Palais de Justice : Les perturbateurs des lignes téléphoniques jugés

jeudi 17 janvier 2013 à 21h24min

« Ces deux prévenus représentent un danger public », a averti le parquet dès l’entame de son réquisitoire. Poursuivis pour vol de câbles téléphoniques à Bobo-Dioulasso notamment aux secteurs 11 et 25, Salif et Massadou ont comparu à la barre du Tribunal correctionnel pour répondre des faits qui leur sont reprochés. Sans beaucoup tergiverser, Salif, un cordonnier et son acolyte qui se dit tradipraticien, ont reconnu leur « péché ». En effet, ces deux individus n’hésitaient pas à couper les câbles d’une société de téléphonie, ce qui du coup, perturbait les communications. Dans cette manœuvre, ils ont pu extraire environ 36 kg et les ont vendus, le kg à 1500 FCFA à un certain Noufou qui a réfuté en bloc tout achat de câble avec ces derniers.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

A la question de savoir pourquoi ils s’adonnaient à l’extraction des câbles téléphoniques, les deux prévenus ont répondu qu’ils étaient à la recherche d’argent pour subvenir à leurs besoins. Etait-ce une raison suffisante pour causer du tort aux abonnés de la société de téléphonie ? Dans tous les cas, ladite compagnie s’est constituée partie civile et a réclamé une somme d’environ 100 millions FCFA, au titre des dommages et intérêts. Pour le parquet, bien que les prévenus soient de délinquants primaires, ils sont dangereux et méritent une sanction à la hauteur de leur forfait. Alors que leur acte peut encourir une peine de 5 à 20 ans de prison ferme, le parquet a tout de même requis 6 mois de prison ferme contre eux. Le délibéré est fixé à la date du 22 janvier 2013.


« Les accidents sont souvent les résultats d’une négligence »

Père de 13 enfants, Yaya est cultivateur. Il a été jugé par défaut le mardi 15 janvier dernier pour défaut de maîtrise et homicide involontaire d’un enfant. Dans le réquisitoire du parquet, le substitut du procureur est revenu une fois de plus sur la nécessité d’observer une grande prudence lorsque l’on circule, puisque c’est la gravité certaine de l’accident qui a causé la mort de l’enfant du fait d’une négligence. C’est pourquoi, il a requis une peine de 12 mois assortie de sursis contre lui. Le dossier est mis en délibéré pour le 5 février 2013.


Mécontent de ses reproches, il dégrade la moto de son ami

Abraham et son ami ont engagé un débat qui ne connaîtra pas une issue heureuse. Furieux suite aux reproches qui lui ont été faits lors du débat, il n’a pu se retenir. Il menaça son interlocuteur de lui faire du mal. C’est ainsi qu’au terme du débat, il dégradera l’engin et bien d’autres immobiliers de son ami. D’abord interpellé et ensuite jugé par défaut pour ces faits de dégradation de biens et d’injures publiques, le procureur a estimé qu’il est coupable, d’où sa réquisition pour le payement d’une amende ferme de 500 000 FCFA. Délibéré : 5 février prochain.

Rassemblées par Bassératou KINDO

L’express du Faso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés