Au coin du palais : Des chercheurs d’emploi, plumés par une Italienne à Bobo-Dioulasso

mardi 8 janvier 2013 à 23h26min

C’est le jugement le plus long de cette journée du vendredi 4 janvier 2013 à Bobo-Dioulasso. Une histoire rocambolesque savamment orchestrée par une Italienne, du nom d’Isabelle, une vétérinaire. Comme elle est en fuite, c’est son complice KZ qui a répondu devant la Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso. En fait, courant novembre 2012, OD, un chauffeur de taxi ami de KZ, embarque une Blanche. Il prend le contact téléphonique de la dame qui, quelques jours après, l’appelle et lui confie une mission : trouver trente hommes qui veulent devenir des jardiniers en Italie, avec un salaire mensuel de deux millions cinq cent mille francs CFA.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le départ est même fixé au 15 décembre 2012. C’est ainsi que OD va prendre attache avec son ami KZ à qui il a confié la mission. Les deux, selon le prévenu de complicité KZ, se sont rendus chez la dame en question pour mieux comprendre l’affaire. C’est ainsi que KZ devient le principal intermédiaire, après un accord conclu avec Isabelle. Le contrat stipule que sur chaque homme détenteur de passeport, KZ aurait une commission de cinquante mille francs sur les deux cent mille francs CFA que chacun doit verser. L’affaire s’avère alléchante pour KZ qui, en plus, rêve lui-même de partir en Italie.

Sur ce, il informe ses connaissances. Par s’assurer de la crédibilité de la démarche, il demande l’appui de deux gendarmes qui sont ses amis, pour infiltrer le système. Les aventuriers seront réunis et iront rencontrer Isabelle. Sur la quarantaine, ce sont sept qui ont accepté le deal. C’est ainsi que KZ aurait collecté la somme d’un million quatre cent mille francs CFA, qu’il remet à Isabelle. En retour, celle-ci lui donne deux mille francs, selon le prévenu et lui demande de revenir le lendemain. Aux premières heures du matin, KZ dit l’avoir appelée, mais qu’Isabelle lui aurait fait comprendre qu’elle était occupée et qu’elle allait le rappeller après. Mais malheureusement depuis, elle ne s’est plus manifestée et aurait même quitté le Burkina.

Le prévenu, devant les juges, a expliqué qu’elle serait partie en Côte d’Ivoire pour l’établissement des visas. En effet, informés de la fuite d’Isabelle, les sept aventuriers s’en sont pris au commerce de KZ. Ils lui ont retiré son vélomoteur et son poste téléviseur. Deux victimes présentes au jugement, NS et SM ont reconnu s’être laissé duper dans cette affaire. KZ lui-même aurait perdu cent mille francs, en plus des commissions qu’il devait avoir. Au regard du doute qui entoure l’affaire, le Tribunal a demandé la relaxe de KZ. Aussi-a-t-il ordonné la restitution du poste téléviseur et du vélomoteur à KZ.


Croyant s’en sortir à si bon compte, il est rattrapé par la Justice

DO a comparu à la barre de la Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso vendredi 4 janvier 2013. Il est prévenu d’escroquerie. En effet, prétextant qu’il est membre de la commission d’attribution de hangars au marché de fruits et légumes, il aurait promis cinq boutiques à SM en 2010 contre la somme de cinq cent mille francs FCA. Celui-ci convaincu, puisqu’il avait déjà bénéficié par le truchement de DO de deux hangars, s’endette auprès de certaines personnes pour payer cette somme. Après avoir remis à DO le montant demandé, SM n’aura plus de suite quant aux hangars.

Il convoque donc celui-ci à la gendarmerie. DO passe quelques jours en prison. Il faut souligner que ce dernier était membre de la commission d’attribution lors de la première affaire avec SM. Mais à la même année en 2010, il avait été admis à la retraite. Ayant reconnu devant les juges qu’il n’était pas compétent pour pourvoir à SM cinq hangars, il a même souligné que la somme était insuffisante pour cela. Pendant son séjour en prison, il s’est engagé à rembourser l’argent, et aurait même eu à verser à son « client », cinquante mille francs CFA. Ce qui lui a permis de recouvrer la liberté, afin de s’acquitter du restant de sa dette. Mais une fois dehors, l’oiseau s’est envolé car DO a pris la clé des champs.

Après de longues recherches, SM a fini par le retrouver. Cette fois-ci, malgré le versement de deux cent mille francs CFA, SM a traduit DO en justice. Le procureur ayant relevé de nombreuses irrégularités dans les propos de DO a douté de sa bonne foi. Le Tribunal qui a suivi le procureur, a requis contre lui 12 mois de prison assortis de sursis et le remboursement du reliquat, soit deux cent cinquante mille francs CFA.

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés