Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement.» Carl Gustav Jung

Histoire du quartier Issouka de Koudougou : Le buste de l’ancêtre Bassanga inauguré

Accueil > Actualités > Société • • lundi 11 mars 2013 à 20h50min
Histoire du quartier Issouka de Koudougou : Le buste de l’ancêtre Bassanga inauguré

Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a présidé le samedi 9 mars à l’école Centre-fille de Koudougou, l’inaugure d’un monument (buste) de l’ancêtre des habitants du quartier Issouka de Koudougou. L’inauguration de ce buste qui est une œuvre du chef d’Issouka Naaba saaga 1er a vu la présence des autorités administratives et politiques de Koudougou ainsi que les dignitaires de la cité du cavalier rouge.

Dans l’histoire de la ville de Koudougou, il est dit que le quartier Issouka a eu comme premier habitant un certain Bassanga. Bassanga venu de Piella dans l’actuelle province de la Sissili s’est retrouvé à Koudougou après une dispute avec son frère qui l’accusait d’avoir volé sa poule. Ne voulant pas déclarer la guerre avec son frère, il a préféré s’exiler pour que la paix règne dans le village.

C’est ainsi que parvenu à l’actuel quartier d’Issouka, il décide de s’y installer. C’est le premier habitant de ce quartier au XIIIe siècle, donc l’ancêtre des Yaméogo d’Issouka. Et selon la légende, Bassanga a fini sagement sa vie sur terre de façon mystérieuse. Seul un de ses petits fils a pu être témoin de sa disparition. Il aurait dit à l’enfant avant de s’enfoncer dans le sol, de prévenir ses parents quand ils seront de retour des champs de ce qu’il est parti. Puis avec l’aide de sa canne qu’il a planté au sol, il disparut, absorbé par cette terre de Issouka.

Et c’est à l’emplacement de l’actuelle école Centre- fille d’où son buste a été érigé et inauguré ce 9 mars 2013 par le Premier ministre. Ainsi, de génération en génération, l’histoire de Bassanga et du quartier Issouka est contée dans le but de perpétuer la mémoire de l’ancêtre des Yaméogo d’Issouka.

La cérémonie d’inauguration du buste de Bassanga a donné lieu à une série d’interventions dans lesquelles l’initiative du chef d’Issouka a été saluée à juste valeur. Et la représentante des élèves de l’école centre fille a profité de l’occasion pour dire qu’il est temps pour l’affirmation de notre propre histoire. Si nous pouvons avec aisance dire en quelle année Christophe Colomb a découvert l’Amérique, il est fort regrettable que nous ne pouvons pas dire avec exactitude l’ordre de succession de nos grands parents.

Aussi, c’est avec beaucoup de satisfaction que les élèves accueillent le buste de Bassanga dans la cour de leur école. Une école qui date des années 1960 mais non encore clôturée. Pire encore, des tables bancs de cette époque sont toujours utilisés par les élèves et leur cri de cœur devant les autorités est que ses tables bancs soient remplacées.

C’est donc avec beaucoup d’espoir que la représentante des élèves a demandé la clôture de l’école centre fille qui contribuera a bien protéger le buste de l’ancêtre Bassanga. Pour sa part, le Premier ministre Luc Adolphe en procédant à l’inauguration du buste, il a à son tour salué l’initiative qui selon lui renforce la maitrise de notre histoire.

François KABORE
Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 12 mars 2013 à 08:09, par Platon En réponse à : Histoire du quartier Issouka de Koudougou : Le buste de l’ancêtre Bassanga inauguré

    Christophe Colomb a découvert l’Amérique ne découle pas d’une légende, mais d’une réalité historique sur base de preuves. Cette légende qui vient de nouis être contée sur l’histoire d’Issouka mérite d’être considérée juste comme une piste car le mouvement des populations ne saurait être ramenée à l’aventure d’un seul individu, fut-il mystique. Rappelez-vous de la légende de Yennega et tant d’autres en relation avec les profils des populations que nous connaissons, il y a beaucoup a redire. Un individu qui débarque tout seul et après on a à faire à tout un quartier, un royaume ou un empire. Il est de quelle ethnie au départ on ne sait, et après c’est tout autre chose. Au plan de l’histoire, il y a encore des efforts à faire car on ne saurait se contenter au 21è siècle de mythes et de légende. Les historiens sont donc interpellés.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Epargne voyage Air Burkina : Rendre le voyage aérien accessible à tous
Fonction publique : « Tôt ou tard, il y aura une situation de saturation », prévient le gouvernement
Choc entre tradition et religion à Loropéni : Surmonter les divergences par le dialogue et l’acceptation de l’autre
Promotion du civisme et prévention des conflits : Le NDI satisfait de ses actions
Permanence syndicale : La comparution de Bassolma Bazié servira-t-elle de leçon ?
Réduction des inégalités : « Au Burkina, 20% des plus aisé-e-s concentrent 44% des revenus », alertent les OSC
Situation humanitaire au Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes à la date du 8 septembre
Projet de réduction des pertes post-récoltes : Un bilan satisfaisant après sept ans de mise en œuvre
Prévention des maladies chroniques : Une série musicale pour sensibiliser le public
Seconde trajectoire du leadership au Burkina Faso : Des organisations paysannes renforcent leurs capacités
Ouagadougou : Le Maire lance un appel à l’endroit de 32 femmes à venir récupérer leurs kits de culture maraîchère
Incendie à l’Assemblée nationale : L’oeuvre "des génies" comme au siège du FESPACO ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés