Vrai ou faux : On attend de voir qui seront les maires à Bobo

vendredi 11 janvier 2013

C’est l’attentisme par rapport à la mise en place des conseils municipaux dans certains arrondissements de la ville de Bobo-Dioulasso où les votes de certains bureaux ont été annulés. Personne en vérité ne sait à quoi s’en tenir. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) et le Conseil d’Etat qui a publié et annulé ces résultats, étant restés muets sur la question. Les élections seront-elles reprises dans certains arrondissements ? Ne le seront-elles pas ? Au 5e arrondissement par exemple, ce sont environ 1000 voix qui ont été annulées mettant « hors-jeu » des prétendants comme Bangaré Korotimi, Héma Moussa et Ira/Marie Aimée.

Réagissez à cet article Réagissez

Les jeunes de Bobo ne sont pas contents

Les jeunes de Bobo ne sont pas du tout contents de l’extrait de l’émission « Eco-Finances » qui passe en ce moment et au cours duquel un invité explique que les jeunes de Bobo ne veulent pas travailler et passent leur temps à boire du thé. Toujours selon le même « élément », ils auraient refusé de travailler sur les chantiers du cinquantenaire en 2010 et du site du barrage de Samendéni. Pour marquer leur indignation face à cette méconnaissance des réalités de la ville, ils sont allés à travers une délégation, protester auprès du gouverneur de la région. Assurance leur a été donnée que réparation sera faite au cas où l’émission venait à être diffusée. Une démarche bien appréciée dans la mesure où initialement, les jeunes avaient prévu de marcher dans les rues pour marquer leur désaccord avec de tels propos. Heureusement que la sagesse a prévalu.


Commune de Koumbia : quand Tani François sème la pagaille

L’élection du bureau du conseil municipal est actuellement dans l’impasse à cause de Tani François. Alors que le parti dont il est issu, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a préféré le maire sortant pour continuer la conduite des affaires dans la commune, il s’est entêté et contre toute attente, s’est présenté candidat. Et ce, dit-on, après avoir corrompu certains conseillers municipaux. Ainsi, il a obtenu 17 voix contre 12 au premier tour et 18 contre 11 au second face au maire sortant, Séraphin Makan Bonzi. Les conseillers du parti, sur instruction du parti ont vidé la salle et ce d’autant que François Tani aurait indiqué qu’il ne se présentait plus au nom de celui-ci mais en tant que candidat indépendant. Ce qui n’existe pas pour l’instant dans le code électoral. Ainsi le processus de désignation du maire est bloqué. Tani François se retrouve seul, sans adjoint, ni présidents de commissions. Ce qui non plus n’existe pas, en matière de gestion communale au Burkina Faso.

François Tani, conformément à la directive du CDP auquel il dit ne plus appartenir et qui, à son tour ne le reconnaît pas comme son candidat, devrait en principe être sanctionné, de même que les autres conseillers qui n’ont pas respecté ses prescriptions qui indiquent que le parti désigne son candidat et les autres conseillers sont obligés de suivre la consigne. Et que tout contrevenant s’expose à des sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu’à l’exclusion. On attend donc de voir ce que le parti va décider dans les prochains jours afin que Koumbia puisse disposer d’un bureau de conseil municipal digne de ce nom, afin d’amorcer son développement.


Orodara : Election du maire

C’est ce vendredi 11 janvier 2013 qu’est prévue l’élection du maire de la ville de Orodara dans la province du Kénédougou. Et selon les résultats des votes, c’est l’Union pour le progrès et le changement (UPC) qui part favori. Il devrait détrôner Télé Antoine Coulibaly du Congrès pour la démocratie et le progrès CDP), candidat à sa propre succession. En attendant, le résultat final, le choix de l’UPC semble se porter sur Seydou Konaté.


Koudougou : sit-in du SYNATEB ce vendredi

Le Syndicat national des travailleurs de l’Education de Base (SYNATEB) observe un sit-in de 8h à 12h, ce vendredi 11 janvier 2013. Ce sit-in est la conséquence d’une décision de l’Inspecteur chef de la circonscription d’éducation de base (CCEB), de Pouni, Dieudonné Zogodia, décision signée par le maire de ladite localité. Une décision n° 2012-12-MATDS/RCOS/PSNG/CR/PUN qui affecte des enseignants « pour nécessité de service ». Dans leur déclaration de préavis de sit-in dont nous avons reçu une copie, on peut lire ceci : « cette décision a crée, une vague de mécontentement au sein des enseignants touchés par ce mouvement ». Aussi : « on s’aperçoit que cette décision tient de la volonté du CCEB à museler notre structure syndicale ». Mais encore « elle s’apparente à des affectations abusives de nature à désorganiser leur structure syndicale ».

C’est pourquoi, le SYNATEB appelle tous les travailleurs de l’éduction de base de la région du Centre-Ouest à observer un sit-in ce vendredi 11 janvier 2013de de 8h à 12h à la Direction régionale de l’Education nationale du Centre-Ouest, dans les Directions provinciale et dans les Circonscription d’éducation de base. Et cela, pour exiger le réaménagement de la décision, l’arrêt des menaces à l’encontre de leurs militantes et militants, et le départ du Chef de la circonscription de l’éducation de base (CCEB) de Pouni.

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés