Vœux de nouvel an : l’IRC se réjouit de la mise en place d’un ministère de l’eau

lundi 7 janvier 2013 à 18h35min

Le Centre International de l’Eau et de l’Assainissement (IRC) a ouvert sa représentation au Burkina Faso en septembre 2012. Concrètement, il œuvre pour le renforcement des performances du PN-AEPA, mais également pour la formulation et la mise en œuvre d’un nouveau programme national qui doit viser résolument l’accès universel, pérenne et équitable aux services d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement. A l’orée de la nouvelle année, le représentant de l’IRC au Burkina, Juste Hermann Nansi adresse ses vœux aux acteurs l’eau potable, de l’hygiène et de l’assainissement au Burkina Faso. Ci-dessous la lettre de présentation de vœux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Vœux de nouvel an : l’IRC se réjouit de la mise en place d’un ministère de l’eau

Chers Partenaires,
Permettez-moi de saisir l’opportunité du début de cette année 2013 pour partager avec vous mes espoirs pour la jouissance par toute personne, du droit à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement au Burkina Faso.
Disposer chaque jour d’une eau en quantité suffisante et de qualité satisfaisante et vivre dans des conditions d’hygiène et d’assainissement décentes sont des bases essentielles pour la vie et la dignité humaines. L’Etat burkinabè a inscrit l’eau, l’hygiène et l’assainissement au titre des priorités nationales pour la croissance et le développement durable. D’importants efforts ont été engagés en particulier depuis le démarrage en 2007 du Programme National d’Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement (PNAEPA). Ce programme vise à réduire de moitié à l’horizon 2015, le nombre de personnes vivant au Burkina Faso et privées de services acceptables d’eau potable, d’hygiène et assainissement. Le PNAEPA fait l’objet d’une forte mobilisation de toute la communauté de professionnels du secteur sous la coordination de l’Etat : les partenaires techniques et financiers, les ONG, les collectivités territoriales, les opérateurs privés, etc. La fin de l’année 2011 a marqué une étape décisive dans la gouvernance nationale de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement, avec le premier forum national organisé par le Ministère de l’Agriculture et de l’Hydraulique. 450 acteurs de tous horizons ont partagé leurs expériences, exprimé leurs inquiétudes et formulé leurs ambitions pour progresser collectivement, au-delà des objectifs fixés à l’horizon 2015. Cela pourrait se résumer à des services d’eau potable d’hygiène et d’assainissement adéquats et pérennes pour tous. Concrètement, il faut poursuivre plus efficacement la mise en œuvre du PNAEPA et de toute urgence commencer à réfléchir au-delà de l’échéance des OMD en 2015. Les ambitions du Burkina Faso ont été partagées lors du 6ème Forum Mondial de l’Eau à Marseille en mars 2012 par une délégation nationale sous l’autorité du Ministre de l’Agriculture et de l’Hydraulique et du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable. En juillet 2012, le Burkina Faso organisait son premier Sanithon, pour concrétiser l’ambition des forces vives à mobiliser des ressources endogènes pour promouvoir l’hygiène et l’assainissement. 90 millions de Francs CFA mobilisés en une soirée festive, trois fois plus que ce qui été prévu, pour garantir la santé et la dignité humaine dans 1500 ménages ! Le grand chantier de l’utilisation judicieuse de cette opportunité est engagé afin que le modèle s’institutionnalise et se pérennise. On peut donc affirmer avec fierté que nous avons fait de grands pas au cours de ces dernières années.
Mais le chantier vers des services adéquats et pérennes pour tous reste encore vaste car les obstacles à surmonter demeurent nombreux notamment dans les zones rurales et semi-urbaines non couvertes par l’ONEA. Les efforts de développement des services d’eau et d’assainissement restent plombés par des procédures administratives et mécanismes institutionnels complexes et peu adaptés. L’organisation et la gestion courante des services aux usagers souffrent d’un déficit d’encadrement approprié à plusieurs niveaux. La pérennité des services pour les populations disposant des équipements ou ouvrages appropriés reste une grande inquiétude pour tous les professionnels. Il s’agit donc d’un défi d’efficacité qui interpelle en premier lieu les professionnels de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement et les décideurs à tous les niveaux stratégiques.
Le Centre International de l’Eau et de l’Assainissement (IRC) a ouvert sa représentation au Burkina Faso en septembre 2012. L’expertise d’IRC est l’assistance et l’appui techniques aux acteurs stratégiques et aux professionnels à tous les niveaux de la chaîne pour la fourniture de services adéquats, universels et pérennes d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement dans les pays pauvres. L’IRC développe à travers le monde une dynamique d’apprentissage participatif sur la mise en œuvre d’approches, de méthodes et d’outils de coordination du secteur et de gestion des services qui garantissent l’efficacité des investissements et la pérennité des services d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement. Concrètement au Burkina Faso, l’IRC œuvre pour renforcer les performances du PN-AEPA qui s’achèvera en 2015, mais également pour la formulation et la mise en œuvre d’un nouveau programme national qui doit viser résolument l’accès universel, pérenne et équitable aux services d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement. Compte-tenu de la complexité des enjeux, il est évident que le chemin vers des services adéquats, universels et pérennes d’eau potable, d’hygiène et assainissement au Burkina Faso sera long. Ainsi, l’engagement d’IRC au Burkina Faso se veut aussi sur le long terme.
Au regard de la progression du secteur, 2013 doit être une année décisive pour les acteurs stratégiques et les professionnels de l’eau potable, de l’hygiène et de l’assainissement. Le grand signal a été donné avec la mise en place du Ministère de l’eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement le 03 janvier 2013. Cette réforme institutionnelle majeure confirme l’engagement politique au plus haut niveau de l’Etat en faveur d’une meilleure efficacité du secteur.
En ma modeste qualité de professionnel militant et au nom d’IRC, je formule le vœu que 2013 soit une année de forte mobilisation et grande floraison intellectuelles au service du droit à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement au Burkina Faso. Que le génie des professionnels développe les réponses appropriées aux contraintes et difficultés de notre secteur !
Bonne et heureuse année 2013 dans la paix et la cohésion et sociale.
Plein succès à toutes vos contributions aux progrès en matière d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement.

Juste Hermann NANSI, Représentant du Centre International de l’Eau et de l’Assainissement au Burkina Faso (IRC) www.ircbf.org

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés