Vision Express sur… : Faut-il payer la scolarité de sa copine ?

lundi 4 février 2013 à 13h48min

Ils sont peu, les hommes qui voudront encore payer la scolarité ou la formation professionnelle d’une fille avec qui, ils veulent construire un foyer. Encore moins à s’occuper d’elle, à l’entretenir, à l’aider pour qu’elle se réalise. Pourquoi ? Les raisons sont diverses, mais à bien y voir, toutes semblent se rejoindre : la peur de la trahison. Prendre donc en charge la formation scolaire ou professionnelle d’une fille avec qui l’on veut dans l’avenir fonder « quelque chose de solide », peut paraître comme une « mise » risquée voire dangereuse. La trahison n’étant jamais loin !

Et, les exemples de « soi-disants » trahisons sont légions. En effet, dans une des localités assez éloignée de la ville de Bobo-Dioulasso dans la province du Houet, une fille vient de prendre service. Elle est enseignante du primaire. Ses études, de même que sa formation professionnelle d’enseignante du primaire ont été prises en charge par son « copain ». Ce dernier est dans une autre localité dans la région de l’Est. S’en sont suivies les fiançailles en attendant d’aller devant l’officier de l’état civil pour « se passer la bague au doigt ».

Mais, depuis un moment, l’enseignante n’a d’yeux que pour son collègue directeur de l’école où elle enseigne. Elle ne veut plus entendre parler de son fiancé qu’elle accuse à tort ou à raison d’infidélité. « Oublieuse », pourra-t-on l’accusée ? Une autre fille dont la formation professionnelle en santé publique à Koudougou a été financée : logement avec toutes les commodités, pension alimentaire, déplacement, bref… tous les « petits soins » de femme étaient pris en charge par son désormais ex-futur époux qui réside dans la capitale. A-t-il prêché dans le vide ? En tout cas, c’est tout comme, puisque c’est un des formateurs médecin qui va « lui ravir la vedette » en se liant avec l’infirmière au grand désespoir de son copain « bailleur ».

Encore une qui brise le cœur d’un autre qui aurait pourtant tout sacrifié pour sa réussite. « L’habitude tue l’amour, mais la distance aussi », cette vérité de la chanteuse Virginie Lollia pourrait-elle alors être un des justificatifs à ces « taper dos » que font des filles à leur « bienfaiteur » ? Seules les « fautives » peuvent y répondre. Cependant doit-on, pour autant, les tenir pour seules responsables dans de pareilles situations ? La femme n’a pas bonne opinion, certes. Mais il faut reconnaitre que les hommes qui « font les yeux doux » à ces filles pendant leur formation ou leur service, loin de leur moitié, ne sont pas aussi de bonne foi. Très souvent ces derniers aussi ont abandonné leur « moitié » pour conquérir la nouvelle qui leur « tape dans l’œil ».

L’idéal voudrait que lorsqu’on ne sent plus rien dans une relation amoureuse, il vaut mieux en parler en toute sincérité. Afin que, s’il y a lieu de se séparer, que les douleurs s’amenuisent. Heureusement ou malheureusement, de plus en plus, les hommes hésitent à investir dans les filles, même quand il s’agit de payer une scolarité ou une formation professionnelle.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Messages

  • Vous avez pleinement raison et ces exemples sont au quotidien. Quand on aime on est prêt à tout et on pense rarement à la trahison. On devient même aveugle. Même si les trahisons font légion, ce n’est pas pour autant qu’il faut cesser de financer les études de celle qu’on aime. C’est un jeu de loterie. Il faut jouer et bonne chance aux gagnants.

    • De nos jours l’amour n’est plus aveugle. Il n’est plus. Ainsi celui qui investit dans quelque chose qui n’est pas le fait à ses dépens. La trahison se trouve dans les gènes du genre humain. chacun est prêt à trahir, car on se trahit soi-même souvent.

  • C’est une geometrie à somme negative.
    Le soit disant bailleur sera toujours perdant.

  • Je pense kil fo peut être se minabiliser pr financer les études ou la formation d’une go. Où sont ses parents ? Des parents responsables ne laisseront jamais financer les études de leur fille par un éventuel faut type. Chacun et chacune doit arriver par ses moyens, ou rester où il/elle est. On se croise sur le terrain de l’amour et si ça va ok. Une du couple à maintenant le devoir de veiller au bonheur et à la réussite de son compagnon . Vous penser qu’une fille sérieuse et qui pense peut etre fonder foyer un jour avec vous va vous laisser payer sa scolarité ou sa formation même si elle est pauvre ? elle préfère le demander à un ami ou à un parent dont les sentiments sont à jamais exclus.

  • Les garcons ont parfaitement raison d n plus s lancer ds de tels actes.C’est à la fille d murir ses idées et rejeter les nouveaux conquerants.

  • Dans toute chose il y a des ratés ; c’est malheureux mais c’est une loi de la nature. Si l’on mène une étude sérieuse sur ce aspect de la vie de l’homme, on verra peut être que beaucoup de femmes pour qui des hommes ont payé des études ou des formations vivent heureuses avec leur « bienfaiteur »(pour utiliser vos termes). Aussi faut-il le dire, payer une formation pour quelqu’un (homme ou femme) ne confère pas un droit de propreté. Il conviendra comme pour tout investissement impliquant une tierce personne de bien définir les charges bien avant...

  • Le problème vient de ce que certains hommes utilisent leurs moyens comme argument principal. Dans ces conditions, quand il y a choc de moyens, les plus grands l’emportent. Moi je crois personnellement qu’il faut négocier les gos autrement qu’en faisant semblant d’avoir des moyens qu’on n’a pas en réalité. La décision de supporter les frais de formation ne doit pas être mise dans la balance de la conquête mais dans celle de l’amélioration des conditions de vie du ménage. L’on me répondra peut-être que de nos jours, si tu ne proposes rien de concret, aucune go ne voudra s’engager avec toi. Eh bien, ma proposition, c’est la promesse de mariage, c’est la fidélité, c’est l’honnêteté, c’est l’engagement à oeuvrer pour assurer au couple une vie décente et digne... Si une vie décente et digne passe par la formation de la future épouse, quand le mariage aura été célébré, le couple appréciera en fonction de ses priorités, de ses moyens et de l’orientation qu’ils veulent donner à leur couple.

  • Humm la vie est un choix si tu choisis de banquer scolariser une fille à la place de ses géniteurs tu assumes !!!! si tu choisis une fille prêt à porter que quelqu’un d’autre à "laver" et tu récupère le produit final tu assumes !!ce qui est sûr rien ne se fait sans conséquences !!déja si tu n"as rien faut même pas rêver d’épouser une fille qui a fait des études etc...et puis de nos jours qui veut souffrir ?? hommes comme femmes chacun veut le produit fini parce que chacun sait de par ses expériences que c’est pas à tous les coups qu’on peut profiter du produit fini bref c’est loterie

  • Vous avez la fille ou la femme a 02 sacs : un sac avec le fond et l’autre sans fond. Tout ce que l’homme fait comme bien est mis dans le sac sans fond, au finish rien ne reste. Ce que la femme juge comme mal provenant de l’homme est mis dans le sac avec fond, et elle va passer le temps à montrer ce sac lourd. C’est dire que si l’homme veut aider une fille ou une femme, qu’il n’attende rien en retour, elle ne connais pas hier.

  • Je pense qu’il faut considérer le payement des frais de scolarité comme un cadeau offert à celle qu’on aime. La décision de payer ne vient généralement pas de la fille, mais du Monsieur. Si vous offrez un portable de 50.000FCFA à une go et que vous vous séparer, vous ne crier pas scandale, mais si vous payez des cours de soir de 40.000FCFA, on parle de trahison. D’où vient l’idée que payer des études à une fille la rend esclave ou est un contrat à vie. Quel est l’esprit de cette dépense ? Un cadeau par amour ou une façon de croire qu’on peut acheter l’amour de la fille ? Croyez vous vraiment que parler de trahison ici sied vraiment ? Même sans payer des études, combien de couples se séparent ? Voyons cela plutôt comme un service qu’on rend à une personne pour qui on eu à un moment un amour fou qui était partagé.

  • tous les cas de couple que j’ai connu dans cette situation ont toujours échoué.c’est pas mathématique mais on peut se permettre d’établir des hypothèses.

    • Je suis du même avis ke vs.Ah les femmes !!!elles ne veulent plus se marier,elles preferent couter a toute les sauces.eh !!!c’est pour vous qui est graveeeeeeeee !

  • Très bien dit...
    Moi,je dirai non plus le contraire par ce que c’est simple,
    mieux vaut demander de l’aide a garçon de bonne foi pour quelque besoin que se soin,que de lui mentir qu’a contre partie il aura ton amour.
    Mais en toutes sincérité je puise vous assurer que toutes personnes qui le fait au ra a coup sure son compte...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés