Lycée provincial du Tuy : Les élèves exigent la reprise des cours

lundi 14 janvier 2013

Les élèves du lycée provincial du Tuy ont battu le pavé, le vendredi 11 janvier 2013 à Houndé, pour réclamer la reprise des cours suspendus dans leur établissement depuis le mercredi 9 janvier 2013.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lycée provincial du Tuy : Les élèves exigent la reprise des cours

Dans leur plate-forme revendicative, les élèves réclament la reprise des cours sans condition, le lundi 14 janvier 2013, lesquels cours sont arrêtés à cause d’ un conflit qui oppose les professeurs au proviseur du lycée. Selon le délégué général du lycée provincial, Auguste Voho, les professeurs ont suspendu les cours pour exiger une motivation liée aux effectifs pléthoriques.

Il souligne que : « ce moratoire a été donné au proviseur pour mettre définitivement fin aux multiples crises que traverse l’établissement. Depuis l’année dernière, cet établissement vit une crise sporadique qui met à mal notre éducation ». Toujours dans leur revendication, les élèves mettent en garde le premier responsable contre une quelconque instauration de nouvelle cotisation des parents d’élèves.

Il faut rappeler qu’en début d’année scolaire 2012-2013, les élèves ont contraint l’administration à leur rétrocéder une cotisation dite spéciale qui devait servir à payer les heures supplémentaires parce que cette cotisation est de trop pour les parents d’élèves. En recevant une copie de leur plateforme, le haut-commissaire du Tuy, Vincent Sawadogo, a invité les élèves au calme. « Je transmettrai vos doléances à qui de droit afin que des solutions soient trouvées. Mais en attendant, je vous invite au calme », a-t-il dit. Les autorités ont également réussi à convaincre les élèves mécontents à surseoir au sit-in qu’ils voulaient organiser au haut-commissariat .

Adama OUEDRAOGO de Maliki
(AIB/TUY)

Sidwaya

Imprimer l'article

Messages

  • Je crois que les autorités doivent prendre leurs responsabilités en ce qui concerne les problèmes que vivent les établissements publics d’enseignement secondaire du pays. Les proviseurs et directeurs ne sont pas des magiciens. Ils ne font que coordonner les activités desdits établissements avec les moyens modiques mis à leur disposition. Pris en sandwich entre leurs collaborateurs (profs) qui ne font qu’exiger leur paie (toute peine méritant salaire) et les élèves (trop cullotés en ces temps), les responsables d’établissements sont le plus souvent aux abois. De deux choses l’une : soit l’Etat est conséquent et accorde les moyens nécessaires aux chefs d’établissements (rien n’est moins sûr), soit les parents d’élèves, à travers les APE, prennent conscience de la démission de l’Etat et décident de sauver ce qu’ils peuvent en consentant des efforts supplémentaires ( le plus souvent moins de 5000 frs par an). Soyons réalistes ! Courage à tous les chefs d’établissement. I

  • Ecoutez, l’argent du contribuable qui est utilisé chaque année pour fêter des pseudo victoires ,les djandjoba, les présentations de voeux etc. pourrait servir à régler ces genres de problèmes par la construction de salles de classe, le recrutement de professeurs et l’amélioration de leur condition de travail. Arrêtez de sucer le sang de nos pauvres paysans.

  • Je pense que certains chefs d’établissement exagèrent ; il y’a un CEG qui vient d’ouvrir dans un village que je connais qui a demandé 15 000 pour frais de scolarité, plus 20 000 pour les retardataires et en plus, on leur demande une cotisation de 15 000 pour les frais de déplacements des profs qui habitent dans la ville à 50 km dudit village. Personnellement, je pense que c’est trop car les profs peuvent bien logés dans le village. Peut être que le directeur veut arrondir ces fins de mois.

  • C’est pas simple mais pas impossible quant on échange. Si le proviseur limitait le nombre par classe il allait avoir d’autres problèmes. Donc les parents d’élèves n’ont qu’à assumer leurs responsabilité. les élèves aussi n’ont qu’à voir leurs position . Le cas contraire on aurra des collégiens sous paillote.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés