Lycée Diongolo-Traoré de Orodara : Evanouissement en série des filles

vendredi 15 février 2013 à 00h05min

Le lycée provincial Diongolo-Traoré de Orodara dans le Kénédougou a vécu, le jeudi 7 février 2013, une ambiance particulière marquée par des crises hystériques des lycéennes. Un phénomène dont les causes restent pour l’instant inconnues.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lycée Diongolo-Traoré de Orodara : Evanouissement en série des filles

Le phénomène prend de l’ampleur dans les établissements secondaires du Kénédougou. En effet, après Koloko, Kourouma et le lycée communal de Orodara, c’est au tour du lycée provincial Diongolo Traoré de vivre cette année l’évanouissement en cascades des filles. Le jeudi 7 février 2013, l’on a dénombré environ une dizaine de filles piquées par des crises hystériques. Selon les responsables de cet établissement, tout a commencé aux environs de 7h 30mn dans la classe de 4e « A ». Deux filles ont piqué des crises en classe. Elles pleuraient, criaient et s’agitaient violemment. Elles ont été conduites urgemment au Centre de santé et de promotion sociale pour des soins.

Aussitôt évacuées, cinq autres filles sont frappées par le même sort. Au Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Orodara où elles ont été toutes admises sur instruction du haut-commissaire du Kénédougou, Sayouba Sawadogo, certaines victimes ont repris connaissance tandis que d’autres étaient encore sous perfusion. L’une d’elles avait en main un inhalateur buccal anti-asthmatique, ce qui a laissé penser à des crises d’asthme. « Au début, on m’a fait croire que c’est l’asthme. Mais quand je sens la crise et j’utilise le produit ; ça ne change pas la situation », a-t-elle laissé entendre. Quant aux agents de santé, ils rassurent que l’état de santé des victimes n’inspire aucune crainte. Pour le moment, l’origine de l’hystérie en série des élèves, surtout des filles à Orodara, reste inconnue. De l’avis des autorités sanitaires de Orodara, ce phénomène serait lié à une panique généralisée.

Celles-ci comptent se référer à la hiérarchie afin de trouver une solution au problème. D’autres l’attribuent à des forces surnaturelles qui auraient hanté le lycée suite à l’abattage d’un arbre sacré au sein de l’établissement. En attendant d’y trouver une solution, le proviseur du lycée Diongolo-Traoré de Orodara, Drissa Barro se dit embarrassé par cette situation qui perturbe énormément les cours dans son établissement. Une rencontre avait été déjà initiée en janvier entre l’administration et les parents d’élèves.

Il est ressorti que certaines filles piquaient également les mêmes crises à domicile. Au regard de l’ampleur du phénomène, M. Barro a lancé un appel aux autorités locales et nationales, afin qu’elles puissent juguler le phénomène qui n’est pas prêt de s’arrêter. En effet, dans la journée du lundi 11 févier 2013, ce sont quatre filles qui ont été encore frappées par des crises d’hystérie au lycée Diongolo-Traoré de Orodara.

Apollinaire KAM
(AIB/Kénédougou)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés