Opération « une femme un acte de naissance » : Plus de 95 millions de francs collectés, les souscriptions continuent

dimanche 16 décembre 2012 à 22h41min

Dans le cadre de l’opération « une femme un acte de naissance », le ministère de la promotion de la femme a organisé un dîner gala le vendredi 14 décembre 2012 à la salle des banquets de Ouaga 2000. Objectif : collecter 100 millions de francs au cours de la soirée et deux milliards de francs CFA d’ici à décembre 2013 afin de doter deux millions de femmes et filles burkinabè d’actes de naissance ou de jugements supplétifs d’acte de naissance. Au cours de ce gala, plus de 95 millions de francs CFA ont pu être mobilisés. Les souscriptions se poursuivent jusqu’au 20 décembre.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Opération « une femme un acte de naissance » : Plus de 95 millions de francs collectés, les souscriptions continuent

Des millions de burkinabè ont mal à leur citoyenneté. Ils sont plus de cinq millions dont trois millions de femmes à ne pas disposer d’actes de naissance. Ce qui leur prive de bien de droits. Elles ne peuvent pas avoir la possibilité d’établir une Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB), pièce indispensable pour certains actes administratifs. Elles ne peuvent pas aller à l’école, ni contracter un crédit auprès des banques ou autres structures de financement de la place, ni franchir les frontières du Burkina et encore moins, se marier légalement. Ces personnes ne peuvent pas voter lors des élections, ni obtenir un titre foncier. Bref, les handicaps sont nombreux. En clair, ces personnes ne jouissent pas de leur citoyenneté. « Il est inadmissible, voire inconcevable, qu’autant de burkinabè, hommes et femmes, n’aient pas une existence légale », s’insurge Alizeta Ouédraogo, la présidente de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina, par ailleurs présidente d’honneur de cette opération.

C’est pour atténuer ces handicaps que le ministère de la promotion de la femme, en collaboration avec d’autres ministères, a lancé l’opération « une femme un acte de naissance » à l’occasion du forum national des femmes tenu en septembre dernier. Cette opération consiste à doter deux millions de femmes et de filles burkinabè d’actes de naissance. Elle s’étend sur toute l’étendue du territoire national et s’étale sur toute l’année 2013 (septembre 2012-décembre 2013). L’acte de naissance coûterait 1000f CFA et chaque bénéficiaire aura 4 copies au terme de l’opération.

Cependant l’opération ne peut être concluante sans la contribution de toutes les couches sociales à savoir les autorités politiques, coutumières, religieuses, la diaspora, les opérateurs économiques, les organisations de la société civile, les partenaires techniques et financiers et même le citoyen lamda tout court. Au cours de la soirée, des ambassadrices de bonne volonté ont été installées au nombre desquelles la présidente de la cérémonie, les trois co-parrains, la directrice générale de la CNSS, la ministre de l’action sociale ainsi que des artistes musiciens (Amity Meria, Idak Bassavé et Malika la slameuse).

La soirée gala de ce vendredi était présidée par Alizeta Ouédraogo, la présidente de la chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-B), et co-parrainée par Lancina Diawara, vice-président de la CCI-B, Elie Ouédraogo, président de la chambre des mines du Burkina et Amélie Tamboura, directrice générale de la Loterie nationale du Burkina (LONAB). Et ces différentes personnalités ont donné l’exemple. La DG de la LONAB a souscrit pour 20 millions de francs CFA, la présidente de la CCI-B a contribué à hauteur de 10 millions, Lancina Diawara 5 millions et le Elie Ouédraogo 1 million de francs. Autre grand souscripteur : la société Planor Afrique qui contribue pour 10 millions de francs CFA. Au total, c’est plus de 95 millions de francs CFA qui ont été mobilisé au cours de cette soirée. C’est dire que l’objectif de 100 millions était tout proche. D’où la satisfaction de Nestorine Sangaré/Compaoré, la ministre de la promotion de la femme qui n’avait de mot que « merci ».

Lancina Diawara a quant à lui invité l’ensemble des burkinabè à souscrire ne serait-ce que pour 1000f (coût de revient d’un extrait d’acte de naissance en 4 copies). L’opération de collecte se poursuit jusqu’au 20 décembre. Les souscriptions peuvent se faire en ligne sur www.unefemmeunactedenaissance.org. Les éventuels souscripteurs peuvent également appeler aux numéros suivants : (+226) 50 30 01 02 ou (+226) 65 07 52 52, (+226) 68 07 52 52 ou encore au (+226) 60 07 52 52.

A termes, c’est deux milliards de francs qui doivent être mobilisés pour l’opération qui s’étale jusqu’en fin 2013
Une fois les fonds mobilisés, les prochaines étapes consistent à répertorier les femmes en besoin d’acte de naissance, établir lesdits documents et les distribuer aux bénéficiaires. Pour la bonne marche de l’opération, « nous allons travailler avec les conseillers villageois de développement pour identifier celles qui ne disposent pas d’acte de naissance. Au niveau des villes, nous allons travailler avec les organisations féminines au niveau des secteurs. Nous allons nous entourer de toutes les garanties (…) », précise Dr Nestorine Sangaré.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 décembre 2012 à 17:47, par ANBGA
    En réponse à : Opération « une femme un acte de naissance » : Plus de 95 millions de francs collectés, les souscriptions continuent

    QUI A DIT QUE ASSURANCE MALADIE EST IMPOSSIBLE AU BUURKINA FASO ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2012 à 00:51
    En réponse à : Opération « une femme un acte de naissance » : Plus de 95 millions de francs collectés, les souscriptions continuent

    Ça pue l’arnaque car quand je lis 2 milliards,cela me fait penser a un certain enterreur de cantines avec ses 2 guiros.D’ailleurs pourquoi ne pas rendre gratuit la délivrance des actes de naissance comme cela se fait dans de nombreux pays ?On me parlera des timbres mais on n’est pas obligé de les apposer.Si l’État ne veut pas délivrer gratuitement les actes de naissance,qu’on arrête de profiter de la misère des autres pour s’enrichir.Si vous etes capables de cramer plus de 40 milliards dans une mascarade d’election,ça prouve que vous n’etes pas a 2 milliards près si l’opération est aussi importante a vos yeux.D’ailleurs dans ce pays combien de gourous ont piqué ou continuent de piquer des milliards dans les caisses de l’État ?Au moins 1000 personnes.C’est votre confort personnel qui vous intéresse,que les pauvres souffrent c’est pas votre affaire.Webmaster stp laisse passer mon coup de gueule car y en a marre de ces charognards.Merci

    Répondre à ce message

    • Le 17 décembre 2012 à 10:16, par justice
      En réponse à : Opération « une femme un acte de naissance » : Plus de 95 millions de francs collectés, les souscriptions continuent

      C’est avec amertume que j’ai suivi cette émission hier sur la télévision nationale, "imaginez une vendeuse de dolo incapable de se faire établir un acte de naissance, c’est honte comme publicité", J’ai honte pour ce ministre aux idées tordues. Arrêter de voler l’argent du peuple en mettant en avant l’absence d’actes de naissance.STOP ARNAQUE AUX OPÉRATEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIÉTÉS D’ÉTAT ! J’ai été dans le Burkina profond pendant les élections couplées, nos mamans ont des actes de naissance sauf celles qui n’en veulent pas.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés