Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Mutilations génitales féminines : 13 filles excisées à Watinoma dans la Sissili, cinq personnes aux arrêts

Accueil > Actualités > Société • • mardi 5 février 2013 à 17h27min
Mutilations génitales féminines : 13 filles excisées à Watinoma dans la Sissili, cinq personnes aux arrêts

Malgré les multiples actions de sensibilisations et même de répressions en vue d’éradiquer l’excision, cette pratique demeure une réalité dans notre pays. Ce sont treize personnes dont 10 jeunes filles et trois femmes mariées qui ont été excisées le 17 janvier dernier dans le hameau de culture « Watinoma » du village de Bougnounou dans la province de la Sissili. La Brigade de Gendarmerie de Dalo/Compagnie de Léo a réussi à interpeler cinq personnes impliquées dans cette sale besogne.

C’est au cours d’une patrouille de sécurisation des axes routiers le 20 janvier 2013 que la brigade de gendarmerie de Dalo apprend qu’une série d’excision a eu lieu dans le hameau de culture « Watinoma » du village de Bougnounou. Après avoir localisé le lieu, une équipe s’est rendue dans ledit hameau le lendemain et a découvert dans la concession d’un cultivateur une dizaine de filles excisées. Au même moment, les investigations ont permis d’interpeller la nommée ZONGO Madeleine, présumée auteur des faits. Elle passe aux aveux. Reconnaissant les faits, elle déclare avoir procédé à l’excision de ces jeunes filles le jeudi 17 janvier 2013 aux environs de 16 heures. Puis, elle précise avoir été aidée de trois (03) autres femmes du même quartier.

Au total, ce sont dix jeunes filles de 12 à 13 ans et trois (03) femmes mariées âgées respectivement de 17 ; 22 et 24 ans qui ont subi ces mutilations génitales. Deux des trois femmes excisées ont chacune un enfant. « L’adjudant-chef Fousséni OUATTARA, commandant de la Brigade Territoriale de Gendarmerie de Dalo a alors fait présenter les victimes au CSPS de Dalo ; fort heureusement, leur état de santé n’est pas trop inquiétant même s’il a été relevé quelques cas d’infections chez certaines des victimes », précise le communiqué de presse de la direction de la communication de la gendarmerie nationale.

L’instigateur de cette pratique serait le nommé KABORE Sibiri, un vieil homme de 85 ans, patriarche de la famille KABORE du quartier Watinoma. C’est lui qui aurait autorisé la reprise de l’excision abandonnée par cette famille il y a plus de vingt (20) ans. Ce patriarche avance comme motif les cas de décès dans la famille et la marginalisation des filles non excisées dans leur communauté.

L’excision étant réprimé par l’article 380 du code pénal, l’exciseuse, les trois femmes qui l’ont aidée ainsi que le cultivateur complice ont été déférés devant le parquet pour mutilation génitale féminine par excision.

Après cet ènième cas d’excision, la gendarmerie nationale en appelle à une vigilance plus accrue et une franche collaboration des populations pour venir à bout de cette pratique avilissante pour la femme.

Lefaso.net

Messages

  • Messieurs et mesdames légalisées la pratique de l’excision dans les centres de santé et vous verrez que personnes ne s’y rendra pour le faire. C’est aussi simple que ça. Que celui ou celle qui veut faire exciser sa fille le fasse mais dans une structure sanitaire. Cela évitera :
    1) réduira de façon drastique les cas de récidives,
    2) les cas d’infection

    • Je vous rappel que l’excision est une atteinte grave à l’intégrité physique de la femme. Il ni y a donc aucune raison qu’elle soit pratiquée même dans une formation sanitaire.

    • En aucun cas, l’excision ne peut être légalisée !!!! C’est une horreur et une honte à nos sociétés pour les quelles les souffrances des femmes passent sous silence.... Les risques d’infections sont réelles, mais au délà, ce sont 13 femmes frigides qu’on vient de créer ! 13 femmes dépouillées d’une part de leur estime de soi !!! Que Dieu bénisse tous ceux qui sont sensibles à cette cause ! Et que leur lutte porte du fruit !

    • Nware, Il faut garder ton rappel pour toi seul. Nous disons qu’il faut former des agents de santé qui se chargeront d’exciser ceux qui le souhaitent.

    • il y a des maternités et des dispensaires partout dans le pays mais les accouchements à domicile et les circoncisions archaïques se font toujours.De 2008 à 2011 étant responsable d’une formation sanitaire périphérique j’ai tenté de découvrir celui qui circoncisait les jeunes garçons pour des séances de sensibilisation en vain car une population bien soudée dans ces genres de pratiques.Donc même si on légalisait l’excision les gens continueront à la pratiquer en cachette et dans de mauvaises conditions.

    • L’excision n’a pas les infections pour seules conséquence ! Que faites vous des risques de chéloïdes ? Informez vous davantage sur la pratique avant de raconter des inepties. Vous êtes drôles vous autres : Quand il s’agit de changements positifs vous êtes hermétiques mais pour les valeurs à promouvoir vous êtes aux abonnés absents. Vôtre égoïsme d’homme et votre piteuse ignorance vous empêche de compatir à la souffrance de ces pauvres femmes ! C’est trop facile d’encourager cette ignoble pratique cintré dans son pantalon d’homme.

  • il faudrait condamner les epoux des femme mariées pour compliciter

  • Ce qui m’énerve, comment une femme assez majeure peut se laisser exciser. Quelque soient les moyens de pression je croix qu’elle capable d’alerter les force de sécurité que cela ne produise sauf c’est par son consentement. Si c’est le cas aussi il faudrait prévoir des sanctions à son encontre. L’excision est un crime contre l’humanité.

  • qui t’as dit qu’elles sont frigide ? legalisée la chose là ; il n efaut pas copier integralement le blanc là ; dans leurs coutûmes l’excision n’est pas permis, comme dans certaines sociétés Burkinabè. il faut faire dans les règles de l’art.

    • A quel titre porter atteinte à l’intégrité physique d’une femme doit se faire dans l’art et dans quel art ? Vous n’êtes pas mieux que des djadistes qu’on est en train de traquer au Mali.

    • Je pense que cette loi contre l’excision au Burkina a été voté comme bien d’autres sans réflexion. Au Mali ca n’a pas passé. Dans beaucoup de pays de l’Afrique centrale c’est médicalisé même si c’est déconseillé. Voila que vous devez maintenant emprisonner des vieillards et vieillardes (papis et mamis) parce qu’on finance les pays qui ont voté cette loi. Par ailleurs si l’excision est une MGF mutilation génitale féminine à interdire, interdisez aussi la circoncision car c’est une MGM mutilation génitale masculine. Je suis sur que s’il ya un bailleur de fonds qui finance la lutte contre la circoncision le Burkina votera une loi contre ca aussi, et on trouvera des conséquences négatives de la circoncision.
      Je tiens a noter que ceux qui ont commencé l’excision de même que la circoncision n’étaient pas bêtes. C’est après constat et réflexion. J’aimerais savoir pourquoi assez de femmes de la dernière génération (non excisées) accouchent par césarienne. Nos mamans pourtant excisées n’ont pas été opérées.
      Je sais que l’excision mal faite a des conséquences monstrueuses tout comme la circoncision. A défaut de former les exciseuses, ont peut médicaliser et continuer la sensibilisation. Bassnèdaaaa !!!!!!

  • Il faudra que chacun comprenne une fois pour toute que c’est un problème majeur de changement de comportement et une question de valeur. "Ce patriarche avance comme motif les cas de décès dans la famille et la marginalisation des filles non excisées dans leur communauté". Voilà qui est claire. Mettez-vous à la place des parents de ces filles. Entre la marginalisation communautaire et l’excision de la jeune fille, le choix est vite fait ! Ni les emprisionnements, ni la repression, ni les menaces ne changeront fondamentalement la situation à court terme. Il faut clairement poser le débat et au besoin, recourir au suffrage national. Il ne suffit pas que quelques individus sous l’injonction des bailleurs et institutions internationnales appliquent bêtement toutes les recommandations. En toute souverainété, il aurait été souhaitable d’accompagner et d’assister médicalement ceux qui tiennent coute que coute à exciser leur fille ou à se faire exciser. Avec le temps c’est un phenomè qui disparaitra de lui même.

  • L’excision n’a pas les infections pour seules conséquence ! Que faites vous des risques de chéloïdes ? Informez vous davantage sur la pratique avant de raconter des inepties. Vous êtes drôles vous autres : Quand il s’agit de changements positifs vous êtes hermétiques mais pour les valeurs à promouvoir vous êtes aux abonnés absents. Vôtre égoïsme d’homme et votre piteuse ignorance vous empêche de compatir à la souffrance de ces pauvres femmes ! C’est trop facile d’encourager cette ignoble pratique cintré dans son pantalon d’homme.

  • Je n’imaginais pas qu’il y en ait encore d’intellectuels (qui savent lire, écrire et exprimer un point de vue) pour soutenir cette pratique affreuse et horrible. Qu’ils le fassent exprès juste pour susciter le débat est encore pire que s’ils sont sincères. Parce que on ne peut soutenir une telle pratique que si on ne la connait pas. Et curieusement ce sont des hommes qui la soutiennent. Des hommes qui ne connaissent pas et qui ne connaitront jamais les méfaits de cette pratique à part ce qu’on leur raconte. Eh bien je veux dire ceci à ces derniers : sachez chers messieurs que l’excision équivaut chez l’homme à la castration. Alors si vous êtes d’accord pour l’excision faites vous castrer d’abord. Vous pourrez enfin mesurer le préjudice physique et moral que cela entraine et on verra après si vous camperez toujours sur votre position.

    • Mon chèr Le laic, je fus très content de lire notre commentaire vous avez donné une très bonne analyse et une telle bonne comparaison est juste.Ainsi, je suis du même avis que vous et je dis non à cette pratique inhumaine sous toutes ses formes que ce soient le clitoris, les grandes ou petites lèvres et autres non et non. Encore peu n’importe les conditions de cette pratique ou le milieu où cela sera faite.Il faut qu’on soit en phase avec le monde actuel et choisir le bon de la tradition pour une harmonie parce que je cite``L’Afrique et ses traditions qui tuent ses enfants..." fin de citation.Non, je ne crois pas à cela svp dites moi que ce n’est pas vrai cela, impossible pour moi d’admettre cette croyance si dépassée. Donc, à jamais on fera cela à ma fille,alors pour lutter contre cette pratique si néfaste pour l’Homme, je suis pret à donner tout mon concours sur tous les plans bien que je sois hors du Burkina Faso.

  • C’est donc mauvais cette pratique là ? Tu ne pleureras plus, ma fille Inna Abba !

  • pourquoi devont nous faire l exssission

  • POURQOUI DEVONT NOUS PRATIQUER L EXSSISSION DANS CE PAYS

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mouloud 2018 : Les fidèles de Diaradougou sensibilisés à l’amour du prochain
Identifiant financier unique (IFU) : La Direction générale des impôts lance la nouvelle version 3.0
Révocation d’agents de sécurité pénitentiaire : Les syndicats de magistrats et de greffiers invitent le gouvernement à reconsidérer les mesures prises
Technologie alimentaire : Le département de l’IRSAT en route pour une nouvelle accréditation
Cardinal Philippe Ouédraogo : « Tant que les pauvres croupiront à la porte de nos maisons, il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale »
Projet GIZ/Fafaso : Fada N’Gourma accueille son unité de production de foyers Roumdé
Cadre sectoriel de dialogue : Une session pour examiner et valider le dossier d’investissement sur la santé
Sud-Ouest : La coordination régionale de la Fédération des associations islamiques installée
Santé des enfants de 0 à 2 ans : Les journalistes invités à faire la promotion de la vaccination de la 2e année de vie
Droit international humanitaire en cas de conflit armé : Les instructeurs des Forces de défense et de sécurité renforcent leurs capacités
Initiative de la Grande Muraille Verte : La coordination rend visite au Faso.net
Administration publique burkinabè : Les cadres renforcent leurs compétences en gestion
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés