Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

jeudi 28 mars 2013 à 22h07min

La circulation des élites doit-elle s’appliquer qu’aux seules structures politiques ou doit-elle au contraire l’être à d’autres entités, à l’image des organisations syndicales et celles de la société civile ? Entre les partisans d’une alternance pour tous et par tous et les défenseurs d’une exception en la matière, le débat fait des gorges chaudes en ce moment.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Syndicats et organisations de la société civile :  Alternance en  mode échec ou exception ?

On connaissait les politiques, notamment avec ce fameux article 37 de la constitution (au Burkina) sur lequel tous les regards sont braqués en ce moment. A présent il faudra aussi compter avec les structures associatives et syndicales pour mener le débat à leur niveau.

La question étant de savoir si la rotation au sommet de ces organisations doit s’imposer au même titre qu’elle le serait en d’autres lieux. Et sur quelles bases ?

Monarchie associative et syndicale

Dans le camp des ‘’pro’’, l’on estime que l’on ne peut raisonnablement demander aux autres (entendez par là, les dirigeants politiques) ce que l’on refuse de s’appliquer à soi-même. A savoir permettre à de nouvelles compétences de faire leurs preuves en termes de management des structures et des Hommes.

Pour ces derniers, il y a effectivement des talents et des compétences qui, malheureusement ne bénéficient pas de l’espace et des conditions d’expression requises. La faute dit-on, à des monarques syndicaux et associatifs qui les écraseraient de tout leur poids.

Alors même que, poursuivent-ils, il y a un impérieux besoin d’actualisation des connaissances et des méthodes. Serait-ce là l’une des raisons de l’effritement du militantisme associatif au Burkina ? En tout cas, pour certains, la réponse est des plus évidentes…

« On veut bien passer la main ». Mais…

Dans le camp d’en face, l’on se défend de toute volonté d’accaparement des instances dirigeantes. D’une part l’on estime qu’il s’agit d’un procès d’intention.

Et pour cause les structures associatives et syndicales ont des spécificités qu’il convient selon eux, de bien connaître avant de lancer un quelconque débat sur la question.

A les entendre, le politique agit dans le court-terme, au contraire du mouvement associatif qui, lui, agirait sur le long terme.

On peut donc être à la retraite et diriger un syndicat de travailleurs, sans que cela ne pose de problèmes particuliers. Tout comme l’on peut diriger une association pendant plusieurs décennies sans discontinuer. Pourvu que les militants n’y trouvent rien à redire au sujet du charisme légendaire du grand timonier.

En coulisse, certains responsables accusent ouvertement le pouvoir de chercher par ce « faux débat » à détourner l’attention générale sur les vraies préoccupations liées à la bonne gouvernance et à la promotion de la démocratie. A voir…

Juvénal SOME
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 28 mars 2013 à 19:39
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Ah ! la cacophonie n’est pas seulement une figure de style, elle est aussi un style de figure

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2013 à 19:41, par Nékobi
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Oui, disons le leur, eux qui pensent toujours que seuls les autres ont une phobie de l’alternance. Honte à eux !

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2013 à 21:23, par Fiè
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Vraiment. On dit TOLE est experimenté ce qui fait qu il est president a vie.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2013 à 22:12, par Siidaré
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    bien vu car la présidence à vie nuit au militantisme. je crois savoir qu’il y a des formations syndicales, à moins ces présidents à vie forment mal les militants pour demeurer les meilleurs de leur vivant. si tel est le cas honte à eux car ils auraient échoué. l’alternance doit être partout et nul n’ est irremplaçable. laissez donc la place aux jeunes vaillants. A QUAND LA NÉGOCIATION GOUVERNEMENT-SYNDICAT ?

    Répondre à ce message

    • Le 29 mars 2013 à 07:27
      En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

      Un succes sans sccesseur n’en est pas un. Il faut une force de caractere et beaucoup d’umilite pour quitter le sommet d’une organition on shabitue tres facilement a M le presi aM leSG sans oublier la flagonnerie des’cpains’ qui vous disent k vous etes le meilleur en plus souvent perso.nne ne veut dun tel poste enfin il faut boku d’honnetete pour quitter un poste une personne qui fait plus de 10 ans a un poste n’est simplemme.t pas un demo rate
      Y

      Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 06:20, par Pouk-Nin
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Mr SOME tu sais bien où l’alternance à plus d’impact pour notre pays. Si tu es garçon vas le dire à Blaise Compaoré.

    Moi, je ne suis pas travailleur d’une entreprise ou syndiqué.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 07:17, par Sam
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    C’est tous des pourris. Je suis déçu et dégoûté de tout ces syndicats et autres associations.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 08:45, par NELSON
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Vraiment des faux débats ! Quant on demande l’alternance au sommet de l’Etat, c’est par rapport a notre constitution qui limite le nombre de mandats. Voilà pourquoi des voix s’élèvent pour demander le respect de la constitution. la constitution d’un syndicat, c’est son Statut. Es-ce que quelqu’un peu me dire si les statuts de la CGTB par exemple limite le mandat du SG ? Es-ce que quelqu’un a déjà vu des militant de la CGTB entrain de manifester pour demander le départ de leur SG ? Si le CDP veut que Blaise COMPAORE soit son président à vie ou se trouve notre problème ? SVP arrêtons ces faux débats et renforçons nos syndicats. les gens qui mènent ces débats généralement n’ont jamais milité. On ne se bouscule pas pour etre SG de syndicat hein par contre pour etre Président ou Maire mon cher.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 08:50, par Ibrahimo
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Ce sont les mêmes principes de fonctionnement qui régissent les syndicats, les associations et les partie politiques. Si on exige aux politiques une alternance cela doit être valable pour les autres structures aussi. Au Burkina, les syndicats sont dirigés à vie par des personnes en déphasage avec la réalité actuelle des conditions des travailleurs. Ce qui d’ailleurs démobilise les jeunes travailleurs qui ne se reconnaissent pas en ceux vieux retraités. Chacun doit d’abord s’appliquer l’alternance avant de demander pareil à autrui, sinon notre Blaiso national a raison de vouloir rester au pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 09:05, par nabons
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    on n’a jamais empêché quelqu’un d’être à la tête d’un syndicat si vraiment il est rassembleur. Le syndicalisme n’est pas la politique. Combien de gens dans ce pays sont prêts à faire de la prison parcequ ’ils défendent la cause des travailleurs ? Savez vous combien de fois certains de nos leaders syndicaux ont été incarcérés, cherchez à comprendre avant d’avancer certains propos. A force de faire de l’alternance pour de l’alternance, viendra un responsable syndical mal intentionné qui vendra la lutte des travailleurs à l’image de Assibo OUEDRAOGO traité de JUDAS de l’UPC

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 09:07, par Freedomfighter
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Comme l’a dit Obama, nous avons besoin d’institutions fortes, pas d’hommes forts. S’il n’ya pas d’alternance au niveau des syndicats c’est parceque tout repose sur les responsables. Ils décident pour les travailleurs. Lorsqu’ils se sentent oubliés par le gouvernement ils recensent tous les péchés du pays dans une plate-forme et disent au travailleurs "observez une grève de 48 heures." Le gouvernement les appelle pour "negocier", ils sortent se féliciter parce qu’il ya eu des "acquis", et a l’année suivante. Ils ne peuvent donc pas prendre le risque de céder leur place à d’autres personnes qui viendraient avec une autre manière de proceder. Mais si les responsables étaient là pour faire la volonté de la base, tout cela n’aurait pas de sens.

    Répondre à ce message

    • Le 29 mars 2013 à 10:23, par Basga
      En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

      Vraiment, c’est un faux débat que certains cherchent à engager.
      Au niveau des organisations de la société civile, en particulier des syndicats, il ne sied nullement de parler d’alternance. Alternance entre quoi et quoi ? Comme quelqu’un l’a dit, ces organisations ont des orientations et des statuts qu’il s’agit d’appliquer au mieux. Même en Europe où la plupart des constitutions limitent le mandat présidentiel et où les gens aiment prendre leurs références,il n’est pas question d’alternance au niveau des organisations de la société civile. Un seul exemple : A la tête de la bien connue FIFA,M. JOAO Avelange a assuré la présidence de 1974 à 1998 !
      C’est vrai que par imitation ou pour faire démocrates, certaines organisations inscrivent la limitation des mandats dans leurs statuts.
      Même au niveau politique, l’alternance pour l’alternance n’a pas vraiment de sens. En France par exemple, le PS et le parti libéral se remplacent à la tête de l’Etat. Ainsi, les français, très déçus par la politique de Nicolas Sarkhozy ont élu en 2012 M. françois Hollande. Il ya eu sans doute alternance. Si on s’en tient aux sondages, il y aura encore alternance aux prochaines élections présidentielles et Sarkhozy pourrait même être réélu ! Question : En quoi une telle alternance sert-elle les intérêts du peuple français ???
      C’est pourquoi, il convient mieux de parler d’alternative si le souci est de résoudre les problèmes qui se posent.
      Cela dit, il est important de poser et de résoudre le problème de la relève, le souci étant de former des dirigeants aptes et déterminés. Dans tous les cas, si au niveau de certaines organisations, on assiste à des crocs en jambe et même à des affrontements lors des élections, chez d’autres, ces élections traînent en longueur et sont même parfois reportées par manque de candidature ! A méditer.

      Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 09:31, par beleim
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Votre article est nul M. SOME. Oui, vous prenez bien le parti de ce à qui profitent ces idées infondées, sinon peut-être vous avez eu ce mandat.
    L’élection des dirigeants d’une association est une question des membres de l’association ou du syndicat. C’est à eux de se plaindre. Le président du Faso est le président de tous les burkinabè. Si les burkinabè se plaignent du manque d’alternance ou d’alternatives, alors c’est une question posée et à résoudre. Si les membres des associations se plaignent, alors c’est une question posée et à résoudre aussi. Si la question n’est pas posée, alors exposer le problème réel. Le problème fondamental, c’est que le Burkina ne va pas depuis des decennies, et que le même régime ne dégage pas. Alors les citoyens et les responsables compris ont le droit de demander que les responsables dégagent. Le jour que les militants des associations voudront que les responsables degagent, ils degageront ; même si ce responsable s’appellent TOLE ou quelqu’un d’autres. Je suis dans une association et lors d’un renouvellement, nous avons passé 3 heures à chercher à demander aux jeunes de se présenter en vain. Parce que la plupart pense à leurs carrières et à leur loisirs qu’ils n’auront plus. Si vous a avez été responsable d’une structure ou vous devez vous sacrifier pour la structure, vous comprendrez que les gens font des calculs égoïstes mais ce sont les plus alertes à vous jeter l’anathème. Et votre article n’a pas de socle : vous utilisez "A les entendre...", "Dans le camp des ‘’pro’’, l’on estime que l’on ne peut raisonnablement demander aux autres..." sans dire le fond de votre pensée ou bien de baser votre raisonnement sur une argumentation. J’ose espérer que la courte vue de vos raisonnements présentés dans votre article est un concours de circonstance (qui sait ?).

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 09:47, par le fonctionnaire
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    moi ce qui me fais mal c’est que des retraités continu a diriger des syndicats allez y comprendre ? comment ce dernier défendre conséquemment l’intérêt de ceux qui travaillent ? si vous aimez vos frères et vos enfants qui travaillent présentement laissez la place

    Répondre à ce message

    • Le 29 mars 2013 à 10:29, par L’inconnu
      En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

      Mon frère, tu dis vrai. mais la situation montre à quel point certains dirigeants syndicaux sont des traitres et faux jusqu’à la moelle ; des gens qui sont placés à la tête de centrales syndicales dites révolutionnaires depuis 25 ans alors que du fond à la forme, ils n’inspirent aucune confiance. Tout ce qu’ils peuvent c’est empocher des millions dans les coulisses et ramer à contre-courant des intérêts du peuple en négociant uniquement pour les retraités. Même les perdiems des sessions du BIT empochés depuis belle lurette ne vous suffisent pas ! Vous ne perdez rien pour attendre. Le peuple vous a démasqués depuis longtemps et vous châtiera à la hauteur de votre forfaiture.
      Honte à vous et que Dieu bénisse le Burkina Faso.

      Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 10:34, par L’inconnu
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Vive l’alternance à tous les niveaux !

    Répondre à ce message

    • Le 1er avril 2013 à 22:29
      En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

      C’est ici un faux débat. Il y a que dans la vie les choses ne se ressemblent pas toujours. L’alternance que le peuple demande ou que les syndicats conduisent les cytoyens à demander est juste parce qu’ à ce niveau précis il y a une limitation dans le temps.
      Mr SOME est presque comme ceux-ci qui nous demanderaient un jour que dans la famille il y ait limitation de temps pour etre père ou pour se faire appeler mère de la famille, celle-ci pouvant etre considérée comme une association . Il y a des situations ou les especes se ressemblent mais dont les règles d’application diffèrent. Je crois que le sujet ne souffre pas du tout de débat.
      Par Moimeme.

      Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 11:42, par bayir biiga
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    C’est quand même inquiétant de voire sous nos cieux comment on fait un amalgame et surtout comment on prêt à lancer des faux débats pour distraire le peuple.
    Sans citer de noms aucun, d’un coté comme de l’autre, tous les burkinabé se réclament du président et alors que les responsables associatifs ne doivent de compte à personnes d’autres qu’à leurs membres.
    De plus une bonne fois pour tous, il faut comprendre qu’il y a zéro rémunération quand on dirige ces structures associatifs. Comparer cela avec un poste politique revient à étaler son ignorance mais bon...Cela n’étonne plus grand monde. Il y a quelques années, nous étions le pays des hommes intègres. là je me demande où on va avec des débats de ce genre.

    Répondre à ce message

    • Le 29 mars 2013 à 12:30, par le fonctionnaire
      En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

      bayiri biga je pense toi meme tu doit faire semblant si tu n’a rien a y gagner une fois à la retraite laisse d’autre personne continuer la lutte, car nul n’est indispensable. contrairement à ce que tu dis il paraitrait que pendant les negociation avec le gouvernement, ce sont des sac de riz des bouteils de gaz qui y sont débarqué nuitamment "don du gouvernement au syndicats" s’il ya rien il faut laisser , bande de corrompu !

      Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 12:09, par NDP
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Au SYNATEB, à l’ONSL, au SYTPBHA, au SYNTAS, à la CGT-B, à l’ONSL, au SYNTER... on parle pas alternance !

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 12:25, par Yargui
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Pas d’alternance au sein des syndicats ou les organisations de la société civile. Et vous voulez qu’il y ait d’alternance a la tête du pays. Est-ce un bon exemple TOLE ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 12:36, par SAM L’AFRICAIN
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Lorsque l’on prône l’alternance a tout bout de chemin parfois il faut montrer l’exemple.si on veut toujours diriger il faut le faire au moins de manière démocratique .a cause des petits avantages des responsables et autres délégués continu d’hypothéquer les luttes et sacrifiant des générations entières et ne respectant même plus les textes régissant nos syndicats et autres organisations.s’il vous plait prenez votre retraite tranquillement si on vous fait appel alors vous saurai que vous faite du bon boulot a commencer par la SYNATIC.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 13:45, par Ibrahimo
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    nul n’est indispensable sur cette terre, les cimetières sont là pour en témoigner. La mal gestion est le lot commun des dirigeants des syndicats et associations. L’alternance est inscrite dans les statuts desdites structures ; mais rare sont ceux qui s’y soumettent. Dire qu’il n’ya pas de candidats pour ces structures est un faux fuyant, tout est mis en place pour tuer toute forme de concurrence interne. Nul n’est mobilisé en dehors des ses intérêts, si ces dirigeants de syndicats s’accrochent c’est qu’il y a quelque chose qu’ils gagnent. Aussi, le gain n’est pas forcement matériel. Donc alternance à tous les niveaux

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 14:35
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    le débat est juste et fondé. En France l’alternance est une réalité au niveau syndical et est un gage de dynamisme constant. Chez nous ce sont les mêmes qui sont aux affaires depuis la création de leur syndicat ce constat ce fait surtout au niveau des centrales syndicales. il y a des syndicats qui n’ont pas organisé d’assemblé depuis leur création le dirigeant fait la pluie et le beau temps. La raison est toute simple : la subvention, les avantage divers dont ils bénéficient, les missions à l’extérieur etc..Dans ces condition cela est tout à fait normale que les négociations GVt syndicats donnent des résultats flouent mais qui satisfasse toutes les parties

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 21:34, par OS
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    on ne comprend PAS ONEA ZINIARE ON PEUT POURSUIVRE LES FACTURES PENDANT DEUX MOIS EN VAIN LORSQUE TU PARTS PAYER ON TE FACTURE DOUBLEMENT LA PÉNALITÉ ’4000F AU LIEU DE 2OOOF JE VOUDRAI COMPRENDRE A QUI LA FAUTE SI LES CLIENTS NE REÇOIVENT PAS DE FACTURES IL FAUDRAIT RÈGLEMENTER LES SERVICES SURTOUT LE DÉSORDRE CAR CE LES PLUS PAUVRES QUI SOUFFRENT ET NOUS DIRE OU VONT LES SOUS LA PÉNALITÉ IMPOSER AUX CLIENTS

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 22:46, par Job
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Tout depend des textes de la structure ! il faut empecher le pouvoir de s’accaparer des syndicats serieux a travers le falacieux argument de l alternance ! quand on n’est pas syndique on peut dire des aneries sur les responsables syndicaux. les vrais syndicalistes ne se pleignent pas mais les enemis du syndicat, les fantoches, racontent leur vie. honte aux fantoches ! ’

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2013 à 22:53, par Djontchè
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Monsieur SOME, aime tellement le TCHAPALO qu’il ne comprend plus rien dans la vie. Association et syndicat ont des statuts et règlement intérieur et ne concerne qu’un groupe de personnes qui adhère librement. Par contre la constitution elle est nationale, une fois que tu es fils de la nation ça te concerne, alors c’est tout le monde. ramener la constitution au même niveau que les statuts des associations est une bassesse. Si tu es payé pour défendre la modification de l’article 37, remet les leur argent car ça ne passera pas. Evite de nous distraire avec ces genre d’écrit.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars 2013 à 09:14, par Hommyame
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Ce qui m’enerve dans tout ça : voilà des gens qui partent à la retraite et qui continuent de dirriger des syndicats. POURQUOI ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars 2013 à 09:26, par Neya Belibi
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    le niveau du débat plat à l’image de l’article de Mr SOME. Vous ne pouvez établir de liens qui puissent tenir entre le pouvoir présidentiel et la vie des structures syndicales et associatives. il s’agit de deux mondes différents. on aurait pu vous suivre s’il y ’ avait un genre d’article 37 dans les statuts de ces organisations et que certains travaillaient à le fouler au sol comme c’est le cas aujourd’hui avec la constitution. Mr SOME ce n’est pas ce que l’on en tant que journaliste, susciter de faux débat pour que certains internautes qui pensent connaitre étalent leurs carences politiques

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars 2013 à 09:48, par bedjan
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    depuis que j’ai été intégré dans la fonction publique, Blaise était président du faso, tolé à la CGT et barro au SYNTER ! je n’ai pas connu d’autres leaders ! alors l’alternance doit s’appliquer à tous les trois !
    il y a même des syndicats ou le prétendu fondateur a créé un nouveau parce qu’on lui a dit de passer la main !!! suivez mon regard !
    comment voulez vous être crédibles devant vos militants et pris au sérieux par le gouvernement !
    je comprends pour ils font tout pour avoir la rue avec eux !!!


    Pour exemple, sache que c’est Bernard Kouchner qui a créé Médecins sans frontière ! Est il toujours là ?? Valable pour tous les prétendus fondateurs de ceci et de cela......les ONG et associations sont dans la meme situation que les syndicats ! L’ALTERNANCE CE N’EST DONC PAS SEULEMENT A KOSSYAM !

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars 2013 à 10:24, par Un syndicaliste
    En réponse à : Syndicats et organisations de la société civile : Alternance en mode échec ou exception ?

    Effectivement c’est un faux débat pour les raisons suivantes.

    1. Lors de la tenue des instances (congrès ou AG notamment), est-ce que le fameux problème d’alternance est posé ?

    2. Les dirigeants d’associations ou de syndicats qui ne sont plus acceptés avec ou sans congrès sont débarqués cas récent de la ligue des consommateurs du Burkina.

    3. La gestion de la nation ne peut être confondue avec la gestion d’une association ou un syndicat. La nation a de nombreux projets de société incarnés par les différents partis politiques (je parle des vrais pas des regroupements bidons pour trouver des solutions à la misères de quelques individus). Par contre les associations et les syndicats et même les partis politiques ont une ligne et des principes inscrits dans leurs textes fondamentaux. Ce sont ces orientations qui régissent les règles de fonctionnement des ces organisations, y compris les règles de
    pour le renouvellement des dirigeants. En dehors de ces règles, poser le débat de "l’alternance" à la tête de ces organisations c’est se rendre coupable d’une immixtion dans les affaires internes des dites organisations. Si vous êtes membres d’une organisation syndicale, associative ou politique (c’est la condition première pour avoir le droit de parler des questions ci-dessus) si les dirigeants ne vous conviennent pas il faut défendre votre point de vue à l’intérieur de cette organisation. Autrement se répandre dans les pages des journaux ou sur les espaces ouverts pour les internautes, c’est bien mais c’est sans effet sur la situation mais par contre votre attitude contribue à l’affaiblissement des cadres indépendants dans lesquels des gens (c’est vrai pas toujours tous des saints) se battent dans un contexte "démocratique" très difficile pour défendre des valeurs et des intérêts collectifs. Pour ne prendre que l’exemple des syndicats, malgré le non payement des cotisations et la réticence de nombreux travailleurs à participer aux activité (pour ne pas avoir de problème), malgré donc toutes ces entraves les dirigeants syndicaux avec l’appui des militants conscients et responsables font vivre les syndicats et obtiennent quoi qu’on en dise des résultats. Et ce sont eux qui prennent les coups pendant que des travailleurs choisissent la solution de facilité d’aller sur les sites des internautes pour insulter tous les responsables syndicaux alors refusent de participer aux réunions qui sont organisées pour débattre des questions.
    En réalité, les travailleurs qui agissent de cette façon ont des objectifs divers dépendant de leur ancrage politique.
    1° Il y a d’abord ceux qui sont du parti au pouvoir ou ses affidés pour qui l’affaiblissement des organisations démocratiques indépendantes du pouvoir est un objectif stratégique qu’il faut atteindre par tous les moyens.
    2° Il y a ensuite les recalés de l’ascension politique vers le gâteau dont s’empiffrent les tenants du pouvoir et qui ne comprennent pas pourquoi les syndicats ne vont pas "jusqu’au bout", entendez par là renverser le régime en place. Pour se convaincre des objectifs de ces "criticailleurs" des syndicats de se référer aux aux avis des internautes suites à l’écrit sur le compte rendu de l’AG des syndicats le mardi 26. On y voit des appels clairs à des putschs avec l’utilisation des syndicats comme courte échelle. Ces irresponsables ne pensent même pas aux conséquences pour la population des coups d’état, notamment avec des risques de se retrouver avec des illuminés comme Dadis Camara et consorts qui retournent les armes utilisées pour le coup d’état contre le peuple.
    3° Enfin il y a ceux que nous pouvons qualifier d’ignorants politiques qui veulent du "concret" c’est-à-dire, de quoi manger même si la revendication d’une indemnité peut faire basculer le pays dans la guerre civile réactionnaire avec son cortège de souffrances indicibles pour la population. Ils rejoignent d’une certaine manière les seconds cités.

    C’est contre les visé de tous groupes que doivent lutter les syndicats tout en maintenant le cap de la satisfaction des intérêts des travailleurs qui dans leur large majorité soutiennent l’action des syndicats en témoignent le suivi des grèves et des manifestations publiques sur tout le territoire. En cela la position des syndicats est juste car le syndicat n’est pas le parti politique même s’il ne s’interdit pas d’être politique dans ses analyses.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés