:00, par yes we can !
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Ah !, les consciences entrent maintenant en ébullition et les corps s’agitent. Cette nouvelle dynamique sociale suggère une bonne lecture de la part de chacun de nous car Mouvement des indignés il en a eu ; M23 et Y’en a marre il en a eu ; Printemps arabe ça continue encore ; Canicule du Faso probable !, surtout que nous sommes en plein Avril.
    Une masse critique commence t-elle a saisir le sens de cette vision de Norbert Zongo ?
    " La seule leçon c’est la lutte et la détermination. Par ce que celui qui est en face de vous est riche, il a peur de mourir. Vous, vous n’avez pas peur de mourir parce que vous avez peur de vivre. Généralement, ceux qui ont peur de vivre n’ont plus peur de mourir "

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 10:32
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Pendant que du coté de la Côte d’Ivoire l’état demande aux entreprises privés et semi privé de faire le point des embauches et l’état du personnel pour s’assurer ici au Faso c’est le contraire surtout a SOFITEX l’état est très criard . Pour un même poste de travail dans certaines régions les agents sont déclarer permanent et dans d’autres ils sont saisonnier. Les embauches se font par relation et les tests de recrutement sont truffés. Je demande au ministère du travail et de la sécurité sociale d’avoir un regard sur le privé au Burkina Faso afin d’éviter l’exploitation des travailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 11:45, par Leuk
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    La SOFITEX est une boite pourrie où seuls les enfants des cadres de laba arrivent à se frayer un chemin. Mais tout ça va finir car nous sommes tous des burkinabé. Pauvre Burkina, tes dirigeants font la honte.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 14:08, par Kylian
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    "...un travailleur menace de s’immoler " aurait été mieux comme titre cher journaliste.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 16:37, par Alexio
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    La traite des noirs dans son propre pays. Malheur a ceux qui exploitent leur peuple au profits des detenteurs de capitaux esclavagistes au nom de la liberalisation economique.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 16:43, par popito
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    c est vraima domage j suis sure qu au prochain election ils vont encore voté ces imorales ls asoifé du pouvoir.pauvre burkinabé j soufre tn sort

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 17:34, par donmozoun
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Le smêmes causes produisent toujours les mêmes effets. En tunisie, le petit s’est immolé parce qu’il a été vilolé dans sa dignité et ses droits. Le président et sa famille et ses courtisans ne pensaient qu’a eux mêmes. Le Burkina de Blaise commence à prendre conscience et les revendications fusent de partout. Personne n’a voulu ecouter Norbert Zongo mais Norbert Zongo avait déjà tout dit. Ce peuple mouton, commence à ralentir et ne eut pas se faire conduire à l’abattoir. LA crise sociale est inévitable. par ces temps de canicule,tout le monde est sur les nerfs et personne n’est pret à ceder du terrain. Les individus veulent s’immoler, les syndicats mettent la pression. Vivrmrnt, que la pluie tombe vite et et calme les nerfs sinon, ce sera la casse. Dejà qu’on est dans l’obligation ces derniers temps de ne pas tomber malade sous peine de ne trouver personne dans un centre de santé publique, on va ou ???

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 17:58, par Vagabond
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Après le prinptemps des mutins, celui des grèves de la faim et de l’immolation ! Que Dieu sauve ce pays !

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 18:11
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    il n y pas des syndicat de travailleurs, pour que toi tu puisse arrivé à ce niveau là ?

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril 2013 à 18:40, par Goodman
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Chers frères.
    C n’est pas de l’amusement et soyez en certains.
    C’est un début si les dirigeants de ce pays n’entreprennent rien le sens du respect de droits élementaires et l’amélioration de conditions de vie des populations et ce dans un très prochain temps.
    Un jour, une personne pour réclamer que justice soit faite, vas effectivement perdre la vie par suite de grève de faim ou en s’immolant.
    C’est ce jour là que chacun va découvrir que nul ne manque de courage pour affronter un bulldozer.
    Ça sera le printemps Burkinabé.
    Chaque événement à une histoire.
    salut !

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril 2013 à 23:21
    En réponse à : Sofitex /Dédougou : Faute d’embauche, un travailleur tente de s’immoler

    Ce monsieur est trop bien saper deh ! Dites lui avant de s’immoler que moi je veux ses habits l.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés