L’UEMOA apporte son soutien à Madame Chantal COMPAORE pour la réparation des séquelles des Mutilations Génitales Féminines

mardi 27 novembre 2012 à 01h19min

La Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) organise du 26 au 30 novembre 2012 à Ouagadougou, une session de formation en réparation des séquelles des Mutilations Génitales Féminines (MGF). Deuxième session du genre, la formation qui regroupe des participants venus des sept pays de l’UEMOA a pour ambition de doter les pays membres, d’une masse critique de compétences susceptibles de redonner aux victimes de ces pratiques néfastes, une part de leur intégrité physique, psychologique et morale. L’honneur est revenu à la Première Dame du Faso, Madame Chantal COMPAORE, Ambassadeur de bonne volonté du Comité inter africain sur les pratiques traditionnelles néfastes, de présider la cérémonie.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 L’UEMOA apporte son soutien à Madame Chantal COMPAORE pour la réparation des séquelles des Mutilations Génitales Féminines

L’UEMOA en organisant cette session de formation a décidé de prendre toute sa part dans la lutte contre les MGF, sans se cantonner à la seule dénonciation de leurs méfaits. C’est la raison qui explique aussi son engagement aux côtés de Madame Chantal COMPAORE, en faveur des couches vulnérables et pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

Selon le président de la Commission de l’UEMOA, Monsieur Hadjibou SOUMARE, « l’attention constante de Madame COMPAORE aux autres, sa main tendue en permanence aux plus faibles lui valent le respect et la considération de ses sœurs Premières Dames d’Afrique ».

En prononçant son discours qui marque le début officiel de la présente formation, Madame Chantal COMPAORE a salué la mobilisation de ce jour qui « témoigne du grand intérêt porté à la santé de la reproduction confrontée aux conséquences de l’excision ». Il faut continuer le combat car les effets pervers de ce fléau, aussi bien psychologiques qu’affectives, exigent des acteurs « un investissement permanent en vue de juguler les conséquences néfastes sur la santé sexuelle et reproductive observées à l’accouchement », estime Madame COMPAORE.

C’est la raison pour laquelle depuis 1990, elle s’est toujours « engagée dans ce combat et n’a jamais cessé d’entreprendre des actions significatives pour l’élimination de ce fléau ».
A l’endroit des participants, Madame Chantal COMPAORE leur a demandé de « saisir cette belle opportunité pour élever leurs capacités en vue d’une meilleure prise en charge de leurs patientes » car les formateurs mis à leur disposition à l’occasion de ce séminaire sont des « spécialistes avertis, dotés d’un savoir faire avéré en matière de réparation des séquelles de l’excision ».

En attendant, l’UEMOA se félicite de « l’engagement et de la détermination de la Première Dame à combattre les MGF et à donner à la femme, toute sa féminité et son statut de mère ».

Le Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés