Aménagement urbain à Ouagadougou : Simon COMPAORE lègue un projet de 90 milliards à ses successeurs

jeudi 7 février 2013 à 23h26min

Le maire sortant de la commune de Ouagadougou a été reçu en audience le jeudi 7 février 2013 au cabinet du ministre de l’habitat et de l’urbanisme. Simon COMPAORE, accompagné des maires d’arrondissement et des adjoints, rendait une visite de courtoisie pour dire au revoir et merci. Il a également présenté un projet de plus de 90 milliards de FCFA pour lequel le soutien du ministère de Yacouba BARRY est indispensable.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Aménagement urbain à Ouagadougou : Simon COMPAORE lègue un projet de 90 milliards à ses successeurs

Après 17 ans passés à la tête de la mairie de la commune de Ouagadougou, Simon COMPAORE est en fin de mandat. Avant de passer le témoin à son remplaçant, il est venu traduire sa reconnaissance au Ministère de l’habitat et de l’urbanisme pour son accompagnement dans la gestion des problèmes que la mairie a connu durant le mandant finissant. Il s’agit des inondations du 1er septembre 2009 où le ministère a joué un rôle de premier plan, et les difficultés enregistrées suite au lotissement dans les arrondissements. « Nous allons mettre dans les documents de passation de services une situation globale des lotissements au niveau de la ville de sorte à permettre à la nouvelle équipe de reprendre les opérations avec plus de chance de réussite dans le respect des nouvelles mesures prises par le gouvernement » a indiqué Simon COMPAORE.

L’ancien bourgmestre de la ville de Ouagadougou est également venu avec sous le bras un projet de 90,5 milliards de FCFA. La formulation du projet a bénéficié de l’appui de Facilitation africaine de l’eau (FAE) et de l’Etat burkinabè qui ont financé l’étude. Le projet comporte cinq volets. Il s’agit d’une meilleure prise en charge de la question des déchets avec l’extension du Centre de valorisation des déchets solides sur un terrain de 75 hectares. L’expérience de la ville de Ouagadougou, en matière de gestion des déchets solides séduit outre nos frontières et suscite des visites de plusieurs responsables de communes. Cependant, le dispositif existant se révèle de plus en plus insuffisant d’où le projet d’extension.

Le deuxième volet concerne l’assainissement. Il permettra l’aménagement du canal du Moogho Naaba (dans sa partie non aménagée) et de ses affluents dans les secteurs 16, 17 et 19 de la ville. Cet aménagement porte sur 4,200 kilomètres. Un autre aspect du projet concerne les voiries et drainage. Dans ce cadre, 44 kilomètres de route seront bitumés avec caniveaux et 84 kilomètres de canal, dotés d’éclairage public viendront innerver la ville pour renforcer le système de drainage des eaux pluviales.

Enfin, le dernier volet est relatif à l’appui institutionnel qui permettra de renforcer les capacités de la Direction générale des services techniques municipaux. Cet appui se fera essentiellement en terme de matériels de travaux publics et de matériels informatiques pour assurer un bon entretien du réseau de drainage qui sera réalisé. Il permettra aussi d’augmenter les capacités municipales en matière de maîtrise d’ouvrage délégué. SIMON COMPAORE dit avoir déjà obtenu la caution ferme de la Banque Africaine de développement (BAD) pour 17 milliards de FCFA. Seulement avant de décaisser cette manne la BAD souhaite être rassurée sur les dispositions qui seront prises pour la réinstallation des populations qui seraient touchées par la réalisation du projet. « C’est une condition essentielle de la banque que les populations soient recensées et que nous engagions des discutions avec elles pour trouver les indemnisations nécessaires » a-t-il souligné.

Après les recensements déjà effectués, plus de 350 ménages ont leurs pénates dans la zone du projet. Certains sont situés dans la zone lotie et d’autres dans la zones non lotie. Parmi eux, de nombreux ménages sont installés dans les zones déclarées inondables et inconstructibles. L’accompagnement du ministère de l’habitat est attendu, selon le maire, pour le relogement de ces ménages.

Le ministre BARRY a salué la démarche du maire Compaoré et l’a félicité pour le travail abattu à la tête du conseil municipal. « Notre rôle est de contribuer à bâtir des villes moteurs de développement et nous sommes prêts à vous accompagner » a dit Yacouba BARRY. Il a invité la mairie à intégrer une dimension environnementale et sociale dans le projet. Le ministre de l’habitat et de l’urbanisme a souhaité un renforcement des services municipaux pour l’efficacité du contrôle des chantiers en construction. Il a aussi plaidé pour le bitumage de la voie menant à la nouvelle cité de 1500 logements sociaux à Bassinko.

Mamadou DEMBELE
DCPMM MHU
www.mhu.gov.bf

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés