Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

dimanche 3 mars 2013 à 23h00min

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a fêté ce 1er mars 2013 son troisième anniversaire. Et c’est ce jour que les responsables et députés du parti ont choisi pour entamer à Léo leurs premières journées parlementaires. Sous la problématique de la protection de l’environnement dans les provinces du Ziro et de la Sissili, principales zones pourvoyeuses de Ouagadougou en bois de chauffe.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

« Apprécier l’état de dégradation de l’environnement dans la zone ; appréhender la question de l’approvisionnement de la ville de Ouagadougou en bois de chauffe ; apprécier la participation des populations à la gestion de l’environnement ; analyser la problématique de l’agrobusiness sur la paupérisation paysanne ; s’imprégner de manière générale des difficultés rencontrées et proposer des perspectives pour une meilleure gestion de l’environnement ». Ce sont là les objectifs poursuivis par ces premières journées parlementaires de l’UPC placées sous le thème : « Déforestation de la forêt et agrobusiness accentuant la précarité des exploitations agricoles familiales ».

Briser le cercle vicieux

Ce thème est d’actualité, indiquera la vice-présidente du groupe parlementaire UPC, Rose Marie Compaoré/Konditamdé dans son allocution d’ouverture, soulignant la nécessité de prendre la mesure de la gravité de la situation.

La première communication sur « Les aménagements participatifs dans le Centre-Ouest » a davantage permis aux uns et autres de s’imprégner de la problématique en question. Assuré par Sibiri Kaboré, directeur régional de l’Environnement et du Développement durable du Centre, l’exposé a mis à nu les liens entre la dégradation continue des ressources forestières et celles des capacités de productions agricoles des familles.

Et d’en appeler à un arrêt de ce « cercle vicieux ». A l’entendre, environ 360 000 ha de forêt disparaissent par an dans la région et si rien n’est fait pour limiter les dégâts, il n’y aura plus de forêt d’ici 30 ans.

Un modèle qui fait tâche d’huile

Mais, M. Kaboré a aussi insisté sur les avantages des expériences des aménagements participatifs des forêts, menées de 1985 à 1995 dans le Centre Ouest. Des aménagements qui, tout en préservant l’environnement, permettent de répondre aux besoins en termes de bois d’énergie des populations et de revenus des acteurs.

C’est, dit-il, un modèle qui a été reproduit dans d’autres régions. Mieux, de nombreux pays de la sous région (Mali, Niger, Bénin, etc.) sont venus s’inspirer de l’expérience. Bref, un modèle de gestion environnementale qui fait tâche d’huile. Et au regard de tout cela, le communicateur propose un atelier national d’évaluation de l’impact des aménagements participatifs des forêts dans le Centre Ouest en vue d’une meilleure capitalisation des acquis.

La révision de l’article 37 de la Constitution

Au-delà des préoccupations environnementales, au cœur de ces premières journées parlementaires, les responsables de l’UPC s’inquiètent des velléités de révision de l’article 37 de la Constitution limitant à deux le nombre de mandats présidentiels ; velléité que manifestent ces derniers temps des cadres et responsables du parti au pouvoir.

Face à cela, l’UPC appelle tous ses militants et sympathisants, ainsi que tous les Burkinabè amoureux de la démocratie, à redoubler de vigilance, et à se tenir prêt à mener, s’il le faut, « le noble combat pour le respect de notre Constitution ». Zéphirin Diabré l’a dit aux militants de Léo ce vendredi matin avant que Rose Marie Compaoré ne vienne plus tard enfoncer le clou à l’ouverture de la session parlementaire.

Par ailleurs, abordant le bon score de son parti aux dernières législatives et municipales (19 députés et plus de 1 600 conseillers municipaux), Diabré dira que ce succès ne doit pas conduire à l’autosatisfaction et encore moins au triomphalisme. Parce que, dit-il, le chemin de l’alternance est encore long. « Nous devons dépasser rapidement cette étape, nous comporter comme si tout était encore à faire, et nous remettre au travail (…) Nous devons redoubler d’efforts, pour que dans une brève échéance, notre parti soit représenté et animé par un comité de base dans chaque village du Burkina », a-t-il exhorté.

Grégoire B. BAZIE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 mars 2013 à 13:43, par Au nom de la démocratie
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    C est un bon début, nous sommes avec vous et restons vigilants.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2013 à 14:42, par OU
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Du courage UPC si Mr Compaore ne plus la ,le Burkina ne sera plus gouverne .L entourage du president pardonez .

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2013 à 16:07
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    merci UPC voici tant de preoccupations que doit se pancher nos dirigeants mais ils s’enfoutent completement continuons ensemble le combat pour le changement dans notre pays sinon le reveil sera douloureux et meme mortelle je vous soutien

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2013 à 17:26, par Tientigui
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    pourquoi l’UPC n’a jamais donné sa position sur la modification de l’article 37 ? Je reste dubitatif sur la position de Zeph par rapport à la conquete du puvoir. On le verra dans 2 ans

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2013 à 17:50, par anta
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Burkinabè de tous les pays, INDIGNEZ-VOUS ! La pire des attitudes, c’est l’indifférence ! Engagez-vous, indignez-vous :

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2013 à 21:43
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Voilà un parti responsable qui se soucie des préoccupations des Burkinabè contrairement à ce CDP qui tenait au même moment à Ziniaré ses journées parlementaires pour réfléchir de la mise en place du sénat au Burkina Faso comme si ce sénat nous intéressait.Donc entre l’UPC et le CDP,c’est le jour et la nuit.L’UPC lutte pour le bonheur du Burkinabè tandis que le CDP veut son avilissement.Réfléchissons bien et commençons à nous mobiliser autour de l’UPC pour mettre out ce CDP en 2015.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2013 à 22:14, par Opposition
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Monsieur Sibiri KABORE n’est pas DR de l’Environnement du Centre. Probablement du Centre-Ouest puisque c’est de cette région de notre pays dont il est question. Pour le fonds de l’article, je pense que nous sommes entrain d’enfoncer une porte ouverte. Ceux qui pourraient modifier au forceps l’article 37 savent très bien qu’ils ne devraient pas. Mais "Aux entêtés, ce qui arrive à leurs semblables ne leur sert jamais de leçon". Je les sais très intelligents pour cela. A moins qu’ils ne se considèrent comme des cabris morts. Si tel est le cas, alors nous sommes foutus et eux avec nous.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2013 à 08:28
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Mon ami tintigui n’a pas lu l’article et il vient faire des commentaire. Pardonnez UPC n’a même a se prononcer sur l’article 37 un parti qui prone le changement est il besoin de crier sur tous les toits qu’il ne veut pas que Blaise se représente. UPC pense au peuple CDP pense manger. UPC victoire

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2013 à 09:03, par BEM-KAGNONDO
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Bon courage au Président, à nos Honorables Représentants et surtout à nos bases. En effet, ceci n’est qu’un début dans le processus de lutte engagé et l’autosatisfaction ne devra pour aucune raison, criée ; le peuple.attendant de nous beaucoup et beaucoup d’actions pour l’affranchir. Du thème retenu, quoique l’exposé du Techniciens fasse ressortir une certaine avancée qui puissent être enviée par d’autres pays voisins qui cherchent à s’en inspirer, il n’y a pas de motifs de satisfaction satisfaisants qui nous autorise de baisser la garde sur ce pan de développement car j’ai tout comme l’impression que les Gouvernants jadis n’en ont pas été conscients. Raison pour laquelle, ce.problème quoique déjà vu et surtout bien connu bat de l’aile à ce jour. En effet, si je ne m’abuse, un burkinabé avait trouvé la bonne idée de produire un "substitut" de bois de chauffe à travers la transformation des déchets et autres rebus organiques devant provenir de la trituration industrielle des amandes de karité. Son projet, de très grande envergure, devait permettre de mettre sur le marché, 60 000 tonnes de matières par an dans ce sens. La Recherche du Burkina y avait mis du sien et le.projet était si avancé que la mise en œuvre était imminente. Mais voilà ! Une des grosse ponte du Pouvoir d’alors, parce que Président du Méga-Parti, s’offusquant parce que le Promoteur ne lui a pas fait l’honneur de lui présenter à titre personnel ses "Partenaires" afin qu’il puisse racler au passage quelque chose (corruption imposée), mis en branle son Équipe qui sabota le projet. Dans tout çà, qui à perdu ? 1/-Les ménages qui comme si bien dit dans l’exposé à bien besoin du bois de chauffe pour sa survie. 2/-Le pays parce que faute de solutions de remplacement verra son environnement détérioré à terme. Tout cela parce que ce Monsieur n’a pas pu comme à l’accoutumé, racler les quelques Millions.qu’il voulait. Est-ce cela le patriotisme ? Je dirai non.et je qualifierai cela d’Apatride. Sans plus.
    Pour ce qui est de l’Article 37 pour lequel sa Révision quoique rejetée et battue en brèche par la population, revienne sur le tapis, je ne m’en étonne point car, "On chasse le naturel et il revient aux galops". En écartant les anciens caciques avec la.justification que c’était plutôt ceux-ci qui.tenaient à.une certaine perennisation d’une certaine personne, sinon d’un certain Groupe au Pouvoir, on avait voulu faire croire le peuple au Père Noël. Pourtant, ce jeu de dupe avait déjà été perçu par l’ensemble des Analystes de la situation politique de ce pays. Quoique l’on dise, à quelques personnes près, ce sont les mêmes personnes qui sont toujours là. La vraie tête est toujours là avec les mêmes griots. Cela est su et je suis convaincu que le peuple et et restera vigilant pour éviter ce.qui amènera tôt ou tard, les dérives du genre vécues ailleurs telles ce.qui se passe en Égypte et en Syrie actuellement et plus loin, ce.qui s’est passé en Lybie et en Tunisie. J’ose attendre du Premier Responsable plus de vigilance que çà pour ne pas hypothéquer ce qu’il à.réussi à faire avec brio depuis qu’il a présidé.au destin du pays. Cela fait combien d’années de dure labeur ? 26, 30 ans ? C’est beaucoup et je peux dire qu’il à beaucoup fait.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2013 à 09:11
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Blaise Compaoré a assez durée au pouvoir. Il faut qu’il laisse enfin, d’autre Burkinabè faire leur preuve de la gestion de l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2013 à 10:14, par Cri du coeur
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Dans tout ça, il faudra que les partis politiques et la société civile dénoncent sans gueule de bois ni gants le nouveau système de nos gouvernants en matière de politique d’embauche qui consiste à créer des cabinets de recrutement qui, une fois le recrutement effectué deviennent le lieu de transit des salaires de nos enfants et qui de ce fait amputent ces salaires des 2/3 voire des 3/4 avant de payer nos chers enfants qui se tuent à la tâches pour engraisser ces négriers d’un genre nouveau.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2013 à 10:19, par nongasida
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Nous voulons un réfréendum pour Blaise COMPAORE encore en 2015.Si les gens ne votent pas oui pour la révision de l’article 37, nous allons présenter François COMPAORE.Vive le CDP, vive Blaise COMPAORE,vive François COMPAORE, vive le Burkina Faso.
    Jeunesse du Burkina Faso,mobilse toi pour Blaise et François.Je vous invite très bientôt sur ce sujet(Blaise-François-Référendum).Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2013 à 13:37, par drangwell
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Évitons seulement d’instrumentaliser les pauvres pour arrivé a nos fins comme le fond la majeurs partie de nos dirigeants en Afrique ( GUINÉE LIBYE ÉGYPTE TUNISIE etc) parce que j’ai constaté que Blaise, Zephirin, Benewindé, Arba... c’est la même chose il suffit qu’il arrive au pouvoir pour comprendre qu’ils ne pense qu’a eux seulement qu’a eux et je vous garantie que nous allons nous entretuer tandis que leurs familles sont a l’abri soit a l’étranger soit dans les ambassades. Ce Burkina sera invivable pour nous tous si pour devenir président chacun veux utiliser les pauvres ignorants que sont les citoyens lambdas . Pauvre de nous

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2013 à 18:04, par Mannongayagobo
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    Merci UPC
    Tout simplement que sur la terre libre du Burkina il existe des hommes ou des femmes comme Monsieur nongasida qui sont des virus du SIDA qui sont prêt à tout vendre même leur âme et naturellement leurs..... pour entretenir la bêtise humaine. Comment peut on croire qu’une seule personne soit la fierté d’une nation ? Referendum !!!?, Vive Telle personne....!!? Nongasida est un Nongayabogo. C’est un saprophyte et nécrophage, chercheur de profil facile, idées de crotin d’âne

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2013 à 19:41, par Yelyeminga SOME
    En réponse à : Velléités de modification de l’article 37 : L’UPC appelle ses militants à la vigilance

    "L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts mais des institutions fortes". En une phrase le président Obama a résumé la voie à suivre pour une démocratie vraie et un développement réel de l’Afrique. Pour les velléités de modification de la constitution, il est clair que le stratagème est à l’étude dans le laboratoire du CDP. Que ce soit par voie référendaire, parlementaire ou autre les ambitions des bonzes du parti au pouvoir sont affichées. Sur la question, le Président-Ministre de la défense affiche quant à lui le traditionnel silence dont on lui reconnaît mais il est clair qu’il n’a pas emménager au palais de Kosyam pour y passer un (01) mandat. La position de l’Elysée reste cependant à mon avis assez déterminante dans ce jeu puisque à la vérité, au delà de toute considération, c’est à la métropole que revient une bonne part de la décision du choix de nos dirigeants en Afrique. Le dernier mot revenant tout de même au peuple, c’est au peuple burkinabè d’opérer la mue salvatrice ou de se laisser conduire à l’abattoir aux présidentielles de 2015 car "Tout peuple mérite ses dirigeants". En attendant l’UPC à travers les résultats engrangés aux élections couplées Législatives-Municipales du 02 décembre 2012 a prouvé que le processus de l’alternance est enclenché au Burkina Faso et nous devons maintenir le cap en s’appropriant l’appel du Président du parti quant à l’effectivité des comités de base UPC dans chaque village et leur animation conséquente et continue jusqu’aux présidentielles de 2015, voire au delà. Pour "Une une alternance crédible et un développement mieux partagé" en avant avec l’UPC.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés