Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Actu vert ! Les lampes à pétrole nocives pour la santé et l’environnement

Accueil > Actualités > Environnement • • mardi 5 février 2013 à 13h09min
Actu vert ! Les lampes à pétrole nocives pour la santé et l’environnement

Au Burkina Faso comme dans la plupart des pays en développement, le difficile accès à l’énergie électrique fait que la lampe à pétrole est très utilisée. Pourtant, on commence à bien connaître les effets néfastes des particules fines et l’un de leurs composants, le carbone suie ou « black carbon ». Fruit d’une mauvaise combustion, ce dernier est doublement nocif. Les particules qui en sont chargées sont, non seulement dangereuses pour la santé, mais ont également un pouvoir réchauffant qui s’ajoute à celui des gaz à effet de serre (CO2, méthane…), même si les mécanismes à l’œuvre sont différents. La toute dernière étude publiée dans la revue Environmental Science & Technology ne fait qu’enfoncer le clou.

Elle souligne qu’en plus des émissions de carbone suie dues au trafic routier, aux poêles à bois, aux centrales à charbon, aux feux de forêt ou aux fours à brique, il faut ajouter une pollution largement sous-estimée : celle liée aux lampes à kérosène utilisées par des centaines de millions de personnes dans les pays en voie de développement pour s’éclairer. Des scientifiques américains, en collaboration avec le département chinois de contrôle de la pollution estimaient, dans la revue Atmospheric Environment, à 1342 gigatonnes, les émissions de la seule Chine (avec de grandes marges d’incertitudes) pour l’année 2001. Les lampes, quant à elles, seraient, selon les chercheurs de Berkeley, responsables de 270 gigatonnes, soit « un niveau équivalent à celui de l’industrie maritime », souligne un article de la revue Chemical & Engineering News.

Des chercheurs à l’Université d’Illinois et à l’Université de Californie, à Berkeley, ont achevé cette nouvelle analyse des émissions produites par des lampes qui sont largement utilisées dans les zones du monde en développement n’ayant pas de réseau électrique. Un communiqué de presse de l’Université d’Illinois explique que les chercheurs ont constaté que les lampes à pétrole à mèche libèrent 20 fois plus de carbone noir que l’on croyait auparavant. Jusqu’à présent, les scientifiques faisant le calcul des émissions mondiales n’ont pas prêté beaucoup d’attention aux lampes à pétrole en raison de la faible quantité de carburant utilisée dans chaque lampe, par rapport aux sources évidentes : la flotte mondiale de transport, les générateurs électriques et la déforestation, par exemple.

Les nouvelles recherches révèlent que l’impact, à court terme des émissions de kérosène, totalisant pas plus d’un kilogramme, peuvent persister dans l’atmosphère pendant deux semaines. Les alternatives sont accessibles et peu coûteuses. Les lampes LED chargées par des panneaux solaires, deviennent de plus en plus populaires. « Se débarrasser des lampes à pétrole peut sembler n’être qu’un petit pas à prendre sans conséquences », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Nicholas Lam, étudiant de troisième cycle à l’Université de Californie, à Berkeley, « mais lorsque l’on considère l’impact collectif de centaines de millions de ménages, il s’agit d’un geste simple qui affecte la planète ».

De plus, ce sera bénéfique pour la santé. De nombreuses études dénoncent le rôle des microparticules comme accélérateurs des décès. Dans une recherche menée au Népal, les scientifiques de Berkeley ont montré que les femmes ayant déclaré avoir utilisé les lampes à pétrole, avaient un taux de tuberculose 9,4 fois plus élevé que celles qui s’éclairaient autrement. Il y a également que moins de suie dans l’air permettrait également d’éviter des pertes de récoltes d’environ 30 millions de tonnes chaque année, estiment les scientifiques. Ce sera ensuite très favorable pour le climat. D’autant plus favorable que, à la différence du CO2 qui stagne une centaine d’années dans l’atmosphère avant de disparaître, le carbone suie ne reste que quelques jours, au plus, quelques semaines. En diminuant les émissions, on agit immédiatement.

Mais pour cela, il faut que les Etats des pays en développement prennent les décisions qui s’imposent pour promouvoir davantage des sources d’énergie renouvelables, tel que l’utilisation du biogaz avec le biodigesteur, les lampes solaires…c’est à ce prix, que nos populations pourront s’éclairer dignement et du même coup, protéger l’environnement.

Raphaël KAFANDO

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Approvisionnement en eau par l’ONEA : Les députés du REPHA-BF sur les sites de Ziga et de Loumbila
Akon fait appel à l’intelligence artificielle pour développer sa vision de l’énergie verte en Afrique
Gestion du patrimoine forestier : Le Burkina Faso veut se doter d’une stratégie nationale
Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement : Les acteurs se concertent pour l’atteinte des résultats
Gestion des situations d’urgence en hygiène, eau et assainissement : L’institut 2ie et l’UNICEF outillent les acteurs du domaine
Conseil national de l’eau : Les membres en session à Bobo-Dioulasso
Journée mondiale de l’eau 2019 : Contribution des comités de l’AITB, spécialises dans le domaine de l’eau
Grande muraille verte : Chercheurs et gestionnaires du Sénégal et du Burkina Faso en réflexion à Ouagadougou
Gestion intégrée de l’eau : Le « Musée de l’eau » s’ouvre aux étudiants
Environnement, eau et assainissement : Le Cadre sectoriel de dialogue passe à la loupe les activités de 2018
Société Nestlé : Une journée zéro plastique à Ouagadougou
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés