Ouverture de la Guinguette à Bobo-Dioulasso : Des mesures draconiennes pourront être prises

mardi 19 février 2013 à 01h16min

« Youpiiii !!!! La Guinguette est ouverte ! Après le show water, le rallye », s’exclamait Karim, un élève de 6ème. Ce qui fut effectivement fait le dimanche 17 février 2013. Si le « show water » a eu lieu, les jeunes ne pourront pas s’adonner au rallye qu’ils effectuent chaque samedi et dimanche devant le lycée national. La police municipale et la brigade anticriminelle veillaient à la sécurité routière.

Ouverture de la Guinguette à Bobo-Dioulasso : Des mesures draconiennes pourront être prises

Route de la Guinguette, « chemin de l’enfer », écrivait dans les colonnes de L’Express du Faso, un habitant du quartier Belle-ville. Tant le rallye des jeunes garçons et filles, après leur baignade, était source de multiples accidents mortels. En effet, ces jeunes, pour la plupart des élèves (du primaire et du secondaire) n’ont autre destination que la Guinguette à partir du mois de janvier.

A deux, et souvent même à trois sur une moto, ils s’y rendent pour, disent-ils, « pique-niquer ». Et comment ?
En effet, loin des cahiers, ils vont s’adonner à des actes pernicieux, dans l’eau ou dans les buissons. Plusieurs fois, la responsabilité des parents, des éducateurs, de l’Etat a été réclamée par rapport à ces agissements de frivoleries des jeunes. L’année dernière (2012), la police municipale de la ville n’est pas restée inactive. Elle veiné à sécuriser la circulation chaque week-end, et ce, jusqu’à la fermeture de la baignade. Malgré cela, de nombreux drames n’ont pu être évités. Malheureusement, l’histoire semble se répéter avec l’ouverture de la Guinguette, la semaine dernière.

Une forte mobilisation démobilisée par les forces de sécurité

Ils viennent de tous les quartiers de la ville de Bobo-Dioulasso pour suivre le rallye du retour de la Guinguette. Ces jeunes sont des élèves, mais aussi des particuliers. Ils sont donc les spectateurs qui donnent du goût aux autres de faire des cascades routières et d’autres comportements dangereux, devant le lycée National. Ainsi, dès 16 heures, ils sont au rendez-vous chaque week-end. En tout cas, ces rendez-vous ne se tiendront plus, à en croire le directeur de la Police municipale de Bobo-Dioulasso, Seydou Coulibaly. Ses éléments étaient dimanche dernier, à la traque des « cascadeurs » et de leurs supporters. Pour cette mission de contrôle, ils se sont installés aux abords de la chaussée, pendant que d’autres faisaient la ronde, afin de dissuader tant soit peu et les spectateurs, et surtout, les cascadeurs.

Malheureusement, leur présence semblait ne pas être redoutée par certains jeunes qui se permettaient même de dire qu’ils n’ont pas d’autres occupations. « Ils vont faire cette ronde jusqu’à finir leur carburant. Nous serons toujours là », lâche un jeune-homme. C’était sans savoir ce qui allait leur arriver. Appelés en renfort, les éléments de la Brigade anticriminelle les démobiliseront en un temps record. Cette action répressive sur fond de sensibilisation contre l’insécurité routière, selon le directeur Seydou Coulibaly, « a pour but d’amener les jeunes à comprendre les risques qu’ils courent ». Mettant ainsi en danger non seulement leur propre vie, mais aussi celle des autres usagers de la route.

« La mission de ce soir a été organisée dans le cadre des actions de sensibilisation contre l’insécurité routière. Nous remarquons ces derniers temps que lorsque les jeunes reviennent de la Guinguette, ils font de la vitesse excessive dans l’agglomération mettant ainsi en danger la vie des autres », a-t-il expliqué. Cette action collégiale de la police municipale de la BAC, fort appréciée par les riverains du quartier, se poursuivra en attendant qu’une solution soit trouvée à cette fréquentation peu sage de la Guinguette par les jeunes.

Des études pour réorienter la fréquentation de la guinguette en perspective
A la question de savoir s’il ne faut pas réfléchir à des « mesures draconiennes » pour réorienter la fréquentation de la baignade, le directeur de la police informe que de concert avec les autres forces de défense et de sécurité, des études sur l’impact social, l’impact économique et bien d’autres aspects sont en vue. Des propositions et/ou suggestions seront donc faites afin de trouver définitivement une solution à cette insécurité routière.


Il faut fermer la Guinguette aux jeunes !!!

Avec tout ce qui se passe actuellement à la Guinguette et sur le chemin du retour tous les samedis et dimanches dans la soirée, il y a de quoi demander à l’autorité municipale de procéder purement et simplement à la fermeture de la baignade sur le site. Il n’y a pas d’autre solution. Ni les sorties sporadiques de la police municipale et de la Brigade anti-criminalité (BAC), encore moins les interpellations des riverains et les plaintes des usagers de cette route ne mettront fin à ces comportements hautement dangereux pour tous. Faut-il seulement attendre qu’un événement mortel se produise suite à ces comportements pour enfin prendre des mesures ?

Nous pensons que non, car le rôle de l’autorité n’est pas seulement de gérer des crises, mais surtout de savoir les prévenir en prenant ses responsabilités à temps. On ose croire que quelque chose sera fait dans ce sens.
En outre, non seulement ces « nageurs » polluent sérieusement l’eau que nous buvons et qui sert à irriguer les plantations à Bama, mais leur retour occasionne bien des accidents parfois mortels tout au long de la route de Nasso et principalement au secteur 28, Belleville.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Messages

  • Il faut mettre des caïmans dans ce cours d’eau.

    AInsi on nous débarrassera de ces déchets humains que les familles et la société ne peut pas ou refuse de gérer.

    • Hé ! Laissez les enfants et les jeunes-là s’amuser. Y’a que ça qui reste de bon là bas. Est ce que la police et la municipalité a les moyens de faire leur devoir ? C’est ça la question !

    • Hé ! Laissez les enfants et les jeunes-là s’amuser. Y’a que ça qui reste de bon là bas. Est ce que la police et la municipalité a les moyens de faire leur devoir ? C’est ça la question !

  • Il faut fermer la Guinguette aux jeunes !!!

    putain dans quel monde on vit a l’instar ou tous les pays cherchent à se moderniser, a s’occuper de leur jeunesse , et créer de l’emploi , Non nous on a de l’or brut dans nos mains et on trouve que c’est un problème ah l’Afrique...

    • Le faux peul, au lieu d’avoir cette indignation d’écervelé, propose ta solution au problème posé ! Le journaliste ne fait qu’une proposition qui en vaut une autre.
      Il y a un vrai problème d’insécurité et de délinquance juvénile qui est posé.

    • han !han ! la jeunesse qui vaut de l’or brut, est une jeunesse , instruite, civique et bien consciente des dangers et des défis auxquels elle fait face. et non pas une jeunesse dont la majorité résume sa jeunesse à beuverie - sexe party - incivisme. Pardon ! soyons réaliste ! l’Afrique n’a pas besoin d’une jeunesse pareille. Lepeul, je vois bien que tu n’a pas eu ton bol de lait ce matin c’est pourquoi tu réagi ainsi ! parce que un jeune bobo qui faisait du rallye en revenant de la guinguette a renverser ta calebasse de lait sans savoir parce qu’il avait bu un bol de trop ! la police n’était pas sur les lieux car convier à un djanjoba.

    • vous m’avez trop compris ce n’est pas grave...

  • il faut la securite si non nous riverain ca nous derange beaucoup

  • Je crois qu’il faut mettre des ralentisseurs en différents endroits sur cette route afin de les empêcher de faire la vitesse, sans pour autant cesser de les sensibiliser.

  • Bien dit. Je pense qu’il faut tout simplement fermer la Guinguette aux jeunes. Toutes de sortes de perversions s’y font et quand on y ajoute les accidents mortels !
    No comment !

  • il faut instituer des taxes très élevées pour l’accès à la guinguète

  • A mon avis la solution n’est pas de fermer la Guinguette aux jeunes. C’est faire la courte échelle. On peut très bien joindre l’Utile à l’agréable.
    Le vrai problème c’est que nos autorités ne fournissent jamais l’effort de réfléchir aux problèmes de nos sociétés.
    C’est déjà une bonne chose que la Police souhaite une étude sur l’impact social et économique des activités qui se déroulent autour de la Guinguette. On pourrait aussi ajouter l’impact environnemental, culturel, etc à cette étude. Mais il ne faudrait pas juste se limité à faire une étude mais il faudrait y inclure des pistes de solution durable.
    Ces genres de joyaux de la nature existe un peu partout dans le monde entier et les nations qui se veulent responsable ont toujours su les exploiter à bon dessein en joignant l’utile à l’agréable.
    A titre d’exemple voici des solutions possibles :
    - Délimiter et protéger toute l’air de baignade et de pique-nique de la Guinguette avec une vraie clôture et des files barbelée au dessus si cela n’est pas encore fait. Certains diront que ce sera trop couteux ? J’en crois pas un instant et je vais le démontrer plus loin.
    - Mettre une seule porte d’entrée de l’air de baignade et de pique-nique qui sera gardé 24h/24h du 1er au 31 comme on le dit.
    - Assurer la garde de nuit comme de jour de cet espace soit grâce aux agents des eaux et forêts. Plus loin j’expliquerai quel autre rôle ces derniers pourront assurer ou confier la garde à une société de gardiennage à qui le service des eaux et forêt devront inculqué des notions environnementales.
    - Fixer des conditions tarifaires d’accès à l’air de pique-nique et de baignade (cela pourrait figurer dans les termes de référence de l’étude d’impact économique).
    - Interdire tout accès à l’air après une certaine heure de la journée (par exmple après 18h).
    - tout le long de la route Bobo-Guinguette installer des ralentisseurs à chaque 1000m et ou besoin poste le long de cette route une police routière avec des détecteur d’excès de vitesse et être stricte et rigoureux pour les contraventions (cela pourrait rapporter n peu d’argent à cette police routière pour couvrir les frais engendrés par leur présence sur le terrain).
    - Interdire l’accès à l’air de baignade tout enfants mineurs qui ne serait pas accompagné d’un adulte à raison d’un Adulte pour maximum 3 enfants. C’est à dire qu’un seul adulte ne peut se porter garant de plus de 3 mineurs à la fois.
    - Organiser la vente de boissons rafraichissante à l’enceinte de l’air de baignade et pique-nique et interdire l’accès de boissons étrangères dans l’espace. Les contrôles à la porte pourront éviter l’introduction de boissons. cela pourrit contribuer à supporter sinon amortir les coûts des travaux de protection et d’entretien de l’air.
    - Organiser des visites guidée à vocations éducatives sur la protection et la sauvegarde de l’environnement et démontrer aux jeunes Bobolais quelle chance bénie le Bon Dieu leur a offert avec cette source (rôle des agents des eaux et forêt).
    - Prévoir des mesure de suspension à des contrevenants qui auraient dégradé l’environnement à l’enceinte de l’air.
    - Encourager les sorties éducatives organisées à l’enceinte de l’air. travailler dans ce cas avec les établissements secondaires et universitaires de la ville de Bobo ainsi que avec le corps enseignants ;
    Déjà avec ces mesures on peut très bien joindre l’utile à l’agréable.

  • "Ils vont s’adonner à des actes pernicieux, dans l’eau ou dans les buissons". Bien dit

  • moi je pense qu il faudrait que la guinguette soit payant 1OOOF l accès au profit du budget de la commune pour décourager les petit voyou qui s adonne a la vitesse. s il ne sont pas d accord vous les laisse ils vont se tuer leur parents n auront que leurs yeux pour pleurer

  • Il n’est pas question de fermer la Guinguette, il y en a qui l’utilisent à bon escient. Quant à ces déchets de la société qui ne savent pas quoi faire de leur trop plein d’énergie et de santé, la repression et toujours la repression. Il faut être ferme envers eux, s’ils mettent en danger leur vie et celle des autres sur la route c’est parce qu’il y a du lasser-allé dans leur famille d’origine. Les parents ont démissionné. Je n’ai jamais vu d’enfants bien éduqués s’adonnés à ce type de jeux dans la rue.

  • Il faut retiré les motos de ceux vont la vitesse et les remettre 2 moi après

    • Hé ! Laissez les enfants et les jeunes là s’amuser. Il ne reste que ça de bon là bas ! Est ce que la police et la mairie ont les moyens de faire leur travail ? C’est ça la question !

  • Il faut dévier le chemin en les faisant passer par Koumi. Par cette voie, il y a moins de risque.

  • bonne chance, parceque ca la c’est pas affaire de police wo ! les enfants sont devenus bizares. tu vas les eduquer comment comment c’est meme chosse la, la tele, les maquis, les film, internet, facebook va venir s’asseoir sur son cerveau et le conduire. mmm on va faire comment c’est deja gater wo. sinon comment.... hummmm

  • svp laisser les enfant s’amuser. Dite cette route a tuer combien de personne,
    depuis MON JEUNE AGE NOUS ALLONS NOUS AMUSER A LA Guegette et je précise k j’ai 45 ans aujoudhui. Venez a Abidjan et vous verrez qu ce k ce k nos enfants font ne pas pire k ce ki se passes dans nos plages et cela n’affecte en rien la scolarite des enfant . Ou ya le travail il faut la disparation

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés