Production en milieu carcéral : Le ministère de la Justice veut occuper utilement les prisonniers

mardi 18 décembre 2012 à 01h28min

Le ministère de la Justice a organisé, le 17 décembre 2012 à Ouagadougou, un atelier de validation de l’étude de faisabilité sur la production pénitentiaire au Burkina Faso. L’initiative est censée libérer les détenus du joug des vices et booster le développement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Production en milieu carcéral : Le ministère de la Justice veut occuper utilement les prisonniers

Désormais, les pensionnaires des Maisons d’arrêt et de correction du Burkina devront produire davantage pour assurer leur propre alimentation. Pour atteindre cet objectif, une étude de faisabilité sur la production pénitentiaire a été validée, le 17 décembre 2012 à Ouagadougou. En effet, chaque année, selon des chiffres du ministère en charge de la Justice, l’Etat consacre plus de 400 millions de F CFA à l’alimentation des détenus, dont le nombre est sans cesse croissant. Ce qui fait que cette somme reste dérisoire parce qu’elle ne permet pas de nourrir décemment les détenus, a expliqué le secrétaire général du ministère de la Justice, Mathias Niambékoudougou.

Et c’est pour trouver les voies et moyens aux efforts déjà entrepris par les autorités burkinabè que la contribution du prisonnier est sollicitée, a-t-il soutenu. M. Niambékoudougou espère que la production pénitentiaire devrait permettre, non seulement d’occuper utilement les détenus, mais également de couvrir leurs besoins alimentaires. Il a ajouté que cette démarche vise à changer le visage des établissements pénitentiaires caractérisés par une forte surpopulation, avec une majorité de jeunes qui végètent dans l’oisiveté et le désœuvrement.

Ce qui les prédispose, a-t-il regretté, à perturber la tranquillité des prisons, voire de la société, par des actes d’agression et d’autogestion, des révoltes, des mutineries, et des suicides.
L’étude réalisée par le cabinet ACID a identifié, entre autres, les meilleures spéculations de la zone de production pénitentiaire, les besoins d’investissement et d’équipement, les besoins humains et matériels. Selon le chargé de communication du cabinet d’études, la production n’étant pas une œuvre nouvelle en milieu carcéral, il s’est agi d’insérer des techniques innovantes dans la production agricole et animale et notamment dans l’élevage des porcs, des poulets, etc.

Il a précisé que le cabinet a élaboré un plan de formation pour permettre aux détenus de mîitriser les techniques de production afin qu’ils soient davantage aptes à s’insérer dans la société, au sortir de la prison. Cet atelier d’une journée a regroupé essentiellement les régisseurs des Maisons d’arrêt et de correction et plusieurs agents de la garde de sécurité pénitentiaire des services centraux et déconcentrés.

K. Anselme KAMBIRE

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 décembre 2012 à 09:05
    En réponse à : Production en milieu carcéral : Le ministère de la Justice veut occuper utilement les prisonniers

    Commencez par mettre a jour ce qui s’est passe dans la gestion des vivres et des sous des maisons d’arret avant de fuir de la sorte vos responsabilites...

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2012 à 10:05, par DUBONHEUR
    En réponse à : Production en milieu carcéral : Le ministère de la Justice veut occuper utilement les prisonniers

    Voila qui est bien réfléchi ! Si ces prisonniers pouvaient même participer aux grand travaux de construction de la ville sur haute surveillance, on gagnerait. Par exemple, ils pourraient exécuter certains chantiers et être rémunéré pour leur permettre d’avoir une vie décente. Mais attention a ceux qui voudrons s’enrichir sur leur dos !

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2012 à 15:36, par Tapsoba
    En réponse à : Production en milieu carcéral : Le ministère de la Justice veut occuper utilement les prisonniers

    Je dis tout simplement courage !

    Il ne faudrait surtout pas négliger certains cas ; en d’autres termes, l’étude de faisabilité devrait être la plus complète possible et devrait être assez consistante.

    Mais dans l’ensemble, je salut cet acte qui est on ne peu plus démonstratif d’une personne qui veut le bien de ses compatriotes au lieu de les martyriser ou les marginaliser, on pense à leur réinsertion pour éviter les récidives.

    J’ai toujours rêvé de voir les ministres de mon cher pays oser prendre des initiatives certes risquées mais bénéfiques pour les populations.

    Si ledit ministre me lit, ou tout autre ministre burkinabé, je vous dis courage et vous invite à redoubler encore d’effort pour accomplir encore plus de choses pour ces vaillants burkinabé qui sont nos frères,soeurs, pères,mères et j’en passe.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés