Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est seulement avec astuce qu’on parvient à chasser une mouche, non en agissant rapidement.» Proverbe Africain

Article 37 : Une camisole de force !

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Réformes politiques • • mardi 12 mars 2013 à 21h35min
Article 37 : Une camisole de force !

Et parlant de grandeur de notre démocratie, on doit lui reconnaître celle d’avoir justement eu l’intelligence de réduire le sankarisme à sa plus simple expression le renvoyant à une nébuleuse sans consistance constituée de marginaux d’ici et d’ailleurs qui font et défont le monde à coups de slogans et de rhétoriques éculées.

Notre démocratie n’a usé ni de menace, ni de propos outranciers, encore moins d’appels à la révolte pour parvenir à cette fin qui sonne l’hallali d’une idéologie qui ne croit pas en la démocratie et pense pouvoir l’utiliser à des fins perverses

Disons-le d’entrée et tout net, avec la forme que prend le débat sur la révision ou non de l’article 37 de la Constitution qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs, la question n’est plus de savoir s’il faut ou non aller au référendum pour trancher entre les différents avis qui s’entrechoquent, mais de savoir s’il faut ou non céder à la dictature méprisante et méprisable de tous ceux qui, avec à leur tête un certain courant politico-idéologique, ont déjà tranché sur le sujet et n’hésitent pas à brandir de sordides menaces contre tout avis qu’ils soupçonnent d’être opposé à leurs vues, allant jusqu’à la prise en otage de la paix sociale !

La hargne avec laquelle un certain Stanislas B. SANKARA du désormais moribond UNIR/PS et certaines plumes avec à leur suite de pitoyables internautes refusent jusqu’au moindre avis divergent du leur sur le sujet, est tout simplement insupportable et inacceptable. Aussi curieux que cela puisse paraître, c’est au nom de la démocratie et du droit du peuple à choisir librement ses dirigeants que ce « bon petit peuple de petits messies » s’insurge avec violence et sans concession contre le recours à ce même peuple pour savoir ce qu’il pense réellement, au prétexte que leur seule parole suffit et qu’il n’y a rien à cirer ! C’est d’un ridicule si saisissant qu’on ne s’étonne point du tout de retrouver sur cette position certaines personnes frappées d’incapacité idéologique à supporter toute contradiction tout comme des plumes et des personnages dont la ligne éditoriale et les principes de fonctionnement sont manifestement la provocation à tout va, l’essentiel pour eux étant d’être iconoclastes pour justifier leur existence structurelle.

Si ce n’est pas désolant !

Comment expliquer autrement que dans une déclaration aussi insipide que vide et cousue de contradictions, le ci-devant Chef de file de l’opposition, Me Stanislas B. SANKARA, pour ne pas le nommer, dont le parti est sorti ratatiné des récentes élections couplées et qui devrait en toute humilité se faire tout petit, tombe à bras raccourcis sur des citoyens au motif qu’ils professent pour la tenue d’un référendum sur l’article 37 et profère des menaces outrancières contre la paix sociale et la République ? On sait le monsieur coutumier du fait, grand matamore devant l’Eternel qu’il est, mais tout de même ! Qu’il soit contre la révision de l’article 37, c’est son droit le plus absolu.

Qu’il soit contre la tenue d’un référendum sur la question, c’est son droit le plus absolu. Qu’il défende ses positions et les affirme, c’est tout aussi son droit le plus absolu ! Mieux, il a même le droit d’être contre toutes les opinions qui ne vont pas dans ce sens et a celui de les combattre ! Ce sont là des droits inaliénables contre lesquels nul ne peut s’élever et qu’il exerce d’ailleurs sans aucune retenue.

Subséquemment et dans le sens contraire, tout autre Burkinabè a le doit d’avoir des opinions tout à fait différentes, notamment de prendre le contre-pied de celles de monsieur Stanislas, de les exprimer et de les défendre. C’est ça la démocratie ! Donc s’il y a de quoi être surpris, ce ne devrait pas être parce que des Burkinabè donnent leurs avis sur la question, mais que d’autres leur dénient ce droit. On peut parfaitement comprendre la « lassitude » des militants de l’UNIR/PS qui ne voudraient entendre parler d’élection, eux qui ont essuyé un échec cuisant auprès des populations lors des dernières élections et comprendre leur phobie de se représenter de nouveau devant les mêmes populations, mais cela n’est pas opposable à tous. On est aussi frappé de stupeur devant ce que l’UNIR/PS présente comme une « « messianisation » du Président Blaise COMPAORE… alors que elle-même n’a d’existence que par celle d’un autre Burkinabè, en l’occurrence le Président Thomas SANKARA.

Le loup qui crie au loup ! Dans son cas particulier, cette « messianisation » est si poussée qu’elle vaut à Stanislas SANKARA (tiens, tiens) d’être le chef incontesté et incontestable du parti. A qui veut-on donc faire la leçon à l’UNIR/PS ? Comme s’il ne voulait pas s’arrêter en si bon chemin dans le ridicule, l’UNIR/PS soutient un brin pince-sans-rire, parlant de Blaise COMPAORE « que personne ne veut ni à l’intérieur au sein de notre peuple, ni à l’extérieur au sein des partenaires qui portent notre pays à bout de bras… ». Le prototype de discours creux et bête servi à des militants endoctrinés dont la seule vocation est d’applaudir « le grand idéologue » lorsqu’il le prononce !

Du sankarisme tout fait ! si personne ne veut Blaise COMPAORE, pourquoi écrire pour répondre à des Burkinabè qui ne jurent que par son nom, ou encore pourquoi refuser de le croiser dans les urnes de nouveau en levant la limitation des mandats consécutifs ? A qui l’UNIR/PS croit-il faire la leçon en écrivant : « Que l’on se dise une fois encore que le Burkina n’est pas dans une bulle détachée et indifférente de la marche du monde », lui qui prône une idéologie surannée que le peuple burkinabè a vomi au fur et à mesure qu’il le découvrait ? Et parlant de grandeur de notre démocratie, on doit lui reconnaître celle d’avoir justement eu l’intelligence de réduire le sankarisme à sa plus simple expression le renvoyant à une nébuleuse sans consistance constituée de marginaux d’ici et d’ailleurs qui font et défont le monde à coups de slogans et de rhétoriques éculées.

Notre démocratie n’a usé ni de menace, ni de propos outranciers, encore moins d’appels à la révolte pour parvenir à cette fin qui sonne l’hallali d’une idéologie qui ne croit pas en la démocratie et pense pouvoir l’utiliser à des fins perverses. Tous les autres, qui s’inscrivent dans cette dynamique, doivent se le tenir pour dit et prendre la leçon : ce peuple-là, le peuple burkinabè, ne se laissera pas dicter sa conduite. A les lire, à les écouter et à les croire, le seul argument qui reste à tous ceux qui sont contre la révision de l’article 37 en vue d’en sauter le verrou limitatif des mandats présidentiels consécutifs, ce sont les menaces sur la paix sociale et des allusions à un coup d’Etat ; la théorie de la peur et de l’intimidation ! Rien donc de démocratique ! Bien pire, une dictature, une camisole de force.

Et ça, ça ne doit pas passer ! Cela d’autant plus que dans sa formulation actuelle, cet article 37 est en lui-même une camisole de force puisqu’il peut limiter de fait le choix du peuple. Est-ce là le sens de la démocratie ?
Il faut croire que « oui » pour certains politiques pour lesquels démocratie ne rime qu’avec alternance, celle-ci primant sur le libre choix des populations. Au regard de ce simple fait, on devrait au minimum demander à ces populations si elles acceptent effectivement se mettre cette muselière en aliénant en partie leur souveraineté. C’est aussi simple que cela ! Tout le reste n’est que sankarisme de bas étage !

Cheick Ahmed (ilingani200@yahoo.fr)

L’Opinion

Vos commentaires

  • Le 13 mars 2013 à 09:00, par anta En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    J’ai eu chaud !J’ai d’abord pensé à un éditorial du DG de Sidwaya que j’aime lire pour parfaire mon français et je commençais à me demander quelle mouche l’a piqué pour qu’il tombe sur les contempteurs de la monarchisation du pouvoir si tôt le matin.Mais ne voilà-t-il pas que c’est notre ami Lingani, l’un des thuriféraires les plus piteux de la IVè république, l’un de ceux qui, sentant la fin venir inexorablement, sont prêts à tout enflammer avant de partir. Je lis" Camisole de force:Une camisole de force est une veste en toile très forte destinée à empêcher une personne de se servir de ses bras. Ceux-ci sont passés dans des manches fermées qui sont croisées par-devant et attachées dans le dos. La camisole de force était un instrument de contention dans les asiles psychiatriques, très utilisé avant l’invention des neuroleptiques.Ces moyens de contention ne sont pas en eux-mêmes des traitements de la maladie mais ils peuvent, quand rien d’autre n’est possible, permettre un accès à la parole et au dialogue.Son usage est réservé aux patients les plus dangereux."Comme vous le remarquez, la camisole de force est donc faite pour les fous furieux, la démocratie pour contrer les dictateur fous et le forum des internautes pour insulter les modificateurs d’articles.Je trouve que l’article 37, notre camisole n’est pas assez serrée et qu’il faut la serrer davantage pour que le "messie" de Linganie ne puisse pas en réchapper pour nous emmerder outre mesure.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:01, par Odem En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Mon ami,on t’a payé pour griffonner ton petit papier mais sache que si l’article 37 est touché,toi et ceux qui t’ont payé verrez que "votre paix sociale" que vous nous rabâchez à tout vent n’est que du vent...vous verrez que le burkinabè n’est pas si mouton que vous croyez...Demande à ton Blaise il sait...il était caché où quand ca tirait en Avril 2011 ????? Vive la vraie democratie.A bas les maguilleurs et autres voleurs,menteurs.A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:04, par LoiseauDeMinerve (MinervaBird) En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Normale cette réaction de l’opinion qui a bien été payée pour tous les servives rendus jusqu’ici. La vraie Démocratie est celle où effectivement les avis peuvent être contradictoires et où l’arbitrage éclairé du peuple souverain peut être requis de temps en temps. Mais ici, si ce n’est pas la mauvaise fois, convenez que le système ne permet pas un vote utile. Tout est faussé dès le départ et ce n’est pas une expression du peuple mais une décision du Prince que le peuple doit valider par tous les moyens. Les péripéties des dernières élections combinées témoignent du piratage, du vol du vote.
    La Constitution dispose pourquoi vouloir chaque fois contourner ? Si c’est du forcing, soyons honnête et ne nous flatons pas de vivre sous la démocratie, et prenant notre courage à deux mains, devant Dieu et devant les hommes instituons tout simplement un totalitarisme à l’image de pays comme la Corée du nord et le tour est joué. On y adhère ou on émigre et change de nationalité.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:12, par Le pays nous appratient à tous En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Toi, journaliste, ça se sent que tu bouffes très bien dans le régime en place depuis une vingtaine d’années. Tant que tu y es pourquoi tu proposes pas qu’on intronise BC roi à vie du BF ? "cet article 37 est en lui-même une camisole de force" : tu n’as pas honte de dire ça ? Tu ne regardes pas autour de toi dans les autres pays ou quoi ? Pourtant à te lire, tu sembles avoir reçu une certaine instruction !!!???

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:18, par Lady Gaga du Faso En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    non au "sankarisme de bas étage" comme vous le dites, Cher Cheik Ahmed
    non au compaorisme exacerbé aussi !
    tout ça là y en a marre !

    Cheick Ahmed de Sidwaya, le CDP doit bien t’engraisser heinnnn mdrrrr

    changez l’article 37, revisez la Constitution et on verra la suite au pays ici ! faites ce qui vous chante !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:27, par TENGA En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    PITIÉ POUR LE PEUPLE AFRICAIN, PITIE POUR CE PEUPLE PILÉ ET PRESSÉ QUE DIRA- T-IL SI CE N’EST CE FAMEUX OUIIIIIIIII A 88,88%
    MAIS ATTENTION ON OUBLIE VITE EN AFRIQUE ET LES LEÇONS NE S’ASSIMILENT PAS BIEN

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:41 En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Issaka Lingani, si tu es courageux, commence par signer de ton vrai nom, c’est le premier signe de sérieux de quelqu’un qui s’exprime sur un sujet aussi grave comme l’article 37 ; en te cachant, ton discours perd déjà de la crédibilité. Dans le fond, on apprend rien de nouveau. Pourquoi ne pas supprimer toutes les conditions prévues pour être candidat pendant qu’on y est ? Tu fais partie de ceux qui prennent Blaise en otage ; laisse-le tranquille terminer son mandat et aller se reposer à Ziniaré ! Ce qui t’intéresse, ce sont des intérêts personnels, tu n’as rien à foutre du peuple. Hier tu faisais partie de ceux qui adulaient Sankara ; tu craches sur lui maintenant comme tu cracheras demain sur Blaise quand il ne sera plus président

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:48, par Le MGT En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    On a bien compris votre leçon de moral Mr, Mais comme vous l’avez si bien dit (tout Burkinabé a le droit de dire oui ou non contre l’article 37). Je dit non contre l’article 37 et j’invite mes frère a dire non aussi. je pense que l’alternance c’est toujours la Meilleur façon de gouverner en démocratie même si c’est dans son propre camp, qu’il ait un changement.
    Aussi, pas un changement de père a fils ou entre frères de même sang.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:50, par Woulmè En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Morceau évident : cet article 37 est en lui-même une camisole de force puisqu’il peut limiter de fait le choix du peuple. Est-ce là le sens de la démocratie ?
    Désolé, mais c’est ça également la démocratie sans alternance...

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:50, par Le Boss En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Mr. Le Journaliste je suis profondement choque par votre legerete que je ne peux m’empecher de vous repondre par ce credeau. Cela me choque d’autant plus que vous traitez les internautes de pitoyables. Laissez moi vous dire que vous faites honte au metier de journaliste en plus de lecher le cul du president. De mon humble avis sachez que le raccourci que vous prenez ne vous menera nul part puisque vous avez de votre plein gre decide de pactiser avec le diable. Honte a vous. Vous attaquez Me. Sankara qui lassez-moi vous le dire il est de loin ce que vous ne serz jamais. Voila jen ai fini.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 09:54 En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Sacré cheik hamed !

    J’admire votre persévérance mais sachez que le peuple voit suffisament clair. Tout le monde sait que la modification de l’article c’est pour per:mettre à un clan de préserver son pouvoir et ses intérêts. Vous pouvez usez de votre plume autant que vous voulez mais le peuple vous attend essayez de réviser l’article et vous verez ce que le peuple en pense réellement.
    A propos ! combien vous avez reçu pour écrire ? LOL

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 10:16, par Fernando LeChe En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Le griotisme dont le directeur de la presse (l’OPINION) de François Compaoré fait montre est desolant et absurde.Mr quelle explication donnez-vous a la mutinerie de mars 2011 ??? Il faut à un certain moment de sa vie avoir l’audace de faire son méat culpa. Vous parler d’élection avez-vous constater les multiples anomalies survenu lors des elections passé.Sachez que personne dans ce pays n’échappera au moment ou tout basculera.A force de chanter la démocratie vous induisez le peuple miséreux qui cherche les vraie voie pour son développement.Mr Lingani le temps du griotisme est revolu.Non a la modification de l’article 37 et vive l’alternance.A force de s’enteter vos mentor apres usage de votre façon de divertir vous jettera dans la poubelle de l’histoire. La non modification de l’article ou la mort nous vaincrons !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 10:17, par MUHAMAR EL Kadafi LE REVENANT En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Monsieur Cheick, tu es vraiment un grio de la Compaorose, mais en même temps tu es très dangereux pour cette même COMPAOROSE, parce que tes élucubrations et baratins que tu viens de vomir montrent bien le manque d’assurance de la Compaorose devant l’incertitude du lendemain quant à l’intention de tenter de vouloir modifier l’article 37 de notre loi fondamentale !!!!
    Peu importe contre qui tu t’insurges ( UNIR/PS, UPC, FASO/METBA etc...) sache que toi et tes mentors, vous accoucherez d’un mort -né dans vos projets, car cette fois-ci, vous verrez le VRAI BURKINA en face des faucons et vampires de la Rebuplique que vous êtes !!!!
    ET DITES À BLAISE COM que s’il est un homme, qu’il tente ce qui bourdonne dans ses méninges et il verra....Il mourra de facon plus ignobles que moi Kadafi, bien que j’ai règné plus de 40 ans sur la Lybie...De toutes les facons, THOMAS SANKARA l’attend de l’autre côté ...pour bientôt ! Moi je l’ai vu, mais je ne peux pas le saluer parce que ALLAH a créé un gouffre entre lui et moi(avec toi qui viendras bientôt). et Allah m’a fait voir un peu ce que toi et moi nous avons fait, toutes les personnes que nous avons liquidées pour conserver le pouvoir...ils demandent justice et je t’attends pour répondre de nos actes ! ATTENTION !ATTENTION !ATTENTION BLAISE !!!!!!!!!!!! N’GAW !!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 10:33, par Depite En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    C’est vrament lamentable. Et l’entete de l’article encore plus. Qui cree la confusion ..........

    Essayez de voler un peu plus haut dans le discours. En quittant les caniveaux et les bas etages.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 10:36, par synetik En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Merci monsieur Cheick Ahmed pour votre brillante sortie ! Je voudrais juste dépeindre une certaine réalité du Burkina que vous semblez ignorer (ou que vous faites semblant d’ignorer, c’est selon). Au vu de la situation actuelle (que je vais expliquer un peu) je crois qu’on ne peut pas affirmer avec cette conviction dont vous faites montre que le Burkina est un pays démocratique au (presque) vrai sens du terme. Avez-vous suivi les élections dernières ? Avez-vous vu comment nos parents (en milieu rural surtout) votent-ils ? Savez vous qu’ils votent là où il y a la daba ? Et lorsqu’il y a deux dabas, il y a problème parce qu’ils ne savent plus que faire ! Résultat : bulletins nuls en pagaille ! Une chose qui est sure au pays ici, c’est que les 80% de notre population sont en majorité analphabètes, et pire, ignorants. Cela fait que leurs choix ne sont pas faits de façon réellement consciente des enjeux. Ajouté à cela, les fraudes par ci et par là que nous avons vues ne permettent pas de croire que le référendum soit la solution à ce problème de l’article 37 de notre Constitution. Il nous faut simplement (?) avoir des politiques qui soient soucieux de l’avenir du pays. Ce qui se passe ici n’a vraiment rie à voir avec ce que vous avez écrit : Je pense que si on ouvrait ce référendum qu’à la frange éclairée de la population, bien des gens seront surpris ! Il y a donc une masse qui ramène la balance vers ceux qui ont les moyens de l’amadouer avec des T-shirts, casquettes, et autres billets de 1000F, etc. Il faut donc revoir le contexte dans lequel vous avez écrit votre article. Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 10:52 En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    ça c’est quel intellectuel de mes fesses ? d’abord un texte truffé de gros mots incompréhensible dans leur contexte et ensuite, des insultes (fin perverses, pitoyable internautes, bêtes...) claires et dirrigé contre une personne bien définie ne constituent pas de la diffamationet des insultes ? ou bien pensqe tu que parce que tu est du CDP, on ne peut pas te poursuivre.

    d’entrèe de jeu, vous affirmer "notre démocratie n’a user ni de menace ni de propos outrancier...." souvenez-vous du début de notre démocratie avec oumarou clément Ouedraogo, guillaume sessouma, Dabo Boukari et j’en passe. ont-elle été combien de famille endeuiller et en seront-elles combien aujourd’hui si de dignes fils de ce pays n’avait pas eu le courage de se dresser pour dire trop c’est trop.

    ensuite vous affirmer ".... mais de savoir s’il faut ou non céder à la dictature méprisante et méprisable de tous ceux qui...." y a t-il plus dictature que celui qui s’accapare d’un pouvoir et qui ne veut plus le lacher ? Dieu seul sait avec quel Diable il est capable de pactiser pour pouvoir y rester

    monsieur Cheick Ahmed, n’insulter pas l’intelligence des Burkinabè. cette constitution a été voté par ces mêmes Burkinabè. vous pensez qu’ils avaient été bêtes en son temps pou limiter les mandats. je vous informe que la constitution américaine date de plus de 400 ans mais n’a jamai été un jour modifier, tout simplement parce que les pères fondateurs ont travailler pour le peuple et non pour leur intérêts égoïstes.

    et si nous prenons en compte la mutltitude de zakaria dans le CDP, il n’y a pas de quoi être fière de cette soit diante victoire

    enfin apprend ceux -ci "même Hitler à eu son lot de défenseur" et laisse notre Thom Sank, cet héro national dont beaucoup prononce le nom avec une certaine légèreté mais ne sont même pas digne de cirer les chaussures, dormir tranquille après avoir été victime d’une lache traitrise.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 10:57, par La vérité koudougou En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    C’est dommage pour vous Mr CHEICK. C’est cette assurance qui va tous vous nuire. Tu connais trés mal ton Burkinabé. Le problème ici, c’est la façon de prendre son peuple pour des idiots. L’esprit de départ en mettant l’article 37 était comment ? C’est cet esprit de départ qu’il faut poursuivre au lieu de se comporter comme les plus intélligents pour avancer des arguments qui ne tiennent pas la route.
    Soyons honnètes et permetter à d’autres citoyens de démontrer ce qu’ils savent faire. N’exquintez pas le blaiso. Mr cheick, comme le dit mon prédécesseur, tu es un intéllectuel dangereux. Au lieu de se battre pour mettre des institutions fortes et crédibles en place, vous voulez démontrer au burkinabé que tu a été à l’école des cravates au col blanc. Que Dieu sauve mon pays.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 11:19, par daouda En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Je me demande à te lire si tu connait bien l’histoire du Burkina. S’il n’avait pas
    d’alternance M. Barack OBAMA n’allait pas être le président des Etats-Unis d’Amérique. Donc si n’est M. Blaise COMPAORE personne d’autre ne peut gouverner le Burkina. En France la loi ne limite pas le nombre de mandat mais il n’y a pas de présidence à vie là-bas. merci.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 11:25 En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Issaka, demande à mahama pourkoi il s’est tu depuis un certain temps !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 11:48, par Charles le Bon En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Liberté d’expression pour liberté d’expression, sachons raison gardée pour préserver l’essentiel (la paix). Quel mal y a t-il à ce que Blaise COMPAORE quitte le pouvoir en 2015 ? Voyez ce que Hophouet à fait de la Côte D’Ivoire après sa mort. Blaise est MORTEL. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 11:58, par tièkadiyé En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Webmaster il ne faut pas censurer les gens ce matin, autrement tu retires l’article du net. M. Lingani, saches une bonne fois pour toute que BC s’en ira de gré ou de force. A moins de choisir de mourir comme son ami Khadafi. Et ça, que tu le veuille ou pas. Dans le cas contraire, il y aura une partition du pays avant sa mort. Ce que je déplore, c’est ta bêtise qui est sans limite et ton inculture au delà de l’imaginable. Je te fais remarquer que L’Unir a eu le même nombre de députés qu’à la législature passée. Sidwaya c’est le journal de l’Etat, ce n’est pas le journal de BC ou du CDP, il faut bien le savoir, journaliste cancre. Sache que pour un démocrate, réduire un courant de pensée ou une idéologie à sa plus simple expression n’est pas la meilleure des choses. Et le CDP l’a bien compris, c’est pourquoi il a accepté le mode de scrutin qui favorise justement les petits partis. Autrement la révolte sonnerait plus tôt que tu le penses avec ta petite tête à moitié vide. Retiens que 2020 ne passera pas sans une révolte et des massacres généralisés si BC ose tripatouiller la Constitution. Et après on verra où iront des imbéciles comme toi. Regarde à côté, les pro-Gbagbo, ils sont où ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 12:00, par Uncitoyen En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Issaka LINGANI ,pour vous nous sommes de piteux internautes ? Alors vous êtes un griot aphone à la recherche d’une reconnaissance de son maître.Nous voulons la paix dans ce pays c’est pour cela que nous demandons à Blaise COMPAORE de laisser le pouvoir après 2015.

    Répondre à ce message

    • Le 13 mars 2013 à 15:20, par GENERATION CONCIENTE En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

      Chère griot vous êtes tellement aveuglé par les largesse du pouvoir COMPAORE que vous vous foutez des nombreuse familles endeuillées par ce régime criminel qui est venu au pouvoir dans un bain de sang. Vous ne rendez ni service à Blaise ni à vous même. Je vous invite à penser votre carrière au delà du régime Compaoré. C’est la seul façon d’être professionnel digne et libre

      Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 14:28, par le bon citoyen En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Comme disent les dioulas, l’éléphant n’a qu’à beau maigrir, il dépassera toujours la chèvre. M LINGANI, tu n’arriveras jamais à la cheville de maître SANKARA. C’est pas toi qui l’a mis là ou il est c’est dieu. Tu n’est pas croyant ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 15:01, par pasdesoucis En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    cher ami et internaute ils ont le pouvoir et nous nous avons le temp
    et le temp viendra advienne que pourra.
    merci et bonne reflexion

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 20:49, par Abdoul En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    Il faut arreter de vouloire préparer psychologiquement les gens afin qu’ils acceptent ce referendum. Voyons la réalité en face. ce qui était faisable en 1996 de l’st plus en 2013 ; 2014...... les mentalités ont évolué. La constitution est claire en son article 37:un manda de 5 ans renouvellable une fois. Referendum pourquoi faire encore ? si ce n’est de creer des tensions sociales.

    Répondre à ce message

    • Le 13 mars 2013 à 21:44, par Le Sage. En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

      Aucune réaction n’est en faveur de la révision constitutionnelle. C’est un signe qui ne trompe pas. Tous ceux qui poussent le Président Blaise COMPAORE à cette erreur monumentale du maintien en 2015 doivent avoir pitié de lui et le laisser entrer au Panthéon de notre peuple.
      Je ne souhaite pas que la fin du Président COMPAORE soit pitoyable comme KADHAFI. Et comme son épouse le disait, j’aimerai bien qu’il termine sa vie au milieu des siens sur son lit à la maison. Voilà une belle prohétie de sagesse puisque nous sommes tous mortels.

      Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 21:55, par un frère En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    (Webmaster mes mots ne sont pas plus durs que celles que Check a utilsé, alors pourquoi donc me censurer ?).


    Je ne suis pas Sankariste.
    Je n’aime pas la politique de Stanislas B Sankara. Mais je vous trouve Check Ahmed encore plus méprisable que lui .
    Vous donnez des leçons de démocratie en n’oubliant que nous ne l’avons pas inventé et que ceux qui l’ont invité y ont mis un verrou et ne le trouve pas moins démocratique. Vous ne copiez que ce qui arrange votre ego.
    Vous êtes d’autant plus méprisable, que vous parlez de démocratie mais vous ne savez manifestement de quoi vous parlez. Vous parlez des résultats des élections couplés du 2 décembre passé. Parlons-en vous pensez honnêtement (que dis-je vous ce mot ne fait pas partie de votre dictionnaire) que votre victoire celle du CDP est celle de la démocratie ? Sachez monsieur qu’avec de l’argent face à un peuple Affamé et abruti par plus de 20 ans de règne dédoublé de la corruption on obtient ce genre de résultat.
    Vous en voulez à Sankara, vous critiquez le Sankarisme en oubliant que votre président est un des grands acteurs de cette idéologie. Aujourd’hui vous critiquez sans regarder dans le rétroviseur, Oui Sankara essayait d’éveillez les consciences mais votre grand manitou s’occupait de ceux qui étaient contre cette idéologie. Faites attention à vos propos car vous risquez d’en faire les frais, N’oubliez pas que le CDP, le vrai est constitué à 100% de Sankariste dans l’ame.
    Stanislas B Sankara n’a pas le droit d’utiliser la menace pour mettre en garde le pouvoir contre un referendum. Mais pour ce qui me concerne, je dirais que si Blaise aime le Burkina il nous épargnera d’un ko certain. Car l’expérience à montrer que le forçage démocratique africain à toujours conduit au KO.
    Nous pensons que même au CDP il y a des gens capable de diriger notre pays. Mais manifestement il n’y a que les CDPistes qui ne croient pas à cela. Dites-moi pourquoi ? Dites-moi pourquoi ? Dites-moi pourquoi ? Dites-moi pourquoi ? Dites-moi pourquoi ? Dites-moi pourquoi ? Dites-moi pourquoi ? Dites-moi pourquoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2013 à 22:55, par RéincarnationSANKARA En réponse à : Article 37 : Une camisole de force !

    M. Cheick Ahmed, ou devrai-je dire M. Lingani, c’est vous le pitoyable internaute. Vous savez pourquoi ? Et ben parce que votre article balance de la salade. C’est quoi cette merde de merde ? Si nous sommes dans un pays démocratique comme vous l’avez mentionné, alors laissez les gens s’exprimer librement car c’est ça même l’essence de la démocratie. On s’exprime et vous insultez les gens de pitoyables internautes. C’est ta mère qui est internaute pitoyable.

    Vous ne voyez pas que la situation se dégrade de jours en jours ? Vous pensez que si les 80% de la population était intellectuels M. Compaoré serait au pouvoir à l’heure là ? M. Lingani, va dire à tes parents qui sont dans la gouvernement CDP que qu’ils le veuillent ou pas ils vont mourir ; le Burkina prendra le chemin qui lui sera bon. NOUS ALLONS TERMINER LA REALISATION DU REVE DE SANKARA.

    Journaliste de merde. Makinbiiga.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Article 37 de la constitution : Le pouvoir ne s’avoue pas vaincu…
Article 37 : Une camisole de force !
"Velléités" de révision de l’article 37 : L’Unir/PS met en garde
Assimi KOUANDA, Secrétaire Général Adjoint du CDP : « Ce congrès n’est ni plus dangereux, ni plus stratégique qu’un autre »
Lettre au Président du Faso : Recommandations des "Kambsi Yiangda" pour une transition réussie en 2015
Lettre ouverte de l’Association des Burkinabè au Nebraska à l’ambassadeur du Burkina Faso aux Etats-Unis : Le droit de réponse de Seydou Bouda
Diaspora : Lettre ouverte de l’Association des Burkinabè au Nebraska à l’ambassadeur du Burkina Faso aux Etats-Unis
Appel à plus de reformes politiques : Il faut rendre le vote obligatoire !
Réformes politiques : Plus que la rhétorique, les réalités !
Assises nationales : Tout est bien qui finit bien
Assises nationales : Le PAREN dénonce un jeu trouble du pouvoir
Illégalité du CCRP : Le juge Robert Zerbo doit assumer son verdict.
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés