Jubilé d’or de la paroisse de Réo : Sous le signe de la réconciliation avec Dieu

mardi 18 décembre 2012 à 01h28min

L’évêque de Koudougou, Mgr Joachim Ouédraogo, a présidé la célébration des cent ans d’évangélisation de la paroisse Saint Alphonse, le samedi 15 décembre 2012. Cette célébration eucharistique des cent ans de grâces a connu la présence du clergé du Burkina Faso, de la conférence épiscopale du Burkina-Niger, des délégations venues des pays voisins et de par le monde, des autorités politiques et administratives du pays et des fidèles du diocèse.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Jubilé d’or de la paroisse de Réo : Sous le signe de la réconciliation avec Dieu

Environ cinq heures d’horloge (9 h à 14 h), c’est le temps qu’a duré la commémoration du jubilé d’or du diocèse de Réo.Les fidèles, venus nombreux, ont assisté de bout en bout aux différentes étapes de la célébration.

Le président de la conférence épiscopale, Mgr Séraphin Rouamba et le clergé du Burkina au grand complet ont pris part aux festivités. Des délégations sont également venues des pays voisins comme la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Mali (Ségou), le Niger, du diocèse d’Angoulême. Le saint siège a été représenté par le secrétaire de l’anonciature, venu apporter le message de bénédiction, de félicitation et d’encouragement du pape Benoît XVI. Le célébrant du jubilé, Mgr Joachim Ouédraogo, évêque de Koudougou, dans son homélie, s’est appesanti sur le sens du jubilé qui, selon lui, est un nouveau départ pour la suite du chemin parcouru avec Jésus-Christ.

Cette célébration, à l’entendre, est « un appel à la réconciliation, à une authentique réconciliation qui établit la paix entre nous tous, et nous introduit dans le cœur miséricordieux de notre Seigneur ». Il a en outre soutenu que, « Si nos péchés nous ont placés en situation de dette envers le prochain et envers Dieu, sachons que le jubilé est le moment par excellence de la remise des dettes. Voilà pourquoi, en ce jour, il convient que nous nous laissions interpeller par cet appel de l’apôtre Paul : « Au nom du Christ, nous vous en supplions, laissez-vous réconcilier avec Dieu…

Car la réconciliation demeure la condition sine qua non pour avoir part à la vie et à la mission de Jésus ». Mgr Joachim Ouédraogo a confessé à l’auditoire que c’est les 11 et 12 mars 1912 que les missionnaires, Pères François et Thévenoud, ont visité le village de Réo et, sous la bienveillance du chef Onyini Bassolé, ont fixé l’emplacement de la mission. Et de poursuivre en citant Joahnny Thévenoud : « Le 15 mars, environ 500 hommes se rendent sur le chantier et commencent la confection des briques (50 000). Le 15 mars 1912 soir, les Pères Viguier et Farion arrivent avec trois ménages qui s’installent provisoirement en campement…

On prépare immédiatement une case pour servir de chapelle et le 18 mars 1912, notre Seigneur prenait possession de Réo… ». C’est dire que l’évangélisation du diocèse est partie de Réo pour fonder Koudougou, sa fille aînée, 19 ans après sa propre fondation par Ouagadougou. Et c’est à partir de la paroisse de Koudougou que seront fondées toutes les autres paroisses mooréphones du diocèse dont La-Toden en 1937 avec le Père Belbeoch. Les paroisses lyéléphones et nuniphones dont l’aînée est Didyr seront fondées à partir de la paroisse de Réo.

A noter que le diocèse de Koudougou compte aujourd’hui dix-huit paroisses. Au nombre des nouveautés introduites par les pères, il y a la formation des auxiliaires catéchistes, la construction de la communauté chrétienne, l’éducation à travers la catéchèse, l’alphabétisation, l’école classique, les centres de formations artisanale et professionnelle.

Il faut ajouter à cette liste, la santé, l’arboriculture, la culture maraîchère, l’émancipation de la jeune fille et de la femme. Cependant, beaucoup de contraintes et de difficultés dont le manque de préparation des esprits, des cœurs et des populations à l’accueil des pères, l’ignorance de la langue, de la culture, la peur du "blanc", la colonisation et son poids de servitude, ont été des entraves au développement rapide de la mission d’évangélisation.

Pascal Y. BAKO

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés