In mémorial Henri Sebgo

mercredi 19 décembre 2012 à 02h59min

13/12/1998 - 13/12/2012, plus que dans un film de fiction, cela fait quatorze (14) ans qu’une des plumes les plus émérites du Burkina Faso a été contrainte au silence absolu avec une barbarie d’une violence inouïe. Où étaient les hommes de Dieu quand ce sort s’abattait sur ce citoyen, eux qui psalmodient à tout vent que les amis de Dieu savent pardonner alors que la gangrène de la rancœur habite le cœur de tout être humain ?

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
In mémorial  Henri Sebgo

Quatorze (14) ans que des Burkinabè et mieux, ses proches, cherchent la confirmation des mobiles de cet assassinat odieux, caractéristique de la pensée de certains humains de cette époque : « on te fait et puis y a rien là ! ». Comme s’il y a des immortels sous la justice divine.

Tuer un être humain, et de sang froid comme on le ferait d’un lapin, et le brûler, est la négation même du genre humain. L’Homme est plus qu’un loup pour l’Homme devrait-on dire. Quand tu assassines un être humain et tu le brûles, la logique aurait voulu que tu le consommes, exactement comme ce que la préhistoire nous enseigne.
Sont-ce vraiment les écrits audacieux sur l’assassinat du chauffeur du frère cadet du président qui lui ont réservé un tel sort ? Est-ce une façon de montrer que la liberté d’expression a des limites, surtout si l’on touche aux « pachas » du moment ? Est-ce pour montrer que les articles de la Constitution burkinabè ne sont que des embellis littéraires ?

Est-ce pour montrer que l’on a oublié que la vie humaine est sacrée et que tôt ou tard, chacun rendra compte de ses œuvres sur terre ? Est-ce pour montrer qu’il y a des super-hommes et des sous-hommes comme au temps des rois qui avaient droit de vie et de mort sur leurs sujets ? Est-ce pour montrer que le pouvoir a plus besoin de griots pour chanter ses louanges, depuis le large rassemblement au progrès continu ?

Lui aussi aurait pu tranquillement continuer de « faire comme », ni vu ni connu ni entendu et surtout, de se dire que ça n’arrive qu’aux autres et que ce n’est pas son problème ! Il serait toujours parmi nous pour voir et sa femme et ses enfants, pour mener ses activités. Mais « à chacun sa route » afin de dessiner sa vision du monde meilleur : les uns se taisent, les autres crient haut et fort leur ras le bol.

Quatorze (14) ans que le dossier traîne dans le labyrinthe de la justice à la burkinabè car avec la naissance de l’expression « juges acquis », les épris de justice ne sont pas encore au bout de leur peine. Comme le dit la fable dans Les animaux malades de la peste : selon que vous êtes riche ou pauvre, les jugements de la cour vous rendent blanc ou noir. C’est exactement ce que notre justice nous sert comme plat principal depuis les quatorze (14) ans d’impunité, érigée en règle de conduite sous nos tropiques.

Quand on pense à tous ces crimes et assassinats, on est en droit de se demander si vingt ans peuvent suffire pour pardonner à quelqu’un qui n’avoue pas et ne reconnaît pas ses méfaits. Les prêtres chez les catholiques ne donnent l’absolution qu’après que celui qui fait pénitence ait avoué ses fautes ; d’ailleurs, ils prennent soin de lui donner conseil afin qu’il ne recommence plus. Dans le théâtre embelli par « les sages » du Faso, on absout les fautes sans connaître qui a fait quoi. Il n’est donc pas superflu de penser que tôt ou tard la « loi du talion » sera de vigueur au Faso.

KOUAMA Théodore : Sociologue/Economiste

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 décembre 2012 à 09:30, par Paulin
    En réponse à : In mémorial Henri Sebgo

    Tres bonne et courageuse analyse. Dieu dit que "si tu CONFESSES tes fautes,..... tu seras pardonne" Et qu’en est-il de celui qui NE confesse pas ses fautes ? Que Dieu nous aide a etre suffisamment humble, savoir que nous sommes mortels, et accepter confesser nos fautes et demander pardon. C’est le prix a payer pour arreter cet engrenage infernal : tueries des hommes valides de ce pays pauvre !!

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2012 à 09:56, par Sidgomdé
    En réponse à : In mémorial Henri Sebgo

    Enfin, voici quelqu’un ose nous ranimer la mémoire ! Les morts ne sont pas morts, surtout un homme assassiné froidement, flambé comme un roti daans le four, puisque sa voiture 4x4 lui a servi de four, pour avoir osé enquêté sur la mort d’un chauffeur du "petit président", qui a été lui aussi flambé comme un poulet, ah,ces morts ne peuvent jamais être morts. Leur âme crie constamment à Dieu, le Créateur de l’homme, qui, seul a droit de vie ou de mort sur ce qu’il a créé, pour que la justice divine lui soit rendue. Et cette justice lui sera rendue, tcogo-tchogo, et ses assassins le paieront ici bas avant de mourir, eux aussi, puisqu’ils ne sont pas immortels. Norbert Zongo, alias Henri Sebgo, ton assassinat ne passera pas comme du vent,ton créateur te vengera et sûrement, puisque Lui, il ne dort ni ne sommeille !!

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2012 à 10:25
    En réponse à : In mémorial Henri Sebgo

    Très bel article teinté de bcp de clairvoyance : ceux qui ont commis ce crime le paieront un jour, le peuple conscient continuera à manifester sa désaprobation de ce crime odieux de quelqu’un qui n’avait comme arme que sa plume !

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2012 à 15:37, par Merveil
    En réponse à : In mémorial Henri Sebgo

    Norbert zongo sach k ns lè jeune du pays n pouvon toublié.il fo tjr é a jamè lumière sur lè dosié d ta mort.kanto peupl ns la jeuness ns dmadon o peupl d se levé é dir non a cè form d1punité.tou doi changé a jamè

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2012 à 16:01
    En réponse à : In mémorial Henri Sebgo

    Excellent article !
    De toute façon, "La vérité finie par briser le vase dans lequel on l’enferme" !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés