Vision Express sur… : L’éducation des enfants autrefois

mardi 29 janvier 2013 à 23h32min

L’enfant dans nos sociétés africaines appartenait à tous. Aussi, lorsqu’un enfant posait un acte incongru, la sanction incombait à toute personne âgée. Pour nos parents, l’éducation de l’enfant était une affaire commune. Jamais, une mère ou un père ne pouvait fermer les yeux sur la mauvaise conduite d’un enfant, quel que soit son origine. Les enfants de l’époque savaient également que toute personne ayant l’âge de leurs parents, méritait respect et obéissance. Jamais, un enfant ne pouvait mal se comporter devant des personnes âgées. Cette communauté parentale autour des enfants était une vision commune partout en Afrique. Elle ne connaissait pas les frontières géographiques des pays.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Avec l’ouverture du continent au reste du monde, cette valeur a progressivement disparu au profit de l’individualisme. Les enfants ne se sentent plus obligés de respecter les personnes âgées. D’ailleurs aucune vieille personne ne peut se payer le luxe de corriger un enfant qui n’est pas le sien. Les campagnes qui ont un peu résisté à cette transformation négative, sont à la même enseigne que la ville aujourd’hui. Tant pis pour les familles qui ont des enfants « bandits » de par leur comportement. Non seulement, personne de leur communauté ne se sentira concernée, mais aussi les gens vont passer leur temps à maudire la famille.

La loi dans nos communautés est la fameuse pensée qui dit : « Chacun pour soit, Dieu pour tous ». Des propos qui stigmatisent les enfants « égarés », sont tenus sans gêne par leurs auteurs. Cette communauté parentale qui n’est plus une réalité en Afrique, est davantage piétinée au profit de l’individualisme. Des enfants d’une même famille ne peuvent plus agir de façon commune quand il y a un intérêt. Tout se passe comme dans un monde où il n’y a pas de liens parentaux. Chacun est condamné à se débrouiller seul. Et au fur et à mesure que la situation perdure, l’entraide est de moins en moins existante.

Quand la peine d’un membre de la famille n’est plus une préoccupation pour les autres, il est clair que les conséquences de la peine soient endurées par la seule personne concernée. A l’image de cet individualisme né de la disparition de la communauté parentale dans l’éducation des enfants, se développe le limogeage des langues maternelles. Les familles qui ne parlent plus leur langue d’origine, sont de plus en plus nombreuses de nos jours. Pour notre prochaine vision, nous tenterons de parler de l’acculturation linguistique des enfants dans nos foyers.

Souro DAO (daosouro@yahoo.fr)

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 janvier 2013 à 08:14, par Bilamo
    En réponse à : Vision Express sur… : L’éducation des enfants autrefois

    DAO, il y a certes des changements de valeurs, mais il ne faut pas les lier à l’ouverture du monde. Je ne sais pas, mais en Afrique nous avons cette fâcheuse habitude d’aller chercher les causes de nos maux dans l’Occident. Sachez que les valeurs que pensiez être propres à l’Afrique se retrouvent de nos jours dans des contrées reculées, dans les zones rurales en Europe. L’individualisme, l’éclatement de la grande cellule familiale, sont à mon humble avis la conséquence de l’urbanisation, des changements des modes de consommation, des modes de travail.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés