Vision Express sur… : L’influence du matériel sur la médecine traditionnelle

mardi 22 janvier 2013 à 20h54min

“Que celui qui n’a jamais péché, lui jette le premier la pierre” nous enseigne un passage de la Bible. C’est la condition que Jésus-Christ a posée à ceux qui voulaient une lapidation à mort d’une femme accusée d’adultère. Cette condition, nous sommes tentés de la poser aux personnes et aux familles détentrices d’un médicament traditionnel digne de ce nom. “Que la personne ou la famille qui n’a jamais pris une somme d’argent (colossale) ou tout autre bien par rapport à son médicament, lève le petit doigt”.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Vision Express sur… : L’influence du matériel sur la médecine traditionnelle

En Afrique ancestrale, la maladie n’a jamais été une source économique pour ceux qui ont le pouvoir de guérison. Le prix à payer pour des soins était symbolique. Les cauris, une somme symbolique (5 FCFA, 10 FCFA…), un animal ou toute autre chose en nature. Les soins étaient faits suivant les normes d’obtention du médicament. Pour les personnes détentrices d’un pouvoir de guérison, la seule préoccupation était la satisfaction morale et physique des patients. Et les soins étaient faits par des personnes appropriées. Soit par le doyen de la famille, soit par une personne désignée par la communauté qui possède le pouvoir. Jamais, un individu appartenant à la grande famille, ou proche d’elle ne pouvait s’octroyer le droit de guérir un malade comme nous le voyons de nos jours. Le sort du patient n’est plus une préoccupation.

Aussi, des personnes sans foi ni loi, profitent de leur alliance avec les familles détentrices du pouvoir de guérison pour spolier de pauvres malades. La même chose est observable avec des personnes ayant hérité de leur pouvoir. Au lieu de respecter les consignes relatives au médicament, les gens préfèrent s’enrichir. Dégradant ainsi la valeur thérapeutique du médicament. A cause de ces comportements cupides et irresponsables, l’Afrique est en train de perdre beaucoup de choses qui ont fait de nos grands parents, des hommes respectables et respectueux dans certaines circonstances. De nos jours, non seulement, notre cupidité à contribuer à « tuer » cette richesse culturelle, mais aussi notre incapacité à respecter les quelques rares gardiens desdits pouvoirs.

Les quelques familles qui ont pu résister jusque-là à cette loi du matériel, constituent aujourd’hui des forces exceptionnelles pour nous. Alors que, autant que nous sommes, nous appartenons à des familles qui ont possédé au cours de leur existence des pouvoirs traditionnels. Comme des apatrides, nous réalisons devant des faits banals, notre égarement. Pour la prochaine vision, nous traiterons de l’ingratitude sociale.

Souro DAO (daosouro@yahoo.fr)

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 janvier 2013 à 09:41, par GO
    En réponse à : Vision Express sur… : L’influence du matériel sur la médecine traditionnelle

    Merci mon frère. Nous sommes en train de perdre beaucoup de choses. Nous n’arrivons pas à mettre en valeur ce qui est naturel en nous. On veut toujours ressembler aux autres. C’est quand on va tout perdre qu’on verra que c’était des valeurs à garder et pour ça même l’occident nous envie.
    Les chinois le modernisme, mais sont rester eux même.
    Les arabes aussi ont fait pareil et essaient même d’imposer ce qu’ils sont aux autres. Dieu nous a donner cette couleur de peau et tout le reste, on doit en être fière et la sauvegarder, la modernisé et on verra qu’on aura le respect que Dieu veut pour nous. Mais si on reste dans hypocrisie, en ne voulant même pas de notre peau, c’est se moqué de notre créateur. J’espère qu’on va avoir le courage et se rattraper.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2013 à 09:46, par Tengembiiga
    En réponse à : Vision Express sur… : L’influence du matériel sur la médecine traditionnelle

    Bonjour. L’intention est bonne mais vous pêchez par ignorance, par manque de recherche ou par mauvaise foi. Votre assertion "En Afrique ancestrale, la maladie n’a jamais été une source économique pour ceux qui ont le pouvoir de guérison" pose problème. J’aurais été d’accord avec vous si vous aviez dit que "la maladie n’a jamais été une source monétaire". En effet, il faut d’abord relever que dans cette Afrique ancestrale, la monnaie n’avait pas cette importance qu’on lui connait aujourd’hui. Les relations économiques étaient basées sur différentes formes de troc. La monnaie, là il en existait, étant plus symbolique. Le paiement pour service rendu ou les gestes de reconnaissance se faisaient aussi en nature (céréales ou autres vivres, animaux, etc.), en service (travaux de labours, construction de case, etc.) ou don de femme, la femme étant, à l’époque, un bien de production et de reproduction sociale, un bien économique qui revêtait une importance particulière dans le système social et les échanges sociaux (je n’émets pas de jeugment de valeur). Pour revenir aux soignants d’antant, je ne suis pas sûrs qu’ils travaillaient bénévolement, par humanisme. Peut-être que cela leur arrivait, au regard du statut et de la position sociale du "patient", mais cela n’aurait pas pu se faire de manière systématique et généralisée car les "praticiens" se condamneraient ainsi et leur famille avec, à mourrir de faim...

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2013 à 14:50
    En réponse à : Vision Express sur… : L’influence du matériel sur la médecine traditionnelle

    peux-tu démontrer la relation cause - effet ; autrement dit enreichissement - dégradation de la valeur thérapeutique du médicament...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés