Circulation routière : Pourquoi y a-t-il des poids lourds sur nos routes aux heures de pointe ?

jeudi 24 janvier 2013 à 00h00min

Les remorques circulent à toute heure dans la ville de Ouagadougou, entravant la circulation des autres usagers de la voie. Pour en savoir davantage, une équipe de Sidwaya a recueilli des informations auprès de la police municipale.

Circulation routière : Pourquoi y a-t-il des poids lourds sur nos routes aux heures de pointe ?

Il n’est pas rare de croiser un camion qui obstrue le passage le matin au moment où tout le monde se presse qui pour aller au service qui pour aller à l’école, créant souvent la pagaille sur nos routes. Le même constat peut être fait aux heures de fermeture des bureaux ou du retour à la maison vers 17h ou 18h. Selon le chef de la police municipale Clément Ouongo, plusieurs raisons peuvent être évoquées pour expliquer cet état.

La mairie délivre des autorisations de 6 mois pour des véhicules de travaux publics, lorsque les entreprises auxquelles ils appartiennent ont des chantiers en pleine ville, ainsi qu’aux remorques transportant des denrées périssables. Certains commerçants ont leurs magasins situés à proximité du marché Rood-Wooko en plein centre ville, obligeant les conducteurs à emprunter des voies non autorisées. C’est pour pallier cela que l’Etat a construit des zones d’activités diverses (ZAD). Malgré les ZAD, certains commerçants s’associent à plusieurs pour convoyer des remorques de marchandises, ils amènent les remorques aux alentours du grand marché afin de procéder à la répartition.

La police municipale pour sa part délivre des contraventions de l’ordre de 25 000 francs aux contrevenants. En plus de cela la sensibilisation des conducteurs reste la stratégie développée pour limiter ce phénomène selon Clément Ouongo. Selon le chef de la police municipale, les véhicules de livraison sont autorisés à circuler partout dans la ville sauf aux heures de pointes. Il s’agit des plages horaires suivantes : 6h à 8h, 11h30 à 13h, 14h30 à 15h30, 17h à 18h30. Quant aux camion remorques, ils ne doivent pas circuler en ville entre 5h du matin et 20h sauf au niveau des tronçons autorisés.

Pour le chef de la police municipale, certains tronçons sont ouverts à ce type de véhicule. Il s’agit entre autre de celui qui va de l’échangeur de l’est en passant par le boulevard des Tensoaba vers l’échangeur de l’ouest en direction de Bobo Dioulasso. Un autre va de l’échangeur de l’ouest vers la zone industrielle de Gounghin ou de Kossodo en passant par le camp Sangoulé Lamizana. Il y a la possibilité également de rejoindre « Ouaga gare » en passant par le pont de Baskuy.

Nadège YE

Sidwaya

Messages

  • C’est parce que des gourous sont dans le commerce et disposent de tous les moyens pour violer les règles en matière d’heure de circulation des poids lourds.

  • très pathétique comme explication et c’est du bla-bla... la police nationale et municipale sont aux carrefours pendant les heures de pointe mais ne lève pas le petit doigt concernant ce problème qui prend de l’ampleur... il fo la sensibilisation et les affiches concernant les horaires de circulation et ensuite on sanctionne exemplairement... autre solution : revoir les ponts de tanghin et baskuy, construire un autre pont vers niongsin pour relier tanghin, ce projet existe depuis bel lurette.... j’en ai marre....

    • Les fonctionnaires partent au service à 8h et à 11h ils ont deja deserté les bureaux.Ce qui fait qu’avec les remorques qui sont autorisées à circuler à ces heures la circulation sera toujours difficile.Au lieu de critiquer a tout bout de champs,que chacun commence à faire son auto critique.

    • le policier, national ou municipal est qui devant un conducteur de véhicule gourou ? soyons honnette !

  • Un véritable calvaire ces poids lourds. Il faut que les autorités prennent leur
    responsabilité !!!!!!!!!!!!

  • bonjour
    moi j’habite a yagma et je travaille a ouaga 2000, vous n’imaginez pas combien de fois jai du me poser cette question, pourquoi autant de poids lourds aux heures ou nos enfants prennent la route de l’ecole ? et pareil le soir ?? et la plupart n’ont pas de freins , je vous laisse imaginer le cinema avec l’apprenti pr caler les pneus avec du bois.
    Je pense qu’il ya pas de solution, personne ne va bouger son petit doigt, et ce sera tjrs comme ca, à nous de bien faire la prevention de la securité routiere à nos enfants.

  • Je trouve que votre analyse reste partielle. La municipalité de Ouaga devra prendre de nouvelles mesures car c’est inadmissible que dans un pays qui se veut émergent que l’on autorise les camions citernes bourrés d’hydrocarbures à cicurler en ville meme entre les deux echangeurs cités aux heures de pointe. Imaginer un peu la catastrophe que la ville enregistrerait en cas d’accident impliquant ces camions. Non, il faut savoir que les mesures prises datent et Ouaga ne compte plus 500 mille habitants mais plus d’un million et demi. Alors, il faut actualiser les textes et delivrer les autorisations aux camions en fonction de leur categorie et surtout du produit transporté. Franchement, on devrait autoriser les camions citernes à traverser la ville entre 22h et 6h du matin.

  • Dites au chef de la police municipale de commencer par faire respecter la règlementation dont il parle ; ça serait déjà un pas vers la bonne direction !

  • la police municipale est la pour
    arrêter les motocyclistes qui, ne respectent pas les
    feux tricolores et ceux qui s’aventure sur la chaussée.
    les taxis s’arrêtent sur la piste cyclable et il y a rien
    les tricycles aussi.
    voyer au niveau de la gare routière de la patte d’oie
    les cars sont stationnés sur la bandes cyclables pour attendre les clients pendant des heures sa aussi rien, pourtant ils sont pas loin.
    le problème c’est que la police municipale à decider de faire respecter une partie du code la route et d’en oublier les moins rentable.
    pas de lois pas de justice

  • les camions au Faso souvent apartiennent a des gens puissants. ils circulent souvent avec un phare un clignontant ou pas de clignontants. surtout ceux qui ramassent du bois apartiennent a des militaires. leurs chauffeurs ont la carte d’identite des proprietaires (mogo puissants). donc buvez vos dolo tranquilement sans chercher ses histoires. Un soir a 21h j’ai suivi un qui a quitte vers le grand marche passer a cote du commissariat central ensuite passer vers la gendarmerie de paspanga. une dix tonnes sans phare a Ouagadougou. Imagine ce qui se passe dans les autres villes.
    As tu vu les poubelles a l’aeroport ? ce sont des poubelles qu’on doit voir dans les petits marches des quartiers. Pas un aeroport international cas meme. Il n’ya pas que des Burkinabe qui passent a l’aeroport qui a ete renove a des couts de milliards. tirez votre propre conclusion.

  • L’explication n’est pas convaincante dans la mesure où ces engins de la mort et du désordre sont présents sur toutes les voies à toutes les heures et impunément. Il y a encore des non dits dans cette histoire, car dans presque toutes les grandes villes de la sous régions et même du monde la circulation des poids lourds est réglementée et appliquée avec la plus grande rigueur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés