Mali : Les professionnels des medias condamnent l’arrestation du directeur de publication du « Républicain”

samedi 9 mars 2013 à 20h28min

Dans cette déclaration, le Groupement patronal de la presse, les Associations des éditeurs de presse et l’Union des radios et télévisions libres du Mali condamnent l’arrestation du directeur de la publication du « Républicain » et en appellent à la sagesse des gouvernants.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Depuis le mercredi, 6 mars 2013, notre confrère, Boukary DAOU, Directeur de publication du quotidien LE REPUBLICAIN, est arrêté et détenu à la Sécurité d’Etat.

Pour ne pas envenimer la situation et ajouter la crise à la crise, comme le souhaite visiblement la Sécurité d’Etat, les trois associations professionnelles patronales, le Groupement patronal de la presse écrite, l’Urtel et l’Assep, ont privilégié la médiation.

Dans ce cadre, les trois associations ont rencontré aussi bien le ministre de la Communication, porte parole du gouvernement que le Premier ministre, Chef du gouvernement qui, chacun, a promis de s’investir pour la libération rapide de notre confrère depuis le jeudi 7 mars

Cependant, après trois jours de mise sous surveillance policière du siège du Républicain et les tentatives d’arrestation d’autres membres de la rédaction, les associations professionnelles patronales de la presse, après avoir épuisé tous les recours, en appellent à la sagesse et au sens élevé de l’Etat chez ceux qui se transforment en ennemis de la presse.

Depuis l’éclatement de la crise, la presse malienne s’est montrée très responsable malgré les harcèlements, les intimidations et les multiples interpellations par la Sécurité d’Etat. Nous ne voudrions pas que certains viennent faire en sorte que, au plan international, notre pays soit encore mis au rang des pays liberticides. C’est pourquoi nous dénonçons ces pratiques et nous nous réservons le droit d’entreprendre toutes actions si notre confrère n’est pas libéré.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 mars 2013 à 22:05, par Hamane
    En réponse à : Mali : Les professionnels des medias condamnent l’arrestation du directeur de publication du « Républicain”

    Je ne sais pas ce que ce journaliste a commis. il m’est difficile de soutenir sa cause simplement parce qu’il est journaliste. d’uen façon générale, les journalistes maliens ont le plus bas niveau de rédaction ou de professionnaliste dans la sous region. souvent on ne se rend même pas compte qu’ils ont le DEF ou DESFOU (débrouiller écoliden fangantan). sur le maliweb, beaucoup passent leur temps à incriminer le burkina Faso sans fondement. aujoud’hui qu’elle élan de solidarité voulez-vous de nous ? Dites nous d’abord et avant tout ce qu’il a fait sinon, c’est difficile de vous soutenir dans votre combat

  • Le 11 mars 2013 à 12:14, par Hamane
    En réponse à : Mali : Les professionnels des medias condamnent l’arrestation du directeur de publication du « Républicain”

    Modérateur, en quoi ceci est censurable ? pardon, balance moi ça
    Mon frère détrompe toi. Quand on ne parle pas le français et on écoute le français soutenu d’une chaine de TV voisine, on pense bien sûr que c’est du charabia. Au Mali, même ATT ne pouvait pas parler longuement sans mélanger Bambara et Français. Les réunions se passent dans un mélange des 2 mangues. Les journalistes sont loin d’être des professionnels. A très peu de journalistes d’investigation. Les articles dans les journaux ressemblent à des causeries de cabarets. Le vrai malien est incapable de se critiquer, de se regarder au miroir pour tirer leçon de ses faiblesses. C’est toujours l’autre le mauvais. Je n’ai jamais soutenu Blaise Compaoré au Burkina Faso. Mais je sais que les journalistes maliens ont aussi raconté trop de causeries de cabaret à son sujet. Dixon ou tatapound, des artistes maliens engagés ont bien chanté "yebalifo". Dans la chansson il est bien dit que ce que le malien n’a pas vu, c’est ce qu’il sait raconter... ce n’est pas moi qui le dit c’est une référence malienne qui el dit. Le vrai malien aime vivre d’illusion. Porter bazin riche brodée du cou aux oreilles mais emprunté chez une tierce personne et en dessous se trouve un slip sale et troué.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés