La période de l’harmattan aggrave les maladies respiratoires

jeudi 14 février 2013 à 00h39min

Le Burkina Faso est situé en zone intertropicale. Le pays est soumis à un climat caractérisé par deux saisons dont la saison sèche et la saison humide. De fin Novembre à mi-février, c’est l’harmattan qui souffle. Il apporte une influence du désert, soit un air toujours très sec, d’assez grandes amplitudes thermiques entre le jour et la nuit, un fort ensoleillement, parfois gêné par une brume de poussières en suspension.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La période de l’harmattan aggrave les maladies respiratoires

Certaines régions du Burkina sont par moment en ces périodes d’harmattans couvertes de suspension de poussière, accompagné souvent de vents. Pendant cette saison, la population est constamment sous le coup de la poussière. Ainsi, les poumons sont régulièrement exposés aux risques liés à la poussière respirée. Le chef de service de la pneumatologie du centre hospitalier universitaire yalgado Ouédraogo, Martial Ouédraogo décrit les conséquences de cette suspension sur la population. Pour lui, la période de l’harmattan se caractérise par un taux d’empoussiérage très élevé. Martial Ouédraogo ajoute que les conséquences de la suspension sont liées d’une part à la nature des particules de poussière et à la taille des particules.

Et d’autre part cela est lié aux antécédents des personnes qui la respirent. Il souligne que lorsque des individus sont exposés à la poussière qui contient des particules sclérorisantes (sont des particules qui exercent une action ablative sur le poumon), ils auront un certains nombre de désagréments au niveau des voies respiratoires. Ces désagréments sont liés aux surcharges qui entrainent une maladie appelée la Pneumoconiose. Cette maladie est une affection pulmonaire liée à l’inhalation des poussières minérales de l’environnement. En outre, il note que les poumons sont dotés de mécanismes qui les protègent en éliminant les particules de poussière ayant pénétré dans l’appareil respiratoire. Mais le Professeur fait savoir que lorsque le poumon est surchargé, il ne peut plus se défendre mécaniquement en ramenant les particules de poussières au nivaux des voies respiratoires supérieures pour être épuré.

Martial Ouédraogo indique que lorsque le poumon est dépassé par la poussière, des pathologies liées à la surcharge vont survenir. Il révèle que lorsque les individus exposés à la poussière présentent des tares, c’est-à-dire que si elles avaient déjà des problèmes respiratoires, il y aura en ce moment une aggravation de la pneumoconiose qui est une maladie de surcharge poussiéreuse. Comme solution à ces suspensions de poussières, le Pr Martial recommande aux personnes qui présentent déjà des maux tels que l’asthme, les bronchites à se protéger en portant des masques et en évitant la poussière. Il invite également le reste de la population à prendre des dispositions pour se protéger de la poussière. « Les individus doivent porter des masques et éviter toute exposition à la poussière tant que cela est possible », a-t-il invité.

Wamini Micheline OUEDRAOGO

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés