Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Actu vert ! L’agriculture biologique pourrait-elle nourrir le monde ?

Accueil > Actualités > Environnement • • mardi 18 décembre 2012 à 01h28min
Actu vert ! L’agriculture biologique pourrait-elle nourrir le monde ?

Un bon nombre de dirigeants de l’industrie agricole, de scientifiques spécialisés dans l’environnement et dans l’agriculture et d’experts agricoles internationaux pensent qu’une transition à grande échelle vers l’agriculture biologique permettrait non seulement d’augmenter l’approvisionnement alimentaire mondial mais serait peut-être même la seule manière d’éradiquer la famine. Cela peut paraître surprenant. Après tout, les agriculteurs biologiques rejettent les pesticides, les engrais synthétiques et les autres outils devenus synonymes d’agriculture à haut rendement. Au lieu de cela, ils dépendent de l’élevage pour avoir du fumier et doivent faire pousser des haricots, du trèfle ou d’autres légumes fixateurs d’azote et fabriquer du compost ou d’autres formes d’engrais qui ne peuvent être produits dans des usines chimiques mais qui doivent être cultivés - et qui consomment donc de la terre, de l’eau et d’autres ressources (la production d’engrais chimiques nécessite, elle, des quantités importantes de pétrole).

17 décembre 2012, par Webmaster

Dans la mesure où les agriculteurs biologiques s’interdisent l’utilisation de pesticides synthétiques, on peut penser que leurs cultures sont dévorées par des hordes d’insectes, leurs fruits frappés par la pourriture brune des cabosses et leurs plantes étouffées par les mauvaises herbes. De plus, comme l’agriculture biologique nécessite une rotation des cultures pour aider à contrôler les parasites, on ne peut cultiver aussi souvent dans le même champ du blé, du maïs ou tout autre produit. Toutefois, de nombreuses études menées de par le monde montrent en réalité que les fermes biologiques peuvent produire autant, et dans certains cas, beaucoup plus que les fermes conventionnelles.

Quand il y a des différences de rendement, elles ont tendance à être plus importantes dans les pays industrialisés, où les agriculteurs utilisent de grandes quantités d’engrais synthétiques et de pesticides dans leurs incessantes tentatives d’augmenter la production. Il est vrai que les agriculteurs qui se dirigent vers une production biologique ont souvent un rendement moins élevé les premières années, le temps que le sol et la biodiversité alentour récupèrent après des années d’assauts chimiques. Plusieurs saisons peuvent être également nécessaires pour qu’un agriculteur affine cette nouvelle approche.

Le vieil argument, selon lequel, le rendement de l’agriculture biologique représente un tiers ou la moitié du rendement de l’agriculture traditionnelle,0 est basé sur des hypothèses biaisées et un manque d’information.

Plus important encore, dans les pays les plus pauvres où se concentrent les problèmes de famine, la différence de rendement disparaît complètement. Les chercheurs de l’Université d’Essex Jules Pretty et Rachel Hine ont étudié plus de 200 projets agricoles dans les pays en voie de développement et ont découvert que pour l’ensemble de ces projets - ce qui inclut 9 millions de fermes sur près de 30 millions d’hectares - le rendement augmentait en moyenne de 93%.
Contrairement aux critiques qui affirment qu’il s’agit d’un retour à l’agriculture de nos grands-parents ou que la majeure partie de l’agriculture africaine est déjà biologique, que cela ne peut pas fonctionner, l’agriculture biologique est une combinaison sophistiquée de sagesse ancienne et d’innovations écologiques modernes qui permettent d’aider à maîtriser les effets générateurs de rendement des cycles nutritifs, les insectes bénéfiques et la synergie des cultures.

Raphaël KAFANDO

Source : http://www.delaplanete.org/L-agricu...

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 18 décembre 2012 à 12:03, par synetik En réponse à : Actu vert ! L’agriculture biologique pourrait-elle nourrir le monde ?

    Merci, merci et 1000 fois merci pour cet article ! Est-ce qu’il y a un choix à faire entre argent et nourriture ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2012 à 12:30, par La Vision En réponse à : Actu vert ! L’agriculture biologique pourrait-elle nourrir le monde ?

    Voila qui est bien dit. Malheureusement ou par insuffisance de connaissances, beaucoup de nos braves agriculteurs et même certains grands décideurs ou politiciens pensent que sans les intrants chimiques l’agriculture est impossible.

    Dans un processus évolutif où tout change et se modernise, il est souvent indispensable de marquer une halte et de lancer un regard rétrospectif juste pour comparer si ce que nous faisions de nos jours (quel qu’en soit le domaine), est plus édifiant ou plus glorieux que ce que faisaient nos grands-parents ou nos aïeux à leur époque. Et c’est là que vous vous rendriez compte qu’on ne fait que s’enfoncer dans les ténèbres.

    Ce qui est encore déplorable est que certaines entreprises ne respectent pas les normes requises pour la fabrication de ces produits chimiques et cela ne fait qu’amplifier leurs conséquences sur l’homme et sur l’environnement. Et je suis convaincu que l’objectif principal de ces firmes de
    fabrication n’est rien d’autre que la recherche du gain, le profit monétaire. Encore pire, leur plus grand dessein, c’est de rendre notre agriculture entièrement dépendante de ces intrants agricoles (semences OGM, produits phytosanitaires, etc.). Le ministère en charge de l’agriculture à intérêt de revoir et de durcir les règlementations sur lesdits produits.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2012 à 18:02 En réponse à : Actu vert ! L’agriculture biologique pourrait-elle nourrir le monde ?

    " l’agriculture biologique est une combinaison sophistiquée de sagesse ancienne et d’innovations écologiques modernes qui permettent d’aider à maîtriser les effets générateurs de rendement des cycles nutritifs, les insectes bénéfiques et la synergie des cultures". Ceci est dit dans la mesure ou il s’agit de gestion durable des agrosystèmes plutôt que de recourir à une culture minière. Culture minière, c’est presque ce qui se passait avec les grands parents... Je pense que nos politiques doivent prendre en compte cette dimension de durabilité des exploitations avec les questions foncières qui se posent énormément à nos graves producteurs. Dire même que dans la SCADD, aucune ligne ne fait mention de cette agriculture biologique, je m’oblige à croire à l’ignorance/négligence de nos dirigeants.
    Qu’à cela ne tiennent, il faut encourager tous ces plateformes biologiques, les organisations qui œuvrent pur une agriculture durable sans risque de pollution environnementale.
    tout de bon

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Forêt classée de Kua : La Chine prête à accepter n’importe quel site
Promotion du droit à l’eau et à l’assainissement : Société civile et médias en première ligne (VIDEO)
Environnement : Un million d’espèces menacées d’extinction dans le monde
Visite du député Moussa Zerbo au prix Nobel alternatif : « Le tout premier hôpital que Dieu a donné aux hommes, c’est l’environnement »
Déclassement de la forêt classée de Kua : « La forêt prévient les maladies et soigne aussi les malades » (Ganaba Souleymane, maître de recherche Biologie et écologie végétales)
Changement climatique : Un projet d’environ 190 millions de FCFA pour atténuer les effets du phénomène
Déclassement de la forêt de Kua : Le maire de la commune échange avec les chefs de terre
Eau de boisson préemballée : Quatorze unités de production fermées à Bobo-Dioulasso
Saison agricole 2019 : Les prévisions et les conseils de la météo
Déclassement de la forêt de Kua : « Une des potentialités de cette forêt, c’est l’existence des sources d’eau », selon un inspecteur des eaux et forêts
Déclassement de la forêt de Kua : L’Association Faso EnviProtek/AFEP s’indigne et condamne
Projet UNDA 1819Q : Pour une mise en œuvre cohérente des ODD
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés