LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

vendredi 15 mars 2013 à 05h34min

Le commissariat central de police de Ouagadougou a présenté des individus présumés coupables d’escroquerie, à la presse, le jeudi 14 mars 2013.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
LUTTE CONTRE LE BANDITISME :  Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

Dans le cadre de la lutte contre la délinquance, le commissariat central de police de Ouagadougou a mis fin aux activités illégales de deux groupes d’individus spécialisés dans l’escroquerie. La première affaire a concerné la société dénommée ORREFI/BF. Courant décembre 2012, la structure a annoncé, à coup de tapage médiatique, l’organisation prochaine d’un test de recrutement dans les villes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou. Or, derrière ce test de recrutement, se tramait une grosse arnaque. A en croire le commissaire central adjoint, Bonswindé Sankara, pour prendre part au test, il fallait, en plus des documents administratifs, débourser 750 F CFA pour les frais de dossier, 2500 F CFA pour le niveau BEPC et 3500 pour le niveau BAC au titre des frais d’inscription. De même qu’une visite médicale devrait être effectuée par des médecins venus spécialement de la Côte d’Ivoire. Le 17 février 2013, la société ORREFI/BF a publié une liste de personnes retenues à l’issue du test avant de porter à leur connaissance qu’elles devraient ensuite payer la somme de 24 500 F CFA chacune, pour les frais de visite médicale. Plus de 300 personnes, espérant décrocher un emploi, se sont acquittées dudit montant. Au moment de l’opération, la division des renseignements généraux avait ouvert une enquête suite à des irrégularités constatées par des éléments de la division infiltrés dans le test de recrutement, a indiqué Bonswindé Sankara. Il a avancé que cela a conduit à l’interpellation des responsables de la société et à leur mise à la disposition de la police pour des investigations. C’est alors que les recherches ont révélé que l’entreprise ORREFI/BF a été légalement créée en novembre 2012 par N. A. Z., âgé de 37 ans, de nationalité étrangère. Il s’était spécialisé au départ dans le commerce général, mais en raison des difficultés, il a monté de toutes pièces une technique d’escroquerie pour rentrer dans ses fonds, a laissé entendre le commissaire central adjoint. Pour ce faire, il s’est entouré de trois complices, tous de nationalités étrangères. Au total, ce sont 17 289 950 F CFA que A. Z. et ses acolytes auraient engrangé, a martelé M. Sankara. La seconde affaire a concerné l’organisation d’un Salon international des crafts en abrégé (SIC), prévu pour se tenir du 15 au 31 mars 2013 à Ouagadougou. Selon les aveux du maître d’orchestre, M. S. O., le salon devait réunir des hommes d’affaires de 137 pays invités évoluant dans le domaine de l’or et des matières précieuses. Il a fait comprendre à ses clients que des stands d’exposition seront en location au prix de 650 000 F CFA l’unité. Et qu’une centaine de véhicules de marque TOYOTA YARIS seraient acheminés d’Europe pour le prétendu salon et qu’à la fin des expositions, les voitures seront revendues sur place à Ouagadougou, entre 4 et 6 millions de F CFA. Mais avant, a-t-il expliqué, il fallait déposer une caution de 500 000 F CFA minimum par véhicule avant l’ouverture du salon. L’opportunité d’affaires présentée par le salon lui aurait permis d’encaisser, en l’espace de trois mois, plus de 28 000 000 F CFA, a révélé Bonswindé Sankara. Sentant l’arnaque, une femme, qui a versé la caution pour un véhicule, a saisi la police. Après des investigations, le commissaire central adjoint a signalé que la brigade de recherche du commissariat central de police de Ouagadougou a interpellé le présumé coupable qui a nié les faits avant de les reconnaître. Bonswindé Sankara a précisé que les enquêtes de ces deux affaires sont presque closes et que les présumés auteurs seront présentés au procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou pour la poursuite de la procédure.

Sidgomdé

sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 mars 2013 à 22:40
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    au burkina c’est facile maintenant d’arnaquer surtout que la seconde affaire,l’auteur de l’article oublie de mentionner que la cérémonie d’ouverture sera présidée par le premier ministre. les affiches sont toujours visibles partout à ouaga. où étaient les services du premier ministre pour dénoncer ça ? aussi sur la premiere affaire,ces annonces bidon étaient diffusées sur la rtb. pour le gain facile,une radio nationale se fait avoir parceque ça veut dire que n’importe qui peut venir passer son annonce sans problème et voilà que la population qui croit à la respectabilité de cette rtb parcequ’une radio d’état se fait abuser. c’est triste et dire que ces plumés ne verront jamais la couleur de leur argent.

    Répondre à ce message

    • Le 17 mars 2013 à 06:34, par Hamane
      En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

      Oui mais c’est plumés aussi auraient dû doubler de vigilance ? c’est aussi parce que ces plumés aiment avoir les raccourcis que cela leur est arrivée. nous sommes dans uen situation de responsabilités partagés. et les média n’ont pas pour mission de se substituer à la police ou à la gendarmerie. Si je suis compétent, je n’ai pas besoin de payer pour prendre part à un test de recrutement. Je le laisse passer et je prends part à un test gratuit plus tard. Ne passons pas notre temps à seulement accuser les autres. Je suis à 90% responsable de ce qui m’arrive. Autrui n’est responsable qu’à 10%. Autrement, les meilleures solutions à mes problèmes viennent à 90% de moi-même et à 10% d’autrui. Autrui, c’est cet agneau qui m’aide mais c’est aussi ce loup qui me dévore, me corrige pour me mettre sur el bon chemin. Quand j’étais en classe de Terminale, mon prof de philosophie m’enseignait que si on vole autrui, il faut comparer l’effort fourni par le voleur pour dérober sa victime, et l’effort fourni par la victime pour se protéger du vol. Si la victime a fourni moins d’effort pour se protéger ou protéger son bien. le voleur lui aurait simplement donné une leçon de la vie. Il nous disait ceci. un commerçant qui dépose mal son porte feuille au marché central ne devrait pas pouvoir se plaindre du vol dudit porte feuille. Il a simplement été corrigé par un passant.

      Répondre à ce message

  • Le 15 mars 2013 à 23:40, par lipton
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Bravo a vous, vaillants policiers !!!! Voila qui nous rassure, nous les honnêtes citoyens très souvent pas assez prévoyants. Courage et Continuer a faire votre part du boulot pour un burkina émergent

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 06:29, par banissi
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Bravo a la police pour ce laborieux investigation.Quant a nous,soyons tres prudents et ne soyons pas aussi naifs car quel toyota neuf peut etre vendu a 4 ou 5 millions ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 08:20
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Oh l’etat burkina voyez vs comment les moins diplome de vos concitoyens soufrent.ce que je comprend pas dans cette affaire, comment ils ont puent arriver organiser un test dans vos lycee (newtoon descart)ce surveilles par vos policiers meme eu un siege dans votre ville et c’est maintenant que vous parlez d’escroquerie.quel honte !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 08:45, par Marcus
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    C’est facile ojd8 d’arnaquer les assoiffés d’argent.
    Bon courage à ceux qui ne cherche que le gain facile !!

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 09:01
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Ahhhh le monde des affaires !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 09:09, par kienfola
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Depuis le lancement de cette opération moi je sentais quelque chose de louche dans cette affaire.Personnellement je me demande souvent à quoi sert l’école ?Pourquoi je dis ça ?Parce je suppose que que tout chômeur fait des concours de la fonction publique et dépose des dossiers de candidature dans les privés.A part les pièces qui doivent être légalisées et la demande timbrée à 200f on ne dépense rien d’autre !Maintenant si on demande des frais supplémentaires le bon sens aimerait qu’on se pose des questions quant à la crédibilité du recrutement ?Certains me diront qu’ils sont désespérés et qu’ils sont vainement à la recherche de travail et par conséquent sont prêts à tout.Justement c’est avec ce comportement que des individus rusés abuseront de votre naïveté pour vous escroquer !
    Maintenant je m’inscris en faux contre le commissaire central adjoint que c’est suite à l’infiltration d’éléments de la division des renseignements généraux dans le recrutement qu’ils ont pu savoir que c’est de l’arnaque parce que je suivais cette affaire de bout en bout et si c’était le cas ils les auraient interpellés bien avant.C’est suite à la plainte des victimes pendant aux moins un mois sur les radios et dans les journaux que la police à décidé d’ouvrir une enquête et de les arrêter dans la même semaine parce que c’était trop flagrant !

    Répondre à ce message

    • Le 16 mars 2013 à 10:09
      En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

      Tu as tout dit et que ce commissaire arrête de nous pomper avec ses renseignements généraux.Que du blablabla.Aussi je veux bien que les chômeurs soient naïfs mais comment ils ne seront pas si la RTB une radio étatique se met dedans en diffusant de fausses puplicités ?A dire aussi cette RTB aime les gains faciles.

      Répondre à ce message

    • Le 16 mars 2013 à 11:51, par Bléou
      En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

      Ah !tu ne peux pas comprendre mon frère,c’est parceque nous pensons être dans un Etat digne de ce nom,et que connaîssant bien la notion d’ETAT,on ne pouvait que de placer une confiance aveugle à cette...Brèf comment explique-tu le tapage médiatique qu’à susciter cette structure d’arnaque ?Même la télévision nationale et les autres canaux de communication sont complices de cette escroquérie(RTB,SMTV,TVZ).Et regardez surtout les lieux de depot vous comprendrez que les victimes de cet arnaque ont été vendus par les gouvernants:RADIO horizon,L’UO et L’UK et surtout la Mairie de BOBO (BOURSE DE TRAVAIL).Juste te Dire que n’as jamais été à l’école que les autres.

      Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 10:36, par Loulou
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Merci kienfola, je suis parfaitement d’accord avec toi. Je ne peux comprendre que quelqu’un qui ne travaille puisse mobiliser plus de 30 000 F CFA pour chercher du travail dont il n’est pas sure d’être admis.

    J’invite donc à tous ceux qui sont à la recherche du travail, en dehors des pièces et copies légalisées des diplômes et attestations, aucun employeur dans le monde ne demande de l’argent pour le dépôt de dossier pour un recrutement.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 10:57, par lastar
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    comment se fait-il que la RTB ne soit pas vigilante a des annonces c’est à dire ignorer l’existence ou l’absence d’une structure de caractère public ou semi-public. on pourrait admettre si cela etait sur une chaine privée

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 11:26
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    S.V.P, il faut arrêter de dire "personne de nationalité étrangère" lorsque vous parlez de certains criminels. cela me fait penser au x temps où tout voleur arrêté en CI était désigné d’office comme "voltaïque".
    quittez dans ça

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 12:04
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    comment informer la police d’une arnaque en cours ??? je crois que j’ai une piste de quelque chose en cours ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 14:11
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Je vous présente un autre bandit,au lieu qu’il soit arrêté et gardé par 7 crs à nos frais et cet escroc traite judas s’appelle assibou ouédraogo. lisez plutot

    A l’issue des élections couplées de décembre 2012, dans l’arrondissement 5 de Ouagadougou, l’UPC s’en était tirée au finish avec 10 conseillers contre 9 pour le CDP. Le mercredi 6 mars, c’était la mise en place de certains bureaux exécutifs communaux de la capitale et le parti de Zéphirin Diabré pensait tenir fermement là sa première mairie ouagalaise. Mais c’était sans compter avec celui qui jouait contre son propre camp, qu’on appelle, du côté de l’UPC, « le judas de service » : Ratamanégré Assibo Ouédraogo, vendeur de produits pétroliers de son état et fraîchement élu sur la liste UPC. Pourquoi et comment a-t-il voté contre son propre parti permettant ainsi à Issouf Sakandé du CDP de rafler la mise en tant que bourgmestre de cet arrondissement ? Comment vit-il à présent dans son environnement qu’on imagine quelque peu pollué après ce coup de Jarnac ? Hier, nous l’avons reçu sur le coup de 11 heures à notre Rédaction. Explications.
    Comment êtes-vous venu en politique ?
    • Depuis toujours, je me suis intéressé à la gestion de la cité, à celle de mon quartier Dassasgho en particulier, et lorsque j’ai appris qu’il y avait des municipales en vue, cela m’a beaucoup intéressé car j’ai remarqué que les habitants du quartier souffraient du manque d’infrastructures de base. Pour y remédier, il fallait s’engager politiquement. Pour mieux comprendre, je suis allé au siège du CDP pour me renseigner et pour me porter candidat. On m’a fait savoir que la liste était déjà close. Et c’est au moment de quitter les lieux que quelqu’un est venu me voir pour me dire qu’il y avait encore de la place à l’UPC et que comme je suis jeune, j’avais la chance d’être retenu sur la liste de ce parti. C’est ainsi que je suis arrivé dans ce parti. Tout simplement pour être conseiller
    Donc vous n’êtes pas militant de l’UPC ?
    • Non, je n’ai jamais été militant de l’UPC. Je suis arrivé à ce parti pour être tout simplement conseiller municipal
    Et on vous a proposé ce poste sans même que vous soyez du Parti ?
    • Tout à fait
    Donc vous ne possédez même pas la carte de ce parti ?
    • Non, je ne suis pas détenteur d’une carte de l’UPC. J’ai juste dit que je voulais être conseiller dans mon quartier et on m’a accepté sans problème. Mais le jour du vote, j’ai rencontré un monsieur, mon patron (un militant du CDP : Ndlr) qui m’a demandé pourquoi je suis allé à l’UPC. Je lui ai expliqué comment ma candidature a été retenue sur la liste UPC et il n’a rien dit. Après cet entretien, certains responsables de l’UPC m’ont appelé pour me dire qu’ils ont appris que je voulais démissionner du parti pour le compte du CDP parce qu’on m’aurait acheté une moto. Je leur ai signifié qu’il n’en était rien car c’est mon patron qui m’a acheté une moto et non le CDP. C’est la troisième fois qu’il m’achetait une moto. Ils ne m’ont pas cru et se sont mobilisés pour exiger ma démission et au cas contraire, ils menaçaient d’incendier mon domicile. Ce fut terrible mais on est arrivé à calmer la situation jusqu’au jour où la responsable à la Communication de l’UPC, en l’occurrence madame Yanogo, a encore exprimé le besoin de me rencontrer. Quand je suis allé la voir, elle m’a demandé si je pourrais tenir le rythme de la campagne. Je lui ai répondu par l’affirmative.
    Comme vous l’avez dit, ce n’est pas le parti qui vous qui intéresse, mais le poste de conseiller ?
    • Oui. Je voulais juste être conseiller, être membre d’un parti n’est pas important pour moi. Avant qu’on ne me mette sur la liste, j’ignorais tout de l’UPC.
    A cause de votre vote en faveur du CDP, l’UPC n’a pas pris la mairie. Votre conscience ne vous gronde-t-elle pas ?
    • Pas du tout. J’ai la conscience tranquille car la loi permet à chaque conseiller de voter dans son intime conviction, de choisir le maire qu’il veut. Sinon pourquoi il y a eu vote alors ?
    On aurait pu tout simplement imposer. Et puis à dire vrai, la politique de l’UPC ne me plaît pas car non conforme à la vision, à la projection que je me fais pour mon quartier. A entendre l’UPC décliner son projet, son programme d’activités si elle avait remporté la mairie, je ne m’y serai pas retrouvé. Les arguments de ses premiers responsables se résument au fait qu’untel du CDP dort là-bas et qu’ils veulent prendre la gestion de la mairie pour lui mettre la honte. Ce n’est pas un programme politique ça ! En tout cas, cela ne s’aurait être un engagement politique. Moi je suis né dans le quartier (Dassasgo : Ndlr) et connaissant ma positon, les militants de l’UPC disaient que si Zéphirin Diabré ne gagnait pas dans cet arrondissement, on allait me chasser du quartier.
    Au départ, je n’ai pas voulu leur répondre. Mais à chaque fois que je participais à leurs réunions, ils n’avaient que des propos haineux, contraires à ce qui peut contribuer à la construction du pays. Et ils en étaient même venus à parler de fétiches qui élimineraient qui trahira. Je leur ai dit que cela était contraire à mon éducation, parce que mon papa fut un grand musulman. Pour cela, j’étais obligé de couper mon portable la veille du vote parce qu’eux tous étaient allés se faire interner et m’appelaient de venir en faire autant. Ce n’est qu’à 5 mn du vote que je me suis présenté à eux. Alors ils m’ont demandé de leur remettre mon portable, chose que j’ai refusé de faire.
    Mais pourquoi avez-vous choisi le CDP ?
    • Je l’ai fait tout simplement parce que je ne suis pas un activiste politique, bien que je connaisse un peu la politique. J’ai suivi tous les meetings d’Issouf Sakandé du CDP qui a été élu maire et de toutes ses sorties, il ne parle que de stratégies pour le développement de l’arrondissement. En aucun moment il n’a usé de menaces. Ce qui n’est pas le cas des partisans de Zéphirin Diabré. C’est pour cela que j’ai choisi le CDP car il a un bon programme.
    Après avoir voté contre l’UPC, avez-vous subi des menaces ?
    • Oui. A la fin des votes, madame Yanogo m’a dit : « Il faut que tu partes en Côte d’Ivoire sinon je vais te tuer ». Je lui ai répondu qu’elle ne devait pas me dire cela car si je portais plainte contre elle, elle aurait fort affaire à la justice pour menace de mort sur ma personne. Elle m’a dit qu’elle s’en fichait « car ce sont des traîtres comme toi qui ont trahi Jésus ». Je lui ai alors demandé de ne pas me parler ainsi et elle m’a menacé de mort de plus belle, en disant que je mourrai si je ne quittais pas vite le pays. C’est à cause de toutes ces menaces que j’ai quitté la salle sous escorte policière. Maintenant il est plus que jamais question pour certains de l’UPC de m’éliminer.
    Avez-vous vraiment eu peur pour votre vie ?
    • Je pense que ce sont des menaces en l’air. Ils n’en viendront pas à cette extrémité. Je n’ai donc pas peur pour ma vie, mais pour celle de ma famille. La dernière fois, des manifestants ont débarqué chez moi avec des armes confondantes (dabas, gourdins, haches...). Mais fort heureusement il y avait la sécurité qui les a empêchés d’entrer.
    Vous êtes gardé par combien d’agents de police et depuis quand ?
    • Les responsables du CDP ont estimé que ma vie et celle de ma famille étaient en danger, ils ont alors affecté sept agents des CRS qui gardent ma cour depuis le 6 mars. C’est dire que je n’ai plus ma liberté car quelqu’un qui est gardé reste quelque part un prisonnier. Je ne sais pas quand est-ce que les passions vont s’estomper pour que je retrouve ma liberté et c’est pour cela que j’attire l’attention de toute la population burkinabè, enfants, femmes comme hommes que si jamais quelque chose m’arrivait ou arrivait à un membre de ma famille, ce n’est pas la peine de chercher midi à quatorze heures. Ce serait l’œuvre et la responsabilité pleine et entière des conseillers de l’UPC.
    Entretien réalisé par Boureima Diallo et Alima Koanda

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 17:49, par bedjan
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    comme les burkinbè veulent s’enrichir du jour au lendemain ils deviennent des proies faciles pour les escrocs !! je suis ecoeuré de voir que le burkinabè aujourd’hui ne veut laisser passer le moindre denier-propre ou sale ! et il est pret a se fourrer dans toutes sortes d’affaires louches juste pour gagner des millions et se construire un dupleix a Ouaga 2000 !! les escrocs n’ayant plus de proies dans leurs pays d’origine tendent leur filet chez nous ! ce genres de manigances avaient monnaie courante dans les années 80 au Nigéria en Cote d’ivoire et au Ghana ! burkinabè soyons moins gourmands !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 18:13, par Charig
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Oui Bravo à la Police pour cet exploit ! Courage pour la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 22:24, par le droit de regard
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    bravo a la police nationale vous etes professionnell bon vent.il est temps kon reconaiss tte merite.bon vent

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2013 à 10:00, par bozounlomien
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Moi je pense plutôt qu’il faut louer les efforts de notre police nationale parce que dans une affaire de ce genre, il n était même pas évident que l’ on puisse soupçonner les malfrats pendant qu’ils sont encore au Burkina !
    Si la police nous marquait positivement tout le temps comme ça, nous serions moins troubler par l’ensemble des corps habillés dont certains départements commencent à nous faire peur sérieusement

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2013 à 12:12, par La vérité
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Hamane, tu es tout simplement triste et ta philosophie sur la vie de façon générale risque de te jouer un tour un de ces 4 matins. Il faut toujours relativiser. Tu es à la limite un des leurs à te lire. Crois tu que tu es plus averti et plus vigilant que toutes ces personnes grugées par ces crapules ?
    Dans le désespoir, les gens s’accrochent à tout

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2013 à 12:21, par Biiga
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    Bah vue que le Burkina est devenu un non-noongo, moi moyennant 25.000 frcs je vous donne le numéro du Mr à qui appartient la place de la révolution. Il veut vendre et il a tous ces papiers en règle. Il est même en train de refaire les papiers du grand marché de Ouaga et de toute la zone opération zaka. Si vous avez remarquer, c’est par ce que l’état sait que c’est un bien privé que jusqu’à présent il n’ y a rien dessus.
    Venez vite me voir. Au besoin vous m’envoyer l’ahan par western avec votre contact et je vous rappel.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2013 à 12:58, par amina
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    meme la RTB est complice !cest triste.et ce qui me fais mal cest quon ne les feront rien parce que la justice est pourri.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 08:09, par le véto
    En réponse à : LUTTE CONTRE LE BANDITISME : Deux bandes d’escrocs présumés aux arrêts

    moi vraiment je comprend pas,les individus qui escroquent toute une nation et on caches leur visages,soyons sérieux.Donc si comprend bien on vérifie pas les document des structures dans ce pays,

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés