Fait de chez nous : Le patron « despote » et ses agents

vendredi 11 janvier 2013 à 00h48min

Les uns après les autres, les agents de l’entreprise de Moctar ont démissionné. Si certains agents avaient déjà une destination connue (un autre employeur), d’autres ne savaient pas où aller. Malgré tout, ils ont préféré partir que de rester à la merci du patron dictateur. A peine son personnel a-t-il libéré l’entreprise, que Moctar fait de nouveaux recrutements. Et le service reprend de nouveau. En moins d’une année d’activités avec ses nouveaux agents, Moctar a renoué avec son habitude. Une habitude dont il a du mal à se départir. Toujours absent de l’entreprise, Moctar doit la survie de son entreprise au sacrifice et à l’engagement du personnel. Cette qualité du personnel, Moctar le lui a toujours exprimé à chaque fois qu’il en a l’occasion.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Mais là où le bât blesse, avec lui, c’est le partage des retombées du travail. L’idée selon laquelle « Seul le travail paye », est une réalité méconnue par Moctar. Ainsi, à chaque fois que la fonction d’un agent lui permet de profiter du service rendu, Moctar le lui empêchait. Pire, il a fait de sorte que, les différentes tâches de l’entreprisse bien qu’elles soient exécutées par des responsables, passent par ses mains. Autrement dit, Moctar fait une gestion familiale de l’entreprise qui n’est pourtant pas une propriété familiale. « On a beau chasser le naturel, il revient au galop », dit-on. C’est ainsi que le nouveau personnel s’est vu privé de tout avantage par leur patron despote. Et comme « Les mêmes faits produisent toujours les mêmes effets », ce personnel a également rendu le tablier. Moctar a recruté de nouveau des agents.

Comme dans un cercle vicieux, il a repris son « cycle » d’exploitation. Si les cas antérieurs se sont bien passés pour lui, avec ce nouveau personnel, les choses ont pris une autre coloration : un jour, alors qu’il faisait le tour des services de l’entreprise, un agent qui l’attendait de pied ferme, a « déchargé sa bile » sur lui. Il a bien battu Moctar. Comme si cette vengeance corporelle ne suffisait pas, il a motivé ses camarades à convoquer Moctar devant le tribunal du travail. Certains des ex-agents ont profité de cette situation pour « mettre à jour », leur cas. Moctar qui se croyait maître absolu et intouchable, passa des « nuits blanches » à cause de la situation.

Car, il a non seulement peur de perdre son poste de patron et tous ses avantages, mais aussi, sa pratique au sein du service sera portée à la connaissance de « qui de droit ». Selon notre source, Moctar serait en train de « négocier » avec certain ex-agents agents pour bénéficier de leur soutien. Aura-t-il gain de cause ? L’avenir nous le dira. En attendant la suite de cette affaire, ce cas doit servir de leçon aux patrons qui se croient intouchables, voir des éternels dans leur situation de maître.

Souro DAO (daosouro@yahoo.fr)

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés