Ouagadougou : halte à l’agression des morts

jeudi 21 février 2013 à 21h00min

Dépotoirs d’ordures et refuges de brigands, tombes brûlées ou objets de pratiques occultes, c’est le visage désolant que présentent les cimetières de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ouagadougou : halte à l’agression des morts

Sur la vingtaine de cimetières que compte la capitale burkinabè, seuls cinq peuvent encore encore accueillir des sépultures. De Tabtenga à Tondwéogo en passant par Toébin, le constat est que nos cimetières ne font l’objet d’aucune attention de la part des vivants. Un reportage exclusif de Droit Libre TV à voir sur http://droitlibre.tv/tv/film187

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 février 2013 à 01:30, par clin
    En réponse à : Ouagadougou : halte à l’agression des morts

    Je propose de faire le système de caveau, où un meme trou pourrait recevoir plusieurs corsp.

    On peux aussi expérimenter les enterrement en étage comme cela se fait ailleurs. 2 à 3 couches de dalles superposées et on glisse le corps dedand. ensuite on referme avec du ciment.
    Bien sur pour de telles tombes, il faut que le cimetiere soit loti et surveiller...Donc payant....

    Bref, il faut que nous sachons ce que nous voulons et nous donner les moyens que l’on veut

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2013 à 08:21, par Tipoko
    En réponse à : Ouagadougou : halte à l’agression des morts

    il est temps que les autorités prennent conscience de cela, ne dit-on pas
    après l’enterrement qu’il repose en paix. ce qui se passe aujourd’hui est loin de respecter ce dicton. Messieurs les maires pensez y car nous sommes tous des mortels.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2013 à 08:49, par LE CHAT !!!!!
    En réponse à : Ouagadougou : halte à l’agression des morts

    Toi tu parles des morts, regarde déjà dans quelles conditions vivent les vivants, fait un tour à l’hôpital là ton article sera plus utile.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2013 à 09:38, par Kady
    En réponse à : Ouagadougou : halte à l’agression des morts

    Ils agressent mm les vivants ! faitez un tour à la patte d’oie vers l’église ! Ils viennent jeter leurs ordures dans un bas fond devant des concessions et les brûlent ! Il faut vraiment sensibiliser les gens sur l’hygène, et surtout la discipline !!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2013 à 17:57
    En réponse à : Ouagadougou : halte à l’agression des morts

    SIMON avait essayé de mettre de l’ordre mais en son temps les conseillés unir ps ont intoxiqué la population que le maire voulais les faire payer les enterrement à 25000 f. Avec ça il veulent nous gouverner un jour , mon oeil , lamentable comme parti politique

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2013 à 09:48, par KSM
    En réponse à : Ouagadougou : halte à l’agression des morts

    Le projet du Maire Simon c’était de donner un autre visage à nos cimetières. ce projet comporte plusieurs composantes dont celle de l’érection d’un cimetière municipal pilote parcellisé où une petite administration allait être affectée pour gérer le site . cette administration devrait proposer un certain nombre de services (gestion informatique avec une base de données) aux familles qui souhaiteraient y enterrer leurs proches.
    les charges de fonctionnement ne pouvant pas être supportées par la mairie seule, elle a suggéré la contribution des populations.
    Mais hélas le débat politique partisan a pris le dessus sans une analyse approfondie de l’intérêt de la proposition.
    Insuffisance : Simon s’est laissé devancer par ses adversaires sur le terrain de la communication avec les populations sur le bien fondé.
    Je pense que la nouvelle équipe municipale peut toujours continuer le débat sur la proposition.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés