Armée nationale : 5 à 10 ans de prison pour des militaires "braqueurs"

mercredi 28 novembre 2012 à 01h44min

Cinq militaires comparaissaient devant le tribunal militaire de Ouagadougou ce mardi 27 novembre 2012. Il leur était reproché cinq chefs accusations : recel aggravé, pillages, crime et association de malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’armes et de munitions. Ces ex soldats de l’armée burkinabè qui étaient écroués depuis 13 mois, ont écopé des peines allant de la liberté conditionnée à 10 ans d’emprisonnement ferme.

 Armée nationale : 5 à 10 ans de prison pour des militaires

Ce n’était pas le procès, à proprement parler, des 349 militaires incarcérés pour mutinerie. Mais celui de militaires, radiés des forces armées nationales pour avoir participé aux mutineries, mais qui se seraient servis par la suite d’armes dérobées dans les dépôts de l’armée pendant les évènements pour commettre des braquages et autres délits. Appréhendés par les forces de l’ordre, inculpés pour recel aggravé, association de malfaiteurs, de pillage, de détention illégal d’armes et de munitions de guerre et vol qualifié, les militaires, qui comparaissaient en civil, ont été reconnus coupables.

C’est ainsi qu’après 8 heures de procès, de débats contradictoires sur les compétences du tribunal militaire à juger cette affaire, le juge a rendu son verdict. Hamidou Boro, soldat de 1ère classe, célibataire, père de 2 enfants, est accusé de recel aggravé, association de malfaiteurs, vol qualifié et écope de 5 ans d’emprisonnement ferme. Francis Sawadogo lui aussi soldat de 1ère classe, célibataire, père d’un enfant, est accusé de complicité de vol aggravé et association de malfaiteurs avec circonstances atténuantes et écope de 5 ans avec sursis.

Abdoul Kader Sankara, soldat de 1ère classe, célibataire sans enfant, accusé de recel aggravé, association de malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’armes et de munitions de guerre, bénéficie de circonstances atténuantes mais écope de 6 ans d’emprisonnement ferme. Zomoukou Somda, soldat de 1ère classe, célibataire, père de 2 enfants, est accusé de recel aggravé, association de malfaiteurs, et vol qualifié. Il bénéficie de circonstances atténuantes et s’en tire avec 6 ans d’emprisonnement avec sursis.

Saïdou Zerbo, caporal (on n’en sait pas plus sur lui) et « cerveau du groupe » en cavale est accusé de recel aggravé, crime et association de malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’armes et de munitions, pillages. Il écope de 10 ans d’emprisonnement ferme et un mandat d’arrêt pèse sur lui. Par ailleurs les cinq militaires ont été sommés de verser à M. Arouna Congo, une des victimes venue témoigner à la barre, la somme de 400 000 franc CFA.

Tout serait parti de la radiation de ces 5 militaires -avec plus de 500 autres- après les mutineries de mars et avril 2011 à Ouagadougou. Ces soldats appartenant au même service, le (Groupement d’appui et de soutien) se sont réunis pour envisager la possibilité de réclamer leurs droits, puisqu’ayant été radiés de l’armée. C’est alors qu’on leur aurait fait savoir qu’ils ne pouvaient pas bénéficier de droits, car étant redevables à des banques auprès desquelles ils avaient contracté des prêts.

C’est « face à la dureté de la vie » et ne « sachant quoi faire », que sous l’instigation du caporal Saïdou Zerbo, disent-ils, « ils se laisseront tenter par le diable », selon les termes de l’un d’eux. Ils opéraient avec trois armes et s’attaquaient aux essenceries, aux auberges, aux caves et aux boutiques. Tous ont reconnu les faits qui leurs étaient reprochés, nuançant par moment certains chefs d’accusations.

Ils n’ont pas manqué de présenter leurs excuses à tous ceux qu’ils ont offensé. « Je regrette tout ce qui s’est passé. J’ai servi l’armée pendant 8 ans et si j’étais un mauvais élément, il y a bien longtemps que l’armée m’aurait lâché », s’est défendu le première classe Boro. Même son de cloche chez Francis Sawadogo qui dit avoir bien appris la leçon. « Les treize mois que j’ai passés à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou m’ont permis de comprendre beaucoup de choses. Je demande la clémence du tribunal », a-t-il indiqué. Selon lui, s’il recouvre la liberté, il promet de reprendre la soudure, activité qu’il exerçait avant d’intégrer l’armée.

Fasozine

Messages

  • Pourquoi vous ne publiez pas leurs photos ? Ces véritables bandits ne regrettent rien ! Les peines sont très légères ! Il aurait fallu appliquer la peine capitale pour dissuader d’autres de se lancer sur leur trace ! Vive la peine de mort !
    Publiez-moi svp !

  • Salut à tous,que du cirque....Que la justice renvoie Guiro en taule et rouvre les dossiers de Norbert Zongo,Thomas Sankara...et tellement d’autres qui dorment dans les tiroires au lieu de nous servir ce genre de soubresauts....Après le 2Décembre quand l’UPC sera majoritaire avec UNIR-PS on va ouvrir tous ces dossiers cachés pour vraiment ramener la vraie paix sociale qu’on nous chante tous les jours ici...Vive la démocratie,vive l’UPC,à bas les voleurs menteurs et fossoyeurs du peuple,bonne campagne apaisée à tous.A bon entendeur salut.

    • La seule chose que l’on ne peut t’empêcher c’est ton rêve. Mais attention à ton réveil au soir du 02decembre ça risque d’être douloureux et ça tu ne le comprendra jamais

  • une chose est de juger ,une chose est de condamner pour repondre au besoin de la justice. La vrai justice ne sera jamais rendue tant qu’on n’examinera pas les vrais causes de cette mutinerie.si les soldats se sont révoltés s’est que la hiérarchie à sa part de responsabilité ,et c’est laba qu’il faut mater fort pour éviter les derives au sein de l’armée

    • chèr frère je suis d’acord avec cette réaction. donc examinons l’affair ensemble

    • chèr frère je suis d’acord avec cette réaction. donc examinons l’affair ensemble

    • Ils n’ont pas été jugé pour raison de mutinerie mais plutôt pour braquage.Ceci n’est donc pas le procès des militaires pour fait de mutinerie mais plutôt le procès d’ex militaire pour fait de braquage.
      C’est du dilatoire, un coup de bluff politique, pour donner un coup de pouce à leur campagne électorale en cours. Ne vous attendez pas à voir le procès des militaires pour fait de mutinerie avant 2015, car toutes les vérités ne sont pas bonnes à entendre surtout quand elle vise la hiérarchie militaire garante de la pérennité du régime.

  • pourquoi ne dites vous rien sur la fermeture des établissements sur tout le territoire nationale pour "mettre en place le materiel des bureau de vote"

  • Natogsé, si tu étais devant un peleton d’exécution, meme fautif, c’est sure que ta culotte sera trop mouilléééé. Ne demande pas l’exécution des autres meme fautifs.
    enlever une vie ne résoudra aucun pb. A bas la peine de mort.

    • Tu es très bon mon frère, Notogsé parle au hasard, si on veut bien vérifier, cest un grand malfaiteur. Tu sais que le voleur n’aime pas son ami voleur. Celui qui prend l’épée périrai par l’épée.

  • mes frères courages à vous. Ce sont les plus faibles qui payent toujours. L’avez vous remarqué ? Vous ne pouvez pas me dire aujourd’hui que des hauts cadres n’ont pas eu à conduire ces jeunes ? où sont ils ?

    • RetenEz ce que je vais vous dire une bonne fois.
      1-Les militaires mutins seront jugés et condamnés

      2-Décembre 2012, S.E.M. Blaise LEUR ACCORDERA une grace présidentielle et ils seront liberés

      3-Ils ne jureront que par BLAISE, et seront utilisés contre les futures mutins, et les vieux qu’on voudra se debarraser , y compris la hiérarchie militaire

      Dans tous les cas, aucun militaire radié ou emprisonnés ne chomera en 2013.

    • mois je pense ke blaise dois prendre ses responsablité fasse a la situation des se militaire ki son enprisoné depui mintenant 1 ans

    • Mon pauvre Burkina
      L’histoire ne nous sert jamais dans notre pays ; à ma connaissance c’est la 3è mutinérie et la plus sanglante ; dans tous les cas , sur les 500 qui sont en prison, je suis sur que beaucoup plaideront non coupable et vont accuser la hiérarchie de faire un règlement de compte ; ce qui arrive au mali, peut nous arriver ; du 22 mars 2011 au Mois de juin, nous avons subi le courroux de ces militaires : dans un état de droit , la sécurité doit avoir les moyens légaux et matériels pour mater ce genre de rébellion ;bref la justice n’existe pas au Faso et pour preuves , Guiro libéré provisoirement pour maladie est en forme pour etre député, les cadres épinglés par le rapport de l’ASCE, nous nrague avec leurs grosses villas et voitures et maitresses, très bien ; La paix est un comportement , une attitude et non une marchandise qu’on achéte .il doit avoir une justice équitable pour tous les burkinabé ;le Burkina faso est une jungle et tot ou tard il faudra que cela s’arrète

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés